Langues

TIL o el país de xauxa

El vals de les paraules és « l’altra » títol d’aquest bloc.

Perquè ho recordo avui? Per què em sembla que aquestes cinc paraules serveixen perfectement per descriure una de les darreres situacions més reals i més tristes que mai s’han viscut a les Illes Balears en tota la història de la democràcia. Una democràcia igual de vella o igual de jove que servidora, any endavant any endarrere, depèn de com és vulgui percebre aquesta fita per la que tant van lluitar els nostres pares. Si és vella, potser les coses s’hagin de renovar però si és jove potser s’hagi de seguir lluitant per tirar-la cap amunt. Una democràcia forta i sòlida.

Paraules que valsen. Ho visc d’enfora, ho vull entendre a mitges (de vegades és millor), no m’afecta directement, o potser sí, em sembla ridícul, crec que és trist, és insòlit i comença a ser feixuc. Aquestes paraules que tant valsen em recorden aquella lluita de Don Quixot amb els molins de vent quan ell creia que eren gegants. I això se’n diu bogeria. Una bogeria sense límits que no pretèn altra cosa que mostrar qui és el més fort de tots : que si govern i els seus polítics, que si pares desamparats, que si comunitats educatives en contra, que si mestres i professors no vençuts però rebentats i tot un poble que ja no sap cap on girar-se, el penell ha perdut el nord.

Es diu TIL en les seves sigles i Tractament Integrat de les Llengües. Llengües com a finalitat i llengües com a mitjà. Llengües àsperes i seques, que fan mal i tiren fletxes d’odi. I arriba un moment que fins i tot a jo també me’n fan de mal aquestes fletxes. La música del vals comença a descarriar. Les paraules comencen a embrutar-se. Quan l’eina de treball d’un mateix són les llengües i quan un viu en un context lingüístic diferent al matern, aquest tractament de les llengües resulta més que obvi. Com es pot imaginar voler decantar una llengua de la proximitat dels infants? Crec que tothom deu estar d’acord en què quantes més millor, com allò de « quants més serem més riurem ». Quants més idiomes coneixem, millor. Però és clar, no és fàcil. Lògic i normal. No tothom té les mateixes aptituds, encara feliços. Però sí que en una mateixa comunitat (poble) tothom viu, més o menys, la mateixa realitat lingüística i les oportunitats haurien de ser les mateixes. Imagino que aquells que rebaixen el català són insensats i van en contra del que pensen realment, així com suposo que aquells que menyspreuen el castellà (o espanyol a l’estranger) no tenen tampoc un brot de seny. I l’anglès, molt important, és clar.

I segueixen valsant les paraules.

Un no tria allà on neix. Llavors, un no tria mai la seva llengua materna. I les oportunitats s’han d’agafar, a mà de córrer el risc de perdre el tren. Jo vaig nèixer a Menorca, llavors estic orgullosa d’haver après dues llengües indiferentment. No sé com ho vaig fer, ni jo ni els de la meva quinta. Només sé que de vegades a l’escola, parlavem en menorquí i el mestre ens contestava en castellà (pequè era originàri de la península) i això en aquella època no suposava cap problema ni cap escàndol. Quan aquest exemple l’expliques a l’estranger fa molta gràcia i a la vegada estan encantats, ho veuen com una gran sort. I ho és. També lo de tenir diaris o revistes bilingües, i hop, una pàgina en català i la següent en castellà. D’exemples tots en coneixem.

Hi ha un punt que també és indiscutible i encara que molta gent, professors inclosos no ho volen confessar, jo sí ho faré. També he exercit de professora d’una llengua estrangera i si mai un conegut em diu allò de que a escola els fillets no aprenen els idiomes i que és un desastre, jo li contestaré que té raó. I no creuré que és perquè jo som una ensenyant mediocre, no (o no únicament). El fet és que entrar en una classe de trenta o més alumnes amb la finalitat d’ensenyar una llengua és més bogeria que la de Don Quixot, per molt que siguis un gran pedagog i dominis la llengua més que a la perfecció. Es una pèrdua de temps i no hi ha mètode que valgui. I això tan a Menorca com a Liverpool com a Berlin.

I el problema és que els polítics, molts, tenen sempre ganes de divertir-se, sí, jo crec que és això, ells quand pugen al govern van a xauxa (aquell país imaginari on tothom té el que desitja). I a veure qui riu més. Després, quan tornen a casa (o de camí als jutjats) les coses comencen a canviar de color. Però menstrestant les paraules i les llengües segueixen valsant i ara ja, tots començam a tenir molt de mal de cap de tants valsos que hem sentit.

Quan tornaran de xauxa i se n’adonaran que l’educació no és cosa d’ells?

avio1

avion1

Bilinguisme

Le bilinguisme et l’Alzheimer

Le bilinguisme améliore les aptitudes cognitives dès les plus jeunes âges jusqu’aux personnes âgées

Un bébé de cinq mois est capable de distinguer entre deux langues s’il est élevé dans une famille bilingue où le père parle une langue et la mère une autre. Il paraît que tout cela est prouvé scientifiquement (il paraît). A l’école, les élèves bilingues ont plus de capacité de concentration que les monolingues et savent mieux choisir entre les stimuli importants et les moindres.

Cette capacité à rester concentrée, qui n’a rien à voir avec l’intelligence, continue chez les adultes. Et c’est, précisément, chez les personnes âgées que ce bilinguisme est plus bénéfique. D’après deux études de l’Institut de Recherche Rotman de Toronto les symptômes d’Alzheimer apparaissent en moyenne cinq ans plus tard chez les bilingues et ils arrivent à mieux gérer la situation.

Ces avantages cognitifs viennent du fait que les enfants et les adultes qui maîtrisent parfaitement deux langues sont obligés de faire une gymnastique mentale permanente qui améliore le système de contrôle d’exécution du cerveau. Le contrôle d’exécution se traduit en la capacité de se concentrer sur une seule activité tout en inhibant les éventuelles distractions. Pour les personnes multilingues, qui à n’importe quel moment peuvent communiquer en deux langues différentes ou plus, le cerveau doit ignorer les mots d’une langue afin de communiquer dans l’autre. Par exemple, il doit ignorer maison pour dire house ou à l’inverse en fonction de la situation et du contexte.

Tout de même, et c’est important de le signaler, c’est une erreur de croire que les personnes bilingues sont plus intelligentes que les monolingues, cela n’a rien à voir. Le bilinguisme change le cerveau à tel point qu’il permet d’être plus efficace au moment de réaliser plusieurs tâches en même temps.

 Mais il n’y a que des points positifs (allez, laissons tout le monde content :-)) : quand il s’agit de trouver rapidement un mot, disons que parmi les 50 000 qu’un jeune peut emmagasiner dans le cerveau, les bilingues mettent 5% plus de temps que les monolingues (30 millièmes de seconde) à le trouver. Les bilingues ont plus souvent aussi le mot sur le bout de la langue et ils n’arrivent pas à le trouver, du fait qu’ils doivent chercher plus. Plus est, les bilingues ont un vocabulaire un peu plus réduit pour une seule langue mais plus important si on prend l’ensemble des langues qu’ils maîtrisent.

Apprendre des langues

Partir apprendre une langue

Il commence à faire beau, l’école va bientôt fermer les portes, les gens commencent à songer aux vacances, on commence à rêver de notre prochaine destination. C’est pourquoi je reviens vers vous aujourd’hui pour vous donner envie de partir à l’étranger apprendre une langue, connaître une culture. Des occasions à ne pas rater, surtout pour les plus jeunes de la maison.

Partir en séjour linguistique à l’étranger, quelle belle expérience ! La période estivale est le moment idéal pour apprendre les langues. La découverte des autres, partir pour connaître un pays dont jusqu’à présent on en a seulement entendu parler, apprendre à communiquer, vivre avec des habitudes différentes, faire aussi connaissance de soi-même…

Je ne peux qu’encourager tous ces jeunes qui ont envie de ça, cette grande envie de savoir comment vivent les gens du pays d’à côté, ou de ce pays qui loin bien loin va nous offrir une toute autre vision des choses. Parce qu’une immersion linguistique donne souvent des résultats plus satisfaisants qu’un simple cours de langue dans le cadre scolaire.

Et c’est une chance à ne pas rater. Vous allez peut-être me dire que ce n’est pas tout le monde qui peut y mettre le prix. Ne vous inquiétez pas, il y a un large choix, des séjours qui effectivement restent un peu chers mais aussi des séjours plus abordables, voire des bourses qui financent ce type de voyages. Quand on veut on peut. Il suffit de gratter, de chercher et de trouver la bonne formule.

Un jeune qui part est un jeune qui revient plus fort, avec plus d’aisance pour la langue… et surtout un jeune plus ouvert d’esprit et qui sait regarder loin vers l’horizon, peut-être une des choses les plus importantes dans ce monde d’aujourd’hui !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Apprendre des langues

Les bienfaits des séjours linguistiques

Partir en séjour linguistique à l’étranger, quelle belle expérience ! Le mois de juillet est le mois idéal pour apprendre les langues. La découverte des autres, partir pour connaître un pays dont jusqu’à présent on en a seulement entendu parler, apprendre à communiquer, vivre avec des habitudes différentes, faire aussi connaissance de soi-même…

Je ne peux qu’encourager à tous ces jeunes qui ont envie de ça, cette grande envie de savoir comment vivent les gens du pays d’à côté, ou de ce pays qui loin bien loin va nous offrir une toute autre vision des choses. Parce qu’une immersion linguistique donne souvent des résultats plus satisfaisants qu’un simple cours de langue dans le cadre scolaire.

Et c’est une chance à ne pas rater. Vous allez peut-être me dire que ce n’est pas tout le monde qui peut y mettre le prix. Ne vous inquiétez pas, il y a un large choix, des séjours qui effectivement restent un peu chers mais aussi des séjours plus abordables, voire des bourses qui financent ce type de voyages. Quand on veut on peut. Il suffit de gratter, de chercher et de trouver la bonne formule.

Une jeune qui part est un jeune qui revient plus fort, avec plus d’aisance pour la langue… et surtout un jeune plus ouvert d’esprit et qui sait regarder loin vers l’horizon !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Apprendre des langues

De petit écolier à grand bachelier

Jeudi dernier ont commencé les premières épreuves du Bac 2011. Beaucoup de stress et de pression. Passer les examens du Bac marque la fin de toute une étape pour des milliers et des milliers d’adolescents, on s’y joue beaucoup, en quelque sorte on nous fait croire que l’avenir de tous ces jeunes va se décider sur les bancs et les salles froides de ces centres d’examens…Peut-être…

Mais moi aujourd’hui et avec le recul de jeune trentenaire je veux donc voir le Bac comme cette fin d’une période pour en commencer une autre tout à fait différente. Le passage du Bac vu comme le passage à la vie adulte. Et si ce n’était pas vrai ? Les enfants sont actuellement un peu trop protégés, j’en ai bien l’impression, du moins au niveau du suivi scolaire. Les enfants aujourd’hui ne sont pas trop autonomes, ne savent pas trop prendre des décisions, et pourtant… s’ils savaient combien faut-il en prendre des décisions au long de la vie !

J’en parlais récemment avec une copine qui est quotidiennement confrontée à des ados et pré-ados, elle est prof. D’après elle on ne peut plus rien demander aux enfants, quand on leur dit qu’il faut faire un travail à deux, ils répondent « que non, moi lui  (son camarade) je le connais à peine » ou bien « il habite trop loin de chez moi », pourtant je suis sûre que les e-mails ça ils connaissent, et puis prendre dix minutes de la récré pour finir un dialogue, et ben non, presque un pêché ! Ils n’hésitent pas non plus à dire (les lundis), sans aucune honte, à croire qu’ils naissent dévergondés, que « je n’ai pas pu faire le travail à la maison car ce weekend j’ai été de mariage, ou il y avait des gens à la maison ou j’étais parti ailleurs… », oui, ça existe apparemment.

Et moi je trouve qu’en très peu d’années les choses ont bien changé, un peu trop même. Et je me demande si on est en train de bien évoluer. Je me demande si tous ces jeunes qui sont en train de laisser leurs tripes devant les sujets de Philo, d’Histoire-Géo et autres savent vraiment ce que c’est que la vraie vie. Et pire encore, je me demande si ce n’est pas les parents qui devraient de nouveau passer un Bac, mais c’est une question que je vais laisser sans réponse.

C’est bien pour cela que moi ce Bac je désire fortement l’entendre comme le vrai passage à la vie adulte… De petit écolier à grand bachelier !

Bonne chance à vous tous jeunes de la France !

Bureau65

Rendez-vous sur Hellocoton !