Freelance

Vacances de free-lance

J’aurais aussi pu intituler cet article « La nouvelle année de ma vie de free-lance débute en été ».

Depuis 16 mois je suis officiellement auto-entrepreuneuse mais c’est depuis 20 mois que je vis en mode free-lance. Concevoir, réfléchir, prospecter, poser des bases et travailler, travailler, traduire, rédiger, oser aussi, innover, se lancer, créer des contacts, apprendre, trébucher et se relever. Avancer.

Les vacances du traducteur free-lance

 

Des mois de bonheur, je ne vais pas radoter, je pense le dire presque tous les jours. Je me sens épanouie, contente et heureuse. Aussi bien professionnellement que personnellement. Parce que pour moi, ce sont deux aspects de la vie indissociables, il faut que les deux marchent bien pour atteindre un équilibre, mon équilibre à moi. Sûrement cela se doit à un petit vilain défaut : ne pas savoir déconnecter, ne pas savoir prendre suffisamment de recul. Bref.

Les mois filent à la vitesse de la lumière et tadam, le mois de juillet et ses envies de plage (oui, pour moi été signifie plage !) nous disent bonjour. Mais en tant que traductrice et rédactrice free-lance j’ai appris que c’est à partir du mois d’avril que j’ai le plus de travail (je crois que c’est l’effet langues étrangères et voyage), contre une partie plus creuse en janvier-février. Alors voilà, depuis deux ans l’été se profile différemment mais j’en suis tout autant ravie. Avoir ce travail de free-lance me permet de me nomadiser, de partir, de m’évader, de travailler à l’abri de la poussière du sable tout en sachant qu’elle est là, la mer ! Et cela me donne une légèreté de coeur qui n’a pas de prix. Et cette chance que je mesure et que je serre dans mes bras qui s’appelle Minorque, mon deuxième (ou premier), bref, mon autre chez moi les pieds dans la mer les pieds dans le slow.

L’été et la période de vacances estivales m’offrent un changement de rythme que j’apprécie énormément, avec cette impression de pouvoir faire quatre mille millions cinquante-quatre choses en une journée de vingt-quatre heures. Ce temps d’été qui s’étire et se prolonge, cette douce caresse qui nous donne un tout plein d’énergie.

L’été comme une nouvelle année qui commence bien remplie de nouveaux jolis enthousiastes chouettes projets. Cette année, un joli projet (jolie responsabilité). Cet été qui m’apprendra à me redécouvrir. Ces vacances travailleuses qui nous attendent avec ce mélange parfait de glace paella sangria pomada travail plage famille travail bisous mer sable sueur éventail terrasses détente travail.

Cet été qui débute avec un #nouveauprojet2016 que vous allez pouvoir, sans doute, suivre un peu sur mon Instagram.

Rendez-vous alors en été ?

Et vous, il ressemble à quoi votre été ? Vous me le soufflez votre été ?
Instagram Les mots de Marguerite

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires

  1. Marie

    Mon été à moi… C’est terminer ma formation de traductrice :-), c’est ne pas partir trop loin car mon mari n’a pas de vacances, c’est partir sans lui, avec ma fille de 6 mois et ma famille, c’est m’émerveiller devant ma fille qui va découvrir la baignade pour la première fois, c’est m’émerveiller devant ma fille qui va (re)découvrir la mer, c’est des après-midis piscine, c’est des soirées barbecue, c’est un été aussi assez studieux finalement !
    Je suis allée à Minorque en 2009 et je rêve d’y retourner. J’ai adoré l’esprit de cet île, ses habitants, la sérénité, l’ambiance… Tu as bcp de chance dans ce lieu magnifique.
    Bon courage en tout cas ! Et vive les étés studieux, animés par nos passions….

    Répondre
    • Margarida

      Oooh ! Mais il a l’air pas mal ton été, Marie. Déjà, faire (re)découvrir la mer et une première baignade pour ta fille de 6 mois c’est très chouette et émouvant. Je me souviens encore quand la mienne s’est mis pour la première fois dans la mer (en même temps, c’est pas si vieux que ça :-)!). Les soirées barbecues, les après-midis les pieds dans l’eau, etc. vont te donner tout plein d’énergie pour attaquer la facette plus studieuse.
      Je suis contente de savoir que tu gardes un bon souvenir de Minorque. En effet, jusqu’à présent, Minorque était l’île des Baléares la moins connue, la plus timide.. mais c’est vrai que pour l’été c’est une destination sympa.

      Merci en tout cas pour ce gentil commentaire, ça fait plaisir !
      Belle journée !

      Répondre
  2. Calliframe

    Hé oui ! Moi ma tête est déjà en vacances 😉 mais je sais que le mois d’Août je vais travailler pour mon petit business. Je ne prendrai pas de client mais j’ai du boulot pour faire évoluer mes services. Ce qui va changer c’est de travailler à l’air libre (pas de balcon du haut de mon 14e étage angolais..pas de starbucks non plus..). C’est ça qui est bien dans le fait d’être freelance ou d’avoir une activité nomade, pouvoir changer de lieu.
    Profite bien du soleil et un peu de la mer aussi quand même !

    Répondre
    • Margarida

      Coucou,

      Oui, c’est trop bien (comme disent les enfants) de pouvoir bouger a peu près librement. Ce qui est bien c’est qu’on travaille mais différemment, dans un autre état d’esprit, avec de nouvelles têtes qui nous entourent…

      Tout pareil pour toi ! Profite bien de ce doux été de free-lance !

      Belle journée !

      Répondre
  3. fedora

    Ton été semble plutôt sympa même s’il m’a l’air bien rempli :) Mon été à moi sera marqué par des journées de fou… Réduction du temps de travail durant la période estivale, me voilà libre tous les après-midi : du coup, j’en profite pour bricoler, classer… mettre sur pied un nouveau projet… et puis aussi les copines, la lecture, le repos, un autre rythme, les souper dehors… et fin des vacances, le Sud… Bisous :)

    Répondre
    • Margarida

      Hello Fedora,

      Mais cette réduction du temps de travail en été c’est trop bien ! À l’époque c’est comme ça qu’on faisait en Espagne. À partir de juin, les écoles c’était que le matin (enfin, jusqu’à 14h) puisque trop chaud l’après-midi. Même les usines faisaient souvent pareil dans le mois de juillet. Cela permet d’avoir tout de même un petit air de vacances et faire plein de choses l’après-midi. Et puis, mettre sur pied un nouveau projet… c’est toujours chouette, n’est-ce pas ? Et le Sud pour couronner le tout, pas mal pas mal.. :-)

      Bisous et belle journée !

      Répondre
  4. Lucky Sophie

    C’est très très dur de pouvoir déconnecter vraiment quand on est Community Manger freelance, par contre l’avantage c’est qu’on peut avoir son bureau les pieds dans l’eau :-)

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Lucky Sophie,

      Tu as tout à fait raison, quand on est CM c’est très dur de déconnecter mais il faut tout de même essayer de s’éloigner un peu de l’ordi, de temps en temps :-)

      Bon week-end !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)