Freelance

Les Caf’ Preneurs à Nantes de F. Resmond

A Nantes, une fois par mois, a lieu un café micro-entrepreneur (anciennement, auto-entrepreneur). C’est un moment de convivialité où, l’espace de deux heures, les jeunes auto-entrepreneurs se réunissent afin d’échanger leurs expériences et partager des bonnes idées.

A l’initiative de ces cafés il y a Floriane Resmond qui avec une belle capacité à accueillir les nouveaux et également à remotiver les plus expérimentés réussit avec toute simplicité à rappeler les points capitaux du statut d’auto-entrepreneur.

La micro-entreprise (auto-entreprise) est un statut à la fois simple et compliqué. Il est constamment soumis à des changements ou à des rumeurs sur ce vers quoi le statut pourrait évoluer. Autour d’un café tout parait plus jovial et plus clair. Entendre les autres parler de leurs expériences fait du bien, redonne des idées, remet les choses en place. Souvent, quand on devient auto-entrepreneur on reste un peu seuls, c’est aussi l’occasion de retrouver des confrères, des gens qui à un moment de leur vie ont décidé de changer de cap.

Les Caf’ Preneurs sont à la fois le lieu idéal pour parler démarches administratives et paperasse mais aussi pour échanger sur les modes de faire, la prospection, etc.

Pourquoi ces Caf’ Preneurs organisés par Floriane sont et font du bien ?

– Parce que l’on apprend des choses sur le statut d’auto-entrepreneur ;
– Parce que grâce à l’expérience des autres on arrive à y voir plus clair dans les labyrinthes administratifs ;
– Parce qu’écouter les autres parler de leurs succès, grands ou petits, redonne de la motivation ;
– Parce que c’est un lieu où l’on peut poser des questions ;
– Parce qu’une fois par mois cela permet de sortir de sa “bulle” et de rencontrer les autres ;
– Parce qu’inconsciemment on évalue notre propre évolution ;
– Parce qu’en sortant des cafés on a envie de continuer et continuer et d’aller de l’avant ;
– Parce que l’on y trouve des idées ;
– Parce que tous les secteurs d’activités s’y retrouvent : bien-être, services aux entreprises, coaching, beauté, rédaction, secrétariat, traduction…
– Etc.

Les Caf’ Preneurs de Floriane existent depuis plus d’un an et bien souvent ils ont lieu dans un petit et charmant café nommé Madam Bla, un lieu international mais à l’ambiance scandinave où l’on partage aussi bien des moments créatifs que des échanges culturels.

Personnellement, je trouve que Floriane a eu une très bonne idée ! Si cela vous intéresse je vous invite à consulter le site web où vous trouverez toutes les informations sur ces cafés auto-entrepreneurs :

Les Caf’ Preneurs de Floriane à Nantes

Caf' Preneurs à Nantes (micro-entrepreneur)

Les rencontres ont lieu chez Madam Bla à Nantes

 

Madam Bla Nantes (Caf' Preneurs)

Traduction

Travailler à Bruxelles pour l’Union européenne

Dans deux mois et demi, du 22 au 25 mai, auront lieu les 8èmes élections européennes qui nous permettront d’élire 751 députés qui vont siéger au Parlement européen en représentation des 28 États membres de l’Union européenne. Ce sera la première fois de l’histoire que nos voix auront une certaine influence directe sur le choix du président de la Commission européenne, élu par le Parlement après proposition du Conseil européen (à ne pas confondre avec le Conseil de l’UE ni avec le Conseil de l’Europe).

Vous voyez, je suis sûre que rien que ces 3 lignes et demi précédentes ont du donner envie à certains d’entre vous de quitter cet article (si ce n’est déjà pas fait). Oui, certes, les élections européennes approchent mais combien d’entre vous, d’entre nous, a juste envie de dire “mais qu’est-ce que ça m’est égal !”. Avouons-le, l’Union européenne reste encore aujourd’hui quelque chose d’inaccessible mais surtout d’incompréhensible. C’est vrai, c’est une machine (comme on dit) tellement énorme qu’on s’y perd. Que même des eurodéputés qui arrivent à Bruxelles pour la première fois pour siéger aux Institutions s’y sentent aussi tout égarés que n’importe qui d’entre nous.

Je n’ai pas envie de vous expliquer le fonctionnement de l’UE. Ce n’est pas la place et puis ce serait tellement long… Mais voilà, je me dois tout de même de situer un peu le contexte du billet et je vais donc rafraîchir vos mémoires en vous disant que l’UE est composée de :

– Parlement européen (députés élus au suffrage universel direct, qui représentent les citoyens européens)
– Conseil de l’Union européenne (représente les gouvernements des États membres)
– Commission européenne (représente les intérêts de l’Union dans son ensemble).

Ce qui m’intéresse est de vous expliquer comment on vit quand on travaille pour l’Union européenne. Oui, parce que moi, dans une autre vie, j’ai vécu à Bruxelles pendant trois ans et j’ai travaillé pour une Délégation régionale auprès de l’UE. Parce qu’il faut savoir qu’à part les grandes institutions, il y a à Bruxelles tout un tas de lobbies, d’antennes régionales et autres organismes qui colonisent un peu la capitale Belge…

Travailler à Bruxelles pour l’Union européenne implique être disponible pour :

– Assister à des cocktails et afficher le sourire même si l’envie n’y est pas ! Mais c’est un bel apprentissage !
– Faire le travail des autres ou, du moins, un peu. Quand le Ministre vient pour assister au Conseil, il y a déjà eu de nombreux stagiaires et autres employés qui, payés au prix de leurs pays d’origine (comprendre par là : disparité économique entre tous les États membres), ont fait une grande partie du travail. Alors, on peut se sentir très grand car on a des responsabilités énormes mais on peut aussi se sentir bien petit car bien invisibles.
– Faire connaissance avec des centaines de personnes et vivre dans une ambiance de “moi-j’arrive-et-moi-je-pars”, c’est-à-dire, une vie personnelle qui difficilement pourra connaître la stabilité car Bruxelles est une ville de passage pour les travailleurs/stagiaires/politiques qui n’y resteront que le temps d’un mandat/bourse/changement de chef de files. Le jour où j’ai décidé de ne rencontrer que des Belges ma vie a changé !
– Se rendre compte du gaspillage économique que suppose une Union européenne tel qu’elle est aujourd’hui. Une bonne partie du travail qui se fait là-bas pourrait assez bien se faire dans chaque pays, dans chaque État membre sans besoin d’ouvrir des antennes et des bureaux partout dans Bruxelles.
– Sourire et avoir envie de pouffer de rire quand pour la quatrième fois dans une année il faut assister à la même réunion à la REPER ou RPUE (Représentation Permanente Espagne ou France auprès UE -chaque pays à la sienne), en sachant que de toute façon, les pays ne vont toujours pas se mettre d’accord sur les quota de pêche…
– Pleurer face au poids des lobbies de l’industrie automobile, pharmaceutique et autres parce qu’il sont beaucoup plus puissants que la Commission, le Parlement et le Conseil ensemble.

Mais surtout, travailler au sein de l’Union européenne est une belle expérience personnelle qu’il faut vivre à fond et savourer à chaque instant. C’est se régaler avec chaque rapport, chaque amendement et chaque traduction. C’est aussi être invitée à plein de soirées européennes et faire connaissance avec des gens de tous les États membres, partager les saveurs locales et aimer les Open Days.
Et vous, quelle vision avez-vous de l'Union européenne ?

DSC01996111DSC01997111

DSC005781111

Enfants

Cry translator ou l’application pour les pleurs des bébés

L’application pour Iphone qui traduit les pleurs des bébés, connue sous le nom anglais de “Cry translator”, est l’une des applications médicales les plus vendues au monde. Il suffit de lancer cette application devant votre bébé qui pleure pour savoir si ses pleurs et ses cris sont dus au manque de sommeil, à la faim, à la douleur ou au stress. Une fois défini la source des pleurs, “Cry translator” va encore plus loin et il vous indique quelques bons conseils pour apaiser les larmes de votre petit bout.

C’est incroyable comme la technologie et la recherche n’arrêtent pas de nous surprendre. L’application a été testée cliniquement et les résultats sont positifs à 96%. Cette avancée technologique s’appuie sur les connaissances pédiatriques concernant les premières expressions des enfants. En quelque sorte, les larmes et les cris sont le premier langage des bébés.

L’application est en vente à l’Appel Store, mais les deux pères créateurs de cette machine magique ont aussi eu l’idée de faire fabriquer des appareils qui puissent fonctionner sans avoir besoin d’un téléphone.

Les experts pédiatriques connaissent trois grands types de pleurs :

– Cris assez forts qui s’accentuent vite, presque des cris de rage = Faim
– Pleurs spasmodiques et grognements = Fatigue
– Pleurs irréguliers, entrecoupés par périodes de silence = Douleur ou inconfort

Le traducteur de pleurs doit se placer à 30 centimètres environ du bébé et au bout de 10 secondes l’écran va afficher le type de pleurs qu’il reconnaît.

Même si c’est incontestable que les découvertes technologiques ne font qu’avancer je me pose quand même quelques questions :

– Cet appareil ne risque-t-il pas de remplacer le lien d’apprentissage de compréhension parents-enfants ?
– Les pleurs représentent les bases d’une future communication, ne sera-t-elle donc pas un peu tronquée ?
– Le savoir-faire et le savoir-être des mamans va peut-être passer à un second plan ?
– On dit que les enfants commencent de plus en plus tôt à maîtriser la technologie, on va encore les inciter ?
-…

Je tiens également à signaler que je ne l’ai pas testé. Mais si vous avez des avis à émettre je suis preneuse !

EDIT. Cet article avait déjà été publié en 2011 mais je viens d’apprendre que les pères fondateurs de “Cry Translator” ont de nouveau été récompensés ! Comme quoi ça doit plaire, ça doit marcher !

cry