Bilinguisme

Avancées d’une petite bilingue (et quelques outils)

Haute comme trois pommes, souriante et joviale, têtue, curieuse, elle aime virevolter comme un papillon excité et elle répète, répète, répète tout comme un petit perroquet ! A deux petits jours de ses 19 mois, Petite Princesse se révèle être une grande communicante. Rien d’exceptionnel, Petite Princesse est comme les autres princesses, nous sommes parents comme les autres parents.

niños bilingües

Mais silencieusement et du coin de l’oeil, nous la regardons évoluer linguistiquement. Parfois, mon regard et celui de ChériGuiri se croisent épatés et sans arguments, s’interrogeant sur les raisons qui la mènent à un moment précis à parler dans une langue et non pas dans l’autre. Je sais bien que les enfants sont des enfants et non pas des engins mais, souvent, l’envie me prend de vouloir la décrypter comme si j’avais affaire à une machine. J’aimerais tant m’immiscer dans le cerveau de cette petite fille et comprendre le fonctionnement du mécanisme linguistique. Depuis que nous vivons cette aventure du bi-trilinguisme, j’ai l’impression d’avoir devant moi une petite boîte à surprises:

– Parfois, pendant des semaines elle désigne une chose en français et trois semaines après ça change et elle le fait en catalan…
– Pourquoi son « au revoir » est ancré si fort au point de n’avoir encore jamais basculé au « adéu » ?
– Pourquoi c’est toujours « aigua » et non pas « de l’eau » ?
– Pourquoi peu importe dire « et voilà » ou « ja està » ?
– Pourquoi elle met l’accent d’une langue et non pas de l’autre pour des mots presque-homophones tels que « ma »/ »main » – « maman »/ »mamà » – « caca » – « bebé » – … ?
– Pourquoi maintenant le « pié », sans doute de « pied » lui sert bien en espagnol « pie » et non pas en catalan « peu » ?
– et pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

J’adore prendre note (mentalement) de ses habitudes et avancées linguistiques. Et bien que je sache que je n’ai pas d’emprise sur elle, j’ai toujours peur que mes langues maternelles soient reléguées à un second plan. Je vais tout faire pour que ce ne soit pas le cas.

Méthodes et outils

Pour l’instant j’utilise les mêmes méthodes d’il y a quelques mois (en privilégiant la méthode OPOL) et dont je vous ai déjà parlé par ici. Elle n’est pas du tout télé, même si parfois j’essaye de lui mettre les DVD de la petite poule Koki qui, soit dit en passant, cette poulette parle un langage universel « koki-ko ko-ko-ki-koko » ! Une poule très branchée parce qu’elle a même un Google + et une page Facebook (oui, je vous assure !) ou la très réussi série de Baby Einstein… mais elle ne reste plus de cinq minutes à regarder, elle préfère danser !

Quoi qu’il en soit, je vais continuer, de temps à autre, de vous reporter les aventures de Petite Princesse bi-trilingue et ses amis profs de langues, à savoir les peluches, les doudous, les livres (un super magasin online en France, c’est la boutique de Linguatoys), les comptines… !

Comme d’habitude aussi, n’hésitez pas à me faire part de vos expériences !

11 commentaires

  1. pomdepin

    Je me répète, mais insiste maintenant sur l’espagnol et le catalan, parce que le français prendra le dessus dès l’école.

    Répondre
    • Margarida

      Merci de te répéter, ce n’est pas grave, tu sais :-) J’ai besoin de ça en fait, de partager cette aventure, d’entendre et d’écouter ceux qui sont déjà passés par là, d’en apprendre un peu plus tous les jours… pendant que j’essaye de faire de mon mieux !

      Belle journée !

      Répondre
  2. daljaa

    C’est très intéressant comme sujet, et effectivement je comprends pourquoi ça t’apporte toutes ces questions. Ma plus petite fille a participé à une étude pour la recherche sur les bébés et la linguistique, quand elle avait 8 mois, je me souviens qu’ils se posaient aussi beaucoup de questions de cet ordre, et notamment par rapport à la compréhension de l’accent tonique.

    Répondre
    • Margarida

      ooh !! ça doit être super intéressant de participer à une étude de ce type.. ! J’aimerais bien y participer aussi, enfin, que ma fille y participe. Comme tu le dis, il y a des tas de questions et je pense que la recherche n’a pas encore tout dit.

      Merci beaucoup pour ton petit commentaire !
      Bisous,

      Répondre
  3. Marie Kléber

    Je note pour le site Marguerite. Intéressant pour nous je pense.
    C’est étrange comme les enfants nous surprennent.
    L’escargot à tojours dit « bye bye » pour aurevoir. Et comprends que « Salam » veut dire paix. Quand il entend parler dans la langue de son papa, il dit « papa habibi ».
    Je lui lis régulièrement des livres en anglais aussi.

    Répondre
    • Margarida

      Coucou Marie,

      C’est marrant que ton escargot dise toujours « bye bye » à la place de « au revoir ».. les enfants ne nous laisseront jamais de surprendre et moins encore en termes de linguistique et des « mystères » qui paraissent parfois inexplicables.
      Ma Petite Princesse a encore du mal a se poser avec les livres…

      Bis,

      Répondre
  4. Betsy Boule

    Ma fille de 4 ans est bilingue et apprend une troisième langue de manière ludique. Elle souffre d’un bégaiement occasionnel. Je ne sais pas s’il y a un lien entre le bégaiement et le multilinguisme. Je pense plutôt que ses problèmes d’expression sont dus au « stress » de devoir exprimer une opinion, à la peur de ne pas obtenir gain de cause, de ne pas être entendue… (ma fille est un peu chamboulée par la garde alternée qui se déroule entre deux maisons où l’on parle des langues différentes). Elle alterne les semaines et les langues.

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Betsy,

      En effet, parfois on parle d’un certain lien entre le bégaiement et le bilinguisme mais il me semble que (d’après les derniers papiers que j’ai pu lire) qu’il n’y a pas trop, en vrai, de lien prouvé jusqu’à présent. D’après ce que je comprends, ta fille vit vraiment dans une alternance linguistique qui même si maintenant peut paraître la chambouler un peu, ça ne peut être que bénéfique, linguistiquement parlant, n’est-ce pas ? La troisième langue qu’elle apprend de manière ludique, c’est avec vous ou en activité extra-scolaire ?

      Merci encore de ton témoignage et expérience …

      Bonne journée !

      Répondre
  5. Mathieu

    Si je puis apporter ma modeste contribution, voici l’histoire de mon frangin, Français installé depuis 15 ans au Japon avec une Brésilienne de nationalité (mais née de père espagnol et de mère japonaise).

    A la naissance de leur fille, ils ont décidé que maman ne parlerait que portugais, jamais une autre langue et que papa ne parlerait que français, jamis une autre langue. Et dans la rue, à la crèche, partout ailleurs… hé bien vous l’aurez deviné : tout le monde parlait japonais, jamais une autre langue. Les premiers mots de la demoiselle furent un peu en japonais, un peu en portugais (parfois avec la syntaxe du japonais), très peu en français. Alors quand la petite commença à se débrouiller vraiment bien en japonais et très bien en portugais mais que le français restait balbutiant, décision fut prise de l’inscrire à l’école française ; et là les mots vinrent tout seul dans la langue de Molière. Aujourd’hui, à 9 ans, mademoiselle est parfaitement bilingue. Elle comprend aussi l’espagnol (langue de communication entre papa et maman) et déchiffre un peu l’anglais.

    Conclusion : ne vous tracassez pas trop, tout finit par se mettre en place de soi-même dans les cerveaux de ces petits génies de la linguistique ! Mais l’idéal est que papa et maman s’en tiennent à leur propre langue maternelle quand ils communiquent avec leur bout de chou.

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Mathieu et merci pour votre modeste contribution :-) !

      Je suis toujours ravie d’entendre des témoignages à propos de l’éducation bi-trilingue.

      Je pense que vous avez raison, qu’il ne faut pas se tracasser et que finalement les choses se font toujours de manière naturelle (d’ailleurs, parfois je l’ai dit dans mes articles) mais n’empêche que quand on se confronte à ce type de situations, on se pose toujours des questions, en tant que parents. Je suis aussi d’accord sur le fait que papa et maman faut qu’ils parent leur langue maternelle, toujours. C’est la méthode OPOL (One Person One Language) qui permet que les petits bouts sachent très bien à qui s’adresser en telle ou telle langue…

      Merci encore et belle semaine !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)