Freelance

Quatre ans révolus, bonjour le cinquième (free-lance)

Il m’aura fallu quatre ans complets, quatre ans révolus pour me rendre compte que ma petite entreprise Artilingua n’est plus une utopie. Il m’aura fallu entamer ma cinquième année pour lui donner, doucement quand même (n’exagérons pas), une place à elle toute seule. Lui donner des ailes. La rendre de plus en plus indépendante. Pour qu’elle continue à voler, haut, très haut, à me donner des sourires, encore et toujours, quelques inquiétudes aussi, beaucoup de mails échangés, des mots écrits, posés, ici et là.

À peine sans m’en rendre compte, je me suis retrouvée l’autre jour à ouvrir un compte Instagram exclusivement dédié à mon activité professionnelle. Ne me demandez pas trop comment cela s’est fait. Je ne suis pas de celles à avoir un cahier planificateur, j’écoute beaucoup mes intuitions et souvent, c’est bien pour cela que tout prend un tout petit peu de temps. Aussi, parce que chez moi OSER n’est pas tout à fait naturel même si avec l’âge on s’y fait !

Alors, voilà, cela me fait même bizarre d’écrire “Artilingua et moi commençons notre cinquième année ensemble”. J’ai l’impression que c’était hier encore que je vous faisais un premier bilan de ma vie de free-lance. Ouf. C’est ouf. Oui.

traductions freelance margarida artilingua

traductions freelance margarida artilingua

Si je ne vous parle pas très très souvent de mes traductions ou des mes travaux en copywriting ou encore de ceux en tant que community manager trilingue, c’est aussi par ce que, parfois, il y des clauses de confidentialité de signées, voyez-vous. Et le respect pour mes clients est primordial.

À un moment donné il a été question de changer de statut et de passer, peut-être en entreprise individuelle mais voilà que le nouveau gouvernement a décidé de doubler les plafonds pour les micro-entrepreneurs. Vous savez, je ne les aime pas les chiffres. La compta est pour moi une drôle de chose, un langage qui ne me plaît pas. C’est bien pour cela que j’ai un comptable à domicile, prénommé ChériGuiri qui est là pour jeter un oeil à mes lignes comptables et parce que c’est une histoire de deux qui lui appartient aussi.

margarida artilingua

Artilingua, de l’art, des lettres et des langues, de la communication somme toute !

Voilà ce qui me meut tous les jours. Ce que j’aime avant tout voir avancer, ce sont mes mots. Les voir se joindre les uns aux autres, lettre après lettre, ligne après ligne. Et tourner la page, le curseur qui fait un saut et voilà que cela continue, ces petites tâches noires sur du blanc !

Alors, même si ce blog reste plus personnel, je tenais aujourd’hui a y écrire une partie de ce qui constitue ma vie quotidienne, mes rêves et mes projets. Qui sait, peut-être qu’un jour j’ouvrirai un blog directement associé à Artilingua mais pour le moment, Les mots de Marguerite reste ce lien privilégié entre vous et moi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Freelance

Concilier une vie de maman qui vit à l’étranger et qui travaille à la maison : les free-lance mama expat

J’ai décidé d’appeler “free-lance mama expat” ce concept qui englobe toutes les mamans qui vivent à l’étranger et qui travaillent au domicile. Et des comme ça, des mamans de ce type, il y en a à la pelle. Oui. C’est une manière de vivre relativement fréquente parmi les mamans qui pour une raison ou une autre sont parties à l’étranger. Je ne qualifierais pas cette manière de vivre de mode ni de tendance. Plutôt un choix réfléchi et à la fois naturellement induit.

free-lance mama expat

À l’étranger, la distance…

Je n’aime pas, vous le savez, faire des généralités. Les raisons qui amènent les gens, ici ou là-bas, à partir à l’étranger sont multiples, différentes et bien personnelles. Mais il est vrai que souvent, une fois passé cet âge de “vie d’étudiante”, nous les femmes, sommes vite confrontées à ce choix de concilier vie de maman et vie professionnelle. Jusqu’ici, le fait d’habiter à l’étranger ne change rien.

Mais le fait d’habiter dans un pays étranger vient ajouter un facteur important : la distance de la famille. (Je vais ouvrir une parenthèse : ça sert aussi, dans l’ensemble, pour les gens qui habitent loin de leurs villes d’origine). En effet, être loin de la famille joue un rôle capital au moment de faire certains choix organisationnels. Étant donné que souvent (trop souvent, même), c’est la femme qui a un plus bas salaire, c’est donc elle qui fait le choix de devenir free-lance. Aussi, bien évidemment, parce que la période grossesse et congé maternité sont des moments idéaux pour préparer un peu le terrain. Ou alors, parce que changer de ville régulièrement ne facilite pas la recherche d’un nouvel emploi.

La free-lance super-magique mama

Être maman free-lance à la maison permet d’être plus flexible et plus présente auprès des enfants. Si les enfants tombent malades, ces mamans free-lance déploient leurs pouvoirs super-magiques et en une journée sont capables de faire tout plein de choses : se lever plus qu’à l’aube pour donner un bon coup de pouce à leur activité professionnelle, bichonner ses petits, sécher des larmes et essuyer des vomis, préparer à manger, répondre à des emails, passer un coup de balai, sortir le linge de la machine à laver, se remettre au boulot pendant la sieste des petiots (tout en croisant les doigts pour que la sieste soit loooongueee), passer des coups de fil administratifs et un long etcétera qu’elles endossent avec joie et bonheur mais aussi avec un peu de désarroi et de fatigue.

Un apprentissage continuel

Maman free-lance à l’étranger est aussi synonyme d’éternel apprentissage. Et c’est là, qu’on peut déceler une petite différence avec les gens qui habitent loin des familles mais dans le même pays d’origine. À l’étranger, et même si on vit dans le pays depuis de nombreuses années, on découvre de nouveaux aspects presque quotidiennement. Devenir maman est une découverte. Devenir maman à l’étranger est une découverte au carré. Non seulement par le fait de vivre plein de premières expériences loin de sa famille, loin de sa culture et loin de ses habitudes et souvenirs mais aussi parce qu’on entame une étape de découvertes administratives : papier, administrations, écoles, médecins…

La free-lance mama expat est maîtresse et élève à la fois, une femme qui tient beaucoup à cette liberté trouvée par l’indépendance professionnelle puisque cela lui permet de mieux gérer ce tout plein de découvertes….

Maman comme toutes les autres

… Mais une free-lance mama expat est aussi… une femme comme toutes les autres et une maman comme toutes les mamans du monde.

Si vous aussi, vous êtes devenue maman à l'étranger, n'hésitez pas à partager avec nous vos expériences. Si vous aussi êtes des "free-lance mama expat", faites-nous signe et dites-nous tout de vos découvertes au carré !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Traduction

Freelance : d’une passion, un métier ~ Free lance: una pasión, un oficio

Et je deviens, enfin, traductrice freelance (et rédactrice et CM)!!

Parce qu’être freelance c’est aussi :

Vouloir être complètement en harmonie avec soi-même;
Laisser de côté peurs, craintes et autres émotions;
 Etre son propre chef, son propre comptable, son propre manager;
 Apprendre à gérer le temps autrement;
 Savoir démarcher, être entrepreneur.

Et le plus important : pour être freelance il faut faire de son METIER sa PASSION !

Ceci est la fin d’un petit aperçu du chemin qu’il nous aura fallu parcourir avant d’atteindre notre rêve professionnel. Avec ces quatre derniers articles j’ai voulu vous montrer comment parfois, même en sachant très fort ce que l’on désire, il faut travailler dur avant que notre rêve devienne réalité. Travailler dur, toujours ! Avant et après !

Celles-ci sont les dernières lignes d’une suite d’articles qui prétendent, aussi, encourager les jeunes qui se posent la question de savoir s’ils prennent le chemin du freelance ou pas. Parce que souvent, se sentir identifiés avec les mots de quelqu’un aide à y voir plus clair.

Pour des questions plus techniques, plus administratives et aussi concernant le contact avec les clients je vous invite à lire les articles d’Anissa du blog Nomad’s Heart, elle le fait si bien !

Pour retrouver tous les articles :

Genèse d’une vie en freelance – traductrice (1)
Genèse d’une vie en freelance – traductrice (2)
Genèse d’une vie en freelance – traductrice (3)
Genèse d’une vie en freelance – traductrice (4)

¡¡¡Me convierto, por fin, en traductora free lance!!!! (y redactora y CM)!!

Ser free lance también significa:

Querer estar en completo acuerdo consigo mismo;
 Dejar de lado miedos y otras emociones;
 Ser jefe, ser contable, ser manager;
 Aprender a gestionar el tiempo adecuadamente;
 Saber vender, buscar clientes, ser emprendedor;

Y lo más importante: para ser free lance, el OFICIO tiene que ser PASION!

Este es el final de una muestra del camino que a veces habremos tenido que recorrer antes de alcanzar nuestro sueño profesional. Con estos últimos cuatro artículos he querido mostraros como aun y sabiendo muy bien lo que deseamos, se tiene que trabajar muy duro antes de ver como ese sueño se convierte en realidad. ¡Bueno, trabajar duro, siempre! ¡Antes y después!

Estas son las últimas líneas de una serie de artículos que pretenden, también, animar a todos aquellos jóvenes que ahora mismo se plantean ser free lance. Porque, a menudo, sentirse identificado con las palabras de alguien ayuda a ver las cosas de manera más clara.

Génesis de una vida de free lance – traductora (1)
Génesis de una vida de free lance – traductora (2)
Génesis de una vida de free lance – traductora (3)
Génesis de una vida de free lance – traductora (4)