Vie à l'étranger

Expatrié : tu rentres en vacances “chez toi” mais tu as besoin de t’acclimater

Arrivées, débarquées et déjà dans le train train quotidien des habitants. Ile de la calme, de la paix, île tranquille qui se transforme en été. Comme tant d’autres lieux insulaires. Mais nous n’avons pas encore joué aux touristes.

Les vacances de l'expatrié

Dans le tourbillon de la chaleur

Nous y voilà dans le tourbillon de la chaleur. De cette chaleur collante étouffante qu’on adore aimer-détester. Cette chaleur qui fait sentir qu’on vit un “vrai été”, disent les anciens. On m’avait prévenue : il fait très chaud ! Et c’est vrai (Virginie B vous donne quelques conseils pour cohabiter avec cette chaleur). Alors que ça devrait être facile parce qu’on a eu la chance de vivre une canicule en nord-Loire mais bon, comment vous dire… la canicule nord-Loire fait rire à côté de ça. ça c’est l’humidité qui colle, les températures qui même en minimales ne descendent pas de 28°C, les ressentis à 40°C. Voici donc le point météo de Les mots de Marguerite !

S’acclimater… une question de temps

Parce qu’un point météo est parfois important. Un point météo parce qu’on s’acclimate… et que le temps y est pour beaucoup dans cette acclimatation. Descendre du nord, vol directe (une merveille, un truc de fous quand on voyage avec un bébé -enfin, quand on paye plein pot pour un enfant de tout juste 2 ans pour qui le siège dans l’avion ne sert que le temps de… le temps de quelques secondes, bref, ça, c’est un autre article-) laisser le ciel gris derrière nous (oui, la canicule avait duré, en vrai, que quelques quatre jours) et sentir la routine, les habitudes, les horaires tout chamboulés bouleversés renversés et laisser le soleil pénétrer dans nos peaux, nos yeux et nos coeurs !

L’expatrié qui est chez soi sans vraiment l’être

Et devoir faire avec (je pense à Pom de Pin in Wonderland qui, en tant qu’expatriée, n’a pas envie de rentrer dans son pays cette année ou à Calliframe qui, elle, elle attendait impatiemment son retour en France et encore à Fafa Expat qui profite de ses vacances aussi dans son “chez soi” français). Parce qu’on nous accueille les bras ouverts, la famille nous attend avec le grand sourire et le tout plein de papotages mais dans une vie quotidienne qui pour eux ne change guère. Alors voilà, nous (je) avons besoin de quelques jours d’adaptation parce qu’on est chez soi sans plus l’être, parce qu’on vient en vacances chez soi, qu’on a envie de passer du temps avec nos êtres les plus chers et les redécouvrir et savourer chaque instant, mais qu’une vie de free-lance fait qu’on doive aussi dégager du temps pour travailler… alors voilà, on s’acclimate chez soi comme on peut.

Et puis, dans trois jours on fera comme eux : on mangera à ses heures estivales du sud, on rentrera et sortira de la maison sans ordre ni désordre et la routine de la campagne nantaise nous paraitra loin, très loin et fin août, on ne voudra pas rentrer. Toujours entre les deux, moi je vous le dis, c’est ça la vie à l’étranger !

Parce que j’ai vécu 18 ans ici. J’en ai presque 36. On arrive à l’équateur. ça papillonne, ça tourbillonne. Je suis d’ici mais j’ai besoin de quelques heures, quelques jours d’adaptation. Et c’est bizarre !

C'était un article d'acclimatation, un peu sans queue ni tête, comme ces dernières heures vécues ici ! Avec un grand sourire et un peu de fatigue, beaucoup de soleil et un petit rayon gris, parce que #etonpenseàpapa qui est resté à 1 000 Km. Et on s'est posées sur le sable, sur cette plage d'enfance et ça commence à aller mieux, l'adaptation fait son effet...et ce, même à 39°C !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lifestyle

Partir en vacances “chez soi”

Partir en vacances "chez soi"

Les valises ne sont pas bouclées, les billets d’avion ne sont pas encore imprimés mais les maillots de bain nous attendent pour dans quelques jours, quelques heures. Maillots de bain, avarcas, crème solaire, lunettes de soleil, terrasses. Prendre le parasol et le cabas et partir faire un plongeon. Rester une petite heure sur la plage, jouer avec le sable, regarder l’horizon, s’imprégner du sel et rentrer, pas plus de 15 minutes en voiture. Douche rapide pour enlever ce sel qui colle au corps et rouvrir l’ordinateur et pianoter, travailler, jouer au free-lance.

Au loin, entendre des voix très familières, des portes s’ouvrir, des gens passer qui disent bonjour et s’arrêtent pour parler avec la dame qui balaie le trottoir et dépoussière les persiennes. Et sa petite-fille qui joue autour et court et rigole et chante. La dame c’est ma mère. On est dans le sud. On est à Minorque. Ville blanche d’intérieur.

Parce qu’à l’instar de beaucoup de gens qui vivent à l’étranger, nous partons en vacances “chez nous”. Quand on y pense, ça fait bizarre.

Où partez-vous en vacances ? 

“Chez moi”, réponds-je ou alors “chez mes parents”. Lui, mon ChériGuiri répond d’un, “ben, on part chez Marga, il y a pire comme destination”. C’est vrai. Mais ça fait bizarre. Hier encore, une jeune femme après avoir entendu que Petite Princesse et moi on s’envolait en fin de semaine et qu’on rentrait à la fin du mois d’août, elle m’a regardé les yeux grand ouverts et m’a dit “mais vous partez carrément un mois et demi ?”, j’ai tout de suite compris et j’ai expliqué “non mais vous savez, on part chez moi, on part en vacances et on ne paye que le transport, on a une maison sur place et puis j’ai plein de travail, mais je peux travailler de n’importe où tant que j’ai une connexion Internet”. “Aaaaah” a-t-elle soupiré.

Je soupire aussi et je savoure ma chance

Beaucoup d’expatriés et de gens qui vivent à l’étranger se sentent obligés de rentrer dans leur pays natal pour rendre visite à la famille. Il y en a qui quittent le soleil de leurs pays d’adoption pour passer un été moins chaud auprès des siens ; et d’autres, comme nous, font le chemin inverse. Du nord vers le sud. Tous les ans, jouer les répétitions, comme une partition entendue d’avance.

Partir en vacances "chez soi"

Et puis cette envie d’ailleurs

Parfois ça arrive, oui, bien sûr. Parfois ça arrive qu’on se dise, mince alors j’aurais envie aussi de faire d’autres pays, d’autres destinations, d’autres lieux magiques jolis parfaits. J’appelle ça la contradiction de l’expatrié : être ici et vouloir être là-bas. Arriver là-bas et penser en l’ici. Ou encore, être avec lui et penser à eux, être avec eux et penser à lui. Toujours un entre-deux.

On se fait une raison et on profite de nos escapades de quelques jours en avril ou en mai. Et on re-savoure notre chance d’avoir une maison à Minorque. Et on se dit qu’être au près de la famille, des terrasses et des criques, tout en même temps, c’est juste incroyable ! On a appris à cohabiter avec papa et maman, beau-papa et belle-maman, pour quelques jours, quelques semaines. Avoir la chance d’avoir un espace rien que pour nous et pouvoir savourer cette cohésion familiale qui règne encore dans les pays du sud, comme en Italie ou en Espagne. Et cette ambiance qui règne chez les enfants, à jouer sur la place de la ville, une chance aussi pour PetitePrincesse et ses aventures de petite bilingue.

Alors, on retourne voir nos valises et on y glisse doucement les débardeurs et les sandalettes, les shorts et les robes.

Partir en vacances pour se re-trouver "chez soi". Comme cette contradiction perpétuelle d'une vie à l'étranger. Comme ces retrouvailles permanentes et éphémères. Comme une vie en deux parties.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Freelance

Vacances de free-lance

J’aurais aussi pu intituler cet article “La nouvelle année de ma vie de free-lance débute en été”.

Depuis 16 mois je suis officiellement auto-entrepreuneuse mais c’est depuis 20 mois que je vis en mode free-lance. Concevoir, réfléchir, prospecter, poser des bases et travailler, travailler, traduire, rédiger, oser aussi, innover, se lancer, créer des contacts, apprendre, trébucher et se relever. Avancer.

Les vacances du traducteur free-lance

 

Des mois de bonheur, je ne vais pas radoter, je pense le dire presque tous les jours. Je me sens épanouie, contente et heureuse. Aussi bien professionnellement que personnellement. Parce que pour moi, ce sont deux aspects de la vie indissociables, il faut que les deux marchent bien pour atteindre un équilibre, mon équilibre à moi. Sûrement cela se doit à un petit vilain défaut : ne pas savoir déconnecter, ne pas savoir prendre suffisamment de recul. Bref.

Les mois filent à la vitesse de la lumière et tadam, le mois de juillet et ses envies de plage (oui, pour moi été signifie plage !) nous disent bonjour. Mais en tant que traductrice et rédactrice free-lance j’ai appris que c’est à partir du mois d’avril que j’ai le plus de travail (je crois que c’est l’effet langues étrangères et voyage), contre une partie plus creuse en janvier-février. Alors voilà, depuis deux ans l’été se profile différemment mais j’en suis tout autant ravie. Avoir ce travail de free-lance me permet de me nomadiser, de partir, de m’évader, de travailler à l’abri de la poussière du sable tout en sachant qu’elle est là, la mer ! Et cela me donne une légèreté de coeur qui n’a pas de prix. Et cette chance que je mesure et que je serre dans mes bras qui s’appelle Minorque, mon deuxième (ou premier), bref, mon autre chez moi les pieds dans la mer les pieds dans le slow.

L’été et la période de vacances estivales m’offrent un changement de rythme que j’apprécie énormément, avec cette impression de pouvoir faire quatre mille millions cinquante-quatre choses en une journée de vingt-quatre heures. Ce temps d’été qui s’étire et se prolonge, cette douce caresse qui nous donne un tout plein d’énergie.

L’été comme une nouvelle année qui commence bien remplie de nouveaux jolis enthousiastes chouettes projets. Cette année, un joli projet (jolie responsabilité). Cet été qui m’apprendra à me redécouvrir. Ces vacances travailleuses qui nous attendent avec ce mélange parfait de glace paella sangria pomada travail plage famille travail bisous mer sable sueur éventail terrasses détente travail.

Cet été qui débute avec un #nouveauprojet2016 que vous allez pouvoir, sans doute, suivre un peu sur mon Instagram.

Rendez-vous alors en été ?

Et vous, il ressemble à quoi votre été ? Vous me le soufflez votre été ?

Instagram Les mots de Marguerite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Minorque

Douce fin de mois d’août ~ Dulce final de agosto

En train de s’écouler. Le joli mois d’août touche bientôt à sa fin. Le mois de la détente, des nouveaux projets, le mois de la famille et le mois des amis. On en profite pour bronzer, respirer, vivre, rigoler.  Le mois d’août on voyage, on découvre, on partage. Nous garderons pour toujours cette odeur de sable mouillé, le bruit de ces vagues qui viennent fracasser les châteaux de sable. Des châteaux, des châteaux en Espagne, au soleil, sous les cocotiers, on vit des rêves, on songe au lendemain.

platja de la vall

Il partira mais il reviendra. L’au revoir du mois d’août, avec le sourire et dans la mélancolie. Un mois de souvenirs de robes blanches, de célébrations d’anniversaires, un mois de douces balades. Août, le mois qui s’habille en blanc, la pureté de nos coeurs qui viennent se nourrir de soleil, et d’autres miam miam. Voyager léger, le numéro 8 de ce mois d’été, un cabas, des petites avarcas et des flip-flop.

Port Mahón

Sur une île au mois d’août, pour les vacances et pour les mots. Avec des chevaux qui trottent au galop, voir les jours filer. Des bisous. Des larmes. A bientôt. Prendre les valises, les souvenirs de-dans.

imágenes de verano

El mes de agosto ya se está escurriendo. Bonito mes que está llegando a su final. El mes para el relax, para los nuevos proyectos, el mes de la familia y de los amigos. En agosto aprovechamos para broncear, respirar, vivir, reir. El mes de agosto viajamos, descubrimos, compartimos. Y para siempre guardaremos ese olor a arena mojada, el chasquido de las olas que rompen en los castillos de arena. Construir castillos al sol, bajo los pinos, vivimos de los sueños y soñamos con el mañana.

blanc

Marchará pero volverá. El adiós del mes de agosto, con esa sonrisa melancólica. Un mes de recuerdos de vestidos blancos, de celebraciones de cumpleaños, la pureza de nuestros corazones que se nutre del sol y de otros deliciosos ñam ñam. Viajar ligeros, el número 8 de este mes de verano, un capazo, pequeñas avarcas y algunos flip-flop.

chevaux de minorque

En una isla, el mes de agosto, para las vacaciones y para las palabras. Con caballos que trotan al galope, ver los días pasar. Besos. Lágrimas. Hasta pronto. Coger las maletas con los recuerdos a-dentro.

nains à grosses têtes

Freelance

Le freelance et les vacances ~ El freelance y las vacaciones

Etre freelance et/ou avoir une petite auto-entreprise rime souvent avec absence de vacances, surtout dans un premier temps. Il est évident qu’on ne peut pas lâcher les commandes pendant trois ou quatre semaines. Se déclarer en “congés annuelles” serait, d’après moi, une grave erreur. C’est comme une histoire d’amour : les débuts sont toujours très fervents. Un mélange de trop plein de passion qui nous empêche de nous séparer trop longtemps de notre être aimé et, à la fois, une sorte de pensée rationnnelle qui nous dit qu’il faut le choyer, ce nouveau être qui vient de rentrer dans nos vies, afin qu’il soit content. Il faut faire travailler l’empathie.

traductora margarida llabrés

C’est comme ça que je vis mon histoire d’amour avec ma petite entreprise. Et vu que je suis amoureuse, je vis très bien le fait d’être seulement “à moitié” en vacances. C’est sûr, je l’ai dit maintes fois, j’ai la chance de passer mes étés à côté de la plage et c’est aussi pour cela que je peux très bien conjuguer la vie au ryhtme d’été avec des projets sur lesquels j’ai continué à travailler en cette période estivale.

community management margarida llabrés

Je ne regrette rien, rien de rien (dirait Piaf!), je suis toujours contente d’avoir choisi d’être freelance. Bientôt le compte à rebours pour la fin des “vacances” se déclenchera, mais en vrai, y aura-t-il quelque chose pour moi qui va changer ? Non, je ne pense pas, la vie de freelance continuera son chemin et mis à part le climat et le bronzage qui s’estompera je ne vais pas trop craindre cette rentrée qui fait aussi peur à certains.

Ser freelance rima a menudo con ausencia de vacaciones, sobre todo los primeros años. Es evidente que no podemos soltar las riendas de la empresa durante tres o cuatro semanas, colgar un “cerrado por vacaciones” sería, a mi parecer, un grave error. Es como las historias de amor: los inicios transcurren con mucho fervor. Una mezcla de mucha pasión que impide que nos separemos por mucho tiempo de nuestro ser estimado y, a la vez, una especie de pensamiento racional que nos dice que hay que mimarlo, este nuevo ser que acaba de entrar en nuestras vidas, para que esté contento. Un trabajo de empatía.

rédactrice margarida llabrés

Es así como yo vivo mi historia de amor con mi pequeño negocio. Y visto que estoy enamorada, vivo muy bien el hecho de estar solamente “medio de vacaciones”. Como ya he dicho miles de veces, tengo la suerte de pasar los veranos muy cerca de la playa y seguramente también será por eso que puedo conciliar a las mil maravillas un ritmo de vida más estival con los proyectos y trabajos que tengo entre manos.

contenido web margarida llabrés

Je ne regrette rien, rien de rien (diría Piaf!), estoy feliz de haber elegido lanzarme en esa aventura de ser freelance. Ya muy pronto, la cuenta atrás para el final de las “vacaciones” empezará pero, en realidad, me pregunto yo, ¿algo cambiará para mi? No, no lo creo. La vida de freelance continuará y, excepto el clima y el bronceado que poco a poco irá desapareciendo, no pienso que nada cambie y no temo en nada la tan poco amada “vuelta al cole” de septiembre.

traducciones francés español catalán