Bilinguisme

Enfant bi(tri)lingue : l’aventure continue

Cela fait un petit bout de temps que je ne suis pas venue vous donner des nouvelles de notre petite bi(tri)lingue en construction. C’est voulu. Un enfant change, découvre et apprend à grande vitesse, certes mais il faut du temps et du recul pour en tirer des conclusions, des expériences, bref, pour se faire une petite idée de comment évolue linguistiquement un enfant qui est elevé dans un contexte multilingue et multiculturel.

Je l’ai dit et je le re-dis : non, tout ne se fait pas naturellement. Il faut accompagner un enfant bilingue en construction, il faut l’inciter et créer des contextes propices.

Bilinguisme chez les enfants

La débrouillardise et le vocabulaire qui s’élargit

Les enfants sont débrouillards par nature. Tous. C’est un peu la phrase des grandes-mères “un enfant ne se laisse pas mourir de faim”. C’est vrai et c’est un peu pareil en ce qui concerne l’utilisation qu’un enfant en bas âge (en période de construction du langage) fait des langues qu’il acquiert. Quoi qu’il arrive, où qu’il soit, il va se faire comprendre, il va arriver à communiquer.

Cet été, PrincesseThelma et moi sommes arrivées à Minorque pour un mois et demi. J’arrive toujours avec une petite crainte, “va-t-elle se faire comprendre ?” Les trois premiers jours sont compliqués. Elle a tendance à ne parler que français. Elle comprend le catalan et donc elle agit en conséquence, elle fait ce qu’on lui dit mais elle ne s’exprime pas dans cette langue. Cela m’angoisse un peu mais au bout de quelques heures, elle commence à switcher et elle passe au catalan. À partir de ce moment-là, plus de crainte, chaque minute qui passe, elle acquiert un nouveau mot, elle construit des phrases.

Quelques semaine plus tard, ChériGuiri arrive et elle sait tout de suite qu’il faut lui parler français. C’est bon, elle a compris qu’on ne parle pas tous la même langue et elle sait très bien dans quelle langue parler.

La langue minoritaire prend de l’envol…

C’est donc à cet instant, aux 2 ans et 3 mois de PrincesseThelma, en août 2015 que je me dis que ça y est, elle est consciente de l’existence de plusieurs langues. La prise de conscience est faite, je le sais, je l’entends quand elle s’exprime, je le vois sur son visage. Mais je sais aussi que le chemin à parcourir est encore long.

…et elle traduit

Parfois, elle traduit ses propres phrases, ses propres mots. Oui. Et cela nous fait rire, c’est mignon. Quand elle s’adresse à moi et que son père est aussi présent, elle lui fait ensuite la traduction. Par exemple, si elle me dit “mamà, Thelma vol sabates”, elle regarde aussitôt son père et elle lui dit “Thelma mettre chaussures”. Je vous le dis, elle va pas se laisser mourir de faim ! C’est un peu genre “et bien, si t’as pas compris, là, tu vas comprendre !”

Que se passe-t-il avec cette troisième langue ?

Pour l’instant pas grand-chose, c’est là que je trouve toute la difficulté. Avec le catalan et le français je sais qu’on réussira, qu’on est déjà sur la route, sur la bonne direction. Par contre, parfois, je m’inquiète vraiment quand je pense à l’espagnol et que je me dis qu’on ne vas pas y arriver et oh mon dieu, il faut qu’on y arrive ! L’espagnol est une langue très importante dans le monde. Minorque est une région bilingue avec deux langues co-officielles mais la langue la plus parlée reste le catalan. Ici à la maison on a mis quelques stratégies en place mais pour l’instant, j’ai l’impression qu’on y travaille très rarement. Les dessins animés en espagnol, la musique aussi… sauf que la petite n’est pas fan de rester scotchée devant la télé très longtemps (c’est bien, allez-vous me dire, et bien oui mais ça m’arrangerait un peu pour qu’elle soit plus en contact avec la langue de Cervantes) et en musique elle préfère plutôt les chansons populaires minorquines que les CD en espagnol que j’ai ramenés avec beaucoup d’espoir. Hélas.

L’acquisition de cette troisième langue reste donc ma première bataille, l’aspect que je vis moins bien dans cette aventure d’enfant bi(tri)lingue en construction. J’espère y arriver, elle est petite encore, il faut aller doucement…

Retour en pays de langue majoritaire

A notre surprise, le retour en France après un mois et demi en Espagne n’a pas été (n’est pas) évident pour PrincesseThelma. Outre les différences de le rythme de vie et de météo, nous sommes en train de nous demander si elle n’a pas, en fait, pris TROP conscience de la différence de langues. Je m’explique, depuis notre retour, il y a déjà 10 jours de cela, on la sent perdue. Le retour chez l’assistante maternelle n’a pas été facile non plus. J’ai même du demander à la nounou si la petite s’exprimait bien, si elle se faisait comprendre. Il parait que oui. Mais aussi bien ChériGuiri que moi, sommes en train de nous demander et de nous poser des questions. Oui, elle parle français, c’est clair mais pendant des semaines, au repère qu’est une maman, s’y sont ajoutés tout plein d’autres personnes qui parlent pareil que cette maman et d’un coup d’un seul, tout ce petit monde-là est disparu. Parce que depuis notre retour, elle ne veut que maman maman maman et même à son père, elle lui parle souvent en catalan…

Je sais, je sais, le français va très très très vite reprendre le dessous. C’est certain…

Mais cette petite radiographie d'une petite bi(tri)lingue en construction vient me réconforter dans l'idée qu'une langue est beaucoup plus qu'un système de communication, une langue est aussi une culture, une langue est un TOUT ! Qu'en pensez-vous, mamans d'enfant bilingues ?

Je vous invite à découvrir (ou redécouvrir) par ici les autres articles sur le bilinguisme.
Et n’hésitez, surtout pas, à laisser vos avis, vos témoignages, vos impressions, vos expériences…

Cet article fait un peu “brouillon d’une maman sur son petit carnet”, aujourd’hui, je ne prétends pas donner une vision scientifique du bilinguisme, j’observe et j’analyse notre propre expérience parce que parfois, un petit retour sur le sujet, après plus de deux mois de silence fait du bien et sert de piqûre de rappel. Je reviendrais vite avec d’autres articles, je ne me lasse pas de dire que c’est une aventure passionnante, avec des hauts et des bas, avec beaucoup d’implication de la part de toute la famille et entourage, avec des découvertes permanentes.

Si vous souhaitez que j’aborde le sujet d’un point de vue concret, dites-le-moi et c’est avec plaisir que je vais m’y pencher…

Je suis bilingue pour des raisons géolinguistiques mais avec PrincesseThelma on découvre un autre type de mulitilinguisme.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires

  1. Isabelle/Mamanlune

    Bonjour,

    Oui c’est un peu compliqué tout ça. Chez le français reste la langue majoritaire, mais de temps en temps un mot sort en arabe ou en italien. Ce qui m’a fait le plus drôle c’est d’entendre ma puce chantonnait en italien et en arabe d’elle même… Elle me regarde et me demande de chanter en italien, et elle regarde son papa et lui demande les chansons en arabe.
    Nous partons bientôt au Maroc et je ne sais pas comment cela va se passer. Nous verrons bien. Mais la consigne est déjà passée à la famille de Papalune de parler à Bébélune en arabe y compris au téléphone…. et ça marche plutôt bien pour le moment. Elle comprend même si elle ne répond pas en arabe.
    A bientôt pour de nouvelles aventures.

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Isabelle,

      Bon, alors, on est d’accord que c’est un peu compliqué tout ça… c’est déjà ça 😛 !
      Si elle comprends c’est déjà un bon point, le reste va venir doucement mais c’est sûr qu’il faut y travailler sans arrêt. Les enfants sont des éponges (qu’ils soient bilingues ou pas) et il est vrai que leur développement langagier vient rythmé par le quotidien qu’on leur donne : si ils passent 3 jours chez papy et mamie et ça ne parle que français et bien, c’est le français qui va progresser, si ils passent une semaine en Italie entouré de gens qui parlent italien, c’est l’italien qui va vite prendre le dessous, etc.

      En tout cas ce sont des aventures passionnantes ! Bon courage et bonne acquisition langagière au Maroc !

      Répondre
    • Margarida

      Hello ma Pom de Pin,

      C’est vrai que jusqu’à présent on allait-venait et on avait l’impression qu’elle se faisait à tout, et là, zaaz, d’un coup, on rentre et on la sent toute chamboulée (faut que j’avoue qu’on a profité de l’été pour enlever la couche…) et elle parle presque tout le temps en catalan. C’est fou, moi qui avait peur pour le catalan, maintenant je me dis “mais mince, elle se fait comprendre chez la nounou ou quoi…”

      Bref, je parie que d’autres aventures sont à venir !

      Bisettes,

      Répondre
  2. Jean

    Petit expérience personnelle de Papa d’enfants bilingues 🙂

    2 enfants bilingues Français/Breton depuis GS et CP.

    Le plus grand est maintenant en 4ème, parle Français/Breton couramment. Il cartonne maintenant en Anglais et a commencé l’Espagnol, l’année dernière.

    Au delà des résultats en langue, je suis étonné des facilités développés sur des matières comme les maths.

    Bref que du bonheur, et cela leur ouvre l’esprit!

    Kenavo, un devezh at deoc’h / Bonne journée à vous

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Jean et bienvenu !

      Merci beaucoup pour ce petit commentaire, cela fait toujours plaisir d’avoir d’autres témoignages.
      Je suis plus que d’accord que grandir dans un environnement bilingue n’a que des bienfaits. Beaucoup de divergences (scientifiques) sur le fait de savoir si les enfants bilingues sont plus “intelligents” ou pas mais une chose est sûre, ils développent des capacités à mieux distinguer des concepts, à mieux savoir bouger (dans le sens figuré) dans des contextes différents, ça leur aide dans d’autres domaines d’apprentissage.

      Quant à nous, on pourrait ajouter le breton (on est dans la région) mais je crois que ça va faire beaucoup déjà, hihhi!

      Merci encore, kenavo !

      Répondre
  3. mamanenespagne

    Bonjour Margarida,
    J’ai découvert ton blog il y a quelques jours (grâce à un lien du site DULALA) et je ne sais pas par où commencer! comment dire, je me reconnais dans tellement d’articles…. mon accent,les disputes à cause de l’intonation, ma responsabilité de maman, la transmission de ma langue, de ma culture, de ma propre enfance à ma fille, les moments de solitude, les maux sans traduction, la famille qui me manque, le pédiatre qui hallucine, même dans le mariage à 12 je me reconnais (on était 13 !)…. tout me parle…
    Je suis française (de Laval ), j’habite en Espagne depuis 14 ans, j’y suis venue pour 9 mois, j’y suis restée, j’y suis devenue femme, employée, professeur, j’y ai été enceinte, j’y suis devenue maman bien sûr et pour tout cela, j’aime beaucoup ton blog qui raconte tout ce que je vis dans “l’autre sens” et finalement tellement identique. J’aime les mots, le bilinguisme me fascine et la biculture fait partie de mon quotidien. Ma fille a 5 ans et demi. J’ai commencé le blog https://bbilingue.wordpress.com/ quand elle a commencé à parler. Je pense que si tu jettes un oeil tu aimeras ses belles expressions (au moins tu les comprendras parfaitement 😉 ). Bien sûr, tout ne se fait pas naturellement..!! bien sûr il y a des moments difficiles, bien sûr il faut expliquer quelquefois et ignorer d’autres fois car non ce n’est pas “la chance” qui rend ma fille bilingue…, ce sont les efforts faits par maman et papa, la tablet et CanalSat, les billets de train et les kms en voiture…tout notre quotidien est adapté autour de nos 2 cultures et de nos 2 langues que ça plaise ou non, que ce soit compris ou non… mais elle ne serait pas bilingue sans certains efforts. J’ai tellement d’exemples autour de moi qui me prouve que ça ne se fait pas tout seul ! J’ai même des élèves, enfants de français qui viennent chaque semaine en classe on ne leur a pas ou pas bien transmis la langue. De notre côté, ma fille s’adapte, épate, traduit, valse entre ses langues et ses cultures comme je valse entre ma vie de femme, de maman; de française, de professeur, elle enseigne l’espagnol à ses peluches ou le français à ses poupées, mange des pois chiches au chorizo et des croque-monsieur à la béchamel, écrit une lettre au Père Noël et une carte postale aux Rois Mages, joue près du brasero ou sur la moquette et gère les au revoir mieux que maman à la fin août…
    Je me doutais en commençant ce commentaire que je m’éterniserai un peu trop… j’aurais mieux fait d’écrire un post! mais même si on ne se connait pas, je voulais partager avec toi ces quelques lignes aujourd’hui!
    J’ai une question, est- ce que ta princesse a commencé l’école? c’était une de mes plus grandes craintes mais pour l’instant ça se passe bien (avec quelques efforts bien sûr!). Prochaine crainte pour moi, le primaire l’an prochain avec son apprentissage de la lecture et ses devoirs à la maison …
    à bientôt et merci pour ton blog

    Répondre
    • Margarida

      Coucou !

      Tu ne sais pas à quel point ton petit (grand) commentaire m’a fait plaisir ! Je l’ai même lu à ChériGuiri, genre “tu vois, tu vois, je suis pas la seule à penser/vivre cela” 🙂

      Je pense en effet, que même si nous sommes venues dans nos respectifs pays d’adoption/accueil/résidence (je n’ai pas trouvé le bon mot !) parce qu’on l’a choisi, on n’avait pas imaginé avant qu’on resterait et qu’on deviendrait maman à l’étranger. Pour moi, devenir maman à l’étranger à changé beaucoup de choses et j’ai découvert ce pays que je connaissais déjà bien sous un autre angle (et donc, j’ai compris que peut-être je ne le connaissais pas tant que ça…)

      J’aime ta phrase “tout notre quotidien est adapté à nos 2 cultures”, et bien, c’est pareil par ici, “que ça plaise ou non, que ce soit compris ou non” !

      Notre princesse n’a pas encore commencé l’école, ce sera pour la rentrée 2016, et j’ai déjà peur ! Enfin, pas peur mais je ne sais pas pourquoi mais c’est un moment que j’appréhende un peu… en ce qui concerne l’apprentissage de la lectoécriture et bien, ce sera tout un programme pour moi, ce sera un peu une école à la maison 🙂

      Merci à toi d’être venue ici, ça me fait super plaisir, j’espère t’y retrouver !

      Bonne soirée à vous !

      PS. Laval, alors, je ne suis pas si loin que ça 🙂

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)