Voyages

Gran Bilbao : yeux dans les yeux, l’amour et l’amitié

Un besoin irréfrénable de se retrouver. Et puis, de se poser aussi. Un besoin irrésistible de se regarder, yeux dans les yeux, sans dire un mot. Un besoin impérieux de se balader, main dans la main.

Et partir. Rouler. Avaler des kilomètres et s’en aller.

Un week-end à Bilbao
Un week-end à Bilbao Un week-end à Bilbao

Parce que la vie est ainsi. Des mois à courir, partout, dans tous les sens et se sentir à bout de souffle sur une ligne d’arrivée quelque peu instable. Mouvements de sable périlleux qu’il ne faut pas laisser trembler de trop.

Partir, respirer, ouvrir grand les yeux, s’aimer.

S’aimer très fort, main dans la main, toujours et se laisser prélasser dans les vieilles ruelles et sous les immeubles grandioses.

Bilbao la ville des contrastes. Vieille ville, grand Guggenheim.

Un week-end à BilbaoUn week-end à BilbaoUn week-end à Bilbao

Nous sommes venus pour tout oublier, pour nous aimer. Et on t’a aimée, aussi. J’avais déjà eu l’occasion de visiter deux fois Bilbao, dans le Pays Basque espagnol, à Euskadi. Mais j’avais un peu oublié. Alors, ce fut un grand plaisir de te re-découvrir avec mon amoureux qui a tellement adoré. On va revenir, il disait sans arrêt.

Bilbao, une ville qui a su se renouveler comme aucune autre, ou presque. Une ville de chantiers navals, une ville anciennement grise, aujourd’hui verte et pleine de vie. Une ville vieille et moderne à la fois. Comme on les aime. Oh, l’Espagne et sa sauvegarde des traditions tout en s’ouvrant aux temps modernes !

Un week-end à BilbaoUn week-end à Bilbao Un week-end à Bilbao

Et puis, les terrasses, les pintxos et le txacoli ! Le magnifique – impressionnant – imposant Guggenheim.

Nous sommes arrivés un vendredi soir, le moment idéal pour une petite balade dans le Casco Viejo, las Siete Calles, là où tu ne sais plus où donner de la tête tellement il y a des petits bars. Les gens, après le travail, se retrouvent au pied du comptoir, verre de vin dans une main, pintxo dans l’autre. Nous avons goûté à la chistorra, dégusté les bonnes olives du sud, picoré ici et là.

Cap sur un hôtel grand et petit à la fois. Un grand hôtel accueillant et chaleureux. Là où tu te sens un peu comme à la maison. Avec des chambres de rêve. Des petits déjeuners d’enfer, le choix, le choix et encore le choix, pour les british, les vegans, les salés ou les sucrés. Des sourires à gogo. C’est un peu comme si le soleil s’était aussi invité à l’hôtel.

Et puis, le week-end encore, main dans la main, découvrir les grandes avenues, tomber sur les fêtes du quartier, parler espagnol et dire agur en basque, oh l’Espagne mon cher pays polyglotte ! Oh que ça fait du bien, demander des renseignements et avoir les sourires !

Un week-end à BilbaoUn week-end à Bilbao

Se présenter à l’improviste dans un des restaurants les plus réputés pour manger une paella, juste après avoir lu en diagonale un petit article sur son iPhone qui ne disait que du bien. Improviser, faire toc toc, rentrer, entendre dire que tout est complet depuis six mois mais oh attendez, vous venez d’où, un peu d’Espagne un peu de France, oh attendez on vous fait une petite place. Ô chère hospitalité que tu nous manques parfois !

Improviser, se laisser emporter, flâner, ne pas se mettre trop de contraintes si ce n’est que celle de bien savourer la ville. Tout ce qu’on aime et tout ce qu’on perd, un peu, parfois, quand on devient parents. Retrouver une certaine forme de liberté, une autre façon de liberté. Marcher, marcher, sauter, s’arrêter sur la balançoire de la place de la ville, penser à elle, acheter une énorme glace. Boire un vrai cortado

Un week-end à Bilbao Un week-end à Bilbao
Week-end à Bilbao Week-end à Bilbao
Un week-end à Bilbao

Et courir l’embrasser, elle, qui est venue me voir, nous voir. Elle qui se bat contre un mauvais crabe depuis des années. Elle pour qui je prie à la vie. Elle avec qui j’ai appris les amies à distance. Elle, ma seule et unique témoin de mariage, l’embrasser fort et papoter-papoter-papoter faire les fifilles. Elle, venue de Barcelone sur un coup de tête pour me voir, l’amitié vous dites ? Et si c’était ça ?

Et à cinq, connus-inconnus, déguster encore un peu de ce merveilleux Bilbao qui nous a redonné la chaleur, l’amour, le beau temps, les sourires, la douceur de vivre à l’espagnole.

Parenthèse improvisée mais tant attendue.

Gran Bilbao, mon amour. On reviendra.

Week-end à Bilbao Week-end à Bilbao
Week-end à Bilbao

 ADRESSES D’INTÉRÊT
– Mercado de la Ribera
– Zone des Sietes Calles (Vieux Bilbao)
– Bar Txukela (C/Perro)
– Bar Promenade C/Astarloa)
– Restaurant La Barraca (pour les paellas C/ Bertendona, 6)
– Hotel Gran Bilbao (C/Prieto Indalecio)

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  1. Marie Kléber

    Quel bel article Margarida! On sent que vous avez passé un merveilleux moment, vous en aviez besoin après ces mois de travail.
    Et quel bonheur j’imagine de retrouver ton amie – précieux.
    Je t’embrasse et te souhaite de passer une belle et douce journée ensoleillée.

    Répondre
    • Margarida

      Coucou Marie,

      je viens de voir que ce commentaire était resté sans réponse, honte à moi !
      Tu as raison, après des périodes de beaucoup de travail et de la-tête-remplie-de-choses, il faut savoir s’octroyer des moments de détente, on ne vit qu’une fois !
      Bisous à toi et belle journée !

      Répondre

Répondre à Margarida

  • (ne sera pas publié)