Traduction

Arrêtons les stéréotypes : être traducteur

« Un traducteur, s’il utilise un dictionnaire, c’est que ce n’est pas un bon traducteur ! »

Faux. Comme disent beaucoup, les traducteurs ne sont pas des encyclopédies. Un traducteur doit effectuer des recherches sur le mot qui lui est inconnu, pour bien le comprendre spécifiquement, une fois compris alors il peut trouver des équivalents dans d’autres langues.

« Le texte est court, vous ne devez pas prendre beaucoup de temps à le traduire ! »

Faux. Car tout professionnel qui se respecte aime donner un travail d’une qualité optimale à son client. Tout dépend du texte, des termes spécifiques qui nécessitent surement une recherche plus approfondie. Il arrive de passer plus de temps sur un texte court qu’un texte qui fait son double. Alors beaucoup de traducteurs et traductrices aiment que leurs clients leur laissent le temps nécessaire pour le traduire correctement.

« Ne fait pas de chichis, interprète, c’est la même chose »

Faux. Un traducteur traduit un texte écrit, tandis qu’un interprète traduit un discours oral. Pour comparer plus précisément, un interprète doit garder en mémoire un instant une grande partie d’un discours et ensuite le traduire oralement, seulement un traducteur a tout le temps de revenir plusieurs fois sur la même phrase et ensuite le traduire. Un traducteur est également auteur, auteur de ces traductions et un interprète doit avoir la capacité à imiter les tons, les émotions tout en traduisant le discours entendu dans la langue d’origine.

« Tout le monde peut traduire, tant qu’elle parle deux langues ! »

Pour beaucoup de personnes, quand il parle une autre langue que leurs langues maternelles, ils pensent pouvoir alors traduire correctement. Ce n’est pas si simple ! Après être capable de parler deux langues, pour traduire, il faut avoir la capacité de traduire, avoir des aptitudes spécifiques, de l’expérience, et de nombreuses choses…

Soline Rambault

(ÉTUDIANTE DE LA LICENCE LEA À L'UCO NANTES, EN STAGE CHEZ MARGARIDA LLABRÉS ROTGER, ENTREPRISE INDIVIDUELLE DE TRADUCTION ET D'INTERPRÉTATION)
Traduction

Faire un stage en traduction

Avant de commencer mon stage en traduction, je ne savais pas trop à quoi m’attendre ni quel domaine j’allais explorer. C’était une grande découverte pour moi, surtout qu’avec les conditions actuelles, mon stage allait essentiellement se dérouler en télétravail. Une première pour moi !

Faire un stage en traduction

LE DÉBUT

On avait organisé pour que je vienne le premier jour et un autre jour vers la fin du stage. Mon premier jour était très enrichissant et j’ai appris beaucoup de choses. En effet, j’ai appris qu’il y avait plein d’outils de traduction, notamment les TAO, il y a aussi les différents clients, les différentes demandes, les différents supports… Je ne pensais pas que le travail de traduction était aussi minutieux et aussi large. L’entreprise de Margarida Llabrés Rotger, ArtiLingua touche à plein de domaines, et plein de supports. Elle a fait des traductions de livres pour enfants, de site internet, d’application mobiles, de livre touristique, travaille pour des start-up, des organismes publics… J’ai pu découvrir aussi tous les clients pour lesquels elle a travaillé, les récurrents ou non, et voir les différents projets qu’elle a faits, mais aussi ceux qu’elle a en cours. Elle m’a donné des traductions qu’elle avait faites et des traductions de projet qu’elle avait en cours, j’ai découvert de nouveaux logiciels comme PoEdit, j’ai pu faire des publications de réseaux sociaux, des articles de blog, et des traductions touristiques et de site internet. Ce travail était très intéressant, car j’ai vraiment touché à plein de domaines, et cela m’a permis d’en apprendre davantage sur l’espagnol.

MES PENSÉES

J’ai vraiment adoré ce que j’ai fait tout au long du stage, j’ai fait plein de choses différentes. J’avais comme projet après mes études de faire un Master Traduction – Interprétation, et ce stage confirme mon choix de Master. Je ne m’attendais pas à faire autant de choses en faisant un stage dans ce domaine. Ce stage m’a aussi permis de me rendre compte de l’importance de la maîtrise de la langue, en effet, je n’étais pas très douée en espagnol. En faisant ce stage, j’ai pu apprendre du nouveau vocabulaire, de nouvelles expressions, une nouvelle manière de parler l’espagnol… J’ai aussi découvert un nouveau pays : Minorque, avec sa culture. Le fait d’avoir commencé par un stage avec une traductrice indépendante m’a permis de voir les réelles difficultés du métier et de pouvoir les appréhender dans le choix de mes futures études. Je pense continuer à faire des stages dans la traduction, mais essayer d’autres langues, d’autres domaines et une autre façon de travailler. Mon prochain stage, je pense que je le ferais en agence, car le rythme de travail ne doit pas être le même, ni les horaires et encore moins l’ambiance.

En somme, je pense que faire un stage dans le domaine qui nous plaît nous permet de mieux voir le contexte du métier et de mieux faire notre choix pour nos études. Faire un stage est très important avant de se lancer, il permet de ne pas être déçu et surtout de pouvoir être sûr que cela va nous plaire.

Ema Baudry

(ESTUDIANTE DEL GRADO DE LEA, EN PRÁCTICAS CON MARGARIDA LLABRÉS ROTGER, EMPRESA DE TRADUCCIÓN E INTERPRETACIÓN)
Traduction

Etre traducteur freelance ou traducteur en agence

Quand vient la fin des études en traduction, il est toujours difficile de choisir si on va être traducteur indépendant ou traducteur pour une agence de traduction. Les questions diffèrent, les réponses ne sont souvent pas claires.

LE TRAVAIL EN AGENCE DE TRADUCTION

Choisir l’agence de traduction au lieu de traducteur freelance n’est pas mauvais en soi, surtout quand on débute, cela nous permet de voir le potentiel que l’on peut avoir en tant que traducteur, et d’acquérir une expérience afin de se lancer en tant que freelance. Une agence de traduction est souvent un bon début après ces études, c’est d’ailleurs l’option que prennent beaucoup de traducteurs tout juste sortis de l’école.

En agence, les traducteurs travaillent à plusieurs, souvent par 2 ou 3, les agences se distinguent en fonction du type de traduction (technique, littéraire, scientifique…), mais aussi par la langue, toutes ne proposent pas les mêmes langues, ni les mêmes services. En agence, pour se démarquer, c’est la compétence. Plus le niveau de langue et les connaissances dans le domaine sont élevés, plus il y a de reconnaissance dans ce que l’on fait. Avant l’arrivée d’Internet, les agences faisaient leur nom en fonction du nombre de salariés qu’elles avaient, aujourd’hui, la manière de travailler à changé et les outils ne sont plus les mêmes, les types de clients aussi changent. Désormais, une agence n’a pas que pour fonction de traduire des documents, cette dernière peut aussi gérer des dizaines, voire des centaines de traducteurs freelance.

LE TRADUCTEUR FREELANCE

Choisir d’être freelance est un grand pas dans le monde du travail, car il faut créer son entreprise et se démarquer des concurrents, tout en gardant son esprit créatif. Il faut surtout oser voir grand, car quand un traducteur se lance indépendamment, il ne doit pas choisir qu’un domaine ni qu’une langue sinon ses services seront limités et son entreprise risque de ne pas fonctionner comme il le désire. Quand on est traducteur freelance, c’est bien d’avoir des contacts entre traducteurs, des associations de traducteurs existent, la plus connue en France est la SFT (Société Française des Traducteurs). Pour ce qui est du salaire, les traducteurs freelances sont libres, contrairement aux traducteurs en agence. En effet, le traducteur freelance n’a que quelques taxes et d’autres frais, mais sinon tout le reste lui revient, de plus, il choisit ses contrats et peut en accepter autant qu’il le souhaite du moment qu’il sache gérer entre son temps de travail et son temps de repos. La majorité des traducteurs indépendants travaillent de chez eux, cela demande de la discipline et beaucoup d’organisation. Les traducteurs peuvent avoir moins d’expérience pour les logiciels de TAO (Traduction Automatique par Ordinateur), ce qui leur donne un temps de retard par rapport au traducteur en agence.

En somme, que vous choisissez un traducteur freelance ou un traducteur en agence, le travail est le même. La seule chose qui change, c’est les conditions de travail. Le traducteur freelance se bat pour faire fonctionner son entreprise alors qu’en agence, le traducteur peut seulement être salarié, donc l’implication et la passion du métier n’est pas la même.

Ema Baudry

(Stagiaire Licence LEA L1 auprès de Margarida Llabrés Rotger, entreprise de traduction et interprétation.)
Sites consultés :
Agence de traduction VS traducteur freelance
Agences de traduction et traducteurs freelance
Agence de traduction
Traduire mon site web : traducteur freelance ou agence
Traducteur freelance ou agence
Traducteurs freelance ou agence de traduction