Langues

Se disputer en langue étrangère

Je ne sais pas vous, mais moi je n’aime pas du tout me disputer. Je me sens mal à l’aise, je bégaye, je perds mes arguments, l’insomnie me prend, je transpire, j’ai envie de pleurer, bref, je perds tous mes moyens. C’est comme ça.

J’ai cette capacité idiote à ne retrouver les bons arguments, ceux qui peuvent servir à m’auto-défendre, que quand la tempête est bien loin derrière moi. J’évite toute sorte de désaccord et d’altercation, c’est un besoin vital pour moi, sinon ma vie risque de devenir courte, bien trop courte.

Et ce, dans n’importe quel domaine. Que ce soit dans un milieu professionnel ou entre amis, avec les voisins ou avec le garagiste. Il y a seulement un endroit où il est bien difficile, qu’on le veuille ou pas, d’échapper aux mésententes et désaccords : la CASA ! Home sweet Home, comme on dit.

Ne paniquez pas. Je ne suis pas en train de vous dire que chez moi ça marche à coups de bâton et qu’on passe nos journées à s’engueuler. Bien loin de là. Si vous avez suivi vous savez que je ne supporte pas les disputes :-)

Mais bon. Ce serait aussi mentir de dire que nous sommes d’accord sur tout. Quel ennui si tel était le cas !

Alors, comment se déroulent les disputes entre la Marguerite et son ChériGuiri ? Ben chez nous c’est drôle, oui, finalement, quand j’y pense bien nos disputes sont drôles. Mais pourquoi donc ? Je vous explique :

Avez-vous déjà fait l’expérience de vous disputer en langue étrangère ? C’est-à-dire que chez nous, on trouve une cause à toutes nos disputes et on en revient toujours au même facteur : c’est la faute à l’intonation !! Oui mes chers lecteurs, l’intonation est coupable de tout ! Ce n’est même pas question de mots ou d’arguments, ce n’est même pas question de points de vue, c’est une histoire de cadence des phrases ! Horrible. Oui, c’est horrible car à ces moments-là je me sens impuissante et le seul argument qui serve à que je prenne le dessous dans la dispute est de lâcher un bon « tu n’as qu’à apprendre ma langue ». Dispute close. (Ensuite il vient et il me prend la langue, lol, la blague était trop facile !)

Parce que moi, à différence d’autres personnes qui vivent, pensent et écrivent en langue étrangère je n’ai pas l’habitude, mais pas du tout, de sortir tous les gros mots qui existent dans ma langue maternelle. C’est plutôt le contraire : moi quand je me fâche je tends à injurier en langue étrangère pour être bien sûre que mon interlocuteur va me comprendre ! Et puis, en plus, je me sens plus détachée de ce que je suis en train de dire.

Et vous, comment vivez-vous les disputes en langue étrangère ? Merci de partager, toute astuce est bonne à prendre !

se disputer en langue étrangère

8 commentaires

  1. Multifarious meanderings

    :-) Moi, si ça déborde et je ne trouve pas mes mots, PF est servi en bilingue. On fait des engueulades très cosmopolites et modernes. En voiture je ronchonne en anglais, c’est instinctif. Je me fais quand même reprendre par mes enfants. 😀

    Répondre
    • Margarida

      Un enclos cosmopolite, moderne et qui s’engueule en plusieurs langues, si c’est pas beau ça !! Pourquoi en voiture tu ronchonnes en anglais ? Je suis sûre que cela a une explication qui relève de la psychanalyse :-) Mis à part toutes ces bêtises que je viens de dire, c’est impressionnant de voir comme chaque personne a un rapport différent aux langues et comme le bilinguisme peut se vivre d’autant de manières que personnes il y a. Moi, personnellement, je commence à penser que mon cerveau ne sait plus à quelle langue donner priorité. Parfois cela me fait peur…

      Répondre
      • Multifarious meanderings

        Eh oui, la vache n’a pas sa langue dans sa poche… Je ronchonne en anglais car quand je suis en colère c’est l’anglais qui vient en premier. Bizarre, hein?
        Moi, j’aimerais savoir en quelle langue tu rêves. Aha. Je paries que tu ne t’es pas posé la question. Et quand tu est fâchée dans tes rêves, tu te disputes en quelle langue?? Et top, chrono… 😀

        Répondre
        • Margarida

          Si, si, je me suis déjà posé la question de savoir dans quelle langue je rêve. Le problème c’est que je ne rêve pas ! Hahahah ! Mais oui, très de temps en temps mais je n’ai jamais vu de langue dans mes rêves si ce n’est celle que me tire mon mari 😛

          Et toi dans quelle langue tu réfléchis ? Moi, j’ai remarqué que la plupart du temps je réfléchis en français. Au début cela me réjouissais, maintenant cela me fait presque de la peine. Sniff.

          Belle journée !

          Répondre
  2. pomdepin

    J’ai un peu l’impression de me dédoubler, de ne pas être exactement la même en français et en anglais. Dernièrement, je me suis retrouvée dans un milieu 100%franco-français (à l’ambassade) et j’ai été la première surprise de me trouver limite agressive. Alors qu’en anglais, je déteste les confrontations, pas par manque de vocabulaire mais parce que je trouve ça contre productif.

    Répondre
    • Margarida

      Coucou,

      Je partage ton avis. J’ai l’impression aussi, parfois, de ne pas donner la même image de moi dans une langue que dans une autre. Mais je pense que dis plus facilement ce que je ressens en français qu’en catalan ou en espagnol. En Français il y a une sorte de barrière entre le langage et ma personnalité. Je sais pas, c’est bizarre.

      Allez les filles, on à toutes besoin d’une séance de psychanalyse 😛 !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)