Vie à l'étranger

Experte déménageuse : de l’île à la campagne en passant par les grandes villes européennes – le pourquoi du comment

Un jour, très lointain déjà, j’ai écrit un article intitulé Vivre en ville v/s Vivre en campagne, c’était en 2011, cela faisait une petite année que j’habitais à Nantes et je finissais en disant que je ne savais toujours pas si je préférais ma vie citadine ou ma vie de campagne. Non mais, je sais je sais, Nantes n’est pas la campagne, ce n’est pas ce que j’ai dit, soyons clairs !

Cet article de 2011 a été écrit quelques mois avant qu’on se décide à quitter Nantes pour la périphérie. Et ici, en province, ça va très vite : dès qu’on s’éloigne de 10 kilomètres de la ville, c’est déjà la campagne, au moins c’est mon impression ! Donc, aujourd’hui, j’habite à la campagne, oui.

Je vous explique tout cela.

Vivre en ville et vivre en campagne

La géographie, l’urbanisme et le cheminement

Comme vous le savez, je suis née et ai grandi à Minorque, une île qui compte 8 villes plus tout un tas de stations balnéaires (désertes en hiver) et un total d’environ 90 000 habitants. Ma ville, Ferreries en a 4 600. C’est une petite ville, il ne s’agit pas d’un village. En espagnol on dit « pueblo » et c’est parfois difficile à traduire. Si vous cherchez « pueblo » dans un dictionnaire bilingue, vous trouverez « village » mais si vous cherchez « village » dans un dictionnaire français, vous trouverez quelque chose du genre « petite agglomération rurale » alors que beaucoup de « pueblos » espagnols n’ont rien de ruraux. Un « village » c’est plutôt un « hameau ».

Pour mieux comprendre, je vous propose une petite comparaison entre ma commune en France (5 435 habitants d’après Wikipedia) et Ferreries, ma commune, mon « pueblo » en Espagne (4 600 habitants d’après Wikipedia) :

MA VILLE EN FRANCE MA VILLE EN ESPAGNE
0 banques – 0 distributeurs 4 banques et autant de distributeurs
1 tabac-presse 2 librairies-papeteries + 1 tabac
1 PMU                    –
1 bar – 2 restaurants 15 bars-cafétérias-restaurants
3 salons de coiffure 6 salons de coiffure
1’5 boulangerie (il y en a 1 qui est presque jamais ouverte) 5 boulangeries
1 agence La Poste 1 agence de La Poste
1 Bibliothèque (ouverte les mercredi après-midi et les samedi matin) 1 Bibliothèque (ouverte tous les jours)
3 écoles primaires 2 écoles-collège et 1 lycée
1 supermarché 3 supermarché

Voilà où j’ai grandi et où nous passons tous nos étés et voilà où j’habite maintenant. Cela va sans dire que dans mon « pueblo » espagnol, je ne prends jamais la voiture et ici, rien que pour prendre ma baguette il me la faut. C’est une question d’aménagement et d’urbanisme. J’ai toujours été à l’école à pied, c’est une autre histoire pour PrincesseThelma. Ceci explique aussi pourquoi je n’aime pas conduire.

Cette question d’urbanisme et d’aménagement du territoire, revient souvent dans les discussions entre ChériGuiri et moi. Quand j’entends parler aux informations de l’isolement des personnes âgés ou même des jeunes mamans qui viennent d’accoucher et rentrent à la maison, je ne peux pas m’empêcher de dire : tu vois, tu vois ! Ici, en campagne, les gens sont seuls, ils vieillissent et sont seuls, on se casse le pied et on fait quoi, même nous, pas encore 40 ans ? Rien, on bouge pas du canapé !

De l’île aux grandes villes européennes

Bon, Minorque est très chouette et tout ce que vous voulez mais elle n’est pas non plus le paradis absolu (si vous savez où il se trouve, dites-le-moi !), alors, il fallait que je quitte l’île pour faire des études supérieures car, à l’époque, il n’y avait pas d’Université.

J’ai donc quitté la petite Minorque pour

 la cosmopolite et moderne ville de Barcelone : 4 ans de ma vie
 la chouette et ensoleillée ville de Montpellier : 1 an de ma vie
 la pluvieuse et grise mais enrichissante ville de Lorient : 1 an de ma vie
 la grandiose et seigneuriale ville de Madrid : 2 ans de ma vie
 l’européenne et belle ville de Bruxelles : 3 ans de ma vie
 la prisée et trépignante ville de Paris : 2 ans de ma vie
 la chouette et agréable ville de Nantes : 2 ans de ma vie

Je peux alors dire que j’ai habité dans 4 grandes villes européennes : Barcelone, Madrid, Bruxelles et Paris. Et cette vie dans les grandes villes a été très enrichissante aussi bien au niveau professionnel que personnel. Chaque ville a ses attraits, ses points forts et ses faiblesses. Il faut à chaque fois s’adapter à de nouvelles habitudes, manières de faire, horaires, types de transports, etc. Dans ces grandes villes, j’ai beaucoup rigolé, j’ai aussi pleuré. J’ai été amoureuse et j’ai aussi eu le mal du pays. Dans ces grandes villes, j’étais cette jeune assoiffée du monde qui allait tout le temps vers les autres, avec une envie permanente de partage et de découvertes. Dans ces grandes villes, j’ai toujours habité dans des appartements de tout type : grande tour avec mixité sociale, appartements de style ancien et hausmannien, avec des concierges ou pas, avec ascenseur ou pas.

C’est l’arrivée à Paris qui a tout changé pour moi. J’approchais la trentaine et j’ai réalisé que j’avais envie de me poser. Que je m’étais bien amusé et que j’avais connu beaucoup de monde, que j’avais plein d’amis éparpillés désormais dans les quatre coins du monde mais que là, tout de suite, à côté de moi, il y avait qui ? Personne. Encore de nouvelles personnes que j’apprivoisais petit à petit. Encore m’inscrire à des activités (barre-au-sol, badminton, etc.) pour être moins seule, parce qu’au fond, c’est cela. Si je pensais à mes amis d’enfance de Minorque et bien, ils étaient déjà tous mariés avec maison chien et enfant, enfin, ou presque. Et moi, rien. Une énorme richesse en expériences, une grande tolérance des autres, une grande expertise de la colocation (de là, la tolérance, sans doute !) mais pas de petit-ami stable… rien, nada. J’ai donc décidé de profiter à fond de mon joli appartement haussmannien dans le 12ème et de rester avec moi-même. Je ne m’imposais plus aucune sortie, je faisais vraiment comme j’en avais envie, fini les soirées « parce-quil-le-faut », les sorties « oui-viens-ce-sera-sympa ». J’avais la maturité de mes presque 30 ans et paf, c’est là que j’ai rencontré l’amour, le vrai, le seul : celui qui ne fait pas verser des larmes mais qui fait sourire comme une idiote. (Pour la petite anecdote, c’est à Minorque que j’ai rencontré mon Français, c’est pas beau ?)

Vivre en ville et vivre en campagneVivre en ville et vivre en campagne

De Paris à la province

Cet amour, breton pure souche, a fait beaucoup d’allers-retours Nantes-Paris mais dès le premier jour il m’a fait savoir que Paris, non, ce n’était pas pour lui. Me voilà, donc, quelques mois plus tard, à remplacer Paris par Nantes (mes parents étaient déjà en train de se dire « mais elle va jamais arrêter de bouger ou quoi ? »). Il faut dire qu’à l’heure du déménagement, ChériGuiri était épaté de voir le si peu de choses que j’avais en ma possession (forcément, quand je vois passer tous ces articles sur le livre de Marie Kondo et le rangement-tri et bien je pense avoir la solution : déménagez tous les deux ans et vous verrez comme vous n’accumulez pas grand-chose !). Nous avons passé nos deux premiers ans dans un joli et coquet appartement propriété de mon bricoleur de ChériGuiri qui l’avait joliment retapé. On y était bien dedans. A deux pas des commerces et du centre-ville. Et puis, on a décidé qu’on voudrait agrandir la famille et la question de la maison s’est imposé.

Et là, grand ouffff pour moi : partir plus loin pour avoir une maison ? Car, soyons clairs, acheter une maison en centre-ville de Nantes était un peu trop cher pour nous (et puis d’ailleurs, à Nantes les maisons se font racheter par des promoteurs qui les rasent pour construire à la place des immeubles). Au fond, ChériGuiri ayant grandi en maison, il avait hâte de retrouver ce type de vie et de ne plus avoir de problèmes de stationnement. Mais pour la petite Marguerite ce n’était pas pareil. Non, non, non. Ce fut une décision non pas compliquée mais qui me faisait peur, trèèès peur. Alors, on a trouvé l’entente en se disant qu’on prendrait une location, histoire que je puisse avoir le temps de voir si cela me plaisait ou pas. Dans ma tête, une location était moins engageant qu’un achat. On a vendu pour partir en location en campagne. Nord-Loire s’il-vous-plait (seuls les Nantais comprendront cette histoire de Nord-Loire et Sud-Loire, une histoire d’embouteillages et de je ne sais quoi, c’est ChériGuiri qui a décidé, je me suis laissé emporter, l’étrangère que je suis n’avais pas de préjugés…). Alors, me voilà à Grandchamp-des-Fontaines depuis bientôt 4 ans.

Vivre en ville et vivre en campagne

De la ville de province à la campagne

C’est une chouette petite ville dortoir. Un petit (tout petit) bourg et tout plein de maisons éparpillées partout. Voilà. En hiver, on voit rarement des gens. Il pleut, les gens ne vont pas dans les jardins. Nous sommes arrivés pile au moment de la fête du « village » (voilà, le « hameau »), nous avons été invités, ce qui nous a permis de faire connaissance avec nos voisins. Les propriétaires de notre maison sont aussi nos voisins. Sympas. Ex-parisiens aussi (aaah, je me suis retrouvé un point en commun avec !). Leur fille de 20 ans fait parfois la baby-sitter de PrincesseThelma. Certes, en arrivant ici, ma vie a complètement changé, d’autant plus que, à peine 12 mois plus tard je devenais maman. D’autant plus que c’est ici que j’ai décidé de devenir free-lance. Vivre en campagne m’a apporté de la sérénité, j’ai des moments pour me retrouver avec moi-même (très important pour moi). On sort moins, du fait d’être jeunes parents aussi mais on se fait de très chouettes petites soirées en duo avec ChériGuiri. Je suis quelqu’un qui m’adapte assez facilement à tout. Je râle parfois, oui, quand je dis qu’il n’y a pas de trottoirs ni de lampadaires à l’extérieur (c’est une vérité !) mais finalement, je l’aime cette vie en campagne. Surtout, parce que je sais que tous les trois mois environ, je pars à Minorque et j’ai ma dose de ville : boutiques, bars, gens dans la rue, aller à pied, etc. Deux styles de vie complètement à l’opposé. Et j’apprécie avoir cette double-vie et prendre le meilleur de chacune. Une chose est sûre aussi, en 12 minutes en voiture je suis à Nantes, parce que nous sommes du bon côté de la ville, plus loin, je ne pourrais pas y aller. ChériGuiri le sait, il l’a très bien compris.

Et nous n’irons pas plus loin : aujourd’hui se pose la première pierre de notre future maison, ici, sur un terrain juste derrière notre location ! (et ça me fait quelque chose dans mon ventre, des papillons s’y installent!)

Dans chaque ville je me suis réinventée ! Chaque ville m’a re-découverte, m’a formée et façonnée. La campagne m’a redonné mon vrai moi-même, enfin, c’est ce que je pense. Et vous, quelles sont vos expériences ? Vous êtes plutôt ville ou plutôt campagne ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires

  1. Kenza

    Quel bel article! Il fait écho au commentaire que tu me laissais l’autre fois. Mon cas n’est pas si désespéré 😀
    C’est drôle que vous vous soyez rencontrés à Minorque, et la comparaison entre les deux villes pour une population presque égale me laisse songeuse.

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Kenza,

      Tout à fait, cet article fait un peu écho au commentaire :-) Ton cas n’est pas désespéré du tout 😛
      Quand on a habité à tellement d’endroits différents, il est parfois difficile de savoir où l’on veut vraiment vivre, où est-ce que l’on se sent bien… enfin, c’est ce que je pense puisque plus on connait des lieux/choses/gens/… plus on se dit qu’on pourrait faire différemment.

      Merci en tout cas de ton commentaire !!
      Bisous et belle journée,

      Répondre
  2. zenopia

    J’ai bien aimé en découvrir un peu plus sur ton histoire…
    Moi, je n’ai quasi pas bougé : quelques années à Louvain-la-Neuve puis à Bruxelles, le temps de mes études… et puis retour dans la région de Charleroi.
    Mais je suis une indécrotable citadine… j’ignore si je me plairais à la campagne… Quand je nous imagine déménager, c’est toujours pour une autre ville…

    Et sinon, je rebondis sur la méthode Kondo : tout-à-fait, les déménagements me semblent une bonne alternative au bazar !!!

    bisous
    Fedo

    Répondre
    • Margarida

      Coucou Fedo,

      C’est vrai qu’il y a dans certains articles où je me dévoile un peu plus que dans d’autres :-)
      Je suis plus citadine aussi mais en fait, on s’habitue à tout mais ça été une vraie « première » ! hihi !
      Tu sais que je connais Charleroi ? Oui oui… 😛

      Bisous et belle soirée à vous !

      Répondre
  3. Mamanenespagne

    Je venais voir ton site pour voir si tu avais parlé un jour du livre Nord perdu de Nancy Huston (tu connais? Si non lis le immédiatement 😉 ) bref du coup je lis ton article et bien sûr oh combien je te comprends… comme d’habitude ! Totalement d’accord avec l’intraduisible « pueblo » et encore plus impossible de traduire ici mes élèves qui tous les week-ends « van al pueblo » … Très intéressante la comparaison, la seule chose qui me surprend c’est le 1,5 boulangerie 😉
    Je crois que comme toi je m’adapte très bien mais j’avoue que plus ma fille grandit plus c’est difficile ou peut-être c’est parce que j’approche de la 40aine :( En tout cas j’aime te lire pour ça… ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à me poser tant de questions sur la langue, l’enfance, la transmission, la biculture..etc.etc. Et j’envie ton jardin 😉

    Répondre
    • Margarida

      Coucou Anita,

      J’adore tes commentaires !
      Non, je n’ai jamais lu ni entendu parler de Nord perdu de N. Huston et je te promets que je vais tâcher d’y remédier :-) Je suis contente que tu comprennes pour le « pueblo », en fait, à chaque fois que je reçois tes commentaires, je les partage avec mon ChériGuiri parce qu’en fait « toi c’est moi mais là-bas » ou un peu ça…
      Les 1,5 boulangeries c’est parce qu’il y en a une qui est presque jamais ouverte (non, je ne comprends pas non plus).
      Tu sais, je m’approche de la quarantaine aussi, enfin, doucement mais assurément et je crois que tout ça : l’âge, le nombre d’années qu’on a sur nos épaules de vie à l’étranger, être mamans (d’enfants en bas âge) et tout ça tout ça nous fait bien réfléchir à toutes ces questions d’identité, de langue, de transmission, etc.

      Je t’embrasse et à très vite ! (tu me tiendras au courant pour le xpat tag 😛 !)

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)