Inspiration

Pour toujours ~ Para siempre

Elle et moi c’était pour toujours. Sauf que, jamais, nous avions réalisé que ce toujours avait, en fait, une date limite d’utilisation optimale. Nous n’avions rien vu venir. Nous avions peut-être consommé trop vite. Nous n’avions pas su bien distribuer les rations.

à suivre

Ce fut donc d’un coup que cette DLUO s’afficha en grand, aux yeux de personne, à l’abri de mauvais entendus. Le silence allait-il guérir ce manque produit par le fait d’avoir arrêté de consommer ? Seules, elle et moi. Personne n’avait rien su. Les longues soirées d’hiver, occupées à vivre nos vies, nous avions mis ça de côté. Plus le temps d’y penser. Plus le temps de se poser des questions, de chercher à savoir pourquoi cette date limite d’utilisation optimale nous avait frappées fort, à coup de gros fouet.

cartes postales

Parce que, trop loin, nos regards n’allaient plus pouvoir se croiser. Il y eut des tentatives. Il y en aura encore. Mais nous n’avions plus le temps. Plus le temps d’essayer de prolonger cette date limite d’utilisation optimale. Le bocal, depuis trop longtemps ouvert, commençait à sentir le moisi, à moitié vide, des traces de ce qui avait été restaient collées sur le verre. Un verre sale mais au travers duquel on entrevoyait une lueur d’espoir.

Ella y yo era para siempre. Aunque un detalle se nos había escapado. Nunca antes vimos que, en realidad, ese siempre tenía una fecha de consumo preferente. No vimos llegar la tormenta. Quizá habíamos consumido demasiado rápido. Quizá no supimos distribuir correctamente las raciones.

postals 2

Y de repente, sin avisar, apareció por vez primera esta fecha de caducidad. Apareció en silencio, sin decir nada. Lejos de cualquier mirada, de todo malentendido. ¿Curaría el silencio esa carencia? Solas, ella y yo. Nadie supo nada. Y en las largas veladas de invierno, ocupadas con nuestro quehaceres cotidianos, apartamos eso, lo pusimos de lado. Sin tiempo para pensar en ello. Sin tiempo para cuestionarnos, para buscar las razones por las cuales esa fecha de consumo preferente nos había golpeado de lleno, un porrazo.

postals

Porque, demasido lejos la una de la otra, nuestras miradas ya no se cruzarían. Hubo tentativas. Habrá más. El tiempo faltaba. Tiempo para intentar alargar esa fecha de consumo preferente. El tarro, abierto desde años ha, empezaba a oler a moho, medio vacio, con rastros de lo que había sido pegados en el cristal. Un cristal sucio pero a través del cual se adivinaba una chispa de esperanza.

4 commentaires

    • Margarida

      Oh, oui oui, très bien, merci !! J’écoute la vie, c’est tout 🙂

      Parfois, quand je fais cette sorte d’écrits que j’appelle inspiration ou pensées, je commence, j’aligne des mots et je ne sais pas trop où ça va me mener. Je ne réfléchis pas à “la fin” du récit avant de commencer à écrire!

      Merci de ton passage Pom de Pin !!!

      bisettes,

      Répondre
  1. fafa Expat

    Oh quel joli texte, oui des fois l’inspiration vient en écrivant, on se laisse allée par le flot des pensées… C’est très joli en tout cas, et te lire me donne aussi envie de m’y remettre à l’espagnol. A l’époque mon niveau n’était pas mauvais, mais le manque de pratique fait que j’ai oublié pas mal de choses.

    Répondre
    • Margarida

      Coucou fafa,

      Merci beaucoup pour ce gentil message !
      Il n’est jamais tard pour se remettre à l’espagnol 🙂 !

      Tu as bien raison quand tu dis que parfois l’inspiration vient en écrivant, moi, pour ce genre de textes, c’est comme ça que je marche …

      Belle journée à toi !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)