Inspiration

La fête (commerciale) des mères : oui ou non ?

(Dedicat a sa mamà)

On en entend parler, un peu, beaucoup, un peu beaucoup, beaucoup trop… oui, on est tous au courant : aujourd’hui, en France, c’est la fête des mères.

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi je trouve que cette fête des mères (tout comme celle des pères) est un peu comme le jour de la Saint Valentin, une fête plutôt commerciale. Parce que moi ma mère je l’aime tous les jours et je n’ai pas besoin d’une journée spéciale pour fêter quoi que ce soit. Ma mère je lui achète des cadeaux quand je veux, je lui dis des mots doux quand je veux, je rigole avec elle bien souvent… Nous, ma mère et moi n’attendons pas la fête des mères pour faire un grand repas. Ma mère et moi nous entendons à merveille.

Il me semble que ces fêtes de ceci ou de cela sont là pour nous rappeler qu’il y a des êtres chers à qui on doit leur faire des bisous de temps en temps, et franchement, je suis sûre qu’on est tous suffisamment grands et mâtures pour les câliner sans besoin d’une date sur le calendrier. A l’exception de quand j’étais petite et qu’à la maternelle on faisaitdes petites créations pour offrir à papa et à maman, et bien, depuis, je ne leur ai plus jamais fait de cadeaux quand le calendrier “m’en obligeait”. Et puis parfois je le zappe, car la date change en fonction du pays et puis, c’est pas bien grave… je sais que pour eux le plus important est que je sois à côté d’eux, loin mais tout près. Cette année, à titre d’exemple, le hasard a voulu que je sois chez mes parents pour la fête des mères (en Espagne c’était le 4 mai), comme d’habitude je n’avais pas de cadeau, en rigolant j’ai dit ça à ma mère et elle m’a répondu que “le plus beau cadeau est que tu sois là”, c’est pas joli, ça ?

Je pense aussi à tous ces gens qui ont eu, peut-être, une vie moins facile, pour qui penser à une mère ou à un père c’est quelque chose qui les rend triste, parce que ça existe aussi. Je me mets à leur place et ça doit être dur de se voir bombardés de messages publicitaires qui rappellent ce bonheur qu’ils n’ont pas eu.

Voilà. C’est pour tout cela que je trouve que les rapports mère – enfants sont des sujets sensibles et intimes. Je voulais juste dire que les mamans on les aime tous les jours de l’année et on pense à elles souvent, tant ceux qui ont eu une enfance merveilleuse comme ceux qui ont eu un peu moins de chance. Tous, à notre manière on y pense à nos mères et à nos pères, parce qu’en fin de compte, mère il y en a qu’une !

EDIT : Cet article avait déjà été publié (à quelques changement près) en 2011. Entre temps je suis devenue maman d’une petite princesse, mais croyez-moi, rien n’a changé, je pense toujours pareil !

Mare2

Enfants

C’était le carnaval !

Jeudi dernier était le top départ du carnaval dans beaucoup de villes partout dans le monde entier.

Dans la tradition chrétienne le carnaval est une festivité marquant les derniers jours pour manger de la viande et des aliments gras avant le début du Carême. Le carnaval est donc le début des quarante jours d’abstinence qui précèdent Pâques. Comme beaucoup d’autres fêtes et célébrations de notre culture occidentale, celles-ci trouvent leurs origines dans la religion chrétienne. Des origines qui sont en train de tomber dans les oubliettes. A force de vouloir séparer la religion de toute manifestation sociale nous allons bientôt oublier d’où nous venons.

Bref, c’est toujours l’occasion de faire la fête, d’oublier les petits soucis quotidiens et d’enfiler des costumes aussi grotesques que rigolos afin de passer une bonne journée, une bonne soirée ou directement un bon et long weekend. Chaque pays, chaque ville a ses coutumes, ses habitudes, les carnavals diffèrent un peu d’un lieu à un autre mais le principe est le même. Les enfants s’amusent avec un rien, avec des costumes faits maison : chapeaux en papier, robes en sac-poubelles et visages remplis de gommettes ! Des parades s’organisent, les fanfares remplissent les rues. Samedi a été la grosse fête pour les jeunes et aussi les moins jeunes, d’autres défilés ont eu lieu le dimanche et ainsi de suite, jusqu’à arriver au mardi gras qui précède le mercredi des cendres. Jour de pénitence.

Du Brésil à Venise, en passant par Binche ou Las Palmas, les villes se transforment et se travestissent, l’instant de quelques heures les gens prennent d’autres allures, des personnalités qui changent, la bonne humeur est à l’ordre du jour !

Antan les carnavals étaient organisés par des associations, des centres de loisirs ou des sociétés carnavalesques crées à ce but… mais de nos temps modernes l’organisation est passée (dans la plupart des lieux) aux mains des communes et des mairies. Cela peut paraître une contradiction puisque le carnaval est, en origine, une fête transgressive. Une sorte de ‘normalisation’ de cette fête qui, bien évidement et incontestablement perd ses origines religieuses.

PS. Quelqu’un saurait-il m’expliquer pourquoi en France le carnaval a lieu, dans beaucoup de villes, plus tard dans le calendrier, or que c’est déjà temps de carême ? OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA