Enfants

C’est l’histoire de la collation…

La collation à l'école

Je viens de vivre les 8 jours les plus intenses depuis longtemps en tant que maman. Bon, ce n’est pas difficile, cela ne fait que 3 ans et 4 mois que je suis maman. Et si j’ai cette impression d’avoir vécu ces derniers jours très intensément c’est parce que je vais de découverte en découverte. Oui, vous le savez, je découvre la maternelle française en même temps que ma fille, c’est chouette ! Le soir, on en discute, et toi, qu’est-ce que t’en penses ? Naaan, je rigole !

Comme toutes les mamans des enfants aînés qui ont fait leur rentrée en PS cette année, le mois de juin a déjà été chargé en paperasse. Enfin, rien de méchant. J’ai commencé à prendre mes habitudes dans ce langage materno-éducatif-administratif.

Quant aux aspects pratiques, à part le collage intensif d’étiquettes et la préparation de sacs en toute sorte, il y a eu une chose qui m’a interloqué sur les papiers. Et compte tenu qu’à la réunion d’information, les responsables l’ont également relevé, je me suis dit que ça devait être quelque chose de vraiment important : et voilà, c’est l’histoire de la collation.

L’éducation à la nutrition…

Il paraît que pour une de ces nombreuses directives, normes, lois, préconisations gouvernementales ou je-ne-sais-quoi, les enfants, au moins dans notre école, sont priés de ne pas prendre de collation à moins que nous, parents, considérons qu’ils n’ont pas bien mangé avant de quitter la maison. Un feuille A4 entière destinée à l’explication de la collation, l’affaire est importante ! Je cite “Dans le cadre de l’éducation à la nutrition, nous souhaitons que le “goûter” soit un complément du petit déjeuner”, “A vous de juger s’il a mangé en quantité suffisante comprenant tous les aliments nécessaires…”

Je sais très bien que l’entrée en maternelle c’est un peu l’entrée en collectivité, l’apprentissage des normes, le respect des règles, même si je suis de celles aussi qui dit que nul besoin d’aller à l’école pour cela. Mais bon. Cette histoire de “goûter” nous gêne un peu, tant au papa qu’à moi. Nous sommes évidemment d’accord pour une “éducation à la nutrition” mais vous savez, quand cela fait deux ans qu’on se bat pour que notre puce mange, cela ne nous aide pas beaucoup ! Il parait qu’on tend tous à l’obésité mais figurez-vous, chère Education Nationale, qu’il y a des enfants pour qui c’est un peu le contraire et pour qui manger ce n’est pas important, pas le temps, j’aime pas, j’aime pas non plus, veux pas ça, j’ai fini alors qu’on a fait qu’une bouché.

Notre expérience

Notre Thelma a fait 2kg 700 à la naissance, j’ai passé une grossesse pourrie car, entre d’autres soucis, le bébé ne grandissait pas suffisamment. En même temps, les chiens ne font pas des chats et moi, à la naissance j’ai encore été plus menue que ma fille, j’ai fait 2kg500. Elle est menue et ne prend pas de plaisir à manger, elle n’aime pas mâcher, c’est une vraie feignante pour manger.  Elle n’aime pas les bonbons non plus, chère Education Nationale. Donc voilà, nous avons l’impression que le combat que nous menons pour la nourrir vient d’être un peu freiné. Nous ne comprenons pas non plus pourquoi la plage réservée pour l’éventuel goûter est de 8h50 à 9h juste à l’entrée des classes, nous pensons que ça fait un peu tôt. Pour nous, manger un casse-croûte vers 10 h ne rendra obèse personne ni donnera de “mauvaises habitudes”. Parce que, qu’est-ce que c’est qu’une mauvaise habitude ? Ce qui est une mauvaise habitude pour vous, ne l’est peut-être pas pour moi. Je veux dire que chacun sait comment gérer son organisme. Moi-même, je suis de celles qui grignote et je ne suis pas obèse ni morte, je mets du 36. A certaines personnes cela leur convient mieux de faire des petits repas que de se contenter de 3 repas par jour. Comme ma fille, j’ai été un enfant difficile pour manger et têtue, alors, je sais par expérience que si un enfant dis non, c’est non et l’histoire de ressortir l’assiette au dîner (aller au coin, la mettre à réfléchir, lui sortir une autre assiette, changer les couverts, raconter des histoires, faire l’avion -prenez l’option que vous préférez) ne marche pas avec tous les petits.

Thelma adore son biberon au lever mais elle ne veut pas manger. Même pas une demie heure après. C’est bien plus tard qu’elle prend ce qu’on lui laisse sur la table.

Et les enfants qui n’aiment rien manger

J’aurais envie de dire que quand un enfant n’aime pas manger et que presque rien ne lui fait plaisir, on s’en tape des normes et si elle me demande un gâteau au chocolat, je lui donne avec beaucoup de plaisir et ce, quelle que soit l’heure, parce que nous, parents, on veut surtout qu’elle mange !

Mais bon, en bonne maman, je vais continuer à l’installer moi-même à 8h50 sur la table réservée à ceux qui apportent une petite collation, je vais lui souffler à l’oreille qu’il faut qu’elle mange ce que je lui ai préparé. Et le soir, je vais guetter sa boîte pour compter combien de biscuits elle a mangé (ou pas) ou si elle a avalé la tranche de pain (ou pas). Les jours où je la laisse au périscolaire, je dis gentiment aux dames, dans un air de petite mendiante, veuillez bien, s’il-vous-plait à ce qu’elle s’asseye pour manger. Je vais passer pour une obsédée de la collation mais ça m’est égal.

Alors voilà, ce serait tellement chouette que le goûter revienne vers le coup de dix heures !

Je commence à envisager la possibilité d’ouvrir une rubrique Education, je sens déjà que ça va me passionner…

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires

  1. Die Franzoesin

    C’est drôle parce que moi aussi ce thème me pose souci mais en sens inverse 🙂 . Mon fils de 18 mois va à la crèche (en Allemagne et je suis française) et ici ils doivent prendre un goûter tous ensemble à 9h30. Sauf que mon fils se levant à 7h et prenant un petit déjeuner copieux c’est une heure à laquelle il n’a pas encore faim. Et vu que le déjeuner est servi à 11h30 il pourrait sans problème tenir jusque là. Je pourrais réduire le petit déjeuner mais pas facile il réclame plus ! Bref heureusement il est dans la moyenne niveau poids au moins je ne m’inquiète pas trop pour ça. Mais en tout cas on voit bien que c’est très culturel, comme tout ce qui touche à l’alimentation, non ?

    Répondre
    • Margarida

      Coucou,

      Aaah ! J’adore savoir ce qu’il se passe autour de nous, chez nos voisins 🙂 Merci de nous avoir raconté comment ça se passe en Allemagne !
      Moi je commence à penser que plus que culturel (bien sûr, oui, un peu aussi), c’est surtout les Etats qui mettent en place de nouvelles stratégies et bon, vu qu’on est parents de très jeunes enfants, ce n’est pas si évident de faire comme ci ou comme ça parce que c’est stipulé sur un papier 😛
      Je dis ça car je sais qu’en Espagne c’est plus du tout non plus comme quand j’étais gamine, dans certaines régions les enfants ont un papier qui dit : le lundi amener des fruits, le mardi patati et le mercredi patata !!!! C’est fou je trouve !

      Bon, affaire à suivre en tout cas…

      Bon week-end à vous !

      Répondre
  2. Nanou

    Maman d’un grand “dadais” de 26 ans et voisine du “49” je viens d’apprendre par une jeune collègue que le goûter a été carrément supprimé le matin dans les classes maternelles de son école. Elle est confrontée au même pb que vous et le regrette beaucoup. Jadis, quand mon grand n’était pas si grand, il s’agissait de gouter collectif apporté à tour de rôle par les mamans avec des thèmes variés sucrés, laitiers, fruitiers, salés planifiés par les institutrices… Libre à nous du choix des produits respectant le thème. L’institutrice m’avait remercié car j’avais apporté du pain d’épice et elle avait découvert que de nombreux enfants n’en avait jamais mangé. Bienvenue dans le système éducatif français.

    Répondre
    • Margarida

      Bonjour Nanou,

      Mais les choses ont bien changé depuis…!!

      Nous avons aussi été un peu surpris par cette manière de gérer les collations. Je vois, d’après ce que vous me dites, que nous devons nous sentir chanceux car notre fille a encore le droit de goûter un peu. Je sais qu’ils sont nombreux mais chaque enfant est différent et pour les petits pour qui manger n’est pas évident, cela ne nous aide pas beaucoup.

      Affaire à suivre 🙂

      A très bientôt,

      Répondre
  3. Cassonade

    On a le même problème ici ! Nous vivons en Allemagne, et ici, le mal absolu, c’est le sucre. Sauf que notre petite puce suit péniblement la courbe du bas sur son carnet de santé et a un appétit d’oiseau. Alors forcément, quand elle veut manger quelque chose, peu importe pour nous que ce soit un peu riche. Mais voilà, le Kindergarten (l’équivalent de la maternelle) nous interdit de lui glisser un produit sucré dans sa boîte à goûter. Quand elle réclame des crêpes ou un biscuit, on doit donc lui refuser et lui mettre des fruits à la place. C’est sain, certes, mais ça ne va pas l’aider à se remplumer ! En plus, il faut qu’elle pense toute seule à aller manger quand elle sent qu’elle a faim. Pas facile pour une enfant de 3 ans qui n’est pas intéressée par la nourriture et qui préfère continuer de jouer… Vraiment on a du mal à se faire aux normes dictées par notre Kindergarten allemand ! Et puis pour nous, la nourriture, c’est aussi le plaisir de manger et une façon de transmettre notre culture.

    Répondre
    • Margarida

      Coucou,

      Et bien voilà, nous aussi on est dans le bas de la courbe et un appétit de moineau 🙂
      Je pense que nous avons le même problème, pour Thelma c’est plus important de manger, de dessiner, de faire n’importe quoi à la place de manger. Alors, forcément, nous avons du mal avec ces règles car nous, plus que lutter contre l’obésité, on lutte tout simplement pour qu’elle mange, un peu au moins et peu importe le quoi !
      Je comprends que pour vous ce soit aussi une manière de transmettre votre culture, je comprends tout à fait, je partage 100%.
      Dans un autre commentaire, je disais qu’il me semble que les choses ont bien changé dans les pays européens par rapport à quand nous étions enfants et à force de tout vouloir contrôler…

      Patience et courage, c’est ce qu’il nous faut <3

      Répondre
  4. marie kléber

    Nous on ne nous en a même pas parlé (et la classe commence à 08h30!)
    Difficile de faire manger petit loup le matin. Pourtant il a bon appétit – après quelques heures. C’est vrai qu’en France on fait de plus en plus attention à la “nutrition” mais je me demande si on n’en fait pas trop non plus…
    Courage Margarida et bon weekend.

    Répondre
    • Margarida

      Coucou Marie,

      Ah oui! Je me rends compte que finalement on est des chanceux qui avons encore droit au goûter !
      Je crois, comme tu le dis, qu’on en fait un peu trop d’attention à la nutrition mais en France et partout…je vois aussi que la société a de plus en plus tendance à tout contrôler, aixxx 🙁

      Belle journée et belle semaine à l’escargot aussi <3

      Répondre
  5. Isabelle/ Mamanlune

    Ola,

    Ma maman est institutrice et il y a quelques années ils ont arrêté de donner une collation aux enfants vers 10h00….pour cause de risque de surpoids. Donc maintenant les goûters en collectif ou dans le sac c’est impossible. Par ailleurs avec les nouveaux rythmes scolaires, dans ma commune du moins, le goûter est prévu par la ville. Plus de goûter dans le sac donné par les parents pour 16h30.
    J’ai de la chance ma fille a bon appétit le matin et mange entre 7h00 et 7h30, 8h00 accueil du matin puis classe à partir de 8h35 et déjeuner vers 12h00. C’est sûr que ça peut être long pour certains enfants. Après elle m’a parlé de prunes apportées par la maîtresse, il y a donc peut être parfois des exceptions pour éveiller leurs goûts.
    Je comprends aussi le côté découverte car mon mari ne connait pas le système français pour l’école maternelle et primaire, et c’est un apprentissage aussi pour lui.

    Courage,

    Isabelle

    Répondre
    • Margarida

      Hello Isabelle,

      Ce que je ne comprends pas (ou du moins j’ai plus de mal à comprendre) c’est qu’on nous mette tous dans la même case parce que ce ne sont pas tous les enfants qui ont risque de surpoids, pour certains c’est même le contraire, on a même du mal à suivre les courbes et qu’on nous prive de goûter c’est un vrai problème. Mais bon, d’après ce que je vois, on est encore de ceux qui ont de la chance parce que la collation du matin n’a pas été supprimée… Ce matin encore, j’ai du rester cinq minutes à l’école, à côté de ma fille pour lui dire “mange, un peu, maman veut que tu manges au moins un peu de pain et trois biscuits”, ma fille, si personne ne lui dit quoi que ce soit, elle peut rester sans manger… et à la maison, le matin, elle veut le biberon et basta. Mais en été c’était pareil, ce n’est pas parce qu’on es plus pressées parce qu’on va à l’école ni rien de tout ça.
      Ceci dit, en Espagne c’est pareil (ou pire), il me semble que les enfants on même un planning : les lundi un fruit, les mardi un biscuit, les mercredi je ne sais pas quoi, ahaha, on nous contrôle tout !!!!
      Avec ton mari, je partage cette découverte en simultané avec nos enfants de l’école 🙂
      Très belle semaine !

      Répondre
  6. mamanenespagne

    Hola!je confirme, en Espagne aujourd’hui, (en tout cas ici) nous avons un papier qui dit mardi :fruit, mercredi:sandwich (mais pas sucré !) etc… j’ai eu du mal à m’y faire car en bonne française pour moi goûter=sucré. Mais oui on s’adapte et je suppose que ma fille est la seule de la classe à avoir du beurre et non du chorizo dans son sandwich 😉 D’un côté, c’est la culture espagnole qui entre…. la culture française prend le relais l’après-midi quand elle peut piocher dans le placard à biscuits. Mais c’est évident que la nourriture à une place extrêmement importante dans la transmission de la culture, je dirais même une place primordiale en tout cas chez nous! on est capable de faire la route jusqu’à Hendaye pour acheter pain, brioche et beurre quand on est en manque! En tout cas tu n’as pas fini de découvrir des choses avec l’école…..!!

    Répondre
    • Margarida

      Coucou Anita,

      Je trouve qu’en Espagne c’est pas mieux non plus 😛 En fait, j’ai un peu de mal à ce que l’école (l’état) nous “dicte” ce qu’il faut qu’on donne à manger à nos enfants, serais-je un peu rebelle, hihi !
      Notre petite est tellement “tiquismiquis” qu’on s’en fiche un peu si elle mange espagnol ou français, hahaha, non, sans blague, je suis tout de même contente de savoir qu’elle adore le Cola Cao dans son biberon 😛

      Bisettes et bonne première semaine d’école !

      Répondre

Envie de me glisser un petit mot ? Merci - Gracias ♥

  • (ne sera pas publié)