Freelance

Artilingua, 2 ans d’aventure freelance (bilan, pensées…)

 Freelance c’est un peu être maman primipare deux fois 

Il y a eu les premiers pas, précédés des premières doutes. Je l’ai toujours dit : pour moi, travailler tout seul, indépendant, en freelance… est un peu (beaucoup) comme accoucher et élever un enfant, surtout un premier enfant. Si j’en suis convaincue c’est parce que mes deux aventures se sont faites en parallèle, à l’unisson, en synchronie. Et c’est sans doute pour cela que j’y tiens aussi fort.

Je suis devenue maman d’une petite fille en mai 2013. En septembre 2013, je posais les bases de ma petite entreprise, en janvier 2014, je cliquais sur le statut auto-entrepreneur. Ma PrincesseThelma a 2 ans et demi, ma petite boite Artilingua a 2 ans et quelques jours.

Et j’adore les contempler ensemble. Les faire marcher ensemble, les faire vivre. Avec sa part de merveilles mais aussi sa part de questionnements. Il faut dire que j’ai eu un bébé facile. Je crois, en fait, que j’ai 2 bébés faciles. Et je souris.

Quand on devient mère pour la première fois on est ravies, on a hâte de se lancer dans l’aventure, de voir la petite bouille, de la caresser. Et en même temps, c’est quelque chose qui fait peur. Il faut appréhender, saisir, tâtonner…

Depuis 2 ans et demi, donc, je tâtonne et j’apprends à connaître PrincesseThelma mais aussi Artilingua.

2 ans de freelance : artilingua2 ans de freelance : artilingua

Et j’y tiens à ce petit nom. J’y tiens beaucoup : toi, Artilingua !

Chercher un petit nom pour son activité c’est sympa, c’est chouette, c’est quelque chose de vraiment personnel et il faut s’y sentir identifié. Un peu, beaucoup. C’est important, je trouve. Dans Artilingua on y trouve deux substantifs : art + lingua parce que ce que je revendique par dessus tout c’est mon amour des mots, les beaux mots, les jolies phrases… une langue réfléchie qui communique et danse en même temps !

J’ai plusieurs adages qui font la force de mon activité mais surtout qui m’aident à ne jamais oublier pour quoi je suis là, pourquoi j’ai fait ce choix :

Caressons les mots pour faire danser les langues
 Une langue est un TOUT : sans les langues nous ne voyagerions pas, nous ne communiquerions pas, nous n’avancerions pas
 
Sans les langues nous n’existerions pas et nos projets resteraient endormis pour toujours

Je suis en contact avec les langues depuis toujours. D’abord parce que je suis née dans une région bilingue. Très vite j’ai compris que les langues étaient pour moi plus qu’un outil, plus qu’une partie intrinsèque à l’être humain (qui le différencie des animaux). Pour moi les langues sont aussi forme, couleurs, sentiments, émotions, lettres qui jouent, culture, poésie, comptines et jeux d’enfant, négociations, respect de l’autre, belles images (oui, oui, derrière une belle image il y a toujours des mots cachés), nuances, caractères…

Une langue, les langues il faut les chérir plus que tout. Les langues et les mots doivent être là pour nous aider et non pas le contraire (essayez aussi de mettre des jolis mots dans votre quotidien, ça peut tout changer !)

Voilà pourquoi Artilingua est un petit nom que j’adore. Et puis, tout comme le prénom Thelma, Artilingua se prononce facilement dans mes trois langues !

2 ans de freelance : artilingua

Vous voulez un bilan de mon activité, n’est-ce pas ?

Je ne suis pas douée pour les bilans, surtout les bilans en termes de chiffres (si ça fait une heure que je parle lettres et mots et langues, ce n’est pas pour rien !). Mais je vais vous en faire un et il va être très court : je suis satisfaite, contente, la ligne (des revenus) est en constante progression.

Je vous ai déjà expliqué dans d’autres articles sur ma vie de freelance que je n’aurais jamais pu me lancer sans un soutien. Non, je n’aurais pas pu car j’aurais eu peur. Peur de mourir de faim. Je suis sincère. Je ne suis pas riche, je ne viens pas d’une famille qui a hérité d’une fortune. Alors pour moi c’était trop risqué (dans ma manière d’être : ordonnée, organisée, prévoyante) de me lancer comme ça à la fo-folle aventure. Si je l’ai fait c’est parce que depuis quelques années j’ai un petit mari ChériGuiri salarié qui gagne sa vie et qui, surtout surtout surtout, a eu envie de tout faire pour que je me sente épanouie professionnellement. Chéri, je le suis ! (d’ailleurs je le répète tous les jours, il doit bien le savoir !). Pour nous c’est un projet de vie, avec bien sûr des objectifs économiques aussi.

J’ai quitté un CDI parisien pour rejoindre celui qui est aujourd’hui mon mari. Arrivée ici et après avoir continué en télé-travail en Responsable éditorial pour ma boite parisienne (dans la communication Web) , j’ai passé deux ans en tant que professeur vacataire dans un lycée privée. Je peux aujourd’hui vous dire, que j’ai déjà, au moins, le même salaire qu’en tant que prof vacataire et que je travaille moins d’heures (beaucoup moins !), que je peux m’organiser comme je veux, prendre un avion quand je veux, téléphoner quand je veux et surtout, je souris tous les matins ! Alors pour moi c’est une énorme réussite ! Non, je n’ai pas encore atteint le seuil des auto-entrepreneurs (mais ma copine Nomad’s Heart oui, comme quoi c’est possible !) mais mon chiffre d’affaires prévisionnel pour cette année 2016 est déjà, à l’heure actuelle (janvier), plus grand que celui que j’ai fait en 2015 et bien sûr, que celui de 2014.

J’aimerais ici continuer ce récit sincère et ouvrir une petite parenthèse (si ça en est une) pour dire qu’il ne faut pas tout croire derrière nos écrans. Certains peuvent penser que de nos jours c’est « facile » de travailler sur (pour ? avec ?) le Web, certains peuvent croire que tout est simple et qu’il y en a qui gagnent très bien la vie rapidement, facilement. Actuellement, un grand nombre de plateformes sont dédiées aux freelances, normal, la création d’emplois en indépendant est en constante hausse (ça va de pair avec ce monde globalisé dans lequel nous vivons) mais ne nous voilons pas les yeux : il y a des propositions bien, d’autres pas ; il y en a qui disent travailler beaucoup et gagner beaucoup alors qu’on ne sait pas si c’est vrai … Tout cela c’est un peu comme les images Instagram belles belles belles, tout rangé tout ordonné. Oui, j’y crois mais toujours avec des nuances et des bémols. Voilà. En ce qui me concerne, je me sens une petite fourmi qui travaille travaille travaille et qui se rappelle tous les jours que les petits ruisseaux font de grandes rivières !

2 ans de freelance : artilingua

Prestations diversifiées mais même fil rouge

Quand l’idée de me lancer dans l’aventure a fait son chemin dans ma petite tête (parce que ça a pris plus de temps dans  mon petit « coco » (en espagnol parlé = tête) que dans la tête de mon ChériGuiri, appelez-moi trouillarde si vous voulez !), il aurait été logique que je décide de proposer des services de traduction et puis c’est tout. Mais je me suis dit que non, que la traduction tout seul ça ne marcherait pas et que je n’aimais pas non plus l’idée de passer toutes mes heures à faire la même chose. Alors, c’est tout à fait naturellement que j’ai pensé à la rédaction web (on appelle ça copywriting aussi) et au community management. Parce qu’en gros c’est un peu tout ça que j’avais fait en travaillant en tant que salariée. Sans compter les traductions réalisées en DA (Droits d’Auteur) et la rédaction de chroniques et d’articles pour des journaux papier. J’ai des études en langues, linguistique et traduction/interprétation, pour ce qui est du community management je l’ai appris sur le terrain quand j’occupais le poste de Responsable éditorial, c’était les prémices du métier et on parlait plutôt de modérateurs.

Avec mes trois prestations principales je m’y retrouve énormément : pas de routine, sujets variés. Je pense que les clients apprécient aussi ce côté tout-en-un : Artilingua peut nous faire la traduction de nos pages, nos webs, nos documents, en faire la communication et la gestion des communautés dans l’autre pays et en même temps alimenter avec des nouveaux contenus.

Sans oublier mes quelques petites heures à la Faculté des Langues et des Cultures Etrangères de Nantes, où j’enseigne la traduction et où j’essaye, surtout, de mettre l’accent sur cet amour des langues.

Le fil rouge ? Le lien entre l’ici et le là-bas, entre LE francophone et L’hispanophone. Et trouver les mots justes, ceux qui sont beaux mais aussi percutants pour les uns et pour les autres.

Alors, vous voyez ? Je suis amoureuse de ma PrincesseThelma mais aussi de mon petit bébé Artilingua et je vais continuer à en prendre soin et à essayer de m’adapter à chaque évolution, chaque étape de vie, chaque nouveau besoin.

2 ans de freelance : artilingua
J'ai juste envie de finir cet article par quelques mots qui s'adressent à nous tous, quel que soit notre statut professionnel : faisons en sorte que notre travail nous rende heureux, faisons en sorte que notre pain quotidien soit le plus comestible possible car la vie est unique et nous aussi ! A chacun ses envies, ses ambitions, ses besoins, son mode de vie mais chacun se doit de s'aimer et de se sentir BIEN, simplement BIEN !

Je vous laisse avec quelques photos de mon bureau. Je suis toujours en admiration des bureaux des blogueuses, ils sont trop beaux mais je me demande si les (aussi très jolies) chaises sont faites pour y être assis et y travailler confortablement pendant des heures… Je vais sans doute être amenée à changer vite de bureau, vais-je oser tester une de ces si belles chaises sans que mon dos/mes fesses en pâtissent ? Je vous raconterai, vale ? Pour l’instant, voici mon bureau tel qu’il est, j’ai juste rajouté un peu de lumière (non parce que la misère de la lumière de janvier quoi !)

Et surtout un grand merci aux courageux qui sont arrivés au bout de ce pavé !

———–

Si vous voulez lire mon article sur les 1 an de freelance, c’est par ici
Si vous voulez en savoir un peu plus sur la genèse de mon aventure freelance, c’est par là
Au même titre, je vous conseille cet article où je parle de la ténacité et de la persévérance du freelance à l’image de ce qui pratiquent le ballet

Margarida

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires

  1. Flore

    Bravo pour ces deux ans ! Ton blog m’inspire, depuis quelques temps j’ai envie de me lancer en freelance, ça murit doucement mais sûrement :-) Moi je suis Bretonne de Barcelone !

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour la Bretonne de Barcelone !

      ça va la vie à la Ciutat Comtal :-) ? (tu sais que j’ai un peu habité Lorient, hihi – parce que j’ai vu votre blog sur l’île de Groix !)
      Laisser le projet mûrir c’est une très bonne idée, je ne pense pas que ce soit raisonnable de se lancer à l’aveugle surtout si c’est avec un statut autónomo…

      Bisous et très belle journée !

      Répondre
  2. Cristina

    Bravo pour ta persévérance et ta ténacité, qui conduisent ton bébé vers un bel avenir. Tu as parfaitement raison sur le fait que l’on doit se sentir épanoui dans son travail, c’est tellement important. J’y réfléchis d’ailleurs de plus en plus! Merde pour cette nivelle année 2016 qui a déjà l’air de se présenter super bien! Un Besito !

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Cristina et merci pour ton petit commentaire :-)

      Oui, je suis contente d’être en freelance, d’avoir osé me lancer mais chacun doit savoir ce qui lui correspond le mieux.. Le travail prend une partie si importante dans nos vies qu’il faut tout faire pour essayer d’être heureux dans le milieu professionnel. J’espère que ton idée va finir de faire son petit chemin !

      Je te souhaite une belle journée !
      Besos !

      Répondre
  3. Manon

    C’est toujours plaisant de lire des bilans positifs comme celui-ci :) Le petit encadré en fin d’article fait du bien ! Je vais aller jeter un oeil à l’article partant de la persévérance.

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Manon et bienvenue !

      Merci beaucoup pour ton commentaire et merci d’avoir relayé ce petit encadré 😛
      En fait, bien sûr, moi je suis très contente de ma petite aventure freelance mais le passage de vie de salariée à vie freelance m’a appris que le plus important c’est de se sentir bien dans le cadre du travail car nous sommes tous très différents et ce qui peut être bien pour moi ne l’est peut-être pas pour mon voisin !

      Je te souhaite une très belle journée !

      Répondre
  4. Mamanenespagne

    Bien sûr on va jusqu’au bout du pavé! Et une fois de plus je partage… je suis devenue autónoma en 2008. J’ai bien choisi mon année ..vive la crise en Espagne! J’ai tenu le coup ou persévéré… (según…). Ma fille est née en 2010 (en mai aussi!). Puis j’ai loué un petit local puis acheté et créé ma petite école. Et depuis quand on me parle d’un deuxième bébé j’ai envie de leur dire mais il est là mon deuxième. .. il s’appelle La Formateca et je m’en occupe tous les jours… et vu la situation actuelle ce n’est pas évident. J’y crois et j’espère voir ce projet grandir. Comme toi mon mari est d’un soutien continu (ils font ça pour se faire pardonner de nous avoir fait quitter notre pays 😉 ) Felicidades a Artilingua !! À bientôt

    Répondre
    • Margarida

      Coucou,

      Tu m’as fait rire avec ton « pour se faire pardonner », hihi mais c’est peut-être un peu ça, en tout cas moi j’ai quitté Paris et un travail pour lui 😛
      Chapeau pour ton aventure La Formateca en autónoma car d’après ce qu’il me semble, être autónomo en Espagne a veces no es nada fácil ! Je viens de voir que tu fais un atelier crêpes vendredi, c’est super ! Nous on a prévu d’en faire ce soir, mon Breton aux fourneaux !
      Longue vie aussi à ta petite entreprise et ravie de te voir par ici !! (oui, oui car c’est toujours un peu moi à l’inverse :-P!)

      Besos,

      Répondre
  5. Pauline

    Coucou Margarida ! Bravo pour ce beau bilan, c’est encourageant pour les freelances débutants comme moi !! Tu as parcouru du chemin et je suis sûre que ce n’est que le début… :)
    J’ai une question purement pratique de rédactrice : comment as-tu choisi ton PC ?! Je suis toujours sur mon ordi portable et je voudrais m’acheter un PC fixe mais je n’y comprends rien !!
    Merci d’avance pour tes conseils,
    Pauline

    Répondre
    • Margarida

      Coucou belle Pauline !

      Merci de ton passage par ici et de tes quelques mots qui font toujours plaisir !
      Pour répondre à ta question : en fait j’ai un portable que je branche sur un grand écran. J’ai un MacBook Pro Retina et j’ai acheté un grand écran (blanc comme ça pour faire plus joli :-) !). C’est le compromis parfait car je suis incapable de travailler tout le temps sur petit écran (enfin, écran de portable) mais en même temps je peux amener mon ordi quand je pars en voyage ou chez mes parents en Espagne et continue de travailler.
      J’espère t’avoir aidé, n’hésite pas si tu as d’autres questions.
      Et sinon, je vois que tu as de très beaux projets aussi ! Bravo !

      Bisous bisous,

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)