Vie à l'étranger

Partir pour retrouver le sourire des amies

Elles sont là, toujours là, à l’autre bout des frontières, à l’autre bout du téléphone, de l’autre côté de l’écran. Parfois plus présentes, parfois plus occupées avec leurs petites vies. Mais elles sont toujours là. Je le sais, elles aussi. À l’aube de notre jeunesse, nos vies se sont croisées, nous avons partagé un petit bout de notre histoire, des tête-à-tête, des soirées, des sourires et des larmes, des confessions, des amours, des voyages, des aventures.

Distance avec les amies

Un jour, cette vie à l’étranger nous a invitées à apprendre à nous aimer dans la distance. Des rapports différents, des coups de fil à rallonge et des emails épistolaires et des messages et des petits cadeaux et des sourires posés à chaque saut de ligne. Passer les jours avec toujours cette envie illusoire de les voir là, au seuil de ma porte et entendre un “coucou, je passais par ici, on prend un café et on papote ?”

Distance avec les amies

Nous sommes partis les retrouver, un petit rituel annuel qu’on chéri plus que tout. J’étais une, nous sommes maintenant trois. Elles aussi, elles ont grandi, elles ont fondé des familles, posé des bases solides d’un amour resplendissant. Parcourir des kilomètres, chantonner, sourire, somnoler et rêver des petites frimousses à découvrir. L’autre fois, c’était un passage express à la maternité, le hasard avait bien fait les choses, elle était née pendant notre présence au pays. Maintenant, elle est grande soeur. Et puis eux, revenus au pays après un long séjour dans ces beaux pays du continent africain. Et les voir jouer ensemble, petites et rigolotes. Eux, les entendre parler, eux une amitié par alliance et à distance, avec le sourire. Comme si cette vie à l’étranger ne voulait plus me quitter. Elles et moi.

S’embrasser et rigoler et découvrir nos valises remplies d’un amour qui s’appelle maintenant loulou, poulette, tinie ou chérie.

Rentrer et penser aux prochaines retrouvailles.

Peu importe les kilomètres quand on a une vie à l’étranger.

La distance et les amies

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

Ces amies qu’on voit peu, presque pas, pas beaucoup…

Je suis montée dans le train tôt, très tôt, c’est toujours pareil quand je dois aller à la capitale. Maintenant que j’habite en province on dirait que c’est une sacrée organisation aller passer une journée à Paris. Pourtant Paris je la connais. A Paris j’y ai vécu. A Paris j’ai rencontré des gens, quelques-uns sont devenus mes amis. Certes, Paris n’est pas la ville la plus facile au monde quant aux relations humaines. Il y a mieux, il y a pire.

Une fois installée dans le train, je me suis sentie prise par une espèce de nostalgie. C’est à chaque fois le même sentiment qui revient. Je ne sais plus trop l’exprimer. Je ne changerais pour rien au monde la vie que j’ai actuellement et pourtant… la nostalgie est toujours là.

J’ai ouvert un livre, “La Traversée” de Lénaïk Gouédard. Ce livre attendait depuis des mois sur ma table de chevet, c’était l’occasion idéale. Je me suis facilement laissé emporter par l’histoire de Wendy, cette jeune fille d’Idaho qui débarque à Rennes pour approfondir ses études et qui découvre une partie de l’histoire de ses ancêtres qui est liée, à son tour, à l’histoire de la Bretagne. J’aime bien, je lis, je lis, je tourne les pages. Le train n’est pas à son complet, plus on s’approche de Paris plus les rayons de soleil se font présents.

Après deux heures de lecture, mes yeux commencent à fatiguer. Je pose mon livre et mes pensées se recentrent sur cette copine avec qui je vais déjeuner. Nous avons partagé des tas de moments quand j’habitais à Paris. Je suis partie, elle est restée, et au fond, j’ai l’impression qu’à Paris les choses n’ont pas changé autant que ça.

Je pense à elle mais je pense également à toutes ces autres copines qui sont là, loin de moi, très loin de moi. Certaines d’elles je ne les ai pas vues depuis belle lurette. Avec chacune un code de communication s’est installée : téléphone, wahtsapp, facebook, sms, email. Elles ne sont pas là et elles me manquent. Elles sont toutes éparpillées dans les quatre coins du monde. Elles me manquent.

Le soir, je reprends le train qui me conduira chez moi. Il y a plus de monde. Quelques minutes auparavant, aux pieds du métro, on s’est dit au revoir avec ma copines. Maintenant je ne sais plus combien de temps il va falloir attendre avant qu’on ne se revoit. C’est toujours pareil.

J’ai des amies que je vois peu, presque pas, pas beaucoup, rarement… mais elles sont là et elles sont mes amies !

Et vous, vous en avez de ces copines qui malgré la distance sont toujours présentes ?

ParisParisParisParis