Minorque

Plage de Sa Mesquida, petit havre de paix

Minorque by @Margarida

Tourisme à MinorqueSuivez-moi, le temps d’un été, sur
mon île adorée en Méditerranée
#Minorque #tourisme #voyages

Originaire de Minorque, je continue avec cette série d’articles, que je vais publier tout au long de l’été, sur l’île qui m’a vu grandir. Des balades dans des lieux plus touristiques et d’autres dans des endroits moins connus. Une Minorque sincère et naturelle, attrayante pour les touristes et toujours aimée par les locaux. Symbiose parfaite pour un bout de terre de 700 km2 qui a été déclarée (dans sa totalité) Réserve de Biosphère en 1993. Longtemps côtoyée par un tourisme plutôt britannique, les Français l’ont redécouverte il y a un peu plus de trois ans. Certes, il n’est pas toujours facile d’y accéder par manque de bonnes connexions et de vols mais c’est aussi sans doute cela qui contribue à son charme. Les Français aiment la Minorque des randonnées, des sentiers côtiers (GR 223), des plages et des criques vierges, de la slowlife des habitants et des places des villes remplies d’enfants qui jouent. Minorque conjugue à la perfection tradition et modernité.

Sa Mesquida, petit havre de paix

Aujourd’hui, je sais déjà que les couleurs de ces photos je vais les garder précieusement dans ma jolie boîte à trésors parce que j’imagine qu’en l’ouvrant, un jour de pluie, ils vont me fouetter le visage et me redonner le sourire.

Je regarde à droite et à gauche, vers le haut des falaises ou au loin à l’horizon et je vois un petit havre de paix, un refuge pour les jours de tristesse et un exutoire pour les jours de trop-plein de bonheur, quand il faut courir les bras ouverts pour savourer la vie et l’instant magique.

Toutes ces sensations que Sa Mesquida me donne. Petite calanque à l’est de l’île, à seulement 4 kilomètres -environ- du centre ville de Mahón, capitale de l’île. Un petit air marin qui faisait vibrer la jolie Méditerranée. La plage, surveillée par une tour de défense construite au XVIII par les Anglais pour se défendre des attaques des troupes franco-espagnoles qui voulaient reprendre l’île aux Britanniques. Un morceau de littoral, une île et plein d’histoire.

Sa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à MinorqueSa Mesquida plage  à Minorque

Je me rends compte que cela nous fait un bien fou de venir savourer la vraie essence de nos origines, quand il fait beau et que les jours se mettent en pause. C’est pour cela que j’ai eu envie, cette fois-ci, de partager avec vous un peu de mon voyage et surtout de vous offrir ces couleurs bleues et sable doré…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mots éparpillés

Mots Eparpillés Saison 2 : eBook à télécharger

Les Mots Eparpillés se sont envolés.

Ces mots qui nous ont accompagnés tout au long de ces deux dernières années. Chaque mois, une image et des mots qui se sont glissés entre les touches de nos claviers. Un moment de partage et de convivialité. Du temps pour l’imaginaire, les vocables, les paroles, les langues et la vie. Cette vie qui, elle aussi, est parfois éparpillée.

ebook Mots Eparpillés saison 2

Avec Florence Gindre, on aujourd’hui envie de vous dire un grand M E R C I.  Merci de nous avoir accompagné tout au long de ce projet (inspiré de celui de Cécile Benoist « Mots Sauvages« ) et de nous avoir fait sourire et rigoler avec ces mots, ce pouvoir des mots.

Vous pouvez télécharger librement l’eBook que nous avons préparé avec amour et enthousiasme.

Prenez-les ces mots, ils s’éparpillent, ils sont à vous !

Téléchargez l'ebook (14 téléchargements)

Je vous rappelle que sur la sidebar à droite du blog, il y a un encadré où vous pouvez télécharger facilement l'eBook, parce que cet article va défiler pour rentrer dans les archives du blog. Une manière plus facile de revenir vers l'eBook, pour les retardataires dissipés et autres vacanciers...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

Assurer et rassurer

J’aurais voulu vous écrire sur la mer, j’aurais voulu vous écrire sur lui qui est resté, sur eux que j’ai retrouvé. Ou sur la peur aussi. J’aurais voulu vous écrire un joli texte pour vous parler de notre arrivée.

Assurer et rassurer

Mais aujourd’hui, alors que cela fait une semaine que je ne vous ai rien dit, les mots ne viennent plus, prise dans cet élan d’adaptation, dans les devoirs professionnels qui arrivent comme les vagues de la mer auxquelles il faut faire face avec grâce et légèreté. Les nuits sont chaudes, le ciel est bleu, on fête des anniversaires et on sourit mais quelque chose semblerait m’empêcher d’être complètement libre.

Une sorte d’entre-deux qui freine mes mots. Une envie de répondre toujours présent pour lui et pour eux. Deux vies en une. Il me semble avoir déjà écrit sur ça. Il me semble, oui. Alors que je pianote mécaniquement, alors qu’ils sont partis et que la clim tourne à fond, je pense à cette plage dont j’ai envie d’aller mais où je n’ai pas encore mis les pieds parce que j’ai toujours quelque chose d’autre à faire, à accomplir, à accompagner. Alors qu’en France j’aurais déjà fini de prendre mon déjeuner, ici, on n’y songe pas encore. Alors que la France pleure, ici on fait la fête avec les chevaux.

Alors que je veux être ici, je pense au là-bas. Alors qu’ils sont ici, lui il est là-bas.

Assurer et rassurer IMG_8327

Nous sommes arrivées et j’ai senti sa douleur, que j’entendais à demi-voix par téléphone. Et j’ai serré mes dents. Nous avions dormi que très peu d’heures. Il y a elle, aussi, qui tourne et danse et chante et tape des mains et fait des bisous à tous les enfants qu’on croise dans la rue, ou presque. Et lui qui gère le quotidien administratif français. Et les gens qui me disent « ahh ! alors, t’es arrivée en vacances ? ». Mais oui mais non. Etre fille. Unique. Etre maman et épouse à distance. Toujours une distance.

Tout ce tourbillon qui ne me laisse plus mettre des mots dans le bon ordre.

Lâcher prise et perfection.
Assurer et rassurer.

Mais je reviendrais très vite vous raconter la mer et les plages, vous raconter lui et notre amour, vous parler d'eux aussi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Freelance

Une journée en cabine. Métier : interprète

Mercredi dernier j’ai vécu une journée extrêmement intéressante d’un point de vue professionnel. J’ai eu l’occasion d’exercer le métier d’interprète pour le World Meeting d’un grand groupe industriel nautique (parler de bateaux a été le moyen de faire revenir, ENFIN, le soleil dans cette si belle région), 8 heures entièrement consacrées à eux, d’abord pour la répétition générale et ensuite, dans l’après-midi, pour le vrai « spectacle ».

L’interprétation ce n’est pas faire du théâtre
Petit point de précision : les interprètes ne sont pas des comédiens. Il convient de le souligner, nous avons déjà entendu quelques âneries de la part même de présentateurs tv…

Une journée en cabine. Métier : interprète

Traducteur et Interprète

Alors que j’ai une formation en Traducteur et en Interprète, je dois avouer que je ne pratique pas souvent l’interprétation. Enfin, je l’ai fait il y a déjà quelques années de ça (oh que le temps passe vite ! oh que je vieillis !). Certes, lors de ma période de travail pour la Délégation régionale des Iles Baléares auprès de l’Union européenne, j’ai accompagné, bien souvent, quelques représentants politiques et autres agents institutionnels aux réunions, meetings, plénières, etc. Et qui sait qui faisait l’interprète ? Et bien, la petite Marguerite. Pendant mes études et en tant que stagiaire, j’ai fait aussi de l’interprétation consécutive au Tribunal de Madrid en charge des affaires pour les mineurs (oui, c’était quelque chose !). Toujours à Madrid, j’ai eu l’occasion de faire le lien (en consécutive) entre des représentants d’Auchan (France) et l’Alcampo espagnol mais sinon, depuis quelques années, je suis sédentaire, ici derrière mon poste à traduire et à écrire à longueur de journée.

Ah oui ! Certes, j’ai fait souvent l’interprète pour mon ChériGuiri mais ça c’est une affaire de famille !

Alors, quand le chef d’une agence pour qui je venais de réaliser un projet de traduction du français vers le catalan, m’a proposé de l’accompagner en cabine pour faire l’interprétation du français vers l’espagnol, ici à Nantes, j’ai dit oui, tout de suite. Ou presque.

Et comment ça se passe en cabine ?

J’aurais pu trembler, j’aurais pu avoir les jambes en coton et la voix tremblante (ça, c’est pas bon du tout pour un interprète !). Mais au fond de moi, j’ai su que non, que tout irait bien et que cette mission était une chance pour moi. En réalité, j’ai su que je n’étais pas stressée quand j’ai vu que la nuit précédente j’avais bien dormi. Et puis, il faut le dire, j’avais bossé en amont, bien sûr. Ayant eu accès aux documents, je les avais lu et relu, j’avais préparé un glossaire avec la terminologie principale. Bref, j’avais fait mon job d’interprète.

Et on a bien travaillé et on a rigolé. J’ai eu la chance de rencontrer un petit bouquet d’interprètes en italien et en anglais tout droit venus de Paris et d’Angers (coucou si vous me lisez !) sympa, drôles, souriants (vous savez ô combien j’aime les sourires !). La journée s’est donc déroulée dans la bonne humeur. Nous avons discuté de tout, de traduction, d’interprétation mais aussi de foot, de météo et de paellas !

En cabine, ça ne chôme pas. Ça gesticule beaucoup. Ça parle. Il fait chaud ou il fait froid. Tu es étriqué (mais heureux). Tu partages un espace (très) réduit avec ton binôme. Tu parles, tu parles, tu parles. A tour de rôle. Bien sûr. Ton cerveau tourne à 1000 à l’heure. Tu adores les locuteurs qui parlent doucement. Tu te demandes où veut en venir la dame qui ne finit pas ses phrases.

Bref, ça été une super journée, bien sûr au niveau professionnel mais aussi au niveau personnel, un bon petit cocktail qui fait plaisir à savourer !

Et sinon, vous savez que sur ce blog j'aime parler, de temps en temps, un peu de mon métier. Et si je dis "un peu" c'est parce que je n'ai pas envie de m'attarder sur les détails techniques et la perfection de chacune des activités, si tel était le cas, j'aurais ouvert un blog entièrement consacrée à mes activités professionnelles. Or, il s'avère, que mon blog est mon petit espace à moi, mon chouchou, là où je viens quand j'ai le temps. Oui, mon blog est lié à mon site pro, parce qu'en fait, je suis la même où que j'aille, quoique je fasse ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilinguisme

Apprendre une langue ? Mieux que ça, la vivre !

Ouverture, partage, écoute, attention, expression, fluidité, comprendre l’autre, échanger, se dépasser, vaincre le doute, oser parler, tant d’étapes par lesquelles nous passons lorsque nous échangeons dans une autre langue…
Apprendre une langue ? Mieux que ça, la vivre !

Ces mots, ce n’est pas moi qui les dis, ils ont été écrits par deux de mes étudiantes en LEA (Langues Etrangères Appliquées) -L3 de la Faculté des Langues et Cultures Etrangères de l’Université de Nantes dans le cadre d’un reportage de communication qu’elles ont du réaliser. En effet, A. Nemiri et F. Rey m’ont un jour demandé si je voulais témoigner dans leur reportage.

J’ai dit oui, j’ai accepté avec un grand sourire. Pour moi, « donner cours à la fac » signifie beaucoup plus que la transmission d’un savoir. Tout au long de l’année j’ai essayé de partager avec mes étudiants l’amour pour les langues et la communication, l’amour pour la culture aussi, l’amour du travail avec les langues, surtout, pour les encourager ! Je ne vais pas vous cacher que ça m’a fait énormément plaisir qu’elles pensent à moi, au fond, je me suis sentie victorieuse : la victoire de la transmission de cet amour aux langues !

Elles ont voulu recueillir mon témoignage sur les difficultés linguistiques que les étrangers peuvent rencontrer en France, sur la nécessité de s’adapter aux coutumes françaises, sur les particularités phonétiques de la langue française, sur les efforts que les institutions font (ou pas) afin d’aider les citoyens de langue étrangère à s’intégrer, sur l’enseignement des langues et la suprématie de l’anglais dans les écoles…

Deux autres personnes ont également témoigné, un jeune homme venu du Mexique qui chante à l’Opéra de Nantes et une jeune étudiante d’origine italiano-marocaine.

C’est donc avec une immense joie que je partage avec vous quelques bribes de ce reportage :

«


« Ce qu’il faut tenter de transmettre au maximum, c’est l’idée qu’une langue est une identité, c’est un sentiment ! Avant d’être un devoir, une tâche… »,

« Certains témoignages me fendent le coeur ! »

À ses heures perdues cette jeune bloggeuse conseille également des familles mixtes et étrangères installées en France, comme elle, qui en viennent à subir ce dilemme entre transmission de la langue officielle et transmission de la langue d’origine.

« Il arrive que des professeurs des écoles demandent aux parents d’arrêter de parler à leurs enfants dans leur langue d’origine, les enfants ayant pris du « retard » par rapport aux autres – lire ce genre de témoignage me fend le coeur » nous a-t-elle confiée.

Situation des plus complexes, puisque les parents ne maîtrisent que partiellement le français, et ont ainsi peur de transmettre des connaissances erronées à leur progéniture. Il faudrait donc tout d’abord permettre aux familles d’acquérir les connaissances suffisantes sans avoir à rougir de leurs erreurs, au contact d’une tierce personne. Un phénomène grandissant, qui les enferment toujours un peu plus. Il serait donc intéressant de remédier à cela par le biais d’activités ludiques permettant également de développer un nouveau sentiment d’appartenance.

Ainsi, nous ne serions pas tous à égalité.

Notre ouïe, nos cordes vocales, sont façonnées dès notre plus jeune par notre langue maternelle.

C’est alors qu’intervient ce long processus d’apprentissage de la langue, plus ou moins bien vécu selon les individus, voire redouté. C’est la raison pour laquelle il est fortement recommandé d’inculquer ces connaissances dès le plus jeune âge, alors que les limites physique et psychique n’existent pas encore.

 »

Apprendre une langue ? Mieux que ça, la vivre !

Cliquez sur la photo pour lire l’intégralité du reportage

 

Nous avons passé un très bon moment ensemble. Des jeunes enthousiastes avec envie de s’ouvrir aux autres et de faire une sorte d’introspection linguistique sur leur propre pays. Un signal important, par ces temps qui courent, ces temps où nous parlons de monde globalisé mais où l’esprit de chacun n’est peut-être pas si globalisé.

Rendez-vous sur Hellocoton !