Traduction

Cry translator o cómo descodificar los llantos de tu bebé

Salgo hoy con dos intenciones: rescatar uno de mis billetes publicados ya en este sitio pero en versión francesa y un tanto más antiguo y aprovechar, entonces, para actualizarlo y reflexionar acerca del tema, esta vez en castellano.

La historia trata de ese novedosa aplicación para smartphones que consigue traducir el llanto de los bebés para que los padres sepan porqué su niño está llorando. Sin duda alguna los creadores de esa aplicación, de la empresa Biloop, quieren mostrarse al mundo como los maestros en el arte de reunir tecnologia y sentimientos. Dicen que la finalidad consiste en que los padres o cuidadores de los bebés puedan actuar de manera más rápida y eficaz.

El funcionamiento es el siguiente : la aplicación cuenta con seis modelos de llanto, hambre, sueño, nerviosismo, malestar, aburrimiento o pánico. Se activa la aplicación, se acerca el smartphone a unos 50 centímetros del bebé, lo dejas en funcionamiento unos 10 segundos y el aparato te envía un informe revelando el tipo de llanto del bebé.

La aplicación ha sido testada clínicamente y los resultados han sido positivos en un 90% aproximadamente. Este avance tecnológico se apoya en los conocimientos pediátricos sobre las expresiones más tempranas en los bebés. Lágrimas y gemidos son considerados como el primer lenguaje de los niños. De momento ya está a la venta en los Apple Store, pronto en aparato libre e incluso ya se ha presentado también un modelo de osito que presenta las mismas características reduciendo el tiempo de espera del resultado.

No es mi intención entrar en detalles tecnológicos y/o científicos, no pongo en duda la labor de innovación de los padres del Cry translator pero sí tengo algunas cuestiones de sentido común rondando por mi cabeza :

-¿No se corre el riesgo, con esta aplicación, de romper y sustituir la relación de aprendizaje en la comprensión entre padres e hijos que se establece desde el momento mismo del nacimiento?

-El llanto representa, de alguna forma, la base de una futura comunicación (tan importante entre padres e hijos), digo yo que quizá estos avances contribuyan a restar importancia a dicha comunicación…

– ¿El saber hacer y el saber estar de las madres (y padres) queda, así pues, en entredicho?

Como todo, al final, será cuestión de saber dosificar, sí al uso pero no al abuso. Yo, mientras tanto, cuando oiga llorar a mi bebé, seguiré haciendo caso a mis intuiciones!

cry

Traduction

Traduction de tankas de Nicolas Grenier

J’ai eu récemment le plaisir de traduire quelques tankas

Mais qu’est-ce que c’est ? Pour faire bref, le tanka est une forme de poésie japonaise et pour faire long il faut dire que le tanka est un poème court de 31 syllabes sur cinq lignes et  construit en deux parties, la seconde venant conforter la première. Il s’agit de poèmes d’une apparente simplicité.

Comme je disais, j’ai eu donc la satisfaction d’être contactée par Nicolas Grenier, un des poètes de tankas en langue française les plus connus qui avait envie de faire traduire quelques-uns de ses tankas à l’espagnol et au catalan publiés en 2011 dans le recueil Quant à Saint-Germain-des-Prés, trente et un tanka sur la main d’après, 2011, avec préface de Jean Orizet. On peut en quelque sorte dire qu’il s’agit d’une poésie pure, précieuse, au détail, minimaliste…

J’aime bien la poésie, et en tant que traductrice recevoir une commande de ce type est un honneur en même temps qu’un grand défi. J’adore jouer avec les mots, la poésie est un beau jeu qui m’offre plein de possibilités qui s’avèrent toujours limités par les contours de la grammaire, des sens et des non-sens, du mot exacte qui ne va pas.

Pour moi traduire de la poésie est un peu comme danser dans un espace réduit.

Voici quelques extraits donc de ces tankas traduits par mes soins :

[français]

 ***********

Loin de l’herbe folle
Au crépuscule doré
Sur la chaussée brute
Entre les automobiles
Mon scooter bleu se faufile

Au fond de la cour
Ô vasistas entrouvert
Il n’y a plus d’heure
Le chat gris sur la gouttière
Dort matin midi et soir

[catalan]

 ***********

Lluny de l’herba salvatge
Al crepucle daurat
Sobre la basta calçada
Entre els automòbils
El meu escúter blau s’esquitlla

Al fons del pati
Oh! Espiera entreoberta
El temps ja no compta
El gat gris sobre la canal
Dorm matí migdia i vespre

[espagnol]

*********

Lejos de la hierba salvaje
En el crepúsculo dorado
Sobre la tosca calzada
Entre los automóviles
Mi  scooter azul se desliza

 Al fondo en el patio
¡Oh! Mirilla entreabierta
El tiempo ya no cuenta
El gato gris sobre el canalón
Duerme mañana tarde y noche

saint germain front cover

Rendez-vous sur Hellocoton !

Traduction

Cet interprète méconnu

Aujourd’hui j’ai une pensée spéciale pour l’interprète de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière. Les ôtages eux-même ont voulu parler du rôle capital que ce monsieur, inconnu de nous tous, a eu pendant ces longs jours de captivité.

La presse et les mass media en général parlent de Mohammed Reza Din comme le traducteur, cependant je tiens à signaler qu’il devait plutôt être un interprète puisqu’à l’oral c’est de l’interprétation qu’on fait. Bref.

Je pense donc à ce monsieur sans qui, et j’en suis presque convaincue, la vie des deux journalistes français aurait été doublement pénible et dure. Encore une fois l’importance de la communication et de la médiation culturelle. L’importance de cette parole lourde en sentiments et intense en messages. Ce n’est pour rien que de nos jours on parle moins de traduction/interprétation et plus de médiation interculturelle.

C’est avec des moments comme celui-la qu’on se rend compte qu’on ne peut pas vivre sans comprendre, qu’on ne vit pas non plus sans savoir vraiment communiquer. Nous avons tous besoin d’outils linguistiques pour nous exprimer et pour arriver à canaliser nos émotions et nos sentiments, et ô combien Taponier et Ghesquière ont du en avoir besoin.

Il y a des gens qui ne sont pas conscients de l’importance de la langue étrangère, de se faire comprendre et de se faire entendre même quand parfois les mots ne coulent pas de soi et il faut aller les chercher bien loin dans le cerveau ou carrément se servir d’un interprète.

Hommage à eux aujourd’hui et hommage à cette médiation interculturelle de plus en plus importante de nos jours…

Je les salue donc de par cette image qui montre la couleur et la force des mots, la composition multiculturelle de nos langues qui font de nous des hommes et des femmes différents mais avec un même désir de liberté !

 

Bureau69

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Langues

Traduire, un film de Nurith Aviv

Dans le monde de la traduction on parle cette semaine de la sortie en salle du film “Traduire”, un documentaire auquel il est difficile de lui mettre un étiquette, on pourrait peut-être dire qu’il s’agit d’une histoire poético-politico-littéraire racontée par des traducteurs eux-mêmes. La scénariste, Nurith Aviv, continue ainsi avec sa trilogie qu’elle avait commencé avec “D’une langue à l’autre” et “Langue sacrée, langue parlée.” Le fil conducteur de ces trois films est l’hébreu. Les traducteurs parlent donc de leur expérience de passeurs de la littérature hébraïque écrite à travers les siècles et ils le font avec beaucoup de passion.

C’est un tour du monde des traducteurs de l’hébreu, on y trouve les noms suivants :

– Sandrick Le Maguer, traducteur en français
– Angel Sáenz-Badillos, traducteur en espagnol
– Yitshok Niborski, traducteur en yiddish
– Anna Linda Callow, traductrice en italien
– Sivan Beskin, traductrice en russe
– Manuel Forcano, traducteur en catalan
– Chana Bloch, traductrice en anglais
– Anne Birkenhauer, traductrice en allemand
– Rosie Pinhas-Delpuech, traductrice en français
– Ala Hlehel,  traducteur en arab

C’est magnifique de voir que ce formidable métier est traitée dans un film-documentaire. Le passage d’une culture à une autre est plus vif que jamais dans ces images. On se rend compte que autrui existe car c’est à travers la découverte d’une autre langue qu’on réalise l’existence même de l’homme, des hommes. Parfois traduire demande de se positionner en tant que guerrier face à sa propre langue maternelle, ce n’est pas facile de tout faire “passer”, ainsi donc où en est de tous ces traducteurs automatiques ? (ehem, je vais bientôt vous livrer un billet sur ce sujet..)

  traduire-film-nurith-aviv-L-p FA5d

Je vous laisse avec ces quelques lignes, synopse du film-documentaire que vous pouvez trouver sur ce site

“C’est une littérature dans laquelle coexistent souvent différentes strates. Dans l’hébreu moderne, l’entrelacement de toutes ces couches donne souvent lieu à des effets d’humour et d’ironie, mais ne facilite pas la tâche du traducteur.
Anna Linda, traductrice en italien du S.Y Agnon (prix Nobel de littérature) parle même de la « cruauté » de l’auteur qui n’indique pas les sources de ses nombreuses citations. L’hébreu d’Agnon l’a amenée à ce qu’elle appelle l’« agnon-isation » de la langue italienne. Ala Hlehel, traducteur en arabe d’une pièce de théâtre d’Hanoch Levin, dit: « Je devais renoncer aux lois de ma langue… ». Pour Chana Bloch, traductrice en anglais de la poétesse Dahlia Ravikovitch, il s’agit  de « forcer les limites de ce qui est confortable, voire tolérable, en anglais ».
C’est un film avec thème et variation où à partir d’une même langue, des interprétations en voix et en langues différentes se font entendre.

Pour Edouard Glissant, “chaque traduction aujourd’hui accompagne le réseau de toutes les traductions possibles, de toute langue en toute langue”.”

Hélas, ce film-documentaire passe dans très très peu de langues (par “très peu” comprendre qu’une salle à Paris et une salle à Bruxelles) mais la réalisatrice a déjà annoncé que dans deux mois un coffret avec la trilogie sera en vente… nous n’avons plus qu’à attendre ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Langues

Auteur, traducteur, correcteur

Traduction et correction. Quand on traduit on doit toujours laisser la place au correcteur, à celui qui vient derrière nous tel un ange gardien de la langue. Souvent les traducteurs nous faisons preuve d’invention, on explore des nouveaux territoires, on donne des néologismes, on invente des nouvelles acceptions à des vieux vocables… et c’est bien pour cela que nous avons besoin du travail du correcteur. Celui-ci va veiller à la pureté de la langue et fréquemment il reste bouche-bée face aux inventions du premier.

Tant le travail du traducteur comme le travail du correcteur sont des métiers, en quelque sorte, méconnus et peut-être même infra-valorisés. Et pourtant aussi importants ! Que ferions-nous sans cette transposition d’une langue vers une autre ? Combien de choses, de gens, de faits laisserions-nous de côté par incompréhension linguistique ? Notre ignorance ne ferait qu’accroître…

Je voudrais donc, aujourd’hui, traiter des liens que tout traducteur et correcteur devraint entretenir (et je parle au conditionnel car cela reste une hypothèse, malheureusement ce n’est pas toujours le cas). Il faut d’abord souligner qu’il s’agit d’un travail dur, en solitude, qui frôle presque la névrose puisque, avouons-le, il faut être suffisamment maniaque pour passer sa vie à chercher ce que les autres n’ont pas vu. La deuxième qualité est la patience, mot roi de cette profession. Il ne faut pas seulement être patient en ce qui concerne le travail même mais aussi pour toutes les activités collatérales, c’est-à-dire, quand les gens vous demandent, profession, et qu’on répond, Correcteur, quoi correcteur ? Ah, parce que les livres se corrigent, c’est cela.

Même si dans ce monde des éditions, et vu le contexte de crise, le correcteur sera le premier poste supprimé en cas de manque de sous, il faut savoir que de lui dépend le dernier avis avant passage à impression, il détient donc un superpouvoir, celui de la décision finale. C’est pour cela que traducteur et correcteur doivent communiquer constamment.

De tous est connu le caractère isolé des métiers de traducteur ou correcteur, d’autant plus important donc, le dialogue qui doit être instauré entre, d’une part, auteur-traducteur et d’autre part, traducteur-correcteur. Les uns sans les autres cela peut donner des vraies catastrophes.

  Trad