Bilinguisme

Les origines du principe “Une personne, une langue” pour le bilinguisme précoce

 

una lengua, una persona bilingüismo precoz niños

Dans le domaine du bilinguisme précoce, la plupart des gens parlent, sans le savoir, des écrits et des idées de Ronjat, “l’inventeur” de la méthode Une personne, une langue.

Jules Ronjat (1864-1925) était un linguiste français, docteur ès lettres, spécialiste de la langue occitane et vivait à Vienne, dans le Rhône, marié à une germanophone.

Ronjat était donc un homme de lettres et le père d’un petit Louis bilingue français-allemand. Ronjat s’est demandé un jour :

Comment un enfant se comporterait-il face à deux langues différentes qui lui seraient indistinctement parlées ?

Observation d’un enfant bilingue

Tout d’abord, rappelons-nous que les scientifiques de l’époque n’avaient pas accès au cerveau comme ils l’ont actuellement. Bien que la région de Broca (par Paul Broca) remonte à 1859, il y a des éléments qui nous semblent aujourd’hui évidents et qui ne l’étaient pas à l’époque, de sorte que les linguistes se sont adaptés et ont expérimenté avec leurs propres enfants.

Ronjat bénéficie des conseils du linguiste Maurice Grammont depuis le début, qui insiste sur le fait qu’il n’y a rien à enseigner aux enfants et qu’il suffit de leur parler dans la langue que nous voulons qu’ils connaissent.

Et c’est là que nous trouvons la réponse à ma première question : Grammont est celui qui est entré dans l’histoire comme le “fondateur” du principe UPUL parce que c’est lui qui l’a émis dans son livre Observations sur le langage des enfants (1902) et Ronjat l’a formulé avec son fils vers 1913. C’est pourquoi il est plus pertinent de parler du principe de Grammont-Ronjat.

Le principe a donc été défini à partir des observations et mises en pratique de Ronjat.

Que chaque langue soit représentée par une personne différente. Et ceci dès la naissance de l’enfant.

Cette “recette” devient d’autant plus importante aujourd’hui que nous avons connaissance d’expériences (par exemple celles de Patricia Kuhl, parmi tant d’autres) qui ont été menées avec des nouveau-nés et qui montrent que les bébés savent discriminer les langues.

Ronjat applique le principe UPUL à tous les parents et amis. Les deux premières années, Louis les passe en contact avec le français du père et l’allemand de la gouvernante. La belle famille parle l’allemand standard avec quelques particularités du sud. Ronjat donne de nombreux détails sur les caractéristiques de la prononciation de chaque orateur, qu’il soit francophone ou germanophone. Cependant, l’enfant parle comme maman. L’hypothèse de l’auteur est que l’enfant a passé plus de temps avec sa mère (cf. règle du 30 % d’exposition) qu’avec le personnel de maison, dont l’accent est davantage badois, mais surtout que l’enfant préfère la version maternelle pour des raisons de sentiments.

Ronjat est donc le seul francophone qui personnifie la langue minoritaire et est confronté à un enfant qui introduit souvent des mots allemands dans ses phrases françaises.

Ses tactiques correctives sont indirectes :

⇒ Oui, tu veux dire (mot en français)

Besoin de plus de contact avec la langue minoritaire

À 20 mois, Louis s’est rendu compte qu’il était moins capable de s’exprimer en français qu’en allemand. Le garçon passe 3 semaines en vacances avec des francophones mais cela n’a que peu d’influence sur sa production française.

4 mois plus tard, le séjour est de 5 semaines et est maintenant suffisant pour équilibrer les deux langues. Un séjour d’un mois à Paris met le français en position dominante, puis avec la visite de deux mois de la grand-mère germanophone restaure le niveau d’allemand.

Le petit Louis s’est lié d’amitié avec d’autres enfants bilingues franco-allemands dont les parents parlent allemand entre eux et avec leurs enfants. La communication des enfants commence en français puis devient bilingue, puis en allemand au fil des mois.

Il est également intéressant de penser que ces enfants bilingues utilisent l’allemand pour se distinguer lorsqu’ils se trouvent dans l’espace public francophone, comme si l’allemand était leur langue.

Nous constatons alors que les stratégies utilisées au début du 20e siècle ne sont pas si éloignées de ce que beaucoup de familles bilingues utilisent aujourd’hui, et que le naturel et la tactique corrective indirecte sont deux des aspects les plus importants du bilinguisme précoce. En même temps, nous observons l’importance de l’affect dans l’acquisition d’une langue ainsi que de son caractère utile.

2 commentaires

  1. François Grosjean

    Bonjour,

    J’ai lu avec intérêt votre “Origines du principe “une personne, une langue” …. ” et ai vu la phrase suivante:
    “Grammont est celui qui est entré dans l’histoire comme le “fondateur” du principe UPUL parce que c’est lui qui l’a émis dans son livre Observations sur le langage des enfants (1902) ….”

    Or, pour mon propre blog, j’ai sorti ce livre et n’ai vu aucune trace du principe. Vous trouverez mon explication ici: https://www.psychologytoday.com/intl/blog/life-bilingual/201504/one-person-one-language-and-bilingual-children

    Bien cordialement,

    François Grosjean

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour,

      Un grand merci d’avance d’avoir lu mon article et d’avoir pris le temps de le commenter. Je suis surtout ravie de votre contribution positive aux éléments que j’avais détaillés dans le texte. En effet, j’ai lu attentivement votre article et c’est une grande surprise d’apprendre que le (supposé) livre de Grammont n’existe pas ! Pourtant, de nombreuses analyses, papiers, écrits et autres y font référence (par exemple : https://scl.hypotheses.org/files/2017/03/Mon-bilinguisme.-Alyssa-Wormwood.-2017.pdf… ; il s’agit sans doute d’un raccourci). Je ne me suis pas déplacée à l’université de Genève mais cela doit être très intéressant d’avoir accès au Festschrift en honneur à Antoine Meillet.
      Je vais, bien sûr, éditer l’article pour éclaircir ce point et être juste avec les faits historiques, en vous nommant aussi, évidemment (je suis vos travaux et vous ai entendu parfois à la radio).
      Car les parents d’enfants bilingues, public auquel je m’adresse particulièrement, se doivent d’être correctement informés.

      Bien cordialement et, encore une fois, merci de votre passage par ici.
      Margarida Llabrés

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)