Lifestyle

Le syndrome post-construction, ça existe ?

30 janvier 2017

Il y a eu ce matin d’hiver très froid quand nous nous sommes réveillés au milieu de presque rien, chez les autres, voisins solidaires.
Il venait d’avoir ses 40 ans.
Il y a eu ces premiers gestes dans ce nouveau cocon.
Il y a eu ses peurs et ses pleurs. Et on a cherché, sans forcément trouver.
Il y  a eu ses bisous tout plein, de vache, d’esquimau, en pipius, qui font du bruit. Les câlins et los abrazos.
Il y a eu la fatigue, le stress, l’envie de rien et le beaucoup à faire.
Les pantalons a laver. Beaucoup.
Il y a eu des milliers de réveils dans la nuit.
Les projets à finir. Beaucoup.
Il y a eu cette énergie sortie d’une sorte de faille spatio-temporelle qui nous a portés, comme ça, sans savoir comment.
Il y a eu des doutes et des trop-pleins.
Il y a eu des regards vides.
Il y eu des courses contre la montre.
Il y a eu des balades forcées et d’autres improvisées.
Il y a eu.

Il y avait eu des vacances raccourcies.
Il y avait eu des vacances séparés, à distance.

Il y a eu tellement de choses en si peu de temps. Mais un temps ô combien long. Esprit de contradiction. Esprit de perfection.

Les parenthèses
Le syndrome post-construction, ça existe ? Le syndrome post-construction, ça existe ?
Le syndrome post-construction, ça existe ? Le syndrome post-construction, ça existe ?

J’ai voulu vous en parler mais je n’ai pas su par où commencer.
Des plans sur la comète.
Des châteaux en Espagne.
(et des petites maisons en bois)
Je voulais vous l’écrire. On voulait partager. On a voulu. On voulait. On n’a pas pu.

Je ne savais pas que le temps de construction d’une maison qu’on a tellement pensée, travaillée, imaginée aurait ces effets sur moi. Sur nous.
J’ai l’impression d’émerger du néant. Encore aujourd’hui.
Et parfois, les mots me manquent. Le syndrome du ventre vide, post-construction, ça existe ? Si oui, je crois qu’il est chez nous.

Il y en a qui écrivent en long et en large sur les travaux, les pourquoi du comment, les plans, les détails et les matériaux.
Je croyais que je serais capable de le faire, mais non.
Je peux juste vous dire qu’il sait tout faire (quand je dis tout, c’est tout). Que je ne sais rien faire (quand je dis rien, c’est rien). Alors voilà, on a vécu sur des planètes différentes et isolées pendant neuf longs mois (le syndrome du ventre vide, je vous le dis). Tout n’est pas fini.

20 avril 2017

Mais les planètes se retrouvent, c’est déjà pas mal.
Et je fais la déco, cela oui, je sais un peu faire.

Il était une fois… l’histoire d’une petite maison en bois et d’une famille épuisée.
Il était une fois… la vie banale d’une famille banale.

Il y a eu la vie. Voilà, c’est cela !

Le syndrome post-construction, ça existe ? Le syndrome post-construction, ça existe ?
Pour ceux qui se demandent (et me demandent), nous avons acheté un hors d’eau, hors d’air en ossature bois et mon ChériGuiri s’est occupé de tout l’intérieur de la maison. Nous avons commencé les démarches en février 2015. Un peu plus d’an de paperasses, d’attentes et de délais et un peu moins d’un an pour les travaux de maison : environ quatre mois pour la dalle et l’élévation des murs et entre cinq et six mois pour l’intérieur

Margarida

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

Elévation des murs (ma maison en France)

Le jour est enfin arrivé. Après des mois et des mois de démarches, de doutes, d’interrogations, de quelques contretemps aussi, le jour où notre maison sera élevée est arrivé. Rien d’exceptionnel, rien de nouveau, c’est la vie, des projets de notre vie, de votre vie, de la vie. Je suis comme vous tous. Sauf que derrière mon petit cœur, je dois vous dire que cela me fait tout bizarre de me dire que « je fais construire » (comme on dit) en France. La France c’est mon pays qui ne l’est pas ou peut-être oui parce qu’après tant d’années, je ne sais plus.

Le projet maison “à l’étranger”

Et je fais construire, encore une fois, loin de ma famille, de mes êtres chers et de mes copines rencontrées au fil de mes déménagements. Et ça aussi, ça fait bizarre. Surtout que quand j’ai annoncé à quelques amis en Espagne, que nous allions construire, on m’a dit “aah, et bien, ça veut dire que tu ne reviens pas alors…”. Mais moi j’ai répondu que “ça, on ne le sait jamais” et que si j’ai appris une chose après tous ces déménagements c’est qu’il faut vivre le moment présent et qu’on verra bien ce que l’avenir nous prépare. Mais bon, c’est vrai, là au fond du coeur et dans mon petit cerveau, tout plein de choses et de sentiments s’activent… Pour le présent, voilà, je savoure ce projet avec mes amis rencontrés ici.

Allons donc aux faits.

Nous voilà embarqués dans ce projet mûri depuis bien longtemps. Avec nos lassitudes administratives y compris (sinon, ce ne serait pas drôle), nous voyons enfin ces bouts de bois arriver.

A l’heure où je vous écris, j’entends les bip-bip de la première machine qui débarque sur le chantier car, en fait, nous serons nos propres futurs voisins. C’est-à-dire que nous faisons construire juste à côté, pas très loin derrière la maison où nous habitons depuis 4 ans. Le processus a été long.

ma maison ossature boisma maison ossature bois

Souhaiter une maison mais sans être pressés : je suis enfin prête

Arrivée à Nantes (ville) pour rejoindre mon ChériGuiri, j’ai habité l’appartement dont il était propriétaire et qu’il avait entièrement rénové (mon ChériGuiri a des mains en or, des connaissances techniques et plein d’idées d’aménagement). Deux ans plus tard, juste après notre petit mariage, nous avons voulu vendre pour partir en maison et construire une famille. Et c’est là, que ça a commencé à faire « trop » pour moi. Trop de changements en même temps. De déménageuse célibataire de grande ville en grande ville à jeune mariée en province (dans un pays qui n’est pas le mien) dans une maison un peu en campagne. J’ai eu peur. Oui. Peur de m’embarquer dans trop de choses « de grande » (et pourtant j’avais déjà plus de 30 ans). Acheter une maison à rénover ou acheter un terrain et faire construire (oui, parce qu’acheter une maison dans le centre de Nantes on a tout de suite compris que ce n’était pas pour notre portefeuille) et en même temps une grossesse – un bébé ? Non merci, toute seule ici, non merci. Je lui ai dit, je tiens trop à toi, je t’aime, je ne veux pas vivre un stress puissance mille, je ne sais pas les effets que ça pourrait avoir sur moi – sur nous, je ne veux pas mettre en péril quoi que ce soit, soyons réaliste. Nous avons donc décidé de temporiser. Une chose après l’autre. Et nous avons bien fait.

Nous avons vendu l’appartement et nous avons eu la chance de trouver une maison neuve à étrenner qui se mettait en location. Quand nous l’avons visitée, elle n’était même pas finie. Nous avons déposé le dossier, elle a été pour nous ! Je crois que le fait que la maison soit neuve a contribué à ce que l’on se sente plus chez nous. Mais cela m’a surtout permis de « tester » et de voir si j’étais capable de vivre « à la campagne ». Oui, je le suis. Avec mes parenthèses espagnoles dans ma maison de famille (et au soleil). Je suis rapidement tombée enceinte et nous sommes de plus en plus convaincus que nous avons fait le bon choix. Le choix de temporiser, de ne pas tout vouloir faire en même temps. La grossesse s’est avérée difficile, 5 mois sans bouger le temps d’un hiver sur un canapé, seule, est venue aussi nous confirmer tout cela.

Ce n’est que quand Princesse Thelma a eu 1 an et demi que nous avons re-commencé à parler du projet maison.

Aujourd’hui, c’est donc un jour spécial pour nous. Un jour de papillons dans le ventre, de beaucoup de boulot devant nous mais d’une joie immense, aussi.

Au fait, les « bouts de bois » dont j’ai parlé plus haut c’est parce que nous construisons une maison ossature bois

campagne françaisecampagne française

J’ai écrit cet article hier mais il est pour moi un peu intime, un peu trop ma vie. Je l’ai donc lu et relu mille fois jusqu’à ce que je décide de vraiment le publier. Hier, ce fut une journée étrange pour la sentimentale que je suis, scotchée au whatsapp avec ma mère qui sait te coller l’enthousiasme même à distance et voir le sourire tellement immense de mon chéri, c’était juste top ! Par contre, Princesse Thelma, elle, quand le soir nous sommes allés ensemble voir les quatre murs, elle a été déçue, “mais y a pas ma balançoire”…
Voilà, c’est un bout de notre vie que je décide de partager avec vous.
En plus, je sais que des gens qui nous aiment et qui sont loin vont apprécier la version espagnole de cet article.

Alors, Merci. Gracias. Merci mille fois.

Rendez-vous sur Hellocoton !