Freelance

Maman free-lance à la maison, et à l’étranger loin de la famille. Bref, débordée !

Le 17 septembre 2015,

Chère toi maman, chère toi maman free-lance, chère toi maman free-lance à la maison et chère toi aussi maman à l’étranger. Chères,

Il me semble qu’aujourd’hui, tous les ingrédients sont réunis pour que je puisse vous parler à vous toutes, oui, à toutes en même temps. En vrai, c’est un papotage entre copines, vous savez, ça fait du bien de temps en temps !

maman free-lance à la maison à l'étranger

Il s’avère que depuis quelques semaines, quelques mois même, j’ai cette sensation que tout va très très vite. Même trop vite et que je n’arrive plus à arrêter un peu cette horloge magique qui dicte le passage de notre existence. Bon, en réalité, je n’ai pas non plus envie qu’elle s’arrête, voyons ! mais là, j’avoue, une petite pause, ça ferait du bien !

Est-ce que vous avez déjà eu (ben oui, mais quelle question !) cette sensation de ne pas pouvoir faire face à tout ? J’ai l’impression de courir et pourtant… pourtant seul Dieu sait que je passe le clair de mon temps assisse derrière ce bureau (et donc que mes fesses grandissent) ou alors derrière les fourneaux (ça va pas aider non plus) ou alors à plier du linge (glamour !). Comme vous le savez, nous sommes rentrés de vacances à la tout fin du mois d’août. Sauf qu’en réalité, ce n’était pas de vraies vacances, non, en bonne free-lance qui s’honore, les commandes augmentent au même rythme que le soleil se fait présent. Alors oui, certes, j’étais aux Baléares, au chaud, en Méditerranée (et encore heureuse sinon ce n’est pas un été pour moi) mais tous les jours du calendrier, j’ai du travailler, plus ou moins mais travailler. Bon, ce n’est pas ça le plus grave, seul Dieu sait aussi qu’il vaut mieux avoir du travail qu’être au chômage ou pire, garder le travail mais ne pas toucher le salaire (oui, ça a existé aussi ces dernières années en Espagne, promis-juré-craché !).

Nous sommes rentrés je disais, et alors depuis, c’est bien une rentrée sur les chapeaux de roues ! C’est du débordement, c’est de la désorganisation et là, je souffle et je tire ma langue, je ne sais plus où donner de la tête !

PrincesseThelma a décidé de nous faire une rentrée jolie jolie, de celles de ne pas beaucoup dormir, de celles où après un mois d’août de s’être étrennée dans la cour des grands sans couche et sans sucette, sans accident de parcours, une inauguration en grande pompe vous savez, fiers que nous étions nous, ChériGuiri et moi ! Plus de couche, ni jour ni nuit ! Et ça va ? me demandait-on, Oh que oui, enfin, pour le pipi, le popo c’est autre chose mais on va pas non plus lui demander des feux d’artifice à ma petite beauté ! Et bien, ce fût rentrer ici et pipi partout, lessives à gogo et pleurs chez la nounou. Vous jure, mon bébé qui avait fait ses nuits à 4 semaines (oui, c’est vrai) et bien, là elle s’est lâché. Mais on lui pardonne, c’est notre fille ! Détendez-vous.

Bon et bien à ça, je dois ajouter toutes les peurs et angoisses relatives à ma petite personne. Non, d’habitude ça va, ne vous en faites pas ! Mais là c’est comme Marjoliemaman qui disait avoir peur de ne pas avoir le temps de tout faire, en fait, de le faire sans stress ou alors comme Madame Ordinaire qui disait l’autre jour qu’elle était au bout du monde à s’occuper seule de ses enfants et que ça commençait à tirer. Voilà, moi, c’est un mélange des deux. C’est les deux !

La fameuse conciliation professionnelle et familiale

Je mène de front des projets très excitants mais très différents à la fois :

Et bien, je suis contente, oui ! Mais il faut tout gérer, PrincesseThelma y compris !

– Je suis à la tête d’un livre pratique (on va dire comme ça) qui verra le jour début 2016 mais dont la deadline pour la remise du chemin de fer à la maison d’éditions est prévue pour la mi-octobre.
Pour ce faire, plusieurs déplacements ont été prévus. Il m’en reste un à faire… ce dimanche même ! Je pars pour une semaine au soleil, au beau temps, à moi les tongs et les paréos ! C’est super. Mais bon, quand on se « balade », le chemin de fer, lui, n’avance pas. Et puis, ben, qu’est-ce que je fais moi de la Princesse pendant ce temps-là ? Je l’embarque avec moi pour la déposer chez mes parents à Minorque et ensuite je reprends des avions pour arriver à ma destination et  je retourne samedi de la semaine prochaine à Minorque pour une nuit, récupérer la petite et rentrer en France (comment vous dire, cela fait 6 avions en 8 jours !). C’est la solution la plus idéale que nous avons trouvé. ChériGuiri ne peut pas du tout gérer la petite les matins et puis, ça fait des heureux.
– On m’a sollicité pour reprendre une activité professionnelle que j’avais déjà faite il y a trois ans de cela, je m’en étais un peu éloignée, me voilà en pleine réflexion.
– De nouvelles missions viennent s’installer, c’est très chouette pirouette mais il faut que je temporise parce que bien évidemment, en déplacement je ne pourrai pas y travailler.
– J’ai eu la chance de collaborer avec des journalistes, c’était aussi en août et ce mois de septembre, bientôt, je pourrais le dévoiler ! Je suis hyper ravie mais il y a eu des moments où, comment vous dire ? au téléphone, en donnant des informations importantes-intéressantes et avec les Teletubbies de fond, j’ai failli déposer ma PrincesseThelma chez les voisins, mais hélas, ils n’étaient pas là. J’habite en campagne, alors je n’en ai pas des masses de voisins ! Et puis aussi, faut le dire, on est free-lance et on reçoit des coups de fil à l’heure du repas ou du bain !

Et aussi des projets personnels, jolis et sympa, qu’on attend depuis longtemps mais qui prennent du temps. ChériGuiri s’occupe de beaucoup de choses mais avec tout plein de rendez-vous sérieux col cravate avec une petite de deux ans qui a la bougeotte n’est pas toujours évident. Et c’est là qu’on se dit mais quelle chance qu’ils ont ceux qui habitent tout près de la famille et qui peuvent déposer les petites têtes blondes rien que pour quelques heures !

Cerise sur la gâteau, et ça c’est très sérieux les copines ! ChériGuiri m’a annoncé que 7 semaines durant, il est obligé de travailler de nuit ! Ouppps, quand il me l’a dit, j’ai failli faire un malaise. Parce que mon ChériGuiri est un hyper papa, très présent et très participatif et très actif. Alors 7 semaines ! Wow ! ça fait tout plein de semaines, je suis encore sous le choc, je crois que ça m’a même empêché de faire dodo ! Evidemment, il commence juste avant la deadline du livre… 7 semaines quoi ! 7 semaines où je verrai à peine du monde ! Je vous le re-dis, j’habite en campagne, je suis maman free-lance qui travaille à la maison et j’habite à 1000 km de ma famille, à l’étranger quoi !!! Et là, je ne sais plus quoi vous dire parce que tout simplement, j’ai peur, peur du travail, peur de la solitude, peur des longues soirées du mois de novembre…

peur de…

…ma vie de maman
…ma vie de maman free-lance
… ma vie de maman free-lance à la maison
…ma vie de jeune maman free-lance à la maison à l’étranger loin de ma famille !

Sinon, tout va bien, je vous laisse, je pars préparer mes valises… je vous l’ai dit ? Je pars à Ibiza !!

Chères vous toutes, un grand merci de m’avoir écouté !

Margarida

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires

  1. Madame Ordinaire

    On n’est pas tout à fait dans le même bateau mais je comprends quand même ce genre de situation où l’angoisse de savoir comment il sera possible de tout gérer devient paralysante. Parfois je repense à l’époque où je me sentais dépassée par mon boulot… Aujourd’hui je me demande comment j’ai pu rajouter deux enfants à tout ça!
    Sinon et bien, bon courage pour les prochaines semaines!!

    Répondre
    • Margarida

      Coucou,

      Merci beaucoup pour ce petit commentaire :-) En effet, tu as raison, parfois on ressent quelque chose de paralysant, souvent ça arrive quand la fatigue l’emporte. Certes, ce n’est pas toujours évident mais bon, on finit par s’en sortir. Il vaut mieux aussi vivre le jour au jour pour ne pas se laisser emporter justement par tout ce quotidien qui va trop vite. Mais bon, comme d’habitude, c’est toujours plus facile à dire qu’à faire !

      Bisous et bonne journée !

      Répondre
  2. Nazerez

    Bon courage Marga
    Si tu as besoin d’aide, n’hésite pas, ce sera avec plaisir
    Gros besos à tous les trois

    Répondre
    • Margarida

      Merci beaucoup Nadine, c’est très gentil !
      Déjà, il faudra qu’on essaye de se voir. On essaye de s’organiser pour le mois d’octobre.

      Belle journée à vous, et besos !

      Répondre
  3. Marie

    C’est « rigolo » et bizarre de te lire ainsi… J’ai découvert ton blog parce que je commence tout juste à devenir traductrice freelance avec un bébé, une petite Pauline, de 8 mois tout en continuant à être salariée à 80 % parce que financièrement je ne pouvais pas prendre de risque, et parce que de toute façon, plus ça aurait été trop chaud pour mon employeur… Bref, tu racontes une histoire de femmes courageuses, fonceuses, ambitieuses, j’aime beaucoup ! C’est dommage, je vis à Lyon, sinon je t’aurais dépanné pour ta fille ou on aurait bu un petit thé dans ta campagne. Que je t’envie, moi qui suis au milieu du béton et qui me pose 36 000 questions sur où habiter… parce que quand même la grande ville, c’est sympa, la vie de quartier, c’est sympa, et on a tout à proximité… mais pour le prix de notre appart on aurait un château dans la pampa. Quoiqu’il en soit, je te souhaite beaucoup de courage. Tiens-nous au courant :-)

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Marie, cela me fait vraiment plaisir de te retrouver par ici !
      Tu as raison, ce n’est pas un article dans « mon genre » mais parfois la vie l’emporte, j’essaye toujours de me montrer tel que je suis et ici je me suis vraiment dévoilée. C’est « bizarre » aussi pour moi mais je pense que finalement c’est quelque chose que beaucoup de jeunes mamans ressentent. Avant d’oublier : F E L I C I T A T I O N S pour cette petite merveille de Pauline qui doit vous combler d’amour ! 8 mois, un petit bébé, profites-en bien, la mienne a 20 mois de plus et cela me semble déjà si loin…
      J’aurais aussi pris un café avec toi avec plaisir ! Je crois qu’on aurait papoté bien longuement ! Nous aussi étions en ville, à Nantes, mais quand on a décidé qu’on voulait faire un bébé, on a plié bagages, vendu appart et nous voilà en campagne (bon, il n’y a pas plus de 15 min de Nantes – mais ça change complètement la manière de vivre), parce que justement, on voulait un tout petit peu plus grand…
      Ne t’inquiète pas, je vous tiens au courant !
      J’espère te revoir bientôt par ici, sur les RS ou qui sait, un jour en vrai !
      Belle journée,

      Répondre
  4. Marie kléber

    Se dévoiler, parler de ce qui nous angoisse un peu, ça permet aussi de relativiser et puis partager ça aide à se sentir moins seule, à avancer.
    Tout cumuler ce n’est pas facile, même si tout nous passionne. C’est sûr que quand la famille est à côté, on peut plus facilement déléguer. Après ça dépend de la famille.
    Tente un peu chaque jour de prendre quelques minutes pour toi, pour décompresser. Il y a les choses qu’on doit faire et les autres qui peuvent attendre encore un peu.
    Je t’embrasse Margarida.

    Répondre
    • Margarida

      Merci beaucoup, Marie, pour ton petit mot et désolée de ne pas avoir répondu plus rapidement. Je suis en déplacement, alors je suis moins bien organisée que d’habitude :-)

      Mais oui oui et oui, faut vraiment apprendre à prendre des minutes et du temps pour soi-même pour mieux être avec et envers les autres.
      Bisous à toi,

      Répondre
  5. Marie

    Merci pour ta réponse ! :-)
    Je travaille de l’anglais et l’espagnol vers le français… Ce sont les débuts de mon aventure, j’ai mis un début d’activité au… 22/09, donc demain ! Champagne ! :-)
    A très bientôt, oui, avec plaisir.

    Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)