Apprendre des langues

Les comptines que l’on transmet à nos enfants (bi-tri-lingues)

Parfois, être mère à l’étranger signifie aussi devoir assumer que son enfant connaîtra, peut-être, plus de chansons, plus de comptines, plus de contes et plus de jeux dans la langue du pays où l’on vit. C’est une richesse, c’est sûr et c’est pour cela qu’on est contents d’être et vivre à l’heure de l’étranger. La plupart des enfants bilingues, et lors de l’acquisition du langage, commencent à prononcer les premiers mots dans la langue du pays où l’on habite, ensuite l’équilibre se trouve et vers l’âge de trois ans l’enfant est capable de parler aussi bien dans une langue que dans une autre (si vous n’avez pas perdu le fil de mes articles, vous devez savoir que j’ai toujours une petite crainte pour la troisième langue de ma fille, mais bon, je reste confiante, ça va bien se passer).

Comptines, contes, jeux… je me suis emparée de quelques CD et de quelques livres pour passer les premiers mois de ma petite princesse. Le matin, quand je la conduis chez l’assistante maternelle, je mets un des CD dans le poste de la voiture, c’est devenu un rituel et on je chante, je chante, je chante en catalan, ce sont mes chansons d’enfance, les chansons que les enfants de mon île adorée en Méditerranée chantent encore et toujours, ces chansonnettes que tout le monde sait fredonner et que, elle aussi, elle saura chanter quand on sera là-bas en vacances. Je veux que ma fille se sente aussi bien ici que là-bas. J’essaye qu’elle ne se sente dépaysée ni ici ni là-bas, pour moi, chez elle c’est dans les deux pays et je pense que c’est à moi de faire ce travail de transmission. Mon ChériGuiri me soutient à cent pour cent, bien évidemment !

Pour un enfant, pour un bébé, la transmission passe par tout ce que nous, parents, avons connu, chanté et vécu, en étant petits. Ici, donc, il n’y a que moi pour lui transmettre tout ce qui vient de mes origines. J’ai du travail !! Cela me fait rire, quand, certains jours, l’assistante maternelle dit aussi « deu » (Adéu) quand je pars, elle aussi elle a appris que c’est comme ça qu’on se dit au revoir, et en quelque sorte, elle participe à ce jeu. Les deux autres enfants gardés par cette « nounou » me regardent parfois « bizarre », j’ai toujours quelques mots (en français) pour eux, et ensuite ils voient que je me retourne vers ma fille et que je parle « quelque chose d’étrange »…Je trouve cela tellement mignon !!

Et sinon je vais continuer à chantonner tous les matins…mais je pense qu’il va être temps de commencer à changer de CD :-) !!

comptines

13 commentaires

  1. Polina

    Je ne remercierai jamais suffisamment ma mère de m’avoir appris à lire et à écrire le russe, alors que je suivais déjà des cours à l’école française. Tant de cris, de larmes, de colère…et pourtant aujourd’hui je ne peux que lui dire : Merci !

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Polina !

      Ta mère a très bien fait de persévérer, avec du recul on ne peut que remercier un geste comme celui-ci. C’est drôle parce que quelque chose qui parait évident, apprendre la langue de la maman, peut très vite devenir compliqué. Je pense aussi que dans ton cas il faut tenir compte du fait que le russe et le français sont deux langues bien éloignées. Mais ta maman devait avoir tellement envie de te transmettre sa langue… une langue c’est un tout : une vie, une culture, une histoire, un mode de penser !

      Merci de ce commentaire et à très vite !
      J’ai aussi découvert ton blog :-)

      Répondre
  2. Marg

    Je découvre tout juste votre blog et je m’amuse bcp ! Nous avons le même prénom et nous revenons tout juste de 7 ans en Catalogne ! Scolarisés localement, nos enfants ont tjs connus le système catalan jusqu’à maintenant. Ils sont donc parfaitement trilingue pour les deux aînés et bilingues français-catalan pour les deux petits car le castillan n’apparait vraiment qu’au primaire. Leurs comptines, poésies, chansons d’enfance sont donc catalanes. En revanche, à la maison, le français était obligatoire, je les reprenais souvent car la langue de l’école peut très vite être dominante. De même, je leur ai appris à lire en français et je les poussais à lire en français (le catalan leur était plus facile).
    Ils ont très vite compris, dès bébé, qu’il y avait la langue de la maison et la langue de la crèche.

    Répondre
    • Margarida

      Woooww! Alors là, ça s’appelle de la coïncidence !! Et vous êtes français tous les deux (le papa et la maman) où il y a un catalan dans l’affaire :-) Je voudrais que ma fille apprenne très bien aussi le castillan, c’est une langue tellement importante !! Mais les petites chansons sortent de mon coeur en catalan. Par contre et comme je l’ai déjà expliqué dans d’autres billets, je joue très bien avec elle en espagnol… parfois cela fait bizarre pour les français qui ne connaissent qu’une langue !

      Répondre
      • Marg

        Non, papa et maman sont français… Mais les enfants, petits, se disaient franco catalan 😉 Quant aux langues, le castillan est utilisé pour les jeux d’ordinateur et les films ( va savoir pourquoi) et le catalan l’était pour les études. Maintenant que nous sommes en France, nous essayons de maintenir le castillan (plus utile pour des français) mais le catalan restera tjs leur seconde langue maternelle…
        Et nous chantons en famille les chants catalans (« soc un bolet molt petitet » « visca dels reis » « anem a l’escola… »)

        Répondre
  3. vachefollette

    Quand Bigfoot était petit et on vivait en Floride, on chantait Yves Dutueil à tue-tête dans la voiture, et il adorait. J’avais trop peur qu’il oublie le français car il s’est adapté très vite à utiliser l’anglais plutôt que le français. Maintenant il ‘switche’ de l’un à l’autre sans problème, c’est un régale à entendre. Tu fais bien, continues! Et qui sait, peut-être que les petits chez l’assistante maternelle en sortiront avec un petit plus :-)

    Répondre
    • Margarida

      Ahahlala! Les craintes des mamans !! Ce que je me dis c’est que ce sera drôle de voir dans quelques années où j’en suis, plutôt où ma fille en sera :-) Et ça va, ils aimaient bien Yves Duteil tes enfants ?? !!

      Bonne fin de dimanche !

      Répondre
  4. tiphanya

    Ce lien langue – culture est tellement important, que je ne peux voyager, sans apprendre autant que possible la langue du pays où je suis. Mais en changeant de lui tous les mois ou tous les deux mois, je soumets ma fille à un drôle de contexte linguistique. Je me demande vraiment ce qu’il en ressortira plus tard mais j’ai décidé de lui apprendre l’italien (en même temps que moi). Et justement, ça passe par des chansons, car c’est drôle, entraînant, culturel et pratique pour faire passer le temps.

    Répondre
    • Margarida

      Évidemment, quand on voyage, la moindre des choses est d’apprendre la langue du pays, ne serait-ce que par respect… Mais je veux bien croire qu’en changeant d’endroit tous les 2/3 mois cela doit rester une tâche très difficile. Je ne sais connais pas l’âge de ta fille mais je pense que ça ne peut lui faire que du bien, au moins déjà, elle prend conscience de l’existence de beaucoup de langues dans le monde ! En jouant et en chantant les enfants s’imprègnent des sonorités, d’une intonation, etc, ce qui rend plus facile l’acquisition/apprentissage.

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)