Bilinguisme

IX Rencontre enfants bilingues : langue affective, langue effective

Notre IX Rencontre a eu lieu le 10 juin, dans les locaux prêtés très aimablement par le Centre Culturel Franco-Espagnol. Encore une fois, une quinzaine de familles se sont réunies pour donner à nos enfants bilingues (ou plurilingues) la possibilité de bouger, de jouer, de parler et de découvrir dans un contexte totalement hispanophone.

Enfants bilingues Nantes Enfants bilingues Nantes
Enfants bilingues Nantes Enfants bilingues Nantes
Enfants bilingues Nantes

L’espagnol dans un contexte naturel

J’aime rappeler que l’objectif principal de nos Rencontres est de créer un environnement naturel dans lequel les enfants comprennent que l’une de leurs langues maternelles, que nous appelons langue minoritaire puisque ce n’est pas la langue du pays où nous vivons, est aussi parlée par d’autres personnes que la mère ou les grands-parents sur Skype.

Nos enfants vivent en français, ils vont à l’école en français, ils vont à leurs activités extrascolaires en français, il est donc extrêmement nécessaire de pouvoir trouver un espace où ils peuvent aussi développer l’espagnol.

Enfants bilingues Nantes Enfants bilingues Nantes

L’espagnol, langue affective, langue effective

Langue affective

On dit toujours qu’il est nécessaire pour un enfant bilingue (plurilingue) de créer des liens sentimentaux et affectifs dans sa langue maternelle minoritaire pour qu’il ait plus envie de l’utiliser. Évidemment, le lien effectif le plus important est celui qu’il crée avec sa mère (père), le porteur de cette langue minoritaire. Mais à mesure que l’enfant grandit, son cercle social s’ouvre et il a besoin de prouver qu’il y a de la vie au-delà de sa mère et, par conséquent, que l’espagnol est aussi utilisé par d’autres personnes avec qui il veut passer un peu de son temps.

Langue effective

En outre, l’efficacité est également importante pour que ce langage se développe de manière équilibrée et harmonieuse. Les enfants ont besoin de voir le caractère “efficace” de la langue. Autrement dit, si un enfant pense que l’espagnol (dans notre cas) “sert” seulement à parler à sa mère, il n’est pas surprenant qu’il s’efforce moins dans sa vie de tous les jours à mesure qu’il grandit. D’un autre côté, si l’enfant voit que l’espagnol lui permet de découvrir de nouveaux jeux et d’avoir de nouveaux amis, il aura plus à gagner à continuer d’avancer dans cette langue.

Enfants bilingues Nantes Enfants bilingues Nantes

Longue vie aux Rencontres

En résumé, cette IX Rencontre a été une fois de plus un moment convivial, où nous avons pu observer les enfants évoluer en espagnol et un moment d’échange entre les parents qui réfléchissent déjà à de nouvelles activités pour après l’été.

Lifestyle

“Une carte postale du bonheur”, de Cristina De Amorim (Livre)

Une carte postale du bonheur, de Cristina De Amorim

C’est l’histoire d’un livre qui fait vibrer, qui émeut, un livre qui rend prisonnière de ses pages, au fil des lettres et des mots qui s’alignent les uns après les autres. C’est l’histoire d’un livre à la musique bien vivante.

C’est le livre d’une histoire captivante.

À moins que ce ne soit l’histoire d’un homme captivant. L’histoire d’un homme au caractère bien trempé, qui fait vibrer, qui chamboule le cœur, qui met la vie en désordre, qui avec des mots bien alignés rend une femme heureuse. Ou pas. Tout est question de perspective. Tout est question d’emprise.

C’est l’histoire d’une femme qui s’appelle Juliette. Et si c’était moi ? Vous ?

C’est l’histoire d’une séduction puissante.
C’est le roman d’une femme qui se livre.

Cristina de Amorin a écrit un livre inoubliable, un premier roman empreint d’une vérité douloureuse qu’elle a su magnifiquement habiller d’une tenue de fête.

Une carte postale du bonheur, une femme sous emprise c’est exactement cela :

Une carte postale, jolie, belle, aux couleurs de la plage et du sable fin, une carte postale envoyée du soleil.

Et le bonheur d’une vie qui parfois se ternit mais que l’on se doit de toujours vivre avec le sourire. Ou l’essayer, du moins.

Une carte postale du bonheur pour un moment de sourires, de tristesse, de larmes et d’éclats de rire. La vie, elle-même.

 Quand j’ai eu le livre de Cristina De Amorim, de Le blog de la Cristina sans H entre mes mains, j’ai tout de suite su qu’il me plairait. Ne me demandez pas pourquoi, mais je le savais. Alors que l’histoire principale est assez éloignée de ma vie, ce livre m’a offert, de façon totalement inattendue, un élément qui, lui, est bien plus proche de mon histoire : Juliette, héroïne du roman, a, elle aussi, un “là-bas”, qui rend particulière l’histoire de sa famille. Juliette, comme moi, elle voyage de temps en temps en Espagne, son autre pays, son autre chez soi.

Le livre a été publié par les éditions Séramis et la préface a été divinement rédigée par Anne Montecer, des blogs Annouchka et Le dressing idéal.

Bilinguisme

Anita, française en Espagne (famille bilingue)

Je vous livre aujourd'hui le quatrième interview de la série dédiée aux témoignages de parents d'enfants bilingues. C'est au tour d'Anita de répondre à mes questions. Vous le verrez, Anita tient vraiment au caractère bilingue simultané précoce et biculturel de ses enfants !

1. Bonjour Anita, pourrais-tu te présenter ?

Je suis française, née à Laval où se trouve toujours une partie de ma famille. J’habite en Espagne à Logroño depuis 2001 où je suis actuellement professeure de français à mon compte. Mon mari est espagnol. Sa famille habite loin de Logroño dans le Sud-Ouest de l’Espagne. Nous avons 2 filles, Iloane née en 2010 et Taïs née en 2018. Intéressée par les langues depuis toute petite, je suis fascinée par le plurilinguisme et notamment celui de mes enfants ! J’ai beaucoup lu sur ce sujet, quelques livres (on a vite fait le tour) et surtout blogs de parents. J’ai commencé à raconter le bilinguisme de mon aînée sur mon blog

Famille bilingue franco-espagnole

2. Tu es maman d’un enfant encore bébé, penses-tu qu’il est important, voire indispensable, parler la langue maternelle dès que le petit haricot s’installe dans le ventre ?

Plus qu’indispensable, je dirais que pour moi ça a été une évidence. Avec mon mari nous avons communiqué en espagnol entre nous depuis toujours. Quand je suis tombée enceinte, ma vie était je dirais à 70 % en espagnol. Pourtant parler espagnol à mon petit haricot était juste impensable et impossible pour moi. Et à la naissance il était encore plus évident que le français serait la langue de communication entre ma fille et moi. Je suis même un peu « énervée » quand quelqu’un est surpris de cela ! Maintenant je réponds « toi quelle langue tu parles à tes enfants ? Ta langue, la langue de ton enfance non ? Bah moi c’est pareil, même si j’habite ici ».
Mais je connais (malheureusement) beaucoup de personnes pour qui, même si c’est important, la langue maternelle ne s’impose pas naturellement et ils doivent faire des efforts pour « installer » leur langue maternelle. Une amie qui vient d’accoucher est mariée à un brésilien. Lorsque le bébé était dans le ventre il n’arrivait pas à lui parler sa langue et depuis la naissance pour lui c’est plus facile. Je pense que ça dépend de chacun mais je suis persuadée qu’il faut commencer à parler la langue le plus tôt possible et surtout s’y tenir…
Je connais aussi des personnes qui ne réussissent pas à parler leur langue maternelle à leurs enfants, ni dans le ventre, ni après 🙁 et d’autres qui le font dès la grossesse puis de moins en moins et finissent par abandonner.

Ce qui est indispensable à mon avis c’est la constance, il faut parler sa langue tout le temps ou en tout cas le plus possible, même en public, même chez le docteur, même devant les profs, même devant la belle-famille et c’est une difficulté pour certains.

3. Ta fille aînée, est-elle consciente de son plurilinguisme ? Comment elle le vit auprès de leurs camarades ? Un moment bilingue rigolo, drôle ou, au contraire, triste à partager avec nous ?

Ma fille est totalement consciente de son bilinguisme, d’ailleurs si elle ne l’était pas, les gens le lui rappellent assez souvent par de petites réflexions… Ce sont souvent des compliments  mais pour elle pour qui c’est naturel, c’est assez déstabilisant quand quelqu’un vous dit « oh super tu as de la chance tu comprends tout ce que te dit ta maman…. ! » (bah oui je comprends ma maman heureusement!!)
Plus petite elle était déstabilisée aussi par les demandes de traduction qui étaient récurrentes et qui sont très compliquées pour des petits bilingues (surtout quand on leur demande de traduire des grands intraduisibles genre les plats du restaurant…)
Anecdotes, moments drôles, malentendus…il y en a beaucoup… alors je raconte la dernière en date. Nous faisons beaucoup les courses en France car nous passons souvent des week-ends à Hendaye et en profitons pour acheter des produits français. La semaine dernière sur un paquet de biscuits était écrit une petite devinette-blague :
« quand je suis chaud je suis frais,qui suis-je? » réponse: le pain.
En français bien sûr ça marche et ma fille avait bien compris la blague puisqu’on parle souvent de la baguette fraîche des boulangeries françaises. Toute contente de comprendre la blague elle l’a racontée aux enfants de sa classe en traduisant mais la pauvre a fait un bide total car en espagnol le jeu de mots ne fonctionne pas du tout…
Des erreurs sur les mots aussi, de moins en moins mais qui nous font encore bien rire. Ma fille est la championne des faux amis et a beaucoup inventé de mots avec un sens de la logique incroyable à mon avis. « papa, hemos ido a la posta para mandar la carta… » « maman,le chien m’a tchoupé » etc. j’en ai noté beaucoup sur mon blog.
Une autre anecdote rigolote…toute petite déjà et encore aujourd’hui ma fille parle plus fort en espagnol qu’en français. Je l’ai tout de suite remarqué mais je n’en parlais pas trop, puis plusieurs personnes l’ont remarqué. Et quand je vois les vidéos de ses premiers mots, c’est flagrant !

Plus que du bilinguisme, ma fille est surtout très consciente de sa « biculture ». Et c’est sans doute le gros avantage de l’éducation bilingue. Elle sait qu’il existe pas si loin des gens qui vivent d’une autre manière, qui parlent une autre langue oui mais aussi qui mangent différemment, qui connaissent d’autres chanteurs, qui conçoivent parfois le monde différemment…

4. Elle est scolarisée dans une école « normale » (ou pas), avez-vous eu affaire à des remarques de la part des enseignants ?

Ma fille est en école publique monolingue. Je précise car les écoles bilingues en Espagne sont nombreuses avec le gallego, catalan etc. La première année, la professeure m’a dit que en « lengua » (espagnol, donc) ma fille avait quelques petites difficultés sûrement dues au fait que je lui parle français mais rien de grave. Je suis persuadée que ce n’était pas du tout le cas, mais je crois aussi qu’en tant que maman bilingue on est vite offensée par ce genre de réflexion alors que pour les enseignants ce n’est qu’un commentaire parmi d’autres…

Par contre j’ai eu des réflexions de la part d’autres personnes et c’est important d’être sûr de soi et de savoir répondre à certains commentaires, surtout pour un 1er enfant les premières années.

5. En famille, quelle méthode, si j’ose dire, avez-vous installé en termes de langue et de communication ? Est-ce que les stratégies évoluent en fonction de leur âge et de chaque étape de la vie ?

La méthode est très simple et surtout totalement naturelle et constante : Quel que soit l’endroit où on se trouve, quel que soit l’entourage présent Papa parle toujours espagnol aux enfants et Maman parle toujours français aux enfants. Papa et Maman parlent le plus souvent français entre eux mais là il y a souvent des dérogations 😉 . Cela peut être parfois mal perçu, mais nous sommes restés sur cette « méthode ». Quelques périodes peuvent être difficiles notamment l’entrée à la crèche et à l’école ou quand les amis des enfants viennent à la maison.
Nous avons aussi la télé en français et cela a son importance car nous la regardons tous les soirs et ma fille a toujours connu la télé en français. Elle voit des dessins animés en espagnol seulement au cinéma ou à l’école. Même les DVD de la voiture sont en français ou en anglais. Pas de livres en espagnol non plus jusqu’à l’année dernière. Ma fille a commencé l’école primaire et donc la lecture, alors elle veut des livres en espagnol, ce que nous acceptons bien sûr. Nous nous tenons vraiment à cela tant que nous vivons en Espagne. Dans une prochaine étape, peut-être en France dans quelques années…il faudrait inverser et faire entrer plus la langue espagnole à la maison.

Famille bilingue franco-espagnoleFamille bilingue franco-espagnole

6. Je ne sais pas si vous le savez mais pour moi, une langue est bien plus qu’un simple outil de communication, une langue est un tout, une langue est famille et sentiments. Pour vous, une langue c’est…

Oh la la… vaste question… j’aime ton blog car je sais que tu ressens les choses comme moi je ne pense pas pouvoir l’exprimer mieux que tu ne le fais.

Une langue c’est tellement…c’est ton univers, ton enfance, tes souvenirs, les valeurs qu’on t’a transmises, les sentiments, les rêves, les épreuves traversées, les secrets racontés, des goûts, des odeurs. J’ai grandi, j’ai appris, j’ai découvert le monde avec cette langue, je ne conçois pas que mes enfants découvrent le monde sans leur transmettre cette partie de moi.
Deux exemples juste sur la journée d’hier :
J’ai récité à ma fille une poésie que j’avais apprise en primaire, elle était ravie !! et moi aussi !
Hier soir ma fille a demandé à ses grands-parents qu’ils lui rapportent des carambars et de la brioche lors de leur prochaine visite. Ce sont de petites choses qui paraissent insignifiantes mais je serais bien triste de ne pas partager cela avec elle.

7. Le quotidien d’une famille bilingue est difficile, facile… quels sont, d’après vous, les aspects sur lesquels il ne faut pas être intransigeant ? (s’il y en a, bien sûr)

Je pense que c’est très important de ne pas changer de langue selon l’endroit où on se trouve. Je vois beaucoup de familles autour de moi qui parlent l’autre langue à la maison mais dès qu’ils sont en public, école, jeux, médecin etc. ils parlent en espagnol. Dans toutes ces familles je constate que l’enfant ne parle pas la langue. Il la comprend mais n’est pas très à l’aise pour la parler. Je sais que ça fonctionne pour certains mais dans mon entourage ces enfants là ne sont pas bilingues car souvent ils ne s’intéressent pas à l’autre langue, l’autre pays, l’autre culture. Bien sûr tout dépend aussi de ce que veulent les parents. Certains souhaitent que leurs enfants comprennent et se débrouillent avec la deuxième langue pas plus. Ce n’est pas mon cas, je veux que mes enfants connaissent la France et le français dans toutes (ou presque) ses subtilités.

C’est important aussi d’aller dans le pays ou de faire des rencontres avec d’autres natifs pour qu’ils ressentent le besoin d’utiliser la langue, qu’il y ait de l’échange réel avec cette langue

8. Si on vous demandait des conseils pour élever un enfant bilingue simultané précoce, quelle expérience auriez-vous envie de partager ?

J’avais écrit un article sur mon blog sur les points qui me paraissent essentiels : l’attachement à la langue, le soutien du conjoint et de l’entourage, l’échange, le besoin, la constance et le temps passé à utiliser la langue. Je crois que plus on réunit de ces aspects plus on a des chances que le multilinguisme se mette en place.
Je pense aussi que c’est nécessaire quelquefois d’expliquer aux gens la démarche. Au début j’étais un peu « braquée » (genre « je parle comme ça que ça te plaise ou non ») . Mais j’ai compris que les gens qui se sont pas plongés dans les langues ne comprennent pas toujours. Alors j’explique et finalement les gens acceptent mieux en comprenant.

9. J’aimerais beaucoup connaître votre avis sur les familles monolingues qui décident d’élever leurs enfants dans le bilinguisme ? Qu’en pensez-vous ?

Je vais essayer de ne pas être trop « sévère »… c’est vrai que c’est à la mode ici en Espagne, j’ai autour de moi des parents qui se débrouillent bien (ou pas.. !) en anglais et qui parlent en anglais à leurs enfants. En tant que maman je trouve ça vraiment bizarre, artificiel, voire même ridicule dans certains cas dont j’ai été témoin…Pour moi une langue doit être enseignée par un natif alors encore plus quand il s’agit de transmission à ses propres enfants ! Je ne comprends pas comment font ces parents. Après 17 ans en Espagne je n’arrive même pas à parler espagnol à un bébé… la langue qui me vient est toujours le français ! J’ai un très bon niveau en anglais mais c’est grâce aux cours d’anglais de ma fille que j’ai appris des mots comme tétine, lingette, pot etc. et je ne serais pas à l’aise si j’utilisais l’anglais avec mes enfants au quotidien.

Mais surtout comment ces parents transmettent-ils leurs souvenirs, leur enfance, leurs sentiments… tout ce qui fait une langue comme on a déjà dit ? Comment se forge la complicité parent/enfant quand on utilise une langue qui n’est pas la sienne… ? J’avoue que ça me dépasse…

Par contre en tant que professeure je tempérerais un peu ma réponse sur le sujet. Les enfants acquièrent du vocabulaire utile et sont un peu plus à l’aise en classe de langues. Ils comprennent et c’est déjà un bel avantage. Alors malgré une prononciation parfois incertaine, l’effet sur l’enfant n’est pas négatif au niveau de l’apprentissage. Par contre au niveau relationnel et affectif je ne suis vraiment pas convaincue…

10. Envie d’ajouter un dernier mot ?

Oui. Quelquefois je pense que je suis peut-être trop « stricte ». Je ne parle jamais espagnol à mes enfants même en présence d’amis. J’ai peur que ça devienne gênant pour mon aînée quand des copains/copines viennent à la maison. Pour l’instant elle ne se plaint pas et traduit ce que je dis à ses amis avant que je ne le fasse. Mais je sais qu’un jour elle peut rejeter ça et ne pas vouloir ressentir cette différence à certains moments. Maintenant j’ai du mal à faire machine arrière mais le français tient une place très importante dans notre quotidien…peut-être trop…
Malgré tout j’ai l’intention de faire exactement de la même manière pour notre petite deuxième née il y a 3 mois. Je suis pressée de voir si le bilinguisme se met en place de la même manière pour elle et les changements qui devront se mettre en place si on déménage. En tout cas je suis ravie d’avoir tenu mon blog et de pouvoir raconter à mon aînée avec des souvenirs exacts ses premiers mots,et puis voir la manière dont mes filles vont communiquer entre elles va me permettre de mettre mon blog à jour !

Bilinguisme

Interview à Joana, maman bilingue d’enfants bilingues

Nous voici avec le troisième interview de la série dédiée aux témoignages de parents d'enfants bilingues. Aujourd'hui c'est Joana Bragues qui répond à mes questions. Encore une fois, un portrait de famille plurilingue passionnant.

1. Bonjour Joana, pourrais-tu te présenter (métier, nombre d’enfants, nationalité, ville de 
résidence, etc.)

Bonjour Margarida! Je m’appelle Joana, franco-portugaise, 36 ans, maman de 2 filles de 4 et 6 ans, et nous habitons à la frontière de Genève, nous sommes ce que nous appelons plus communément par ici des « frontaliers », c’est-à-dire grossièrement que nous traversons la frontière chaque jour pour aller travailler dans notre pays voisin, qui est la Suisse.
J’ai moi-même grandi dans un environnement plurilingue car à la maison nous parlions portugais avec mes parents qui étaient les 2 portugais, et j’ai fait mes études et grandi en France, donc le français est rapidement devenu ma langue principale.
Après une carrière professionnelle dans les cosmétiques tournée exclusivement à l’international, le rythme de voyages était devenu impossible à gérer à la naissance de ma première fille, j’y ai donc mis une pause. Et aujourd’hui, le sujet de cette interview, qui est le bilinguisme, a justement été l’un des déclencheurs de ma création d’entreprise, Oh My Book box !

Cette zone appelée « frontalière » fourmille d’expatriés, et par conséquent s’est convertie en une zone multi-langues impressionnante. Le matin à l’école on entend plus de parents parler à leurs enfants en anglais ou espagnol qu’en français.

joana bragues oh my book box famille bilingue

2. Chez vous, il me semble, il y a bien plus que deux langues?

En effet ! A la maison, les filles parlent exclusivement espagnol avec leur papa, et portugais et français avec moi. Aussi elles sont habituées à entendre l’anglais car nous regardons mon mari et moi, des films et séries uniquement en anglais. Et je l’avoue lorsque nous voulons nous dire quelque chose sans que les filles nous comprennent, on se le dit en anglais.. je sais c’est mal ! Donc du moins à l’oreille, on vit avec 4 langues.

3. Vos enfants, sont-ils conscients de leur plurilinguisme? Comment ils le vivent auprès de leurs camarades ? Un moment bilingue rigolo, drôle ou, au contraire, triste à partager avec nous ?

Oui elles en sont bien conscientes, et le vivent chacune très différemment. Par exemple Zoé, la plus grande qui a 6 ans, et très fière de parler espagnol et affirme avec fierté à ses petits copains qu’elle est Espagnole/Portugaise et Française. Par contre Lou-Ann, sa petite sœur de 4 ans, ce n’est pas la même histoire, elle, elle affirme qu’elle est française et est plus difficile à faire parler en espagnol ou portugais hors de la maison.

Je pense que la différence des personnalités s’affirme également dans le plurilinguisme donc c’est plutôt positif qu’elles s’affirment jusque dans leurs moyens de communication.

4. Elles sont scolarisées dans une école « normale » (ou pas), avez-vous eu affaire à des remarques de la part des enseignants ?

Oui elles sont scolarisées dans une école maternelle classique (MS et GS), dans le petit village de 2 000 âmes dans lequel nous vivons.
Nous n’avons jamais eu affaire à aucune remarque car la zone frontalière dans laquelle nous vivons fourmille d’expatriés, et par conséquent s’est convertie en une zone multi-langues impressionnante. Le matin à l’école on entend parfois plus de parents parler à leurs enfants en anglais ou espagnol qu’en français. C’est une vraie chance, je le dit souvent à mes filles, au-delà d’avoir déjà la chance de grandir dans un environnement multilingue à la maison, elles ont la chance de voyager au quotidien avec des petits copains anglais, mexicains, italiens, allemands, qui leur partagent des habitudes différentes plus qu’une autre langue! Je suis intimement convaincue que l’ouverture d’esprit commence ainsi.. et j’estime chaque jour la chance que l’on a de pouvoir élever nos enfants dans un tel contexte culturel, car quand j’avais leur âge, ce n’était pas aussi simple de parler une autre langue, surtout qu’à leur âge moi j’arrivais en France et rentrait en CE1 sans savoir parler un mot de français, donc le regard des autres et ma perception en tant qu’enfant n’était pas du tout la même !

5. En famille, quelle méthode, si j’ose dire, avez-vous mis en place en termes de langue et de communication ? Est-ce que les stratégies évoluent en fonction de leur âge et de chaque étape de la vie ?

Nous en avons beaucoup parlé dès la naissance de Zoé, et nous nous sommes posé des milliards de questions sur le « comment faire pour qu’elles parlent l’autre langue ? » et nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il n’y a pas de méthode magique, tout dépend de l’enfant au final et de l’amour qui est mis dans la méthode de communication. La seule chose sur laquelle nous n’avons à ce jour encore jamais lâché (pour l’instant !), c’est que avec papa on ne parle QUE espagnol, même au moment de la lecture du soir, si les filles choisissent un livre en français, il le traduit en simultané (il est fort moi j’y arrive pas ! Trop dur un tel effort à 20h… !), et aussi le plus possible, les filles doivent répondre en espagnol si on leur pose une question en espagnol. Hormis ça nous n’avons pas réellement de méthode, hormis leurs livres dans les 3 langues qui sont le meilleur des supports pour nous.

6. Je ne sais pas si vous le savez mais pour moi, une langue est bien plus qu’un simple outil de communication, une langue est un tout, une langue est famille et sentiments. Pour vous, une langue c’est…

Exactement ce que vous venez de dire ! Pour moi une langue est un partage, une histoire, un héritage familial, des souvenirs et bien plus encore !

 

J’ai toujours trouvé drôle qu’en fonction de la langue dans laquelle on s’exprime, le ton n’est jamais le même. Mon mari dit souvent que lorsque je parle anglais je suis dure, ce qui serait logique car pour moi l’anglais c’est synonyme de contexte professionnel et de management, donc le ton se durci probablement. L’affectif est complètement absent pour moi en anglais, donc ça fait sens !

7. Le quotidien d’une famille multilingue est difficile, facile… quels sont, d’après vous, les aspects sur lesquels il ne faut pas être intransigeant ? (s’il y en a, bien sûr)

Je crois qu’il ne faut être intransigeant sur rien, finalement laisser les enfants intégrer la langue à leur rythme et s’ils en ont envie ou non. Ma fille de 4 ans ne veut plus du tout entendre parler portugais depuis que sa mamie nous a quitté. Pour elle c’est la langue de sa grand-mère et l’avoir perdu est trop douloureux et fait donc un rejet de tout ce qu’elle ne peut plus faire avec elle. Elle y reviendra j’en suis sûre mais je respecte qu’elle ne veuille plus le parler.

joana bragues oh my book box famille bilingue

8. Si on vous demandait des conseils pour élever un enfant bilingue simultané précoce, quelle expérience auriez-vous envie de partager ?

Je dirais qu’il ne faut jamais lâcher, et les obliger le plus possible à répondre dans la langue dans laquelle on leur pose des questions. Quitte à ne pas répondre tant qu’ils n’ont pas posé la question dans la langue référente du parent. A la maison on entend souvent « Papa j’ai faim. » … « Papa j’ai faim ! »…. » Papa tengo hambre » « ah vale ahora si te he entendido ! »

9. J’aimerais beaucoup connaître votre avis sur les familles monolingues qui décident d’élever leurs enfants dans le bilinguisme ? Qu’en pensez-vous ?

Je trouve cela super ! On me demande souvent si les boxs de livres en anglais sont exclusivement pour les enfants bilingues anglais, ce à quoi je ne réponds absolument pas ! Je rencontre souvent des parents qui ne sont pas bilingues de naissance et qui lisent des livres en anglais à leurs enfants, je trouve que c’est un beau cadeau qu’ils font à leurs enfants de les mettre sur l’ouverture du bilinguisme dès la naissance malgré qu’elle ne soit pas innée. Je ne peux que les féliciter et les encourager !

10. Envie d’ajouter un dernier mot ?

Merci pour cette idée interview qui est sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur et qui a toujours suscité chez moi de nombreuses questions. Je trouve super de traiter ce sujet qui concerne tellement d’enfants en France aujourd’hui. La mixité culture a donné naissance à de nombreux enfants bilingues et ça c’est beau ! Le bilinguisme chez les enfants a été l’une des raisons principales de mon envie de créer « Oh my Book box » , outre mon amour pour la littérature jeunesse, les livres ont toujours été le meilleur des supports pour moi en tant qu’enfant pour apprendre les langues, et nous les utilisons au quotidien avec nos filles pour parler et aborder tous les sujets. C’est donc un vrai bonheur pour moi de travailler avec toutes les maisons d’éditions françaises et étrangères et pouvoir proposer aux parents ce merveilleux support que sont les livres pour enfants !

¡Gracias Margarida!

Lifestyle

5 ans de toi et de moi, de nous

maman depuis 5 ans
 AUJOURD’HUI CELA FAIT CINQ ANS QUE NOUS AVONS COMMENCÉ À ÉCRIRE L’HISTOIRE D’UN LIVRE INTITULÉ THELMA. UN LIVRE À SIX MAINS ET EN TROIS LANGUES. DES PAGES QUI NOUS DÉVOILENT DES RECOINS INCONNUS DE LA VIE, AVEC DES MOTS, DES POINTS ET DES VIRGULES, DES HOLA LÀ-BAS ET DES BONJOUR ICI !
TRÈS DOUX ANNIVERSAIRE MA THELMITA !

Cinq ans aujourd’hui que tu es venue bouleverser nos vies.
Cinq ans de ton amour.
D’un amour à deux, linéaire qui s’est transformé en amour à trois, triangulaire.
Cinq ans du plus grand cadeau appelé bonheur.
Cinq ans de tes sourires, tes questions, ta curiosité.
Cinq ans d’une petite fille qui aime les câlins.

Cinq ans que mes voyages en avion se sont transformés. Je ne regarde plus par le hublot, je ne vois plus l’horizon, je ne ferme plus les yeux, emportée par les pensées. Désormais on dessine, on parle, toi et moi, on explique les choses, on se fait des caresses. Cinq ans d’un ici-et-là-bas qui s’est démultiplié.

Cinq ans d’une même lune partagée. Et d’un soleil toujours bienvenu.
Cinq ans de toi, estrella, carinyet, coquineta.

maman depuis 5 ans

Cinq ans de ce mois de mai 2013.

Le rendez-vous était donné pour le 13 au soir, à 20h. Nous sommes rentrés à la clinique, main dans la main, valise à roulettes. On aurait pu croire qu’on allait passer la nuit à l’hôtel. On était sereins, fatigués mais sereins. Pas une douleur, pas une contraction. Je me souviens du jean et de la chemise que je portais. Du pull de ton papa aussi. Tu t’es faite attendre. Beaucoup. J’avais pris des magazines que ta iaia, arrivée quatre jours plus tôt, m’avait ramenés d’Espagne. Ils étaient arrivés parce que tu devais être déjà parmi nous. Petite coquine. Mais non. Tu as voulu les attendre. J’en suis sûre.

Tu t’es présentée en douceur. Sourire au coin. Il te manquait juste ce petit coup de pouce pour venir nous faire ton premier coucou, au petit matin, le premier d’une longue série. Facile, une arrivée facile. Un déclenchement simple et ultra-rapide. J’ai même failli m’endormir. Et puis, tu étais là et je me suis relevée pour t’aider à sortir, ta tête entre mes mains, je t’ai tirée vers moi, tu étais gluante, et je t’ai posée sur moi.
4h50. Cinq ans de la nuit blanche la plus adorable de ma vie.

Cinq ans. Déjà.
Tu es ma fille, mon unique.
Cinq ans d’apprentissages et de questionnements. Toi et moi. Nous.
Cinq ans que tu es toi.
Cinq ans que mon moi est devenu maman.

Cinq ans que nous écrivons ensemble les pages d’un livre appelé Thelma.