Freelance

1, 2, 3… action !

Un des traits qui doit caractériser les free-lance, en bons entrepreneurs que nous sommes, est celui d’être en constant mouvement. En effet, quand on veut mener à bien une activité professionnelle en tant qu’indépendants, il est évident qu’il va falloir se démener pour réussir, pour grandir, pour évoluer, pour être à la page, pour se faire connaître, bref, pour être tout le temps actifs et “en action”.

Margarida Traductrice Rédactrice - Artilingua

Ces derniers jours, j’ai eu une non routine qui m’a, étonnamment, apporté beaucoup d’inspiration et de création. J’ai la tête pleine de projets et si j’aime cette sensation, c’est avant tout, parce que cela me donne plein de vie dans mon coeur. Parce que pour moi, être free-lance est aussi devenu synonyme d’être enthousiaste, d’oser, d’aller de l’avant et de surmonter toutes les peurs, avec ténacité.

En un mois et demi, j’ai eu l’impression de vivre une tonne d’évènements, tant professionnels que personnels. Monter à Paris pour des rendez-vous pro a eu l’effet d’une bonne piqûre de rappel, de celles qui, une fois passée la peur du début, font du bien. Je me suis sentie vivante et j’ai su que mon activité en tant que traductrice, rédactrice et community manager trilingue, l’était aussi. Et cela, pour moi, est très important. Parce que de temps en temps, cela fait un bien fou de se dire que tout doucement on prend une petite place et qu’on a de moins en moins peur de se sentir légitimes.

À Paris, et grâce à un concours que j’avais gagné sur le blog de Nomad’s Heart, j’ai eu la chance de tourner une petite vidéo promotionnelle. Me voilà, donc, dans les locaux de Yooneed, où j’ai rigolé, j’ai bégayé, j’ai échangé sur le monde des free-lances… bref, j’ai été moi-même. Je ne me sentais pas fraîche comme une rose, j’avais derrière moi un réveil tôt le matin, presque trois heures passées dans un train, une petite pluie fine sur ma tête et surtout, j’avais laissé pour la première fois une Petite Princesse à moitié malade, mais je me suis prêté au jeu de la vidéo ! Et même pas peur, sans lunettes pour une histoire de reflets ! Vu qu’il n’y avait pas de miroir, je n’ai rien vu de tout ça mais peu importe, je vous le dis !

Je suis contente de faire grandir Artilingua et de grandir moi-même, parce qu’il n’y a pas d’âge pour se sentir épanouie !

Je vous laisse donc avec cette petite vidéo (ça fait tout bizarre, ça met encore des papillons sur mon ventre), je vous embrasse tous fort, vous remercie une fois de plus d’être ici et là-bas… je termine un travail de rédaction pour un de mes clients et je pars profiter de mes dernières heures sur mon île adorée !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Freelance

Concilier une vie de maman qui vit à l’étranger et qui travaille à la maison : les free-lance mama expat

J’ai décidé d’appeler “free-lance mama expat” ce concept qui englobe toutes les mamans qui vivent à l’étranger et qui travaillent au domicile. Et des comme ça, des mamans de ce type, il y en a à la pelle. Oui. C’est une manière de vivre relativement fréquente parmi les mamans qui pour une raison ou une autre sont parties à l’étranger. Je ne qualifierais pas cette manière de vivre de mode ni de tendance. Plutôt un choix réfléchi et à la fois naturellement induit.

free-lance mama expat

À l’étranger, la distance…

Je n’aime pas, vous le savez, faire des généralités. Les raisons qui amènent les gens, ici ou là-bas, à partir à l’étranger sont multiples, différentes et bien personnelles. Mais il est vrai que souvent, une fois passé cet âge de “vie d’étudiante”, nous les femmes, sommes vite confrontées à ce choix de concilier vie de maman et vie professionnelle. Jusqu’ici, le fait d’habiter à l’étranger ne change rien.

Mais le fait d’habiter dans un pays étranger vient ajouter un facteur important : la distance de la famille. (Je vais ouvrir une parenthèse : ça sert aussi, dans l’ensemble, pour les gens qui habitent loin de leurs villes d’origine). En effet, être loin de la famille joue un rôle capital au moment de faire certains choix organisationnels. Étant donné que souvent (trop souvent, même), c’est la femme qui a un plus bas salaire, c’est donc elle qui fait le choix de devenir free-lance. Aussi, bien évidemment, parce que la période grossesse et congé maternité sont des moments idéaux pour préparer un peu le terrain. Ou alors, parce que changer de ville régulièrement ne facilite pas la recherche d’un nouvel emploi.

La free-lance super-magique mama

Être maman free-lance à la maison permet d’être plus flexible et plus présente auprès des enfants. Si les enfants tombent malades, ces mamans free-lance déploient leurs pouvoirs super-magiques et en une journée sont capables de faire tout plein de choses : se lever plus qu’à l’aube pour donner un bon coup de pouce à leur activité professionnelle, bichonner ses petits, sécher des larmes et essuyer des vomis, préparer à manger, répondre à des emails, passer un coup de balai, sortir le linge de la machine à laver, se remettre au boulot pendant la sieste des petiots (tout en croisant les doigts pour que la sieste soit loooongueee), passer des coups de fil administratifs et un long etcétera qu’elles endossent avec joie et bonheur mais aussi avec un peu de désarroi et de fatigue.

Un apprentissage continuel

Maman free-lance à l’étranger est aussi synonyme d’éternel apprentissage. Et c’est là, qu’on peut déceler une petite différence avec les gens qui habitent loin des familles mais dans le même pays d’origine. À l’étranger, et même si on vit dans le pays depuis de nombreuses années, on découvre de nouveaux aspects presque quotidiennement. Devenir maman est une découverte. Devenir maman à l’étranger est une découverte au carré. Non seulement par le fait de vivre plein de premières expériences loin de sa famille, loin de sa culture et loin de ses habitudes et souvenirs mais aussi parce qu’on entame une étape de découvertes administratives : papier, administrations, écoles, médecins…

La free-lance mama expat est maîtresse et élève à la fois, une femme qui tient beaucoup à cette liberté trouvée par l’indépendance professionnelle puisque cela lui permet de mieux gérer ce tout plein de découvertes….

Maman comme toutes les autres

… Mais une free-lance mama expat est aussi… une femme comme toutes les autres et une maman comme toutes les mamans du monde.

Si vous aussi, vous êtes devenue maman à l'étranger, n'hésitez pas à partager avec nous vos expériences. Si vous aussi êtes des "free-lance mama expat", faites-nous signe et dites-nous tout de vos découvertes au carré !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Enfants

Mamans qui travaillent, enfants en vacances

enfants en congé et mamans qui travaillentNous y voilà de nouveau. L’heure a sonné, les sonneries retentissent, la France se met en mode vacances scolaires ! Yoouppi, laissons les cartables se reposer !

Toutes les six semaines, le pays se voit envahit par une vague de petites têtes blondes qui cherchent à savoir quoi faire de leurs petits os. Les uns profiteront des papys et des mamies; les autres auront la chance d’avoir des papas et des mamans qui prennent des vacances, aussi; les autres se partageront le temps entre chez maman et chez papa; et certains, comme c’est le cas ici… profiteront, tant bien que mal, d’une maman qui travaille à son compte à la maison.

Nous y voilà donc pour la deuxième fois. Deuxièmes vacances de février pour Petite Princesse. Le mode d’emploi n’est pas encore bien défini. On tâtonne, on s’adapte, on profite, on stresse, on rigole, on joue, on tape sur la touche du clavier qu’il ne faut pas, on demande de l’aide certains jours…bref, on fait comme on peut. Figurez-vous que “les vacances toutes les six semaines” c’est un “mode de vie” tellement ancré que c’est un des aspects que j’ai mis sur la balance quand je pesais les pour et les contre de devenir freelance.

En vérité, comment le vivons-nous ?

Je l’ai dit : comme on peut !

Je vous avoue que trois jours avant le top départ des congés scolaires (pour rappel, nous avons une “nounou” temps enseignant), je commence à stresser et dans mon for intérieur je me maudis de ne pas habiter à côté de ma maman chérie. Oui. C’est un fait. Elle qui a aussi gardé des enfants à Minorque. Elle avait qui je m’entends si bien. Bref. Il faut faire sans ma maman chérie. En même temps, si j’ai opté pour travailler à la maison, c’est aussi pour profiter plus de mes enfants et pour être plus présente. ça, je me le répète aussi. (ces lignes que vous venez de lire, c’est des pensées à voix haute ! oui oui !)

Mais la vérité est que quand il faut travailler, quand il faut réfléchir aux mots, au sujet à traiter, à la traduction la plus adéquate et bien, une Petite Princesse toute pleine de vie de 21 mois, fera tout pour ne pas vous aider ! Retour donc sur terre. Je réalise qu’il va falloirtrouver des moyens pour l’occuper. Qui dit moyens pour l’occuper, dit gens susceptibles de vouloir la garder.

Je n’habite pas en ville, je suis arrivée ici dans cette campagne nantaise il y a 2 ans, autant vous dire que je connais pleeeeiiiinnn de monde ! La famille de ChériGuiri est toujours à 70 Km et lui-même part à 6h30 du matin et rentre à 18h le soir. Il y a pire, je sais. Mais bon, toujours est-il qu’il faut que je trouve des “aides” si je veux travailler un minimum et dans de bonnes conditions.

Des solutions

1ère solution : La première des choses est appeler belle-maman. Et comme je suis un peu timide, j’ai toujours un peu de mal. Mais je le fais, oui, je suis grandemaintenant, je suis une maman-freelance-qui-travaille-à-la-maison. Elle accepte (évidemment) de venir la garder 1 jour en début de semaine et de venir la récupérer le jeudi matin pour partir avec et nous on ira la chercher le samedi. Avec ça aussi, j’ai encore un peu de mal. Je ne sais pas si je suis une maman poule, je ne sais pas si c’est parce que belle-maman n’est pas ma maman (logique !) mais j’ai un peu de mal à voir partir ma petite à 70 km. Parce que moi qui suis originaire d’une île de 700 km² et bien, ces 70 km je les vis comme partir au fin fond du monde !

2ème solution : Deux jours par semaine je vais la garder moi-même. Pour ce faire, je me lève tôt, à 6h ou avant, histoire d’avoir 2 ou 3 heures devant moi pour travailler, avant que Petite Princesse se réveille. Après je m’occuperai d’elle, on va aller se balader, faire des magasins, jouer, manger. Le soir venu, si je n’ai pas rempli mon cahier de charges je me remettrais au travail pendant que le papa donne le bain.

3ème solution : Confier Petite Princesse à desamis. De nouveaux amis, vous savez, ce dont je vous parlais l’autre jour, par ici. Ces amis qui sont à la base les amis de mon ChériGuiri mais qui avec le temps deviennent mes amis aussi. Ce sera une première pour ces vacances de février 2015.

Pas d’autres solutions en vue, pour l’instant. Je sais que quand elle grandira, les choses vont changer. Dans l’état actuel des choses, je ne peux pas (mon coeur ne peut pas) la laisser partir une semaine entière chez belle-maman et beau-papa, à 70 km, c’est trop loin pour moi !

Vacances scolaires en France, faire garder les enfants

J'ai parlé des mamans freelances qui travaillent à la maison parce que c'est ce que je connais mieux, mais je sais que c'est tout aussi difficile pour n'importe quelle maman qui travaille. Et oui ! Les mamans deviennent des pro de l'organisation pendant les vacances des enfants... toutes les six semaines !
Comment faites-vous ? Je suis preneuse d'idées, comme toujours. Je serai aussi ravie d'entendre que c'est normal que je ne puisse pas la laisser partir, pas encore, une semaine entière...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Web

Bloguer sans avoir de calendrier éditorial

Je blogue depuis longtemps.

Et je ne me rappelle pas d’avoir entendu parler, à l’époque où j’ai commencé (2008), de tous ces termes de “ligne éditoriale” et de “planning / calendrier éditorial”, pour ne pas citer d’autres termes comme “content marketing” ou “stratégie de contenu” qui font plus référence aux blogs professionnels ou au contenu d’entreprise.

Bref. Bien que Les mots de Marguerite soit quelque part lié à mon activité professionnelle, je ne le considère pas comme un vrai blog pro.

avoir un calendrier éditorial bloguer calendrier

Petite rétrospective

Quand j’ai ouvert mon blog, j’occupais un poste de Responsable éditorial du contenu online (2007) pour une start-up française. C’étaient les débuts du Web 2.0 et en Europe les métiers de community manager et tout ce qui relève du social média n’étaient pas encore très répandus, pour ne pas dire qu’ils étaient méconnus. Facebook est né en 2006 et il a fallu un peu de temps pour que ce fabuleux outil traverse l’Atlantique. Du temps aussi pour que les entreprises aménagent leurs postes et se rendent compte de l’importance de la communication via Internet pour leur image et leur rentabilité. Parce qu’un responsable éditorial en 2007 remplissait aussi certaines des fonctions du community manager actuel, notamment avec les forums, la gestion et surveillance des contenus, les comité de rédaction, etc.

Toujours être les meilleurs

Tout ceci pour dire que je suis et je connais la blogosphère depuis un peu de temps. Et je m’aperçois que depuis deux ans (environ), ce qu’on considérait avant des blogs personnels ou amateurs, sont en train de vouloir se professionnaliser. Je ne parle pas ici de monétisation des blogs, partenariats, etc., je parle plutôt des stratégies que les blogueurs lambda sommes en train de mettre en place pour arriver toujours plus loin et plus haut dans les rankings.

C’est bien, cela prouve que l’être humain veut avancer, veut toujours aller de l’avant, être en raccord avec les temps qui courent, il montre qu’il sait s’adapter, qu’il veut être compétitif.

Ne pas avoir de calendrier éditorial

Sauf que moi il y a certains aspects auxquels je suis incapable de me plier. Comme celui de tenir un planning éditorial. Je n’ai jamais pu. Avant, parce que je savais à peine que cela existait. Sauf pour les blogs bien spécialisés : mode, cosmétiques, enfants.. les autres on a l’habitude de les mettre dans la case Lifestyle (avant on disait “Humeur”), terme bien large pour parler de mode ou style de vie, une vraie caverne d’Alibaba…

En tant que blog lyfestyle, j’écris au gré de mes envies, de mes vécus, de mon quotidien, de mes idées, de mes rencontres. C’est pour moi énormément difficile de savoir à l’avance le sujet que j’aimerais traiter le jour N+2 ou jour N+4… Pour moi c’est vraiment impossible. J’ai fait le test pendant des périodes de vacances où j’ai voulu tout planifier et laisser mes articles prêts à être publiés. J’y arrive très difficilement. Mon écriture relève trop de l’improvisation. Une improvisation réfléchie mais improvisation tout de même.

Alors voilà, je vous l’avoue, je ne suis pas une blogueuse organisée. Les petits carnets ou organisateurs éditorials ne sont pas trop pour moi. Certes, j’ai un petit post-it collé sur mon agenda (papier) où je note quelques idées d’articles mais parfois ils ne verront jamais le jour. Je laisse les plannings pour les tâches à accomplir avec mes clients, pour les articles à rédiger pour eux, pour les posts à publier à compte de leurs entreprises… oui, là, j’ai un calendrier éditorial.

Mon petit bocal à bonbons se remplit en fonction des produits du jour, c’est un peu comme aller au marché et décider du menu en fonction de ce qu’il y a sur les étals…

Et vous, êtes-vous planning éditorial ou écriture improvisée ?

Rendez-vous sur Hellocoton !