Inspiration

Je me conjugue au pluriel

Cela fait longtemps que l’idée de faire un billet à ce sujet se balade dans ma petite tête… à propos de « Je me conjugue au pluriel ». Je me décide donc aujourd’hui à le faire car après lecture de l’article De la douceur d’être à deux de May je me suis dit qu’il était temps d’en faire ici un peu de poésie. May me demandait de qui était la phrase, à vrai dire ce n’est pas une phrase célèbre mais tout simplement une belle phrase volée à Juliette, double clin d’oeil aujourd’hui !

Je me conjugue au pluriel ou le passage de la vie à un à la vie à deux, c’est aussi quand on se regarde dans les yeux de l’Autre, quand une personne n’est plus une mais deux, autrement dit quand deux personnes n’en font qu’une seule. Je me conjugue au pluriel tout en gardant mon Moi puisque le plus important est d’avoir un Moi fort, costaud et intègre afin d’en parvenir à un Nous bien unifié, sincère et vrai. On trouve dans le dictionnaire une première acception pour le verbe Conjuguer : unir, assembler, regrouper… rien de plus vrai, unir deux coeurs qui veulent battre à l’unisson, assembler deux corps prêts à vieiller ensemble, regrouper deux êtres et en faire une âme plus complète.

Pluralité ne doit pas cacher la notion d’effacer, d’éliminer, de supprimer, Je me conjugue au pluriel pour nous multiplier, pour partager et aller de l’avant main dans la main.

Quatre yeux et quatre mains,
deux coeurs et une vie
un je qui devient nous
il n’y a qu’un seul chemin.

Je me regarde dans l’autre
et je suis moi-même
un je qui devient nous
une vie qui est la nôtre.

 Je me conjugue au pluriel, Tu te conjugues au pluriel, Il se conjugue au pluriel, Elle aussi se conjugue au pluriel, Nous tous nous conjugons au pluriel….

 

Lys

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Langues

Traduire, un film de Nurith Aviv

Dans le monde de la traduction on parle cette semaine de la sortie en salle du film « Traduire », un documentaire auquel il est difficile de lui mettre un étiquette, on pourrait peut-être dire qu’il s’agit d’une histoire poético-politico-littéraire racontée par des traducteurs eux-mêmes. La scénariste, Nurith Aviv, continue ainsi avec sa trilogie qu’elle avait commencé avec « D’une langue à l’autre » et « Langue sacrée, langue parlée. » Le fil conducteur de ces trois films est l’hébreu. Les traducteurs parlent donc de leur expérience de passeurs de la littérature hébraïque écrite à travers les siècles et ils le font avec beaucoup de passion.

C’est un tour du monde des traducteurs de l’hébreu, on y trouve les noms suivants :

– Sandrick Le Maguer, traducteur en français
– Angel Sáenz-Badillos, traducteur en espagnol
– Yitshok Niborski, traducteur en yiddish
– Anna Linda Callow, traductrice en italien
– Sivan Beskin, traductrice en russe
– Manuel Forcano, traducteur en catalan
– Chana Bloch, traductrice en anglais
– Anne Birkenhauer, traductrice en allemand
– Rosie Pinhas-Delpuech, traductrice en français
– Ala Hlehel,  traducteur en arab

C’est magnifique de voir que ce formidable métier est traitée dans un film-documentaire. Le passage d’une culture à une autre est plus vif que jamais dans ces images. On se rend compte que autrui existe car c’est à travers la découverte d’une autre langue qu’on réalise l’existence même de l’homme, des hommes. Parfois traduire demande de se positionner en tant que guerrier face à sa propre langue maternelle, ce n’est pas facile de tout faire « passer », ainsi donc où en est de tous ces traducteurs automatiques ? (ehem, je vais bientôt vous livrer un billet sur ce sujet..)

  traduire-film-nurith-aviv-L-p FA5d

Je vous laisse avec ces quelques lignes, synopse du film-documentaire que vous pouvez trouver sur ce site

« C’est une littérature dans laquelle coexistent souvent différentes strates. Dans l’hébreu moderne, l’entrelacement de toutes ces couches donne souvent lieu à des effets d’humour et d’ironie, mais ne facilite pas la tâche du traducteur.
Anna Linda, traductrice en italien du S.Y Agnon (prix Nobel de littérature) parle même de la « cruauté » de l’auteur qui n’indique pas les sources de ses nombreuses citations. L’hébreu d’Agnon l’a amenée à ce qu’elle appelle l’« agnon-isation » de la langue italienne. Ala Hlehel, traducteur en arabe d’une pièce de théâtre d’Hanoch Levin, dit: « Je devais renoncer aux lois de ma langue… ». Pour Chana Bloch, traductrice en anglais de la poétesse Dahlia Ravikovitch, il s’agit  de « forcer les limites de ce qui est confortable, voire tolérable, en anglais ».
C’est un film avec thème et variation où à partir d’une même langue, des interprétations en voix et en langues différentes se font entendre.

Pour Edouard Glissant, « chaque traduction aujourd’hui accompagne le réseau de toutes les traductions possibles, de toute langue en toute langue ». »

Hélas, ce film-documentaire passe dans très très peu de langues (par « très peu » comprendre qu’une salle à Paris et une salle à Bruxelles) mais la réalisatrice a déjà annoncé que dans deux mois un coffret avec la trilogie sera en vente… nous n’avons plus qu’à attendre ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Langues

Auteur, traducteur, correcteur

Traduction et correction. Quand on traduit on doit toujours laisser la place au correcteur, à celui qui vient derrière nous tel un ange gardien de la langue. Souvent les traducteurs nous faisons preuve d’invention, on explore des nouveaux territoires, on donne des néologismes, on invente des nouvelles acceptions à des vieux vocables… et c’est bien pour cela que nous avons besoin du travail du correcteur. Celui-ci va veiller à la pureté de la langue et fréquemment il reste bouche-bée face aux inventions du premier.

Tant le travail du traducteur comme le travail du correcteur sont des métiers, en quelque sorte, méconnus et peut-être même infra-valorisés. Et pourtant aussi importants ! Que ferions-nous sans cette transposition d’une langue vers une autre ? Combien de choses, de gens, de faits laisserions-nous de côté par incompréhension linguistique ? Notre ignorance ne ferait qu’accroître…

Je voudrais donc, aujourd’hui, traiter des liens que tout traducteur et correcteur devraint entretenir (et je parle au conditionnel car cela reste une hypothèse, malheureusement ce n’est pas toujours le cas). Il faut d’abord souligner qu’il s’agit d’un travail dur, en solitude, qui frôle presque la névrose puisque, avouons-le, il faut être suffisamment maniaque pour passer sa vie à chercher ce que les autres n’ont pas vu. La deuxième qualité est la patience, mot roi de cette profession. Il ne faut pas seulement être patient en ce qui concerne le travail même mais aussi pour toutes les activités collatérales, c’est-à-dire, quand les gens vous demandent, profession, et qu’on répond, Correcteur, quoi correcteur ? Ah, parce que les livres se corrigent, c’est cela.

Même si dans ce monde des éditions, et vu le contexte de crise, le correcteur sera le premier poste supprimé en cas de manque de sous, il faut savoir que de lui dépend le dernier avis avant passage à impression, il détient donc un superpouvoir, celui de la décision finale. C’est pour cela que traducteur et correcteur doivent communiquer constamment.

De tous est connu le caractère isolé des métiers de traducteur ou correcteur, d’autant plus important donc, le dialogue qui doit être instauré entre, d’une part, auteur-traducteur et d’autre part, traducteur-correcteur. Les uns sans les autres cela peut donner des vraies catastrophes.

  Trad

Inspiration

Ballerines personnalisables

ballerines

La marque de chaussures Pretty Ballerinas vient de lancer un nouveau concept de ballerine personnalisable. Je trouve cette idée géniale ! Cette nouvelle ballerine a été conçue comme cadeau de mariage, quand les pieds de la belle mariée n’en peuvent plus, allez hop, on chausse ces petites chaussures et fini le mal aux orteils ! Moi je le vois bien comme cadeau de la bande de copines, on peut même s’amuser à faire les artistes-peintres lors de l’enterrement de jeune fille et puis au mariage, on met les ballerines pour danser jusqu’à pas d’heure !

Les chaussures viennent avec trois feutres, rouge, bleu et violet et le tissu permet de dessiner et effacer autant de fois qu’on le désire.

C’est également un bon moyen pour que les enfants s’amusent et soient fiers de leurs cadeaux. Pour cela la marque a mis aussi en vente des ballerines pour les petits petons des gamines…et  pourquoi pas comme cadeau pour la fête des mamans ? Que m’en dites-vous ?

Moi je craque, je crois que je vais en acheter…

J’adore les chaussures, pendant longtemps l’industrie des chaussures était la principale source d’économie de ma petite île (maintenant c’est plutôt la crise qui règne, mais ce sont des figues d’un autre panier*), et donc, je connais bien tout cela, j’ai toujours eu beaucoup de chaussures, je reconnais bien la qualité des matières et les finitions, je trouve qu’une belle chaussure ça peut changer toute la tenue, ça rend belle et quand je croise une fille je ne peux pas m’empêcher de regarder ses pieds car je suis sûre qu’on peut « deviner » une personne en regardant ses chaussures, en quelque sorte on peut dire que les chaussures parlent…

PS1, *Figues d’un autre panier, expression provençale (toujours utilisée en catalan) pour dire que c’est autre chose, une affaire différente d’une autre.. Et voilà pour ma petite note linguistique de la journée !!!

PS2, Non, je ne suis pas sponsorisée par la marque, juste envie de partager cela avec vous, et puis les Pretty Ballerinas sont nées à côté de chez moi, c’est donc le petit coeur qui parle !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Inspiration

C’est le printemps!

Cosetes

Le printemps est dehors, il attend son tour, que la porte de l’hiver se ferme complètement pour ainsi bien prendre possession des lieux. Le printemps nous fait rêver, saison intermédiaire où on commence à ranger soigneusement gros manteaux pour sortir nos plus beaux petits gilets. Le printemps, quand les couleurs ressortent leurs plus belles nuances, quand un arc-en-ciel habille les rues et rend le sourire à plein de personnes. Quand les foulards remplacent écharpes et bonnets. Le printemps, joli vocable qui évoque hirondelles, renouveau et nature. Parce que à chaque arrivée de ce primus tempus, il y a une nouvelle naissance, l’accouchement d’un nouveau Nous qui nous construit et nous prépare pour l’été, l’hiver et l’automne. Des hirondelles survolant les plus beaux paysages, comme de petites demoiselles venant nous inviter pour passer un bon petit moment.

Au printemps, on ouvre les coeurs !

Petit billet pour un samedi plutôt ensoleillé ! Bon weekend à tous !