Traduction

Des maux sans traduction

Reflexiones de una traductora

Parfois, certains mots deviennent des maux quand on n’arrive pas à les traduire.

Souvent, ces mots devenus des maux restent pour longtemps sur la pointe de la langue.

Toujours, ces mots devenus des maux logés sur le bout de la langue, terminent par trouver une issue… et non pas une traduction !

Traduire des mots ça peut être facile, par contre, traduire des idées concrètes et des notions exactes s’avère plus compliqué. Même les langues les plus proches ont des notions mentales distinctes. C’est le rapport entre la langue et la pensée.

Parfois je n’ai plus les mots, parfois mon cerveau est entre trois systèmes de signes différents, les signifiés s’emmêlent avec les signifiants et il n’y a plus rien qui marche.

Parfois, je voudrais inventer mon propre langage.

Souvent, j’utilise mon propre langage en dépit des autres.

Toujours, j’arrive à parler, à lire, à écrire

Vivre dans une autre langue jusqu’au point de ne plus savoir laquelle est “l’autre”, la première ? la deuxième ? la troisième ?

Traduire comme métier c’est un apprentissage, ce n’est pas parce que je connais et je parle une langue que je sais traduire… bien traduire.

Traduire comme vie n’est pas une vie. Il faut vivre sans traduire, on pense dans la langue, on parle dans la langue, on ne traduit pas la langue qu’on parle. Et si on se trompe, tant pis.

Je ne traduis pas ma vie puisque je vis ma vie !

Apprendre des langues

L’apprentissage des langues étrangères

Apprendre une langue étrangère dans un milieu scolaire n’est pas facile. En cours les élèves sont nombreux, l’ambiance n’est pas toujours favorable et le cadre de travail est loin d’être le meilleur. Mais les professeurs peuvent tout de même faire passer un intérêt pour cette langue étudiée.

Langue vivante veut dire langue qui s’utilise, langue de tous les jours d’un bon nombre de personnes, qu’elle soit éloignée ou non de notre hexagone ne devrait pas freiner à cet apprentissage. Il peut y avoir beaucoup de motifs différents pour lesquels un élève en cinquième choisit sa LV2, parfois par défaut, souvent ce n’est pas un choix réfléchi et pourtant cette LV2 a une importance énorme pour l’avenir personnel et professionnel des élèves. C’est pour cela que les parents devraient prendre le temps de bien discuter avec leurs enfants avant de cocher la case allemand, italien, espagnol, japonais ou autre.

Selon le Ministère de l’éducation “chaque élève doit être capable de communiquer dans au moins deux langues vivantes à la fin de l’enseignement secondaire. Pour atteindre cet objectif, l’enseignement des langues a profondément changé et s’inscrit dans une perspective européenne commune forte. Les élèves acquièrent des notions dès le CP. et les initiatives pour la pratique de l’oral au collège et au lycée sont multipliées.” Je pense que ce Ministère de l’éducation surestime les capacités de son propre système d’enseignement. Soit.

Une langue étrangère s’apprend en la pratiquant, et quand on a 30 élèves par classe cette pratique relève du milieu paranormal. C’est impossible de produire des activités vraiment intéressantes avec des groupes aussi nombreux, surtout avec des élèves qui savent vite décrocher,  notamment quand ils entendent le ronflement d’une langue qu’ils comprennent à peine…

C’est pour cela qu’il faut surtout faire passer le message que le plus important est d’arriver à communiquer, finie l’époque où les erreurs grammaticales faisaient peur aux élèves et les bloquaient, finie l’époque du “j’ai honte donc je me tais”, il faut dire à tous ces gens qui apprennent une langue que le plus important est la débrouillardise… le reste vient tout seul !

lang etra

Rendez-vous sur Hellocoton !

Apprendre des langues

Journée de la langue maternelle

Oui, c’est vrai, je vous l’accorde, actuellement tous les jours c’est la journée mondiale ou internationale de quelque chose, ce qui enlève un peu d’importance à l’affaire mais bon, quand même, j’ai envie de vous en parler.

Hier, le 21 février était donc la Journée internationale de la langue maternelle. L’histoire commence en 1952 quand cinq étudiants de Daca (capitale du Bangladesh) ont donné leur vie pour que le Bangla soit nommé langue officielle dans le Pakistan oriental (devenu après le Bangladesh). Ce n’est qu’en 1999 que l’Unesco décide de déclarer le 21 février Journée Internationale de la Langue Maternelle tout en rendant hommage aux cinq jeunes étudiants et depuis l’an 2000 l’Organisme international met en place tout un programme afin de manifester leur soutien aux langues maternelles et aux langues en danger.

Beaucoup d’entre vous ne le saviez pas, j’en suis sûre. On en parle très peu de cette Journée Internationale. Mais il faut savoir que toute langue est une culture et qu’une culture ne peut se construire dans la paix que par le respect de chacune de nos langues maternelles. C’est seulement comme ça qu’on pourra s’exprimer librement. Point. Une langue maternelle est celle qu’un enfant apprend en premier, dans certains cas on peut parler de bilinguisme. Mais une chose est sûre, il y a certaines choses qu’on sait seulement exprimer dans notre langue maternelle. Lorsqu’on maîtrise plusieurs langues, c’est toujours la langue maternelle ou natale qui va primer sur les autres surtout pour ce qui est du côté émotif. Un exemple assez clair c’est quand on doit s’adresser à un nouveau-né, c’est toujours la langue maternelle qui sort en premier, il s’agit presque d’un instinct. Bien évidemment qu’on sait lui parler dans les langues apprises à posteriori mais les liens d’affection on les a connus dans notre langue maternelle et donc on a tendance à les transmettre aussi dans cette langue.

f5feaeec80

Dans le monde il y a entre 6000 et 7000 langues et c’est précisemment cette Journée Internationale de la Langue Maternelle qui favorise la promotion de la diversité linguistique et du multilinguisme.

En 2011 le thème choisi est celui des technologies de l’information et de la communication pour la sauvegarde et la promotion des langues et de la diversité linguistique. Nous ne pouvons pas fermer les yeux  à la réalité et aux avancés techniques et technologiques de notre monde. Les nouvelles technologies (NTIC) offrent donc de  nombreux moyens d’apprendre les langues, de les étudier et de suivre leur évolution. Il faudrait utiliser correctement cette force du progrès pour protéger les visions du monde dans leur diversité et promouvoir toutes les sources de savoir et formes d’expression.

L’Histoire de l’humanité a été ainsi construite. L’histoire n’est pas finie, elle s’écrit tous les jours…contribuons donc à que les langues soient en quelque sorte protégées et veillons à que plus personne donne leur vie pour sauver une langue.

Rendez-vous sur Hellocoton !