Vie à l'étranger

Il y a 20 ans, je suis arrivée en France

Il y a 20 ans, je suis arrivée en France

C’était une fois il y a très longtemps.
C’était une fois il y a très très longtemps.
Et puis, un jour, ç’a été deux fois. Deux fois il y a très longtemps.

Deux fois que ce fût ma première fois dans ce pays, dans ce beau pays.

15 ans à mon compteur. Et seulement deux ans que j’apprenais le français. Au lycée, j’avais pris langue française comme LV2. J’ai tout de suite adoré. J’aimais les langues. Un jour, le professeur m’a mise au courant d’une bourse que je pouvais demander auprès du Ministerio de Educación. Une bourse pour passer deux étés (non pas un mais deux) en famille, en France, en séjour linguistique. Elle m’a dit, “essaye, vas-y, il faut de bonnes notes, c’est tout”. J’ai essayé. J’ai fait la paperasse.

J’ai oublié que j’avais fait la paperasse.

Et puis, un jour, une enveloppe m’attendait sur la première marche qui conduisait à l’appartement où j’habitais avec mes parents. Je l’ouvre. Je lis. C’est un oui. Et je fonds en larmes. Non pas de joie, non. Mais de trouille. De grande trouille. J’ai eu la peur de ma vie. J’ai pleuré devant mes parents. Eux, ils n’ont fait que m’encourager. J’étais déjà partie seule, à 9 ans une semaine (en avion) et à 11 ans deux semaines (en avion). Mais là, à 15 ans, quand la vie se construit, quand mon coeur commençait à battre pour les jolis garçons, j’ai eu la peur de ma vie.

La France. Fraaanceeeeeeee. La Fraaance douce Fraaaaaanceee. Ce grand pays. Ce beau pays. Peur. Peur. J’ai eu très peur. Peur à en pleurer, beaucoup. Mais je ne suis pas de nature à renoncer, pas à revenir en arrière. Je pleure au fond de mon lit mais j’avance.

Fin juin 1 995. 15 ans. Je traverse la mer pour rejoindre un groupe de jeunes à Valence (Valencia, Espagne). Le car partait de là-bas. Étant donné que je viens d’une île, je pouvais choisir mon point de départ. Je ne sais pas pourquoi, j’ai choisi Valence. Plus de 20 heures de car. Ma mère aussi devait avoir le trouillomètre à 4 000. Chez nous, on peut faire que 50 km ligne droite. Sinon, c’est la mer. Un trajet Valencia – Nantes ! Un trajet qui allait changer ma vie, je ne le savais pas.

J’ai découvert la Fraaance. Mais j’ai aussi découvert les grandes villes. Je n’ai pas découvert Barcelone, ni Seville, ni Madrid.

Non, j’ai d’abord découvert les grandes distances continentales ici, en France.

J’ai découvert les grandes salles de cinéma, ici, en France.
Et le Flunch.
Et mon “t-shirt Naf Naf est le seul amour de ma vie”.
Et la Tour Eiffel.
Et les garçons.
Aller à la piscine.
Suis tombée amoureuse d’un magasin là “où y a de tout”, ah oui, c’est le Monoprix.
J’ai vu un tram pour la première fois de ma vie. Et j’y suis montée.
J’ai essayé d’apprendre à dire “les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches?”
…mais aussi “il est des nôotres, il a bu sa bière comme les autres…et glu et glu”.
J’ai chanté Cabrel et J. Clerc et Céline Dion et P. Bruel et les Enfoirés.

En 1 995, le château des Ducs de Bretagne était fermé. Nantes était un peu plus grise. Après l’école, on descendait jusqu’au bar de la place de la Bourse. Et on buvait un diabolo fraise. J’ai découvert le Perrier aussi.

Et puis on rentrait, en famille. J’ai appris que ce que l’on fait en Fraaaance à heure X, on le fait en Espagne à heure X+2. Deux heures de décalage. Pour manger, pour dormir, pour aller se balader.

Et j’ai cru que tous les chiens de la Fraaance, s’appelaient “arrête”. Au bord de l’Erdre, ma famille me sortait et je ne faisais qu’entendre “mais arrête, arrête, arrête, arrêeeeeteeeeeuuuh”. Alors pour moi, tous les chiens étaient des “arrête”.

Je balbutiais avec un Larousse toujours dans ma main. Dans mon sac. Jamais sans mon Larousse.

Et puis, j’ai appris à détester ces longs week-ends du 14 juillet. La Marseillaise et tout ça. Non, ce n’est pas La Marseillaise que j’ai détesté. J’ai hais la pluie des week-ends du 14 juillet. La pluie en juillet, ça devrait être interdit.

Mes amis allaient à la plage, et moi je restais enfermée dans une maisonette pourrie de Mesquer.
Il faisait froid et humide. Pourtant, un mois de juillet. Fraaaance.

Je n’ai rien compris le jour où on m’a amenée à la plage et ils se sont tous collés au muret postérieur. Pourquoi ça ? À la plage, on se baigne, on fait le lézard, on transpire.
Mais j’étais en jeans. Un timide rayon de soleil avait poussé ma famille française à aller à la plage.
Bouche bée. J’étais bouche bée.
Mais il y a les marées. Mince alors. La mer c’est l’Atlantique aussi.

Et les campings. Le camping, cette choooose si française. Je l’ai découvert aussi.
Et les jardins, les mûres et les confitures. Cette chose si française aussi.

Je découvrais.
J’écrivais des lettres à mes amies restées sur Minorque. Elles me répondaient.
Mais je savais que tout aller changer.

Les premières histoires d’amour.
Les premiers soucis.
Les premiers tracas et les premières joies.
Ces choses merveilleuses qu’on vit à 15 ans.
Je les ai vécues avec des gens étrangers. Avec des gens différents.

Je suis rentrée. Le mois d’août finit. Les cours reprennent. Je suis en 1° de Bachillerato S  (Première S).

Juillet 1 996. Rebelote.

Je retraverse la mer. Jusqu’à Barcelone cette fois-ci. Encore une bonne vingtaine d’heures de car. Pour Longwy cette fois-ci. Long- quoi ? J’ai cru qu’en partant de Barcelone, j’allais avoir une super ville.

Je me retrouve à Herseraaangeeee. De ma fenêtre, je vois les cheminées d’usine.
J’en apprends plus sur la Fraaance. Douce Fraaance.

Une famille gentille comme tout. Attentionnés et qui font tout pour me comprendre.

Je ne me suis pas encore séparée de mon Larousse.
J’hallucine devant cette famille qui vit en francs français mais aussi en francs luxembourgeois, en francs belges et en marcs allemands. Ils vivent en France, travaillent au Luxembourg, ont de la famille en Belgique et se baladent en Allemagne.
Moi je viens d’une île.
La Fraaance. Grande Fraaaance.

Je continue d’aller à la piscine.
D’écouter Francis et Patrick, Céline et Julien. J’y ajoute Renaud.
Parce que je continue d’apprendre la langue.

Je redécouvre les joies du 14 juillet sous la pluie, sous une tente au bord d’un lac.
En juillet, je veux mon soleil.
Je vis ma jeunesse auprès de ces jeunes français que je connais depuis 1 semaine, ou 2. J’ose chantonner “il est des nôootres, il a bu sa bière comme…”

Je pense à mes amis restés à Minorque.
Je suis sûre que le garçon qui me plait est parti avec une autre.

J’ai 16 ans. Mon coeur bat fort.
Ma jeunesse se construit en France.
Un garçon me fait de l’oeil.
Je me lie d’une forte amitié avec une autre fille espagnole. Elle est dans la famille copine de la mienne.
Oufff. De temps en temps cela fait du bien de parler sa propre langue et d’arrêter les “je vaAA dormir”. Non, c’est “je vAIS dormir'”.

La langue. La vie. La Fraaaaance.

L’été finit. On ne l’a pas vu passer.
Certes, avec cette pluie.

Mais j’ai vu Nancy et Metz, parcouru la Lorraine. Triers et le Luxembourg.

Temps de renter sur mon île. Mon île. Mes amis. Ma famille.
Une journée de car et un avion, encore.
Un bouquet de fleurs résiste à tout ça.
Un bouquet de fleurs, preuve de vie de la jeunesse, d’un coeur qui bat fort…

Un cœur qui bat pour la Fraaaaaanceee.

Il y a 20 ans, j’ai connu la France. J’ai 35 ans. Plus de la moitié de ma vie que je connais la France.

Cette France ouverte.
Cette France accueillante.
Cette France bienveillante.

Mon cœur bat, aussi, pour la France.

Mon père, ma mère, ce n’est pas la France.
La France, c’est ma fille.

Aimer la Fraaance. Chérir la Fraaance.

 Margarida

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

Intégration sociale : en France ou ailleurs

Nombreux sont les exemples de gens qui arrivés d’ailleurs s’intègrent en France sans aucun problème. Parfois les médias de masse veulent nous faire croire le contraire. Quand on est étranger, on reste plus sensibles et surtout plus à l’écoute de ce qu’on entend dire : que si les noirs ceci, les arabes cela, les polonais je ne sais pas quoi, les italiens font plipli, les américains font plonplon et un long etc. qui serait à ne pas en finir. Et puis, les amalgames et confusions viennent très vite. Je ne suis pas mathématicienne, donc je ne m’y connais pas en chiffres; je ne suis pas sociologue, donc je n’ai pas fait d’enquêtes; je ne travaille pas à l’INSEE, donc je n’ai pas de statistiques devant moi. Peu importe, ce n’est pas mon objectif.

Je vais seulement dire une évidence, tellement évidence que parfois on l’oublie : des co** il y en a partout, des drôles aussi, des salo*** aussi. Ici, à Berlin, à Prague, à Tombouctou, dans ma ville ou à la Terre de Feu. Partout c’est partout.

L’intégration c’est devenir “un de plus”…

Seulement, j’aurais envie de différencier deux aspects : on peut se sentir bien dans la ville et pays où l’on habite, sans pour autant côtoyer beaucoup d’autochtones, ce qui peut arriver, je pense. Mais aussi, vouloir se sentir “un de plus”, un vrai, un “presque-authoctone”. Pour les langues, on dit que quand on arrive à rêver dans une langue c’est que c’est bon, ça y est, on la maîtrise très très bien. J’oserai dire, alors, que quand un étranger fait partie d’associations locales et qu’il participe activement de la vie de la ville ou du village, c’est plutôt bon signe, c’est qu’il commence à se sentir “un de plus”. Certes, cela réclame, parfois, d’un certain effort (non pas physique mais psychologique) mais cela signifie, à mon humble avis, une belle preuve d’amour envers le pays qui nous accueille et aussi une marque d’ouverture de la part de celui qui reçoit. Un effort des deux côtés et c’est cela qui est bien !

Pour ma part, j’ai fait partie pendant quelques années d’un cercle celtique de danses bretonnes. J’ai enfilé un costume traditionnel qui n’était pas le mien et, au fond, j’étais bien fière de le porter. J’ai découvert plein de choses, j’ai appris des danses différentes à celles de Minorque, j’ai dansé sur scène, j’étais une de plus !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

Le camping : une expérience si française ~ Ir de camping es muy francés

Nous avons profité de ce dernier long week-end pour partir en camping. Les quinze jours précédant le départ j’ai prié jour et nuit pour qu’il fasse beau pendant notre séjour en mobil-home. Vous aurez déjà compris que je déteste avoir froid, surtout en plein mois de juin (oui, ça arrive bien souvent). Rien d’étrange jusque là si ce n’est que pour moi c’était la première fois. Jamais avant je n’étais partie en camping. Honte à moi. Ou pas. En fait vous le savez très bien : le camping est un sport national ici en France mais de l’autre côté des Pyrénées un peu moins. La France occupe la première place du ranking d’hébergement de plein air en Europe, le secteur emploie 36 000 personnes et on comptabilise autour de 11 000 campings. Autant vous dire que les Français sont les rois de ce mode de vacances.

Mais laissons de côté les chiffres et parlons expérience. J’ai bien aimé. J’ai adoré. Le soleil a du jouer son rôle aussi ! Je dois vous avouer que peut-être j’aurais moins apprécié faire du camping avec une toile de tente. Disons que j’ai besoin d’un minimum de confort, je n’ai jamais été une grande baroudeuse du genre je-prends-un-sac-à-dos-et-je-dors-à-la-belle-étoile, alors le mobil-home s’est révélé être la solution parfaite. Un appartement taille mouchoir de poche, certes, mais bien agencé, avec tout ce qu’il faut, un bon lit (important !) et une bonne douche. Les enfants se sont éclatés, l’eau de la piscine était chaude (super pour moi !), les gens accueillants, la mer à côté, enfin, un week-end bien dépaysant. A refaire.

Je suis rentrée ravie.

Et depuis je me sens un peu plus française !

Aprovechamos el último largo fin de semana de esta serie de días festivos que hay en Francia entre mayo y junio para irnos de camping. Me pasé los quince días previos rezando día y noche para que hiciera buen tiempo durante nuestra estancia en mobil-home (casa móvil) o lo que en España llamamos bungalow. Ya sabéis que no soporto pasar frío, especialmente en pleno mes de junio! Hasta aquí nada relevante a no ser que era mi primera vez. La primera vez que iba de camping. ¡Vergüenza me tendría que dar! O no. Y es que tenéis que saber que el camping es el deporte nacional francés. Francia ocupa el primer lugar en el ranking de alojamientos al aire libre en Europa, da empleo a más de 36 000 personas y cuenta con 11 000 campings (aproximadamente). ¡O lo que es lo mismo: los franceses son los reyes del camping!

Soulac sur Mer 6

Pero dejemos de lado las cifras y hablemos de la experiencia. Me gustó. Me encantó. ¡De buen seguro que el resplandeciente sol que nos acompañó también tuvo algo que ver! Os confieso que si hubiésemos ido de camping con la clásica tienda de acampada, pues me hubiera gustado menos. Yo necesito un mínimo de comodidades, nunca he sido una trotamundos que coge-la-mochila-y-me-voy-por-ahí-a-dormir-a-la-intemperie, o sea que el bungalow es para mi la opción perfecta. Un mini-pisito, cierto, pero con mucha cabida, una buena cama (¡importante!) y una buena ducha. Los niños se lo pasaron de maravilla, el agua de la piscina estaba caliente (¡genial para mí!), la gente amable, el mar a dos pasos, en definitiva, un fin de semana ideal para cambiar de aires. Se repetirá.

Volví encantada.

¡Y desde entonces me siento un poco más francesa!

 

Inspiration

Les clichés d’un mariage à la française

A la veille de la Saint-Valentin… un billet plein d’humour….et plein d’amour 🙂

“Un mariage à la française en Espagne ? C’est impossible. Pourquoi ? parce qu’il dure deux jours ? non; parce qu’on y boit et on y mange trop ?, ben, non, quand même pas, nous aussi on sait faire… Alors, pourquoi donc ? Déjà, pour commencer, parce qu’en France il y a deux sortes d’invités, ceux qui vont seulement au “Vin d’honneur”, qui d’habitude a lieu dans une salle qui n’est pas très loin de l’église où le couple vient de se promettre amour éternel, et où sont invités les “connaissances” et ensuite il y a la “Réception” (pour les espagnols cela correspond au banquet à proprement parler), où sont invités les plus intimes… Ce qui fait que peut-être tu te croyais intime mais en fin de compte tu n’es autre chose qu’une simple “connaissance” ! Première déception donc…! Et ça, au delà des Pyrénées est inconcevable, ça c’est un affront et ça peut même amener à des sérieuses disputes familiales, la vengeance est servie !

Mais ça peut encore être pire ! Parce que toi, invité du soir, tu étais convaincu que tu n’étais qu’une simple “connaissance” (et tu t’en réjouissais car en fait, le marié lui, tu ne le sens pas trop, au fond tu ne l’aimes pas trop) mais il s’avère, à ta grande surprise, les aléas de la vie… que pour lui, tu es quelqu’un de génial, il t’adore et te voilà invité à la Réception et obligé donc de passer deux jours à manger et à boire de manière sauvage, que tu le veuilles ou pas. Allez, ça t’apprendra ! Et cette Réception, elle est comment ? Alors là, c’est encore une autre histoire et puis ça dépend un peu du type de mariage. Il se peut que tu te retrouves dans une sorte d’installation (un peu éloignée de la ville) où il y quarante mille dortoirs et à chacun de se servir. Mais si le mariage est plus banal et ben, pile poile en face d’où a lieu la réception tu peux garer ta voiture, tranquille quoi, oui oui, petit espagnol, tel quel, je te le jure, incroyable, n’est-ce pas ? et tu manges, tu bois, tu danses, tu fais un petit somme dans ton véhicule si t’en as envie… et de nouveau tu manges, tu danses et tu bois et ainsi presque pour 48 heures. En France, en plus, les gens se prennent par les épaules et commencent à se balancer à droite et à gauche, comme si on était au fond du stade du Barça et du Real Madrid, que si, que si, encore une fois, crois-moi toi, petit espagnol, c’est bizarre tout ça non ? Et plus tard, quand tu t’y attends pas, et ben, tu commences à entendre des “hip, hip, hip…hourra, hip, hip, hip…hourra” comme pour donner le top départ à plein de concours, de jeux, plein plein de jeux, et encore des jeux, et toi, petit espagnol, tu vas te demander s’ils ne se sont pas trompés, car tu vois ça plutôt comme une soirée boy-scout (allez, il faut l’avouer !). Ils imitent aussi le Coq, ben, c’est clair quoi, le symbole nationale du pays. Le couple, eux, les nouveaux-mariés doivent traverser toute sorte d’épreuves. Je vais vous en décrire une : les mariés s’assoient (sur des chaises, quand même :-)) au milieu de la salle, dos contre dos, ils enlèvent leurs chaussures, chacun a une chaussure noire et une chaussure blanche, et la c’est une ribambelle de questions qui retentit dans la salle. Par exemple : “Qui est le plus passionnel au lit?, alors, s’ils veulent, ils lèvent en même temps la chaussure de son choix. Si la femme montre la chaussure noire cela signifie que c’est son mari le plus passionnel….C’est l’occasion en fait de vérifier la bonne entente du couple 🙂

Et comme je vois que tu n’oses pas me poser LA question, je vais la poser moi-même : est-ce qu’un espagnol s’amuse lors d’un mariage français ? ben en fait, quelle question…. à vrai dire…. je ne sais pas quoi répondre… parce que… deux jours ça fait beaucoup, un ça va, mais deux ça devient un peu lourd… Et puis, pour finir, un conseil aux petites espagnoles, conseil très important, n’oubliez surtout pas de prendre un petit sac avec une autre pair de chaussures !! et ouiiiiiii ! des baskets ou de petites ballerines, parce que vous, petites espagnoles, ça ne vous plaît pas d’enfiler de chaussures toutes plates avec la belle robe de soirée mais je vous jure qu’ils bougent beaucoup ces français durant tout le banquet, et vos pieds, finalement vont vous remercier, tant pis l’esthétique :-)En plus n’oubliez pas que votre voiture est à portée de main, donc pas de souci vous pouvez tout stocker dedans… partir en mariage c’est presque partir en excursion !! “Hip, hip, hip….hourra”

Quelles drôles d’histoires, n’est-ce pas ?”

_____________________________________________________________________________________________

Je tiens à signaler que cet article a été adapté d’un billet publié par le journaliste espagnol Manuel Guisande sur son Blog il y a déjà quelque temps. Quand je l’ai lu cela m’a fait trop sourire, trop rigoler et je lui ai demandé l’autorisation pour l’adapter et le publier sur mon espace. Ici vous allez trouver la version originale. Comme l’auteur même le dit dans sa présentation tous ses articles sont dans la joie et la bonne humeur.

PS1 Les mariages français ont de très bons et beaux moments 🙂 entrez par là et vous allez découvrir ce que j’ai écrit sur la danse du parapluie, qui est un des instants le plus doux et inoubliables d’un mariage à la française !

PS2 Soit dit en passant, j’espère seulement avoir dessiné un sourire sur vos lèvres, avoir (ou presque) une double-culture est quelque part marrant, c’est toujours drôle de voir ce que “l’autre” pense de nos coutumes et habitudes, c’est un peu le jeu des 7 différences !!

Bureau87

Inspiration

Les clichés d’un mariage à la française

Aujourd’hui un billet plein d’humour….et plein d’amour 🙂

“Un mariage à la française en Espagne ? Tout simplement impossible; pourquoi ? parce qu’il dure deux jours ? non; parce qu’on y boit et on y mange trop ?, ben, non, quand même pas, nous aussi on sait faire… Alors, pourquoi donc ?. Déjà pour commencer parce qu’en France il y a deux sortes d’invités, ceux qui vont seulement au “Vin d’honneur”, qui d’habitude a lieu dans une salle pas loin de l’église où le couple vient de se promettre amour éternel, et où sont invités les “connaissances” et ensuite il y a la “Réception” (pour les espagnols cela correspond au banquet en lui-même), où sont invités les plus intimes, ce qui fait que peut-être tu te croyais intime mais en fin de compte tu n’es plus qu’une “connaissance”… première déception donc…. et ça au delà des Pyrénées est inconcevable, ça c’est un affront et ça peut même amener à des sérieuses disputes familiales, la vengeance serait là !

Mais bon, si on voit cette histoire d’invitation au cas par cas ça peut encore être pire. Parce que toi, invité du soir, tu étais convaincu que tu n’étais qu’une simple “connaissance” (et tu t’en réjouissais car en fait, le marié lui, tu le sens pas trop, au fond tu l’aimes pas trop) mais il s’avère, à ta grande surprise, les aléas de la vie…que pour lui tu es quelqu’un de génial, il t’adore et te voilà invité à la Réception et obligé donc de passer deux jours à manger et à boire de manière sauvage, que tu le veuilles ou pas. Allez, ça t’apprendra ! Parce que, en plus, cette Réception, elle est comment ? Alors la, c’est encore une autre histoire et puis ça dépend un peu du type de mariage. Il se peut que tu te retrouves dans une sorte d’installations (un peu éloignés des villes) où il y quarante mille dortoirs et chacun prend ce qu’il veut. Mais si le mariage est plus terre-à-terre et ben, pile poile en face d’où a lieu la réception tu peux garer ta voiture, tranquille quoi, oui oui, petit espagnol, tel quel, je te le jure, incroyable, n’est-ce pas ? et tu manges, tu bois, tu danses, tu fais un petit somme dans ton véhicule si t’en as envie… et de nouveau tu manges, tu danses et tu bois et ainsi presque pour 48 heures. En France, en plus, les gens se prennent par les épaules et commencent à se balancer à droite et à gauche, comme si on était au fond du stade du Barça et du Real Madrid, que si, que si, encore une fois, crois-moi toi, petit espagnol, c’est bizarre tout ça non ? Et plus tard, quand tu t’y attends pas, et ben, tu commences à entendre des “hip, hip, hip…urra; hip, hip, hip…urra” il parait, finalement, que ce n’est pas exclusif de la Grande Bretagne, et dans les mariage en France ils font aussi des concours, des jeux, plein plein de jeux, et encore des jeux, et toi, petit espagnol, tu vas te demander s’ils ne se sont pas trompés, car tu vois ça plutôt comme une soirée boy-scout (allez, il faut l’avouer !). Ils imitent aussi le Coq, ben, c’est clair quoi, le symbole nationale du pays. Le couple, eux, les nouveaux-mariés doivent traverser toute sorte d’épreuves. Je vais vous en décrire une : les mariés s’assoient (sur des chaises, quand même :-)) au milieu de la salle, dos contre dos, ils enlèvent leurs chaussures, chacun a une chaussure noire et une chaussure blanche, et la c’est une ribambelle de questions qui retentit dans la salle. Par exemple : “Qui est le plus passionné en faisant l’amour ?, alors, s’ils veulent, ils lèvent en même temps la chaussure de son choix. Si la femme montre la chaussure noire cela signifie que c’est son mari le plus passionnel….C’est l’occasion en fait de vérifier la bonne entente du couple 🙂

Et comme je vois que tu ne me poses pas la question, je vais la poser moi-même : est-ce qu’un espagnol s’amuse lors d’un mariage français ? ben en fait, quelle question…. à vrai dire…. je ne sais pas quoi répondre… parce que… deux jours ça fait beaucoup, un ça va mais deux ça devient un peu lourd… Et puis un conseil aux petites espagnoles, conseil très important, n’oubliez surtout pas de prendre un petit sac avec une autre pair de chaussures !! et ouiiiiiii ! des baskets ou de petites ballerines, parce que vous, petites espagnoles, ça ne vous plaît pas d’enfiler de chaussures toutes plates avec la belle robe de soirée mais je vous jure qu’ils bougent beaucoup ces français pendant tout le banquet, et vos pieds, finalement vont vous remercier, tant pis l’esthétique :-)Et puis, n’oubliez pas que votre voiture est à portée de main, donc pas de souci vous pouvez tout stocker la dedans…partir en mariage c’est presque partir en excursion !! “Hip, hip, hip….urra”

Quelles drôles d’histoires, n’est-ce pas ?”

_____________________________________________________________________________________________

Je tiens à signaler que cet article a été traduit d’un billet publié par le journaliste espagnol Manuel Guisande sur son Blog il y a déjà quelque temps. Quand je l’ai lu cela m’a fait trop sourire, trop rigoler et je lui ai demandé l’autorisation pour le traduire et le publier sur mon espace. Ici vous allez trouver la version originale. Comme l’auteur même le dit dans sa présentation tous ses articles sont dans la joie et la bonne humeur.

PS1 Les mariages français ont de très bons et beaux moments 🙂 entrez par là et vous allez découvrir la danse du parapluie, qui est un des instants le plus doux et inoubliables d’un mariage à la française !

PS2 Soit dit en passant, j’espère seulement avoir dessiné un sourire sur vos lèvres, avoir (ou presque) une double-culture est quelque part marrant, c’est toujours drôle de voir ce que “l’autre” pense de nos coutumes et habitudes, c’est un peu le jeu des 7 différences !!

Rendez-vous sur Hellocoton !