Langues

Se disputer en langue étrangère

Je ne sais pas vous, mais moi je n’aime pas du tout me disputer. Je me sens mal à l’aise, je bégaye, je perds mes arguments, l’insomnie me prend, je transpire, j’ai envie de pleurer, bref, je perds tous mes moyens. C’est comme ça.

J’ai cette capacité idiote à ne retrouver les bons arguments, ceux qui peuvent servir à m’auto-défendre, que quand la tempête est bien loin derrière moi. J’évite toute sorte de désaccord et d’altercation, c’est un besoin vital pour moi, sinon ma vie risque de devenir courte, bien trop courte.

Et ce, dans n’importe quel domaine. Que ce soit dans un milieu professionnel ou entre amis, avec les voisins ou avec le garagiste. Il y a seulement un endroit où il est bien difficile, qu’on le veuille ou pas, d’échapper aux mésententes et désaccords : la CASA ! Home sweet Home, comme on dit.

Ne paniquez pas. Je ne suis pas en train de vous dire que chez moi ça marche à coups de bâton et qu’on passe nos journées à s’engueuler. Bien loin de là. Si vous avez suivi vous savez que je ne supporte pas les disputes 🙂

Mais bon. Ce serait aussi mentir de dire que nous sommes d’accord sur tout. Quel ennui si tel était le cas !

Alors, comment se déroulent les disputes entre la Marguerite et son ChériGuiri ? Ben chez nous c’est drôle, oui, finalement, quand j’y pense bien nos disputes sont drôles. Mais pourquoi donc ? Je vous explique :

Avez-vous déjà fait l’expérience de vous disputer en langue étrangère ? C’est-à-dire que chez nous, on trouve une cause à toutes nos disputes et on en revient toujours au même facteur : c’est la faute à l’intonation !! Oui mes chers lecteurs, l’intonation est coupable de tout ! Ce n’est même pas question de mots ou d’arguments, ce n’est même pas question de points de vue, c’est une histoire de cadence des phrases ! Horrible. Oui, c’est horrible car à ces moments-là je me sens impuissante et le seul argument qui serve à que je prenne le dessous dans la dispute est de lâcher un bon “tu n’as qu’à apprendre ma langue”. Dispute close. (Ensuite il vient et il me prend la langue, lol, la blague était trop facile !)

Parce que moi, à différence d’autres personnes qui vivent, pensent et écrivent en langue étrangère je n’ai pas l’habitude, mais pas du tout, de sortir tous les gros mots qui existent dans ma langue maternelle. C’est plutôt le contraire : moi quand je me fâche je tends à injurier en langue étrangère pour être bien sûre que mon interlocuteur va me comprendre ! Et puis, en plus, je me sens plus détachée de ce que je suis en train de dire.

Et vous, comment vivez-vous les disputes en langue étrangère ? Merci de partager, toute astuce est bonne à prendre !

se disputer en langue étrangère

Bilinguisme

Je veux mettre l’accent !

Un jour, dans un car de Madrid à Cadix on m’a demandé si j’étais Portugaise.
Un jour, à Bruxelles, on m’a demandé si j’étais Française car je disais “ouais”.
Une fois, dans un bar à Madrid on m’a encore demandé si j’étais Portugaise.
Une fois, à Paris on a voulu savoir si je venais du Sud.

Dans le car la fille m’a entendu parler en minorquin qui, certes, a une petite ressemblance d’intonation au portugais…
A Bruxelles les gens disent “oui” d’un “i” plus court, tandis qu’en France, notamment à Paris, on dit “oué” …
A Madrid le serveur m’a encore entendu parler en catalan, donc pour lui j’étais Portugaise…
A Paris, quelqu’un a relevé un petit accent… il ne savait pas d’où… j’ai dit “oui, du Sud, je viens bien du Sud, très au Sud”

Et puis aussi, en France on m’a dit que je ne prononçais pas bien le mot “huit”, un “h” pas bien aspiré, jusqu’au jour ou une âme charitable m’a dit que non, qu’en fait je prononçais comme les Belges. Maintenant, trop fière, comme j’ai vécu au Plat Pays pendant quelques années, je dis que je prononce “huit” à la Belge !

Et de retour chez moi, plus le temps passe, plus j’entends des gens me dire “oh mais tu as un accent français quand tu parles catalan” !! “Noooon, ce n’est pas possible” je leur rouspète, “je parle presque quotidiennement avec ma famille et ils ne me le disent pas”, comme s’ils détenaient la vérité absolue !

Quand je parle espagnol je ne sais pas de quoi j’ai l’air, si j’ai un petit accent ou pas. Il vaut mieux, sûrement, ne jamais le savoir !

Je me suis donc rendue à l’évidence et je lance un appel : Si vous avez besoin de quelqu’un qui se fasse passer par une Portugaise, une Belge ou une Française du Sud, je peux le faire !

accent