Inspiration

Enfant footballeur, enfant esclave

Sacré Manuel Guisande qui dit que…

Ils ont beau me dire qu’ils vivent dans des infrastructures parfaites et que tout est conçu pour eux… rien que pour eux. Ils ont aussi beau me dire qu’ils étudient, qu’ils vont à l’école et qu’ils sont bien entourés. Ils ont beau me dire qu’ils sont heureux.

J’ai du mal à le croire. Parce que tous ces enfants qui vivent dans des résidences de grandes équipes de football, qui ont entre 11 et 14 ans… tous ces enfants sont, pour moi, les nouveaux esclaves du XXIe siècle.

Ce nouveau modèle (amélioré) d’esclavage montre seulement le bon côté de l’affaire et non pas le mauvais. C’est à peu près la même chose qu’autrefois mais assaisonné de marketing publicitaire: un nouveau confetti de couleurs qui cache très bien la réalité. Cette sorte de tyrannie sur les enfants commence quand des chasseurs de talents parcourent la planète entière et/ou reçoivent une alerte comme quoi il y aurait, quelque part, une bonne « proie » à chasser.

C’est alors qu’habitués à l’ancestrale méthode de chasse, ils vont suivre, pas à pas, un rituel sans faille. Ces prédateurs d’âmes arrivent sur le lieu des faits pour examiner et analyser. Si la proie a un joli potentiel, ils vont aller à la rencontre de sa famille pour leur raconter des belles et merveilleuses histoires. Ensuite, ils repartiront avec un contrat emballé dans un joli papier cadeau en leur disant que cela va leur arranger la vie.

Loin des parents, seulement connectés à eux par téléphone et par des rares visites, ces enfants vivent enfermés dans des établissements dits « de haut niveau sportif ». C’est là-bas qu’ils grandiront avec le rêve d’arriver, un jour, au devant de l’équipe de première division et de devenir des stars.

Tout cela a l’air génial, merveilleux, idéal, fantastique. Les grandes équipes vont se vanter, quelques années plus tard, du fait que c’est eux qui ont formé tel ou tel footballeur, celui qui a gagné je ne sais pas combien de ballons d’or. Mais jamais ils vont nous parler de ces autres enfants qui n’ont pas connu le succès, ceux à qui ils ont du dire « tu n’es pas fait pour ça », ou ceux encore qu’ils ont du « rendre » à leurs familles tel des poupons qu’on rend au magasin.

Il est probable, alors, que ces enfants restent marqués à vie par leur échec. Qui sait si ce problème va les tourmenter toute leur vie. Parce que ce n’est pas pareil une grande déception à 34 ans qu’à 14, mais ça, ça n’intéresse personne. D’eux, de ces centaines d’enfants -des mômes pas plus grands qu’un mouchoir de poche- personne va en parler. Ils tomberont dans l’oubli et dans le silence. Ils resteront seuls avec leurs cœurs brisés et leurs rêves détruits. La seule chose qu’ils auront gagné c’est d’avoir grandi loin de la famille.

C’est peut-être la raison pour laquelle il y a beaucoup de sportifs de haut niveau (des enfants après tout) qui ne sourient jamais, comme jamais on a vu sourire un esclave.

cropped-guisande2-copia

2 commentaires

  1. Elodie REP

    Merci Margarida d’avoir partager ce sentiment. Oui moi aussi je trouve que ça ressemble beaucoup à de l’esclavage…Des enfants objets, des parents en quête de gloire… Et une fois qu’ils sont arrivés sur les podiums (que ça soit du foot ou autre), ils ont oublié de grandir, et là ils tombent dans la drogue, l’alcool, le sexe…des vies de détruites, oui même pour ceux qui réussissent !
    Bon week end à toi sur ta petite ile :-)

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Elodie,

      J’ai bien voulu adapter cet article du journaliste Manuel Guisande car j’ai trouvé que, malgré sa touche d’humour, il y a une part de vérité. Une vérité un peu méconnue, certes.. L’article parle que de foot et donc par extension de sport mais je pense que cela existe aussi dans d’autres domaines plus artistiques.

      Bon weekend à toi aussi !

      Bisous

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)