Lifestyle

Fleur de vie

Fleur de vie

Ouverte comme elle est, pleine de vie, délicate aussi mais un peu faible, elle qui a toujours poussé comme un bambú bien enraciné. Et pourtant. Elle. Oui. Et la voir aller-venir, se retourner, sauter, prendre des avions et des bateaux, des trains et des cars, causer sans arrêt. Mais pas causer comme ça non, plaidoyer pour ses causes, leurs causes et écrire à longueur de journée. Belle plume écriture, joli coeur plein d’idées et d’avenir qui est déjà présent.

Battante illuminante et son aura autour. Sourires à gogos et une énergie débordante. Des coups de fil à pas d’heure qui tombent toujours à l’heure. L’heure où il faut, l’heure du besoin, du réconfort, de la rigolade, du calme. Entendre les je t’aime et les écouter, les ancrer fort dans le coeur, les imprimer, les répéter comme cette passe footballistique hors du commun qu’on revoit sans cesse en rediffusion. Avec des oooh et des aaaaah. Et ces je t’aime à fleur de peau et sincères mais qui interrogent aussi.

Cette délicatesse fébrile et cassante, tremblante et qui perd les feuilles. L’automne est là. On fane. Elle fane. Les couleurs ternissent et les sourires s’effacent. Dormir pour mieux se réveiller et la grandeur des champs tels des rêves inachevés. À l’horizon, l’aube se profile et elle grimpe jusqu’aux nuages, lueur d’espoir. Et elle m’a dit. Viens, on y va, et on court on saute on se tient par la main et on ramasse les petits morceaux, miettes de vie, d’éclats de joie. Je la regarde repousser et je l’embrasse, et puis, on danse.

Cette fleur, mirage de la vie, transit d’un chemin qui est le nôtre. Heureux comme une fleur. Une fleur qui fane et qui repousse. Forte et délicate. Coquelicot ou marguerite. Chêne ou laurier.

Elle c’est toi. Moi c’est elle. Elle et vous. Elle… on l’a tous, cette fleur de la vie qui va et qui vient. A 20 ou à 30, à 40 ou 50 ou à 60. Vivre la fleur de cette vie, climax d’une jouissance qui connait ses hauts, qui connait ses bas.

La vie et la fleur. Et les sentir, les caresser, les pleurer et les embrasser. Vivre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires

  1. Miss Tamara

    Qu’est-ce que c’est beau ! J’ai lu 2 fois, puis 3, ton texte, pour bien m’en imprégner, bien en saisir toutes les nuances et j’en reste étourdie… Merci Margarida ! Bises.

    Répondre
    • Margarida

      Merci beaucoup Miss Tamara, ça fait chaud au coeur !

      J’espère que tu as bien saisi les nuances qui sont, je pense, personnelles à chacun. C’est ce que j’aime dans ce type d’écriture, évidemment, je pense à quelque chose, quelqu’un, une situation… quand je me mets face à la page blanche mais je me laisse vite emporter par une écriture un peu désordonnée, presque automatique, ce qui fait qu’ensuite, chaque lecteur puisse lire le texte comme il veut, en fonction de son vécu, ses expériences ou son état d’âme du moment.

      Belle journée à toi,

      Répondre
    • Margarida

      Merci beaucoup Laura,

      Tu vas me faire rougir avec ces compliments…

      C’est une écriture qui m’aide les moments où je croule un peu sous le boulot car en vrai c’est une écriture facile pour moi, c’est comme si les mots se glissaient tout seuls sur l’écran.

      Gros bisous (oui, automnales, le soleil est parti !)

      Répondre
  2. Marie Kléber

    Splendide Margarida. C’est quand on ne s’attend à rien de spécial, quand on a juste besoin de se laisser aller à écrire, que les mots se bousculent et nous offrent nos plus belle pages.

    Répondre
    • Margarida

      Bonsoir Marie et merci beaucoup pour ce si gentil commentaire !
      C’est vrai, souvent quand on attend rien de nos mots c’est quand ils se mettent à dire plein de belles choses !

      Gros bisous à toi et très belle soirée !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)