Lifestyle

4 ans d’amour maternel

QUATRE ANS DÉJÀ QUE CE LIVRE INTITULÉ THELMA S’ÉCRIT. UN LIVRE À SIX MAINS ET EN TROIS LANGUES. UN LIVRE REMPLI DE SURPRISES, UN LIVRE AVEC LEQUEL, NOUS NE CESSONS PAS D’APPRENDRE, DE NOUS EMERVEILLER.
HIER, LE 14 MAI 2017 ET ALORS QUE LE TEMPS N’ÉTAIS PAS FORCÉMENT À LA FÊTE (PARCE QUE LA VIE EST MÔCHE, PARFOIS) NOUS AVONS CÉLÉBRÉ TES QUATRE ANS DE SOURIRES !
TRÈS BEL ANNIVERSAIRE MA THELMITA !
Maman depuis quatre ansMaman depuis quatre ans

Quatre ans déjà de ta naissance.
Quatre ans d’une libération tant attendue après une grossesse si compliquée.
Quatre ans d’un accouchement déclenché mais merveilleux.
Quatre ans déjà que j’ai pu aider la sage-femme à te faire venir dans ce monde et à te poser calmement sur ma poitrine. Petit visage si apaisé.
Quatre ans que tu es là, que tu gigotes et que notre vie se bouscule.
Quatre ans d’un amour à trois.
Quatre ans que je suis maman. Qu’il est papa.
Quatre ans d’un triangle parfait.

Nous t’aimons à la folie, petite crevette.
Tes regards, tes questions, tes très longues conversations, tes explications, ma petite communicante ! Mon petit moulin à paroles ! Ton invention, ton imagination, maman les pois chiches c’est comme des petits culs !

Maman depuis quatre ans

Et tu as eu tes copines, ton copain.
Tu as eu des cadeaux venus d’ici et de là-bas.
Tu as eu des gâteux et des chocos.
Tu as eu des petits mots. Et le soir, quand tout le monde était parti, tu as voulu tous les relire : maman, il y a quoi ici d’écrit ?

Ce matin en te levant tu m’as demandé pourquoi le ballon était encore là et je t’ai répondu : parce que si tu veux, c’est encore ton anniversaire aujourd’hui ! Parce que ma chérie, la vie devrait être une fête tous les jours !

Nous te souhaitons tout le meilleur !
Nous serons toujours là pour toi !
Garde ton âme d’enfant !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lifestyle

Maman mais aussi femme : 10 tips pour ne pas s’oublier…

Ce n’est qu’à l’approche des trois ans de ma fille que je me rends compte que oui, je suis bel et bien maman. Comment ça, tu ne t’en étais pas rendu compte avant ? Oui, bien sûr que je savais que j’étais maman mais figurez-vous que je pense qu’il y a un processus d’assimilation à traverser avant d’intégrer qu’on est m a m a n. C’est une sorte de processus qui mélange les états psychologiques et les petits faits du quotidien, quelque chose que je suis bien incapable de vous expliquer car je ne suis ni psychologue ni rien d’autre de tout cela.

Seulement, je me souviens très bien qu’avant de devenir maman je me disais toujours que je ne ferais pas comme toutes ces femmes qui une fois qu’elles ont endossé le rôle de maman, elles ont tendance à s’oublier. C’est-à-dire, je constatais que certaines femmes se délaissaient un peu quand elles enfantaient ; je trouvais qu’elles prenaient moins soin d’elles, moins bien coiffées, moins bien habillées… Oui, je sais, cela relève du matériel, du purement esthétique et physique et du coup cela peut vous paraître un peu superficiel mais je pense que cela a une petite grande importance. Etant donné que je suis devenue maman plutôt vers le tard, à presque 34 ans et bien, j’ai eu le temps d’observer tout un tas de femmes devenues mères avant moi.

Conseils pour les mamans pour ne pas s'oublier en tant que femmes Conseils pour les mamans pour ne pas s'oublier en tant que femmes

Et puis je le suis devenue et j’ai réalisé ô combien il est difficile, parfois, d’être sur tous les fronts (maison, famille, travail, ménage, enfants, rendez-vous, école, crèche, médecins…) et, qui plus est, bien habillée, bien jolie, sans ridule ni pli sur le chemisier.

J’ai pensé à mettre par écrit quelques petits conseils qui pourraient me faire du bien, des tips (oui, on parle anglais maintenant) que je ne devrais jamais oublier même pas quand je me sens débordée – fatiguée – épuisée – la tête sous l’eau – irritée – de mauvaise humeur (prenez l’option qui vous convient le plus !). Ce ne sont pas des recettes de fou ni des idées de génie, juste des suggestions pour ne jamais oublier son propre bonheur. Car comme je l’ai dit un jour à ma maman « je vais d’abord bien me laver, bien m’habiller et bien me coiffer pour être à 100% contente avec moi même car ce n’est ainsi que je serais à 100% disponible pour PrincesseThelma, le contraire, je ne pourrais pas ».

10 tips pour les mamans afin de ne pas s’oublier en tant que femme

  1. Prendre le temps de se maquiller, de bien s’habiller, de bien se coiffer car il est sans doute important de ne pas négliger sa FEMINITÉ ;

  2. Prendre le temps de prendre le temps pour NE RIEN FAIRE ou alors faire les choses SANS SE SENTIR PRESSÉE (cela m’arrive très souvent) ;

  3. S’écouter, trouver des moments d’introspection, être capable de S’ISOLER tout en ETANT ENTOURÉE ;

  4. Petites balades et petites sorties avec les copines (ce qui parait évident mais ne l’est pas). A défaut d’avoir toutes les copines près de chez soi (tel est mon cas), n’hésitez pas à décrocher le téléphone et parler en ayant pris le soin d’oublier la montre au fond du sac ;

  5. Rester quelques minutes devant un miroir, SE REGARDER, se contempler et sourire très très grand, se dire qu’on est belle !

  6. Faire une ACTIVITÉ en dehors de la maison, même à une petite fréquence, 1 fois par semaine voire 1 fois tous les quinze jours peut suffire ;

  7. Si pour vous, avoir une maison rangée, ordonnée et propre est indispensable à votre bien-être, faites-le (tel est mon cas), sinon, sachez que cela peut attendre ;

  8. Un bon bain moussant, une séance épilation avec de la musique ou en silence, selon l’humeur du moment ;

  9. De temps en temps, se rappeler des raisons pour lesquelles on est tombée AMOUREUSES et de ces moments de joie (si cela vous fait du bien) sinon, rappelez-vous de l’émotion du premier contact avec votre enfant ;

  10. Et surtout, se rappeler qu’on ne vit qu’une fois. Alors, il ne faut pas oublier de SE SOURIRE à soi-même pour chasser la fatigue et contrer le stress parce que ce n’est qu’en se souriant à soi-même qu’on pourra sourire franchement à nos enfants !

Etre maman c’est une aventure interminable avec de nouveaux défis tous les jours. Etre maman s’est se redécouvrir, découvrir aussi ce petit être qui est en train de se former et redécouvrir aussi son compagnon, son mari, le papa. Etre maman est continuer d’être femme mais d’une façon différente. Et si le tout c’était de garder en soi un côté égoïste ? Cela parait bizarre mais je me demande si ce ne serait pas la clé pour ne pas devenir une femme débordée.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Lifestyle

Comme cette enfance si heureuse

Comme cette enfance si heureuse

Devenir et être maman c’est faire des sauts en avant et en arrière. Jouer les mamans c’est aller de l’avant tout en regardant en arrière. Etre maman en 2015 est regarder en 1985.

Je suis devenue maman il y a 28 mois de cela. Et jamais avant je n’aurais pensé que je pouvais me replonger autant dans mon passé. Devenir mère c’est apprendre à l’être. Je suis devenue maman, je ne sais pas depuis quand je le suis. Le suis-je déjà ? Le serais-je bientôt ? C’est une question de légitimité. Peut-être.

Je joue aux mamans et je ris, je pleure, je me bats, je câline, je gronde, je serre dans mes bras, je fais le clown, je suis ferme… bref, j’essaye d’éduquer, j’essaye d’élever un enfant. J’essaye. Et si être maman c’était essayer ? Tout le temps essayer ?

Dans ces histoires de flash-back, je pense à ma mère, à mon père, à moi. Dans ces sauts en arrière je me vois heureuse, très. Les images s’affolent toutes ensemble ici devant mes yeux, dans mon coeur, dans ma tête. Et je serre ma fille dans mes bras, encore plus fort, toujours plus fort. Ces photographies labellisées « bonheur », ces images estampillées « félicité ». Réussirai-je à offrir une enfance aussi heureuse à ma fille ? Suis-je en train de tout mettre en ouvre pour qu’elle, à son tour, du haut de ses 36 ans, puisse un jour vanter son enfance si heureuse ? Et je souris et j’ai peur et je me cache sous mon oreiller. Je lui souffle des mots doux en guise de prière. Et je serre aussi le papa dans mes bras. C’est une histoire à deux, à trois.

Le bonheur d’enfance se transmet-il ? Je le désire plus que tout et je ferme les yeux et je compte… uno, dos, tres, mariposa de color de rosa (1)… et elle se fige, retient son sourire coquin, je la prends dans mes bras et je lui colle toute ma joie ! Et si c’était comme ça…

Et vous, jeunes mamans, pensez-vous à votre enfance ? Vivez-vous aussi avec tous ces flash-back qui vous replongent sans cesse dans la boîte à souvenirs ?

—-

(1) uno, dos, tres, mariposa de color de rosa est l’équivalent en espagnol du un, deux, trois, soleil !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Enfants

Désormais, c’est moi la maman

Désormais, c'est moi la maman

 

La regarder sauter, virevolter, sourire, bouder, manger, jouer, découvrir, sautiller, rigoler… La voir grandir tous les jours.

Tomber amoureuse à chaque fois. Un amour maternel.

C’est l’amour d’une maman qui naît, évolue et se construit dès le moment où cette barre rose s’affiche. Et puis, il est là. Le bébé minuscule haricot petit pois noisette crevette cacahuète devient une petite fille à bouclettes, comme sa maman, comme moi.

Comme moi quand j’étais petite. Petite, moi. Et penser à ma maman qui me faisait des couettes et prenait soin de moi et me parfumait, me donnait à manger, jouait, rigolait. Ma maman. Ma fille.

Et je me dis que je suis maman. Désormais, la maman, c’est moi !

Et la joie s’installe et la peur aussi. Passer de petite fille à maman. Parce que c’est un peu cela. Enfin, non. Mais oui. Se rendre compte que le temps passe et qu’on n’est pas seulement la fille de maman mais la maman de. Et répéter des gestes, reproduire, en essayer des nouveaux. Et aimer très fort comme on nous a aimées. Savoir ce que c’est que d’aimer un enfant, comprendre des choses et ne pas trouver les mots.

Les mots d’une maman. Des mots qui guérissent, réconfortent, apaisent. Des mots qui font rigoler. Des mots pour chanter et danser. Des mots qui nous construisent. Des mots qu’on entend, enfant et qu’on re-dit, une fois maman.

Parce que désormais, c’est moi la maman. Et ça fait bizarre. Et ça fait plaisir. Et ça fait un mélange de responsabilité devoir bonheurs et tout un tralalala de choses vieilles et nouvelles. Vieilles parce que la fille que j’étais les a déjà vécues et nouvelles parce que je les vois vis ressent d’un autre point de vue.

Parce que j’ai plus de 30 ans mais je suis nostalgique de mes 10 ans. Parce qu’une sorte de faille spatio-temporelle s’est installée. Elle a 25 mois. J’ai 35 ans. Elle a 59 ans. De mère en fille, s’aimer, fort. Très fort. Et si être maman c’était appréhender le cycle de la vie ?

Désormais, c'est moi la maman et j'aime en amont et en aval.

Margarida

P.S.- J’ai demandé à ma maman si je pouvais mettre cette photo, qui date de l’été dernier. Je sais qu’elle n’aime pas trop se voir sur ce monde virtuel. Mais elle a dit oui. Parce qu’une maman, pour un enfant, ferait n’importe quoi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Enfants

Partir sans elle : première séparation avec son enfant

Ce sera la première fois. Comme toutes les premières fois, un mélange d’excitation et de peur, d’enthousiasme et de crainte. Très envie et pas envie du tout. Une peur sans en être une.

partir sans son enfant

Des kilomètres entre nous

Dans quelques heures, je vais monter dans un train qui m’amènera loin de chez moi. Loin d’elle. Dans quelques heures, je vais me séparer pour la première fois de ma Petite Princesse. Il parait qu’environ 426 km vont nous séparer, pour un peu plus de 53 heures, je les ai comptées. À quelques semaines des 2 ans de la petite, je vais partir seule, pour la première fois.

Et cela me fait tout bizarre. Oui, elle est déjà partie, deux petites journées, pendant les vacances scolaires mais j’étais à la maison. Je savais qu’en cas de besoin, je pourrais prendre la voiture, faire 70 km et l’embrasser très fort. Là, c’est un peu différent. Alors, si ChériGuiri a bien reçu une consigne c’est celle-ci : ne te sépare pas de tes deux téléphones et mets le volume fooooooorttt !! (oui, vous savez, mon homme n’est pas fan de l’ultra-connexion).

On devient maman, on perd un peu de liberté ?

J’appréhende et en même temps je sais que cela va me faire du bien aussi. Devenir maman change plein de choses, à commencer par une certaine perte de liberté. Je suis devenue maman à 33 ans. Jusque là, j’avais profité de beaucoup de liberté, de beaucoup de voyages, de beaucoup de déménagements et de plein d’amis un peu partout en Europe.

Quand je suis tombée amoureuse, j’ai perdu un peu de cette liberté. Quand je suis devenue maman, j’en ai perdu un peu plus. Mais tellement de bonheur en échange ! La perte de liberté était un des facteurs que je redoutais le plus à l’idée de penser à devenir maman. Maintenant, je m’en fiche de cette liberté.

L’espace de quelques jours, je vais donc, d’une certaine manière, retrouver du temps et de l’espace rien que pour moi. Et je me pose des questions : saurais-je en profiter pleinement ? me sentirais-je un peu perdue ? vais-je tout le temps, toutes les secondes, chaque minute, penser à Petite Princesse ?

Quoi qu'il en soit, toutes les mamans du monde passent par là. Il faut. C'est une étape de plus dans la vie. Et vous, comment l'avez-vous vécue cette première séparation avec votre enfant ?

Rendez-vous sur Hellocoton !