Bilinguisme

Bilingue ici, bilingue là-bas

Depuis qu’on suit les aventures de notre petite bilingue en construction, on découvre tous les jours un aspect différent du bilinguisme chez les tout-petits.

Bébés bilingues

Avec notre récent séjour de 15 jours à Minorque, chez ma famille, j’ai pu m’apercevoir de ô combien le bilinguisme pour la Petite Princesse est différent selon l’endroit où elle se trouve. Et, au fond, cette différence est tout à fait simple, anodine, logique et normale. Mais on ne peut pas s’empêcher de la remarquer.

Différents lieux, différents bilinguismes

Quand nous sommes en France, la balance du bilinguisme tend à pencher en faveur du français, quand nous passons plus de 5 jours à Minorque, la balance commence à s’inverser, en faveur, cette fois-ci, du catalan. Pour être plus juste, je devrais préciser que la balance ne penche pas du côté du catalan mais plutôt qu’elle retrouve un peu de son équilibre. Equilibre qui est souvent atteint vers l’âge des 6 ans.

En France, et à seulement quelques jours des 2 ans de la petite, le français a une place très importante (normal !). Il est donc logique qu’elle parle plus dans cette langue. Et croyez-moi, notre Princesse est un moulin à paroles ! Lors de la visite médicale pour ses 1 an, le docteur avait marqué sur son carnet de santé : « très communicante », c’est vrai qu’elle avait « causé » la langue des bébés tout le temps et 1 an après je ne peux que rendre hommage à ce docteur visionnaire ! Bref. En France, je sais qu’elle comprend tout ce que je lui dis (parce qu’elle s’exécute et parce qu’elle répond vrai) mais souvent (pas tout le temps) elle me répond en français. Je ne la reprends jamais, je continue la conversation en catalan.

À chaque fois que nous arrivons en Espagne, à Minorque, les mots en français prédominent les premières 48 heures, ensuite son cerveau se met au travail afin de récupérer les mots déjà acquis en catalan et d’intégrer ceux qu’elle entend pour la première fois. À cet âge là, tous les enfants sont de petits perroquets, ils sont dans l’étape de l’imitation, c’est aussi un aspect positif pour le bilinguisme.

Bilinguisme précoce simultané

Petite Princesse est en situation de bilinguisme précoce simultané, c’est-à-dire, au moment où elle apprend à parler, elle est en contact avec 2 langues (3 pour elle). Toutefois, une de ces deux langues maternelles est en situation minoritaire. Dans un article précédant, j’avais déjà évoqué l’importance du travail qu’il faut faire pour favoriser la langue qui est en situation minoritaire. Je m’en rends de plus en plus compte. Contrairement à ce que certaines personnes croient, les choses ne se font pas de manière « totalement naturelle ».

Les bienfaits des séjours linguistiques dès le plus jeune âge

J’en conclus, donc, que passer des périodes dans le pays de la langue est déjà bénéfique pour un enfant en bas âge et bilingue en construction. Parce que ce parfait équilibre dont on parle si souvent, n’existera qu’en les aidant un peu !

Les bébés bilingues

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilinguisme

Être maman d’un enfant bilingue

Être maman d'un enfant bilingueAvoir un enfant bilingue (ou multilingue) doit, avant tout, être un projet de famille. C’est très important que l’ensemble de la famille soit d’accord sur le sujet et notamment sur les méthodes adoptées.

Bien que généralement tout le monde s’accorde pour dire qu’il faut laisser faire les choses « naturellement » (principe auquel j’adhère), je me dois aussi de préciser qu’il faut, tout de même, un petit peu de travail.

Créer des situations, provoquer des rencontres

Quand, comme dans notre cas, il n’y a qu’un des parents pour transmettre la langue minoritaire (celle non parlée dans le pays où la famille habite), ce sera, surtout, ce parent qui devra créer des situations et provoquer des rencontres pour que son enfant bilingue puisse baigner dans cette/ces langues.

En dehors du cadre familial, l’enfant entendra principalement la langue du pays, que ce soit à l’école, avec les copains, une partie de la famille, chez le boulanger, etc. L’enfant « risque » donc de penser que cette langue minoritaire n’existe qu’au travers ce seul et unique parent. Pour nous, c’est moi, la maman.

Comme toutes les mamans du monde, je veux le meilleur pour ma fille. Qu’elle soit heureuse et en bonne santé, surtout. Quant à notre vie de famille bilingue, je me dois aussi de tout faire pour que Petite Princesse découvre qu’il y a d’autres gens qui parlent la langue de maman. Bien sûr, elle sait que par téléphone ou Skype il y a les grands-parents de Minorque qui parlent le catalan. Elle va aussi comprendre que le catalan c’est pour les vacances, c’est quand on prend l’avion, « boum bouuum », fait-elle en levant le bras dessinant une trajectoire. Pour l’espagnol, elle sait surtout que son Mickey chante des berceuses dans la langue de Cervantes.

La règle du 30 %

Pour qu’un enfant devienne vraiment bilingue, il faut qu’au moins il soit 30% de son temps en contact avec cette deuxième, troisième langue. C’est là que je me dis qu’on a du travail à faire. Je ne suis pas très forte en mathématiques mais je sais très bien que Petite Princesse est plus en contact avec le français qu’avec le catalan et surtout qu’avec l’espagnol.

Alors, le cerveau de maman qui veut le bonheur et l’épanouissement de sa fille se met en route… je cogite, je cogite. Ce n’est pas toujours facile, la journée n’a que 24 heures et ce, pour tout le monde. Et parfois, je sens un sacré poids, une sacrée responsabilité. Oui. J’avoue. Les avancées en catalan et en espagnol de Petite Princesse dépendent à 90% de moi. Wow ! Cela fait peur.

Mais nous n’avons pas le temps d’avoir peur.

Les familles multilingues

Je suis maman d’un enfant bilingue, je trouve des solutions

Oui. Encore une fois, comme toutes les mamans du monde, on finit par trouver des solutions. On tâtonne, on explore, on fait des recherches.

Et donc, récemment et pour la première fois, nous avons fait connaissance, Petite Princesse et moi, d’une autre maman espagnole avec un petit bout de chou exactement du même âge que ma petite. Nous avons pris un verre ensemble dans un café adapté pour les enfants (c’est important, il faut qu’ils aient de la place pour bouger, pour s’exprimer).  C’est cette autre maman, aussi désespérée que moi de l’infime nombre de jeunes familles franco-espagnoles qu’on peut croiser à Nantes, qui a pris contact avec nous, via ce blog. Elle est tombée sur Les mots de Marguerite et n’a pas hésité une seconde à me contacter. Je lui dis ¡muchas gracias! 
Nous avons fait un pas de plus dans notre aventure de famille bilingue.
Peut-être que ce samedi après-midi où nous avons pris ce café et bavardé en espagnol, j'avais d'autres choses à faire courses, ménage, préparer une paella mais en tant que maman d'un enfant bilingue, je dois aussi travailler et provoquer des situations et des contextes. Et c'est là que je dis que tout ne se fait pas "naturellement".

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilinguisme

Des livres en français pour bébé bilingue ? Non, merci !

langue minoritaire enfants bilingues

Avoir des enfants bilingues ou plutôt avoir des enfants bilingues en construction provoque, parfois, de drôles de situations.

L’autre soir, une copine est venue dormir avec ses deux enfants en bas âge : 2 ans et demi et 4 ans et demi (oui, les demis sont importants, voyons !). A l’heure du coucher, elle me demande si j’ai des histoires à lire pour ses enfants. Je lui réponds que oui, qu’elle peut se servir, en lui indiquant où se trouvent ces livres en question. À cet instant même, j’étais avec Petite Princesse, en train de la coucher, aussi. Et puis d’un coup, j’entends ma copine de loin « mais mais… tu n’as pas beaucoup de livres en français ?! », j’ai souri et me suis dit, ça y est, on est en train de se confronter aux premières situations d’enfants bilingues. Et puis bon, je lui ai expliqué, qu’il fallait que je privilégie le catalan et l’espagnol car le français elle l’entendait suffisamment chez la nourrice et partout ailleurs.

Pourquoi donc ce titre un tantinet provocateur ?

Avant tout, j’aime bien préciser que dans ces histoires de bilinguisme, chaque cas est unique, avec ses singularités et ses spécificités.

La langue de notre pays, le français, est également une des langues maternelles de Petite Princesse puisque langue maternelle ne signifie pas « langue de la maman ». Pour elle, le français c’est la langue du père et une des ses langues maternelles. Dans le cas, donc, où un enfant vit dans un contexte social et familial où une des deux langues acquises est minoritaire, c’est celle-ci qu’il faut privilégier, c’est-à-dire, c’est cette langue qu’il faudra mettre en valeur. La langue du pays est, par voie de conséquence, la langue à laquelle le bébé est plus exposé.

Un projet de famille

Pour mettre en valeur cette langue minoritaire, il faut que tout le monde soit d’accord. Il faut que la famille, en premier lieu le papa (ou la maman, cela dépend des cas), soit au courant et à faveur de ce travail à faire avec la langue minoritaire. Le papa mais aussi les grands-parents, même les gens tout atour de nous (voisins, nourrice, amis, etc.) Ce n’est pas toujours facile. Bon, pour le papa, en principe oui, sinon, il y aurait plutôt un problème de couple. Pour les autres personnes, c’est moins évident.

En tant que parent seul à passer une langue, on a parfois un petit sentiment d’abandon. Quand j’entends le papa qui prononce quelques mots en catalan (ça arrive de temps en temps !), je suis contente, un sourire se dessine sur mon visage, je me sens moins seule dans ce combat du bilinguisme. Par contre, quand quelqu’un croit entendre un mot, une mini-phrase en français, alors qu’elle l’a prononcée en catalan (les bébés, c’est ça, il y a que la maman –et encore- qui comprend tout ce qu’ils disent) et que cette personne s’approprie la phrase en français… c’est moins bien parce qu’inconsciemment, elle (la personne en question) va reprendre la phrase du bébé mais en français et le bébé peut croire que ce sont ces mots qui correspondent à ce qu’il vient de dire. Il s’agit là de nuances mais qui sont importantes dans la construction langagière d’un tout petit.

La balance des langues maternelles

Un bébé qui est en situation de langue maternelle minoritaire doit travailler plus en faveur de cette langue. Il faut créer des contextes, il faut provoquer des situations, il faut tout faire pour trouver un équilibre entre les deux langues. C’est pour cela que chez nous il y a plus de livres en catalan et en espagnol qu’en français, plus de CD en catalan et en espagnol qu’en français, plus de DVD en catalan et en espagnol qu’en français… Parce que toute la journée elle n’entend que le français !

La balance doit atteindre un équilibre. Vous comprendrez, donc, qu’il y ait plus de travail à faire avec la langue maternelle minoritaire qu’avec la langue maternelle plus forte.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilinguisme

Avancées d’une petite bilingue (et quelques outils)

Haute comme trois pommes, souriante et joviale, têtue, curieuse, elle aime virevolter comme un papillon excité et elle répète, répète, répète tout comme un petit perroquet ! A deux petits jours de ses 19 mois, Petite Princesse se révèle être une grande communicante. Rien d’exceptionnel, Petite Princesse est comme les autres princesses, nous sommes parents comme les autres parents.

niños bilingües

Mais silencieusement et du coin de l’oeil, nous la regardons évoluer linguistiquement. Parfois, mon regard et celui de ChériGuiri se croisent épatés et sans arguments, s’interrogeant sur les raisons qui la mènent à un moment précis à parler dans une langue et non pas dans l’autre. Je sais bien que les enfants sont des enfants et non pas des engins mais, souvent, l’envie me prend de vouloir la décrypter comme si j’avais affaire à une machine. J’aimerais tant m’immiscer dans le cerveau de cette petite fille et comprendre le fonctionnement du mécanisme linguistique. Depuis que nous vivons cette aventure du bi-trilinguisme, j’ai l’impression d’avoir devant moi une petite boîte à surprises:

– Parfois, pendant des semaines elle désigne une chose en français et trois semaines après ça change et elle le fait en catalan…
– Pourquoi son « au revoir » est ancré si fort au point de n’avoir encore jamais basculé au « adéu » ?
– Pourquoi c’est toujours « aigua » et non pas « de l’eau » ?
– Pourquoi peu importe dire « et voilà » ou « ja està » ?
– Pourquoi elle met l’accent d’une langue et non pas de l’autre pour des mots presque-homophones tels que « ma »/ »main » – « maman »/ »mamà » – « caca » – « bebé » – … ?
– Pourquoi maintenant le « pié », sans doute de « pied » lui sert bien en espagnol « pie » et non pas en catalan « peu » ?
– et pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

J’adore prendre note (mentalement) de ses habitudes et avancées linguistiques. Et bien que je sache que je n’ai pas d’emprise sur elle, j’ai toujours peur que mes langues maternelles soient reléguées à un second plan. Je vais tout faire pour que ce ne soit pas le cas.

Méthodes et outils

Pour l’instant j’utilise les mêmes méthodes d’il y a quelques mois (en privilégiant la méthode OPOL) et dont je vous ai déjà parlé par ici. Elle n’est pas du tout télé, même si parfois j’essaye de lui mettre les DVD de la petite poule Koki qui, soit dit en passant, cette poulette parle un langage universel « koki-ko ko-ko-ki-koko » ! Une poule très branchée parce qu’elle a même un Google + et une page Facebook (oui, je vous assure !) ou la très réussi série de Baby Einstein… mais elle ne reste plus de cinq minutes à regarder, elle préfère danser !

Quoi qu’il en soit, je vais continuer, de temps à autre, de vous reporter les aventures de Petite Princesse bi-trilingue et ses amis profs de langues, à savoir les peluches, les doudous, les livres (un super magasin online en France, c’est la boutique de Linguatoys), les comptines… !

Comme d’habitude aussi, n’hésitez pas à me faire part de vos expériences !

Bilinguisme

Quelle langue parler à mon enfant en public

Les familles à plusieurs langues (bilingues, trilingues, polyglottes) et à plusieurs cultures (bi-multiculturelles) se posent souvent la question de savoir dans quelle langue il faut parler à son enfant en public.

D’emblée, il peut paraître évident que la langue qu’on va parler en public à notre enfant c’est la même langue qu’on lui parle en privé. Mais ce n’est pas si facile que ça. Prenons l’exemple d’une maman italienne, mariée à un Français et qui vit en France. À la maison elle parle à son enfant de trois ans en italien. Mais, et quand ils vont au parc ? Et chez la belle-famille ? Et quand elle va à l’école récupérer son petit et qu’elle attend avec les autres mamans ? Il y a dans la vie de tous les jours des tas de situations qui font que cette question soit vraiment importante.

Nous avons déjà parlé que la langue de la maman, ici en occurrence l’italien, va vite devenir minoritaire dès l’entrée à l’école du garçon. Il serait logique alors de penser qu’il faut que maman et enfant se parlent tout le temps en italien pour ne pas perdre ni casser le rythme de l’acquisition/apprentissage. Face à cette situation il y a plusieurs manières de réagir :

– Souvent les mamans (ou papas) choisissent le OPOL, c’est-à-dire, One Person One Language, le garçon va apprendre que la langue qu’il doit parler avec sa maman est l’italien, avec son papa le français, tout comme avec sa maîtresse et la boulangère. Il va ainsi distinguer très bien quelle langue parler avec telle ou telle autre personne. Mais avec le OPOL, la maman va aussi parler italien à son garçon devant sa belle-mère, devant la maîtresse, devant les mamans des petits camarades du garçon, etc. Est-il donc convenable, poli, respectueux ? Comme vous le voyez, la frontière entre langue et politesse, langue et éducation, langue et respect est assez mince et quand on prend la décision de faire le OPOL il faut être conscient que ce ne sera pas tâche facile.

Ce que la maman italienne pourrait faire dans le cas d’un OPOL est de parler à son enfant en italien et juste après faire une traduction/explication aux autres mamans, belle-mère ou autres personnes présentes de ce qu’elle vient de dire. Il est clair que quand on choisit le OPOL parfois on se sent un peu perdues, déboussolés dans le sens où le fait de parler cette langue minoritaire dans un contexte précis fait que les autres ne vont pas pouvoir rebondir sur le sujet de conversation, par exemple.

– L’autre choix qui se fait souvent est celui de parler une langue ou autre en fonction du contexte. Dans ce cas-là, la maman italienne va parler en français à son enfant quand ils sont chez ses beaux-parents car elle sait qu’ils ne comprennent pas l’italien. Elle parlera italien à son garçon quand ils sont tout seuls ou à la maison ou dans la voiture et bien sûr lors de leurs séjours en Italie.

Personnellement je trouve plus efficace le OPOL même s’il faut dire que c’est un peu plus contraignant, délicat et il faut que tout le monde : famille, amis, médecin, assistante maternelle, voisins, etc soit ouvert aussi, en quelque sorte, à la situation et qu’ils jouent le jeu sans poser des barrières ou en faire un problème.

Ma petite princesse ne parle pas encore, elle babille énormément (même le pédiatre pour la récente visite de ses 1 an a marqué sur le carnet de santé « très communicative » !), elle s’exprime à sa manière. Je suis en train de poser les bases pour qu’elle et moi on fonctionne avec l’OPOL mais j’avoue, ce n’est pas évident tout le temps, et ce pour les raisons évoquées plus haut : les autres ne comprennent pas donc il n’y a pas de suite à nos conversations, il y a aussi un côté, pour ma part, de timidité.

Qu’on opte pour l’OPOL ou pour la langue en fonction du contexte il y a une chose qui est certaine : il ne faut jamais, dans aucun cas, mélanger les deux (trois) langues dans une même phrase. Cela peut perturber nos bébés apprentis.

Nuages