Freelance

Le rêve d’un freelance : travailler sous un cocotier ~ El sueño de todo freelance: trabajar bajo la sombra de un pino

Voilà ce qui est bien. Projet fini avant de partir. Je n’ose pas dire “partir en vacances”, non. Parce qu’un des avantages d’être traducteur – rédacteurcommunity manager freelance et de travailler à la maison est qu’en fait on peut travailler de n’importe où. Oui, vous savez, ce rêve que nous avons tous au plus profond de nous, celui de travailler sous l’ombre d’un cocotier ! Et bien, c’est un peu ce que je m’apprête à faire pour les semaines qui vont suivre. C’était, justement, un des points positifs auxquels je pensais quand j’étais en période de réflexion pour savoir si oui ou non je me lançais dans la vie de freelance.

Ok. Je vais être juste. Le point négatif c’est qu’on arrive rarement à déconnecter, à être vraiment en vacances. Mais pour l’instant la balance penche du côté des avantages !

Je pars donc, comme je disais, histoire de concilier, encore un peu plus, ma vie professionnelle et ma vie de famille. Je pars, le temps d’un été, à côté des miens, je pars pour parler mes langues, je pars pour profiter des plages, je pars pour vivre ma freelance-attitude sur l’île. Je pars en maman solo, plus tard notre ChériGuiri-PapaGuiri va nous rejoindre et là je vais essayer d’être plus en vacances qu’en travail, quand même !

freelance attitude

Une fois ces mots que je vous adresse seront alignés, je vais quitter mon bureau et je vais sérieusement commencer à me pencher sur les valises. Elles n’ont pas encore appris à se faire toutes seules, c’est bien dommage d’ailleurs ! Heureusement, ces derniers jours, petite princesse a été gardée ici à la maison par sa mamie, sinon je ne sais pas comment j’aurais fait, souvenez-vous de comment parfois c’est compliqué de travailler à la maison et faire garder ses enfants.

Je disais donc, qu’une fois cet article sera en ligne, je vais me mettre en mode voyage et que mon prochain coucou aura des saveurs méditerranéennes !

¡Hasta pronto!

freelance attitude

¡Ya está! Proyecto acabado y entregado justo antes de irme. No me atrevo a decir “irme de vacaciones”, no. Y es que una de las ventajas de ser traductor – redactorcommunity manager free lance y de trabajar en casa es que lo puedo hacer en cualquier sitio. Sí, sabéis, ese sueño que tenemos todos de trabajar bajo la sombra de un pino! Pues bien, es un poco lo que voy a hacer durante las próximas semanas. Porque este era, justamente, uno de los puntos positivos en los que pensaba cuando estaba en pleno periodo de reflexión para saber si sí o no me lanzaba en ese mundo de los free lance.

De acuerdo. Voy a ser justa. El punto negativo es que es difícil llegar a desconectar completamente, a estar realmente de vacaciones. Pero por ahora, la balanza se inclina hacia el lado de las ventajas.

Me voy pues, como decía, para conciliar, todavía más, mi vida profesional y mi vida familair. Me voy, para el verano, al lado de los míos, me voy para hablar mis idiomas, me voy para disfrutar de las playas, me voy para vivir mi freelance-actitud en mi isla. Me voy de mamá-sola, dentro de unas semanas nuestro querido ChériGuiri-PapaGuiri se unirá a nosotras y ahí sí, intentaré estar más de vacaciones que de trabajo!

Cuando haya acabado de juntar estas líneas, voy a salir de mi despacho y voy a empezar seriamente a estudiar el tema de las maletas. ¡Qué pena que no hayan aún aprendido a hacerse solas! Por suerte, estos últimos días, la mamie se ha ocupado aquí en casa de mi princesita, ya sabéis que a veces no es fácil trabajar en casa y ocuparse de los niños.

Bueno, como decía, una vez este artículo publicado me voy a poner en modo viaje y mi próximo coucou ya tendrá sabores mediterráneos!

À bientôt amigos!

Traduction

Travailler à Bruxelles pour l’Union européenne

Dans deux mois et demi, du 22 au 25 mai, auront lieu les 8èmes élections européennes qui nous permettront d’élire 751 députés qui vont siéger au Parlement européen en représentation des 28 États membres de l’Union européenne. Ce sera la première fois de l’histoire que nos voix auront une certaine influence directe sur le choix du président de la Commission européenne, élu par le Parlement après proposition du Conseil européen (à ne pas confondre avec le Conseil de l’UE ni avec le Conseil de l’Europe).

Vous voyez, je suis sûre que rien que ces 3 lignes et demi précédentes ont du donner envie à certains d’entre vous de quitter cet article (si ce n’est déjà pas fait). Oui, certes, les élections européennes approchent mais combien d’entre vous, d’entre nous, a juste envie de dire “mais qu’est-ce que ça m’est égal !”. Avouons-le, l’Union européenne reste encore aujourd’hui quelque chose d’inaccessible mais surtout d’incompréhensible. C’est vrai, c’est une machine (comme on dit) tellement énorme qu’on s’y perd. Que même des eurodéputés qui arrivent à Bruxelles pour la première fois pour siéger aux Institutions s’y sentent aussi tout égarés que n’importe qui d’entre nous.

Je n’ai pas envie de vous expliquer le fonctionnement de l’UE. Ce n’est pas la place et puis ce serait tellement long… Mais voilà, je me dois tout de même de situer un peu le contexte du billet et je vais donc rafraîchir vos mémoires en vous disant que l’UE est composée de :

– Parlement européen (députés élus au suffrage universel direct, qui représentent les citoyens européens)
– Conseil de l’Union européenne (représente les gouvernements des États membres)
– Commission européenne (représente les intérêts de l’Union dans son ensemble).

Ce qui m’intéresse est de vous expliquer comment on vit quand on travaille pour l’Union européenne. Oui, parce que moi, dans une autre vie, j’ai vécu à Bruxelles pendant trois ans et j’ai travaillé pour une Délégation régionale auprès de l’UE. Parce qu’il faut savoir qu’à part les grandes institutions, il y a à Bruxelles tout un tas de lobbies, d’antennes régionales et autres organismes qui colonisent un peu la capitale Belge…

Travailler à Bruxelles pour l’Union européenne implique être disponible pour :

– Assister à des cocktails et afficher le sourire même si l’envie n’y est pas ! Mais c’est un bel apprentissage !
– Faire le travail des autres ou, du moins, un peu. Quand le Ministre vient pour assister au Conseil, il y a déjà eu de nombreux stagiaires et autres employés qui, payés au prix de leurs pays d’origine (comprendre par là : disparité économique entre tous les États membres), ont fait une grande partie du travail. Alors, on peut se sentir très grand car on a des responsabilités énormes mais on peut aussi se sentir bien petit car bien invisibles.
– Faire connaissance avec des centaines de personnes et vivre dans une ambiance de “moi-j’arrive-et-moi-je-pars”, c’est-à-dire, une vie personnelle qui difficilement pourra connaître la stabilité car Bruxelles est une ville de passage pour les travailleurs/stagiaires/politiques qui n’y resteront que le temps d’un mandat/bourse/changement de chef de files. Le jour où j’ai décidé de ne rencontrer que des Belges ma vie a changé !
– Se rendre compte du gaspillage économique que suppose une Union européenne tel qu’elle est aujourd’hui. Une bonne partie du travail qui se fait là-bas pourrait assez bien se faire dans chaque pays, dans chaque État membre sans besoin d’ouvrir des antennes et des bureaux partout dans Bruxelles.
– Sourire et avoir envie de pouffer de rire quand pour la quatrième fois dans une année il faut assister à la même réunion à la REPER ou RPUE (Représentation Permanente Espagne ou France auprès UE -chaque pays à la sienne), en sachant que de toute façon, les pays ne vont toujours pas se mettre d’accord sur les quota de pêche…
– Pleurer face au poids des lobbies de l’industrie automobile, pharmaceutique et autres parce qu’il sont beaucoup plus puissants que la Commission, le Parlement et le Conseil ensemble.

Mais surtout, travailler au sein de l’Union européenne est une belle expérience personnelle qu’il faut vivre à fond et savourer à chaque instant. C’est se régaler avec chaque rapport, chaque amendement et chaque traduction. C’est aussi être invitée à plein de soirées européennes et faire connaissance avec des gens de tous les États membres, partager les saveurs locales et aimer les Open Days.
Et vous, quelle vision avez-vous de l'Union européenne ?

DSC01996111DSC01997111

DSC005781111