Vie à l'étranger

De retour chez soi : fin d’une expatriation ?

Ceux qui suivent ce blog connaissent très bien l’intérêt que je porte à « la vie à l’étranger ». Nous avons déjà eu l’occasion d’échanger des idées au travers, notamment, d’une série de trois articles intitulés Des réponses à quelques questions (II) : ExpatTag, #ExpatTag : premières conclusions et A la quête de chez soi – #ExpatTag (conclusions). Mais également par le biais d’articles un peu plus intimistes comme Accoucher à l’étranger, La critique peut-elle sortir de la bouche d’un étranger ?, Vivre à l’étranger et faire partie de la culture locale.

Cela fait à peu près 12 ans que j’habite à l’étranger. Pour l’instant la question de retourner chez moi n’est pas à l’ordre de jour. Cependant je me demande comment je réagirai à un éventuel énième déménagement mais cette fois-ci à ma ville natale, par exemple. Serai-je capable de réapprendre la vie auprès de ceux que je connais mais qui en même temps ont du changer tellement ? J’y vais très souvent, pour des vacances, mais serai-je ouverte à une vie là-bas les 365 jours de l’année ? Et les habitudes du quotidien, manger à telle heure, règles de vie avec les collègues, etc, m’adapterai-je à ce connu-inconnu ? Et les autres, ceux qui sont restés là-bas, comment m’accueilleraient-ils ?

Alors quand il y a quelques semaines je suis tombée sur cet article de Florence Gindre j’ai eu envie d’en savoir plus. Je suis allée vers son blog FG – Florence Gindre où j’ai pu lire davantage sur le livre qu’elle avait écrit : « De retour chez soi ». Je lui ai glissé un petit mot en guise de commentaire et quelques jours plus tard elle m’a écrit pour me dire que je remportais un de ses exemplaires. Top, c’était top. J’avais hâte de découvrir ce qu’elle disait à propos de ce sujet qui me tient à cœur, hâte de savoir comment elle avait vécu son retour…

De retour chez soi

Parce que le livre « De retour chez soi », de Florence Gindre parle de son retour dans son pays d’origine. Florence a été expatriée à plusieurs reprises, sa dernière destination a été Prague, ville qu’elle a eu du mal à quitter. Elle parle d’impatriation, un excellent mot pour définir et décrire ce retour, souvent vécu avec une boule au ventre, dans le pays d’origine. Un mélange de sentiments qui s’installe dès le moment même où elle apprend que toute la famille sera amenée à retourner en France. Elle y parle des au-revoir, des préparatifs du déménagement, des fêtes de départ, de comment ses enfants le vivent. Et aussi de la nouvelle maison. De l’arrivée en France, des premiers jours, des premières semaines, la paperasse. L’aménagement passé et ses premiers pas ici donnés, elle et ses deux enfants décident de rendre visite aux copains qu’ils ont laissé à Prague. Un voyage-retour qui fait du bien mais qui n’est pas facile à vivre. Florence retrace ici d’une manière tout à fait naturelle ce que peut-être nous aussi on va vivre un jour…

Quelques-unes des phrases de F. Gindre dans « De retour chez soi » :

– « Les fêtes de départ sont très bonnes psychologiquement car elles constituent un rite de passage entre deux périodes de vie »

– « Alors que nous savions que nous ne vivrons plus jamais les mêmes choses, que nous n’aurons plus jamais les mêmes liens »

– « Je suis encore en contact avec elles, suis au courant de ce qui leur arrive. Mais je suis en dehors de leurs vies quotidiennes à présent »

Si le sujet de l’expatriation et la vie à l’étranger vous intéresse je vous invite à lire ce livre, vous vous y sentirez identifié très facilement.

8 commentaires

    • Margarida

      Merci Marion et bienvenue sur le blog !
      Contente que le sujet te parle :-)

      A très bientôt j’espère.

      Bonne fin de journée !

      Répondre
    • Margarida

      Coucou Pomdempin,

      Même si pas de retour pour moi non plus, j’aime bien (et ça me fait du bien -ou pas-) de réfléchir à tout ça ! On ne sait jamais Pomdepin, peut-être qu’un jour tu te reverras de retour dans ton pays… qui sait de quoi est fait notre avenir !

      Belle journée !

      Répondre
  1. Colin's

    Je viens de rentrer, ma chambre ou mon ancienne nouvelle chambre est invivable car pleine de valises et de vêtements qui reviennent avec moi de deux ans à l’étranger, je sais pas quoi en faire et je déprime dans le salon car je ne peux même pas poser le pied dans ce placard qui avait pourtant été mon cocon pendant des années avant mon départ en Allemagne…

    Répondre
    • Margarida

      Non, il ne faut pas déprimer !! Il faut se dire que « revenir c’est partir une seconde fois », de nouvelles aventures t’attendent ! Mais je comprends, les premiers temps sont déstabilisants, on ne sait plus où on est, pourquoi on est ici, qu’est-ce qu’on va faire, etc et tout cela avec la nostalgie de ce que nous venons de quitter.

      Bonne journée et bienvenue sur le blog !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)