Minorque

Minorque au-delà de… Minorque ! expo photo de B. Vinceneux

Mise à jour du 25-07-2017

Alors que je suis en mode bureau estival à Minorque, Nantes, ma ville d’adoption depuis plus de sept ans fête aussi l’été avec une exposition qui donne envie de s’évader à la mer, à la plage, dans l’eau, sous le soleil… une exposition qui donne envie de… Minorque ! Une espèce de boucle bouclée !

J’ai déjà eu le plaisir de vous parler, il y a peu, de Bernard Vinceneux, un photographe qui aime jouer avec les photos depuis sa jeuneuse, tout d’abord en argentique et ensuite avec le numérique.

Actuellement, il évolue dans les PhotoClubs de Nantes et de Minorque, dans la belle ville de Es Castell, tout près de Mahón.

À Minorque, des photos à ras de l’eau !

C’est à Minorque qu’il a redécouvert un plaisir d’enfance : celui de nager avec des palmes, masque et tuba et c’est ainsi que sont nées la plupart des photographies actuellement exposées à la médiathèque Floresca Guépin (du 7 juillet au 24 août). Vinceneux se balade au fil de l’eau avec son appareil photo et son caisson étanche, faisant ressurgir un souvenir d’enfance en même temps qu’il trouve la possibilité d’exploiter son plus grand plaisir d’adulte : la photo.

Expo photos Minorque Bernard Vinceneux Expo photos Minorque Bernard Vinceneux

Les photos de Bernard Vinceneux

Les photos, magnifiques, sont un fidèle reflet de cette union entre le ciel et la mer, entre l’air et l’eau, toujours à ras d’eau, au fil de l’eau ! Des prises de vue réfléchies mais tout en laissant faire le hasard.

Se mettre face à une de ces œuvres photographiques est se situer sur l’eau mais aussi au-dessous, c’est une espèce d’entre-deux, cet espace où les reflets de l’eau et du soleil cohabitent à la perfection pour donner des images belles, réelles, époustouflantes… des images très estivales avec, parfois, un soupçon de déformation !

Si vous êtes à Nantes et que vous avez envie d’aller Au-delà du miroir, n’hésitez pas une seule seconde.

Vinceneux aime bien faire le lien entre ses photographies et les paroles de la chanson Un petit poisson, un petit oiseau de Juliette Greco :

Un petit poisson, un petit oiseau
S’aimaient d’amour tendre
Mais comment s’y prendre
Quand on est dans l’eau
Un petit poisson, un petit oiseau
S’aimaient d’amour tendre
Mais comment s’y prendre
Quand on est là-haut

 

Informations d’accès
du 07 Juillet au 24 août
Médiathèque Floresca Guépin
Route de Ste Luce, Place du Commandant Cousteau
(ou adresse officielle 15 rue de la Haluchère)
Tram ligne 1 ou Chronobus C7 : arrêt : Souillarderie

 L’exposition aura également lieu à Minorque du 8 au 30 septembre 2017 à la Sala Xec Coll, Carrer des Seminari, Ciutadella.

Les photos illustrant cet article ont gentiment été prêtées par Bernard Vinceneux et elles se trouvent également sur sa page Facebook.

Mise à jour du 25 juillet 2017

Interview publié sur l’Ouest-France à propos de l’exposition de Bernard Vinceneux

Interview Ouest-France Bernard Viceneux

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voyages

Gran Bilbao : yeux dans les yeux, l’amour et l’amitié

Un besoin irréfrénable de se retrouver. Et puis, de se poser aussi. Un besoin irrésistible de se regarder, yeux dans les yeux, sans dire un mot. Un besoin impérieux de se balader, main dans la main.

Et partir. Rouler. Avaler des kilomètres et s’en aller.

Un week-end à Bilbao
Un week-end à Bilbao Un week-end à Bilbao

Parce que la vie est ainsi. Des mois à courir, partout, dans tous les sens et se sentir à bout de souffle sur une ligne d’arrivée quelque peu instable. Mouvements de sable périlleux qu’il ne faut pas laisser trembler de trop.

Partir, respirer, ouvrir grand les yeux, s’aimer.

S’aimer très fort, main dans la main, toujours et se laisser prélasser dans les vieilles ruelles et sous les immeubles grandioses.

Bilbao la ville des contrastes. Vieille ville, grand Guggenheim.

Un week-end à BilbaoUn week-end à BilbaoUn week-end à Bilbao

Nous sommes venus pour tout oublier, pour nous aimer. Et on t’a aimée, aussi. J’avais déjà eu l’occasion de visiter deux fois Bilbao, dans le Pays Basque espagnol, à Euskadi. Mais j’avais un peu oublié. Alors, ce fut un grand plaisir de te re-découvrir avec mon amoureux qui a tellement adoré. On va revenir, il disait sans arrêt.

Bilbao, une ville qui a su se renouveler comme aucune autre, ou presque. Une ville de chantiers navals, une ville anciennement grise, aujourd’hui verte et pleine de vie. Une ville vieille et moderne à la fois. Comme on les aime. Oh, l’Espagne et sa sauvegarde des traditions tout en s’ouvrant aux temps modernes !

Un week-end à BilbaoUn week-end à Bilbao Un week-end à Bilbao

Et puis, les terrasses, les pintxos et le txacoli ! Le magnifique – impressionnant – imposant Guggenheim.

Nous sommes arrivés un vendredi soir, le moment idéal pour une petite balade dans le Casco Viejo, las Siete Calles, là où tu ne sais plus où donner de la tête tellement il y a des petits bars. Les gens, après le travail, se retrouvent au pied du comptoir, verre de vin dans une main, pintxo dans l’autre. Nous avons goûté à la chistorra, dégusté les bonnes olives du sud, picoré ici et là.

Cap sur un hôtel grand et petit à la fois. Un grand hôtel accueillant et chaleureux. Là où tu te sens un peu comme à la maison. Avec des chambres de rêve. Des petits déjeuners d’enfer, le choix, le choix et encore le choix, pour les british, les vegans, les salés ou les sucrés. Des sourires à gogo. C’est un peu comme si le soleil s’était aussi invité à l’hôtel.

Et puis, le week-end encore, main dans la main, découvrir les grandes avenues, tomber sur les fêtes du quartier, parler espagnol et dire agur en basque, oh l’Espagne mon cher pays polyglotte ! Oh que ça fait du bien, demander des renseignements et avoir les sourires !

Un week-end à BilbaoUn week-end à Bilbao

Se présenter à l’improviste dans un des restaurants les plus réputés pour manger une paella, juste après avoir lu en diagonale un petit article sur son iPhone qui ne disait que du bien. Improviser, faire toc toc, rentrer, entendre dire que tout est complet depuis six mois mais oh attendez, vous venez d’où, un peu d’Espagne un peu de France, oh attendez on vous fait une petite place. Ô chère hospitalité que tu nous manques parfois !

Improviser, se laisser emporter, flâner, ne pas se mettre trop de contraintes si ce n’est que celle de bien savourer la ville. Tout ce qu’on aime et tout ce qu’on perd, un peu, parfois, quand on devient parents. Retrouver une certaine forme de liberté, une autre façon de liberté. Marcher, marcher, sauter, s’arrêter sur la balançoire de la place de la ville, penser à elle, acheter une énorme glace. Boire un vrai cortado

Un week-end à Bilbao Un week-end à Bilbao
Week-end à Bilbao Week-end à Bilbao
Un week-end à Bilbao

Et courir l’embrasser, elle, qui est venue me voir, nous voir. Elle qui se bat contre un mauvais crabe depuis des années. Elle pour qui je prie à la vie. Elle avec qui j’ai appris les amies à distance. Elle, ma seule et unique témoin de mariage, l’embrasser fort et papoter-papoter-papoter faire les fifilles. Elle, venue de Barcelone sur un coup de tête pour me voir, l’amitié vous dites ? Et si c’était ça ?

Et à cinq, connus-inconnus, déguster encore un peu de ce merveilleux Bilbao qui nous a redonné la chaleur, l’amour, le beau temps, les sourires, la douceur de vivre à l’espagnole.

Parenthèse improvisée mais tant attendue.

Gran Bilbao, mon amour. On reviendra.

Week-end à Bilbao Week-end à Bilbao
Week-end à Bilbao

 ADRESSES D’INTÉRÊT
– Mercado de la Ribera
– Zone des Sietes Calles (Vieux Bilbao)
– Bar Txukela (C/Perro)
– Bar Promenade C/Astarloa)
– Restaurant La Barraca (pour les paellas C/ Bertendona, 6)
– Hotel Gran Bilbao (C/Prieto Indalecio)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Minorque

Minorque à Nantes : expo photo de B. Vinceneux

Jusqu’au dimanche 14 mai, vous pouvez retrouver un petit bout de Minorque à Nantes ! En effet, Bernard Vinceneux, photographe, présente une série de photos de l’île de Minorque à l’espace Cosmopolis dans le cadre de la Fête de l’Europe.

Minorque, au fil de l’eau (à l’espace Cosmopolis)

Une exposition composée de plusieurs clichés montrant des aspects variés de cette île des Baléares, l’île la plus septentrionale de l’archipel, là où se lève le premier soleil d’Espagne. Des plages vierges ou presque, des côtes plus rocheuses et des paysages surprenants, des sables fins et blancs et d’autres plus rougeâtres, des bateaux, des grands et des petits, grands paquebots touristiques et les llaüts (la barque locale), des pierres centenaires et des monuments préhistoriques, des chevaux vêtus de noir jais… Tout y est.

Avec des photos prises au ras de l’eau, le photographe montre ce qu’il y a en dessous et en dessus de la mer. La particularité de ces photos ? Ce sont toutes des images qui ne peuvent être prises qu’en nageant, un point de vue qu’on ne sait voir que quand on est à ras de l’eau, une perspective qui nous permet de voir vers le haut et vers le bas de ces eaux cristallines de Minorque.

C’est en quelque sorte le pouvoir magique de contempler en même temps les nuages et les fonds sous-marins, autrement dit, « Un bain d’idées » sous forme de photos sous cadre et d’autres bâches de grand format avec une couleur prédominante : le bleu de Minorque.

Expo photo Minorque Nantes Bernard Vinceneux

Bernard Vinceneux, la passion photo entre Minorque et Nantes

Après avoir découvert une vraie passion pour la photographie dans sa jeunesse, B. Vinceneux évolue actuellement dans le milieu photographique entre Nantes, sa ville et Minorque, sa passion. Depuis 2008, il ne cesse pas d’exposer des photos, des photos qui lui tiennent toujours à cœur, vraie âme d’artiste. Il a eu l’occasion de montrer ses photos sur les écoliers du Mali ou encore sur la construction des ponts Senghor et Tabarly de Nantes où il a pu mettre à profit ses connaissances aguerries d’ingénieur en conjuguant technique et esthétique. Il est également connu, avec OdilE, par son exposition « A quoi joue la médiathèque Floresca Guépin ? » où ils ont su donner vie à des bonhommes Playmobil, entre le sténopé d’OdilE et l’effet de perspective de Vinceneux.

C’est en 2016 qu’il unit sa passion pour la photo avec sa passion pour cette île des Baléares avec la création de l’exposition actuellement visible au Cosmopolis de Nantes.

Prochaine exposition de B. Vinceneux sur Minorque à Nantes à la médiathèque Floresca Guépin

Pour les retardataires ou pour ceux qui n’ont pas le temps d’aller à cette exposition du Cosmopolis, ne vous inquiétez pas, une autre est en cours de préparation !

Retrouvez donc Vinceneux et Minorque à la médiathèque Floresca Guépin du 7 juillet au 25 août 2017 avec pour thème, « Au délà du Miroir… ».

Je vous invite à rester connectés pour en savoir un peu plus sur cette prochaine expo. Car, je vous assure, une exposition photos c’est aussi un très bon moyen pour se faire une idée d’une réalité inconnue, d’un lieu désiré, d’une île souhaitée !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Minorque

Les « Pedreres de s’Hostal » et « Lithica » : l’art des pierres à Minorque

Minorque by @Margarida

Tourisme à MinorqueSuivez-moi, le temps d’un été, sur
mon île adorée en Méditerranée
#Minorque #tourisme #voyages

Originaire de Minorque, je continue avec cette série d’articles, que je vais publier tout au long de l’été, sur l’île qui m’a vu grandir. Des balades dans des lieux plus touristiques et d’autres dans des endroits moins connus. Une Minorque sincère et naturelle, attrayante pour les touristes et toujours aimée par les locaux. Symbiose parfaite pour un bout de terre de 700 km2 qui a été déclarée (dans sa totalité) Réserve de Biosphère en 1993. Longtemps côtoyée par un tourisme plutôt britannique, les Français l’ont redécouverte il y a un peu plus de trois ans. Certes, il n’est pas toujours facile d’y accéder par manque de bonnes connexions et de vols mais c’est aussi sans doute cela qui contribue à son charme. Les Français aiment la Minorque des randonnées, des sentiers côtiers (GR 223), des plages et des criques vierges, de la slowlife des habitants et des places des villes remplies d’enfants qui jouent. Minorque conjugue à la perfection tradition et modernité.

Les « Pedreres de s’Hostal » et « Lithica » : l’art des pierres à Minorque

Minorque regorge de cailloux, foisonne de pierres, c’est un cliché mais c’est vrai. En témoignent ces murs de pierre sèche si caractéristiques qui longent les routes de part et d’autre et servent à la fois à protéger les cultures du méchant vent de tramontane et à la rotation des pâturages pour le bétail ; des pierres qui constituent également les monuments préhistoriques comme les Taulas, Talaiots, Talaies.

Mais s’il est un lieu d’émerveillement incontournable fait uniquement de pierres, c’est bien les Pedreres de S’Hostal, des carrières de « marès » qui servirent pendant plus de deux cents ans à extraire la pierre pour la construction des maisons. Le marès est un type de roche calcaire semblable au grès. Il s’agit de carrières monumentales, impressionnantes, au sein desquelles l’homme se sent tout petit et en même temps y retrouve son essence.

Lithica à Ciutadella, MinorqueLithica à Ciutadella, Minorque Lithica à Ciutadella, MinorqueLithica à Ciutadella, Minorque Lithica à Ciutadella, Minorque

Les carrières étaient exploitées au moyen de deux techniques différentes : manuelle pour les anciennes carrières et mécanique pour les carrières plus modernes. Cela en a fait deux espaces complètement différents. La vieille carrière a laissé une empreinte quasi magique avec son labyrinthe de pierre et de végétation, où un jardin botanique ainsi qu’un itinéraire botanique ont été créés par la suite. Pour sa part, la carrière mécanique nous a laissé en héritage des espaces imposants, saisissants, des parois d’une immense verticalité, presque à en donner le vertige, aux formes cubiques qui font aujourd’hui office d’amphithéâtre et de scène de concerts en été.

L’association Lithica

C’est peu après l’abandon des Pedreres (carrières) en 1994 en tant que lieu de travail que va naître l’association Lithica (rappelons que lithos en latin signifie pierre) de la main de la sculptrice et architecte Laetitia Lara (Paris 1957). Le but premier de Lithica vise à préserver et à revaloriser les anciennes carrières de marès. Lithica est donc devenue une sorte de gardien du patrimoine. Grâce à cette association, les Pedreres de s’Hostal sont sorties de l’oubli, tant pour les Minorquins que pour les visiteurs. C’est aussi grâce à Lithica que les lieux ont pu recouvrer toute leur splendeur, une complète union entre la sculpture et la pierre, une continuité du travail de la main de l’homme, cette fois-ci en communion avec l’art.

Les Pedreres sont situées à seulement 3 km de la jolie ville de Ciutadella, une visite inévitable lors des longues soirées d’été. Un coucher de soleil dont les reflets passent de paroi en paroi, créant des jeux d’ombres et de lumières, un endroit qui nous transporte et qui nous fait voyager.

Lithica est aux Pedreres de s’Hostal ce qu’une perle est à une huître : l’essence même de la beauté qui donne envie de se l’offrir et qui donne envie de la savourer.

Nous, les Minorquins nous nous réjouissons que ces carrières soient préservées ; nous nous faisons une joie à l’idée d’aller y fêter la pleine lune du mois d’août, nous adorons programmer une petite sortie-concert à l’Hort des Tarongers… Nous raffolons de ce lieu somptueux, de ces pierres millénaires incroyablement belles.

A Minorque il y a des pierres, certes, mais pas n’importe quelles pierres.

CREDIT PHOTOS : Toutes les photos ont été extraites de la page officielle de Lithica et sont signées, tour à tour, par Lithica, Lara et Lluis Bertran.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Minorque

Plage de Sa Mesquida à Minorque, petit havre de paix

Minorque by @Margarida

Tourisme à MinorqueSuivez-moi, le temps d’un été, sur
mon île adorée en Méditerranée
#Minorque #tourisme #voyages

Originaire de Minorque, je continue avec cette série d’articles, que je vais publier tout au long de l’été, sur l’île qui m’a vu grandir. Des balades dans des lieux plus touristiques et d’autres dans des endroits moins connus. Une Minorque sincère et naturelle, attrayante pour les touristes et toujours aimée par les locaux. Symbiose parfaite pour un bout de terre de 700 km2 qui a été déclarée (dans sa totalité) Réserve de Biosphère en 1993. Longtemps côtoyée par un tourisme plutôt britannique, les Français l’ont redécouverte il y a un peu plus de trois ans. Certes, il n’est pas toujours facile d’y accéder par manque de bonnes connexions et de vols mais c’est aussi sans doute cela qui contribue à son charme. Les Français aiment la Minorque des randonnées, des sentiers côtiers (GR 223), des plages et des criques vierges, de la slowlife des habitants et des places des villes remplies d’enfants qui jouent. Minorque conjugue à la perfection tradition et modernité.

Sa Mesquida, petit havre de paix

Aujourd’hui, je sais déjà que les couleurs de ces photos je vais les garder précieusement dans ma jolie boîte à trésors parce que j’imagine qu’en l’ouvrant, un jour de pluie, ils vont me fouetter le visage et me redonner le sourire.

Je regarde à droite et à gauche, vers le haut des falaises ou au loin à l’horizon et je vois un petit havre de paix, un refuge pour les jours de tristesse et un exutoire pour les jours de trop-plein de bonheur, quand il faut courir les bras ouverts pour savourer la vie et l’instant magique.

Toutes ces sensations que Sa Mesquida me donne. Petite calanque à l’est de l’île, à seulement 4 kilomètres -environ- du centre ville de Mahón, capitale de l’île. Un petit air marin qui faisait vibrer la jolie Méditerranée. La plage, surveillée par une tour de défense construite au XVIII par les Anglais pour se défendre des attaques des troupes franco-espagnoles qui voulaient reprendre l’île aux Britanniques. Un morceau de littoral, une île et plein d’histoire.

Sa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à Minorque

Je me rends compte que cela nous fait un bien fou de venir savourer la vraie essence de nos origines, quand il fait beau et que les jours se mettent en pause. C’est pour cela que j’ai eu envie, cette fois-ci, de partager avec vous un peu de mon voyage et surtout de vous offrir ces couleurs bleues et sable doré…

Rendez-vous sur Hellocoton !