Apprendre des langues

Premières lectures de bébé : trois langues

Petite princesse a eu ses premiers livres à Noël. C’est normal, et je suis en plus très contente de pouvoir dire que c’est moi qui lui ai acheté sa toute première lecture. Vous savez ô combien je suis attachée à tout ce qui relève de l’écriture et j’ai déjà expliqué que pour la naissance de la petite j’avais écrit un conte pour elle. Alors, un jour du mois de décembre, bien avant les fêtes, on se baladait en famille dans un centre commercial (soit dit en passant, activité préférée des français -oui, oui, croyez-moi, quand on vient d’ailleurs on le constate très facilement!), nous sommes entrés dans un de ces grands magasins “culture” où on peut y trouver plein de choses, parmi lesquelles des livres, et je me suis approchée du rayon livres bébé avec ma poussette (oui, à part mon Manduca j’ai aussi une poussette :-)), j’en ai sélectionné trois ou quatre que j’ai mis sur les jambes de petite princesse, elle en a pris un et c’est ainsi, donc, qu’elle a choisi son premier livre.

Ensuite, les fêtes sont arrivées, premiers cadeaux et elle en a reçu encore trois autres :

– un petit livre cartonné en français
– un livre en tissu en catalan
– un joli livre bien colorié en espagnol

J’ai aussi déjà parlé de la question du bilinguisme chez un bébé mais ici c’est vraiment la question du trilinguisme qui se pose. Il y a des gens qui tout en sachant que ma langue maternelle est le catalan continuent à me dire “et tu parles espagnol à ta fille ?”, parfois, quand je suis fatiguée et que je sais que de toute façon ça ne va rien changer je dis “oui” point barre. Mais parfois j’explique encore et encore que “non, c’est le catalan que je lui parle”. Parce que non, catalan et espagnol ne sont pas du tout la même chose.

Mais… je parle catalan à ma fille mais je peux très bien lui chanter, ou faire les marionnettes ou jouer avec elle en espagnol. Maintenant qu’elle grandit et maintenant qu’elle a eu ces trois livres dans trois langues différentes c’est comme si la réalité s’imposait et quelque part, je dois vous avouer que j’ai peur. Comment je vais-faire pour jongler d’une manière équilibrée dans les trois langues ? L’espagnol est pour l’instant, pour elle, la langue minoritaire, va-t-elle quand même l’apprendre ? Va-t-elle savoir faire la différence de “quand maman joue c’est de l’espagnol sinon c’est le catalan” ?

Je suis linguiste de formation, je travaille avec les langues et pourtant c’est une question qui m’inquiète un peu…

Je suis persuadée que ses premiers mots seront en français car c’est la langue qu’elle entend le plus, mais après ? Que va-t-il se passer ? Affaire à suivre…

Pour l’instant elle aime bien tourner les pages des livres et les manger 🙂

livres thelmalivres th

9 commentaires

  1. Multifarious meanderings

    Elle trouvera sa voie toute seule – tu mes les outils à sa disposition, mais au finale c’est eux qui choisissent… Je n’ai parlé que l’anglais à mon premier enfant. Il me répondait systématiquement en français – de quoi mériter des regards plus que bizarres lors des confrontations au rayon bonbons. Il a finalement ouvert le robinet pour me sortir un anglais parfait à l’age de trois ans et demi, quand on est parti vivre aux US et que monsieur s’est décidé que ça pouvait être utile… Il avait tout stocké “au cas où”. Son frère et sa soeur ont tous les deux préféré communiquer en français, mais lils utilisent leur anglais quand ils en ont besoin. Donc ne te pose pas de questions, communiques avec elle comme tes tripes te le dictent, et elle saura faire le tri.

    Répondre
    • marga_llr

      Hello !

      C’est drôle de savoir que chaque enfant réagit d’une manière différente à l’acquisition des langues. En tout cas, merci beaucoup pour ce témoignage, même si je sais que tout se fera de manière naturelle je me pose, parfois, des questions…

      Répondre
  2. pomdepin

    Mes cinq enfants sont bilingues de naissance, et c’est vrai qu’ils ont tous un rapport différent à leur deux langues (français et anglais). Tu peux t’y prendre exactement de la même façon, c’est eux qui décident! J’enseigne à des enfants bilingues, et il n’y a pas de recette miracle.
    L’école change beaucoup les choses: leur langue scolaire, qui est aussi celle des copains prend le dessus très vite. Et il ne fait pas oublier que savoir parler et même lire une langue ne veut pas dire savoir l’écrire. C’est quelque chose que les parents oublient facilement, mais tu as le temps!

    Répondre
    • marga_llr

      Bonjour,

      Merci pour ce témoignage ! c’est tout à fait vrai que chaque enfant a un rapport différent à la langue. En fait je me trouve dans une situation drôle… j’ai aussi été enseignante, je travaille avec et pour les langues, moi-même je suis bilingue et maintenant qu’il s’agit de ma fille, plein de questions me reviennent à l’esprit. Même si je sais très bien, au fond de moi, que tout se fera naturellement je ne peux pas m’empêcher de penser à ceci ou à cela…

      “savoir parler et lire une langue ne veut pas dire savoir l’écrire” c’est tellement vrai ! et je trouve aussi que trop de gens l’oublient.

      Comme je disais dans mon post : “affaire à suivre” 🙂 !!

      Merci et à bientôt sur le Net !

      Répondre
  3. tiphanya

    C’est agréable de voir que les autres professionnels en langues ont les mêmes inquiétudes une fois maman. Pour l’espagnol, le conseil que je donne à chaque fois pour la langue minoritaire est de trouver une introduction extérieure de la langue. Un atelier entre parents hispanophones, prendre le thé une fois de temps en temps avec une amie qui ne parle qu’espagnol, etc.
    Il y a tellement de facteurs dans les choix et les utilisations des langues des enfants, que nous ne pouvons que leur donner un maximum et les laisser ensuite se débrouiller (et respecter leur choix).

    Répondre
    • Margarida

      C’est sûr, il faut donner tous les outils et ensuite les laisser se débrouiller. Je ne saurais pas dire d’où vient cette inquiétude qu’on ressent en tant que maman. Moi-même je suis bilingue (par contexte sociolinguistique) et je n’ai jamais eu de problème, mais quand je pense aux trois langues de ma famille cela me préoccupe un peu plus. Moi j’avais ce contexte sociolinguistique qui favorisait l’apprentissage de ma deuxième langue, elle n’aura, comme tu le dis, les instruments que je vais lui fournir… Affaire à suivre…

      En tout cas, merci beaucoup pour tes commentaires et témoignage !!

      Belle journée !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)