Enfants

Chronologie d’un voyage en avion d’un bébé et une maman (qui vomit)

C’était une jolie journée ensoleillée du mois de décembre, plus précisément le 18 décembre 2013. Premier Noël de ma fille. A sept mois elle allait faire son troisième voyage en avion. Elle allait prendre le cinquième avion de sa vie. La famille qui nous attendait là-bas, en plein milieu de la Méditerranée. Une jolie journée en perspective. La matinée se déroule tout normalement…

11h30 : J’ai soif, je bois un verre de limonade (oui j’aime bien les sodas)
11h45: Je commence à avoir mal au ventre. C’est quoi ? je me demande…
11h50: Je donne le repas à ma petite princesse de sept mois.
12h05: Mes beaux-parents arrivent pour nous amener à l’aéroport.
12h20: On monte dans la voiture pour partir à l’aéroport. Ma petite installée dans son cosy, ma belle-mère me propose de monter devant, j’accepte, en me disant “oh oui, déjà que les voitures quand ce n’est pas moi qui conduit me rendent un peu malade, avec ce mal à l’estomac il vaut peut-être mieux”.
12h50: Nous arrivons à l’aéroport. Je ne me sens pas bien, je ne dis rien. C’est la faute à la limonade.
13h02: Je facture les bagages. Ma belle-mère porte ma petite princesse.
13h15: On dit au revoir à papy et mamie. Je mets ma fille dans le porte bébé***. Je me dis que ça ne va pas être facile. Cela tire sur mon ventre.
13h30: Nous attendons sagement à la porte d’embarquement. Appel de mon mari pour prendre de nos nouvelles. Je lui confesse ne pas me sentir très bien, je luis dis que je crains le voyage avec bébé. Mais je le rassure en lui disant que ça va passer. Que notre fille est très calme (oui, c’est vrai) et que ça devrait le faire…oui, ça va le faire…oui, ça va le faire…oui, ça va le faaaaaiiiree.
13h40: Nous attendons toujours, oui, ça va le faire. Souffle, souffle, tu as appris ça pendant ta grossesse. Souffle. Appel des hôtesses. L’embarquement va commencer.
13h45: Je suis chargée comme un âne. Mais je ne suis pas un âne, non. Souffle, ça va le faire. Les manteaux, le sac à main, les papiers. La sucette qui tombe. Les passeports. Le Monsieur d’à côté qui parle à la princesse. La sucette qui retombe encore. Sept mois. L’âge de la découverte, pa-pa-pa-pa-ia-ia-ia-ia. Oui, ça va le faire. Non, papa n’est pas là. C’est maman qui gère tout. Les avions, toi et moi, ma fille, on connaît, on a déjà voyagé toutes seules. Rassurons-nous.
13h55: Nous avons montré les passeports à l’hôtesse. Très bien. Nous rentrons dans le finger. Attendre, il faut encore attendre. Le porte bébé, mon ventre, sept kilos, ça tire. Mon ventre, mon ventre. Oui c’est ça. Une fois installée dans l’avion je vais demander un verre d’eau.
14h03: Nous sommes assisses. Put**naise, ces machins d’avions ils le font de plus en plus étroits. Put**naise, pourquoi avec un bébé on m’a installée dans le siège B, au milieu. Put**naise, la prochaine fois tu demanderas couloir.
14h10: Beaucoup de monde dans l’avion. Oui c’est Noël, c’est à cause de cela. On va décoller. Les hôtesses ont oublié de me donner la ceinture pour le bébé (qui ne sert pas à grande chose mais bon, la conscience), je dois la demander. Oui les hôtesses, ça a toujours un sourire, mais moi j’ai un mal au ventre incroyable. Mais je souris. Oui, souris Marguerite effleure les mots, de toute façon ta fille ne fait que sourire alors la maman il faut que ça sourie aussi. Mal au ventre, non? pas possible.
14h15: Décollage. Bébé elle sourit autant qu’elle bouge. Ohh, trop chouette, Madame à droite a une liseuse et Monsieur à gauche une super tablette, ça m’intéresse tout ça (oui, vous savez, l’intérêt des bébés pour tous les écrans ??? et ben, c’est ça!) Badaboum, main par ici, pied par là. Madame à droite sourit, Monsieur à gauche un peu moins. Ohh, les papiers, c’est trop bien ça, vas-y que je le prends, paam, le papier sur le nez de Monsieur.
14h25: Ok, maman Marguerite effleure les mots a tenu 10 min. Elle est gentille mon bébé, mais maman ne veut pas gêner. Allons faire un tour. On monte le couloir, on descend le couloir. Les gens sourient. Les gens dorment. Je commence à ne plus sentir mes bras. Mon ventre on dirait le tambour d’une machine à laver. Troisième tour du couloir.
14h29: Les sièges de devant, vous savez les business class que de toute façon personne ne prend sont vides. Chouette pirouette. Bébé et moi on s’y installe. Elle essaye de s’endormir.
14h33: Oui, ça va le faire, oui, ça va le faire. C’est ça que je disais à mon mari ChériGuiri ? Bon, et ce verre d’eau ? Appel de l’hôtesse. Le verre d’eau arrive. Elle me dit seulement de passer à la deuxième file. Ok, ça va, c’est plus spacieux que ma place en file 9.
14h45: Le hochet retombe, je prends mon verre avec mes lèvres. Faut que je le ramasse ce hochet, mais sans faire tomber de l’eau. Bébé n’arrive pas à s’endormir. Je bois à petites gorgées. ça devrait le faire.
14h55: Un peu de calme. Oui, ça fait du bien.
15h00: Le calme continue. Bébé aime bien avoir plus d’espace. Moi aussi, ça tombe bien.
15h06: C’est cool je trouve que les gens n’achètent pas du business class finalement…
15h15: Ah, il faut changer d’activité. Ok, les hôtesses ont fini de passer avec leur chariot pour proposer un menu et des en-cas que de toute façon personne n’achète, non plus. Je peux donc refaire un tour de couloir.
15h22: Deux tours de couloir.
15h24: Annonce de l’approche de l’atterrissage. Je regagne ma place. Là-bas entre Monsieur à gauche avec une tablette et Madame à droite avec une liseuse.
15h40: Atterrissage. Youupiii!
15h44: Arrêt de l’avion. Je décide de laisser sortir tout le monde avant moi. Nous ne sommes pas pressées. De toute façon nous avons quatre heures devant nous avant de prendre le prochain avion. Chouette pirouette.
15h53: L’avion commence à être plus vide. Une des hôtesses toujours avec le sourire vient me demander si j’ai besoin d’aide. Je lui dis que oui, mais que je laisse sortir tout le monde, pour éviter plus d’encombrements. J’ai bu de l’eau, ça va le faire.
15h55: Plus qu’une dizaine de personnes au fond de l’avion. L’hôtesse s’approche. Elle me dit de me prendre le bébé le temps de remettre mon porte bébé. Je lui confie ma petite princesse et c’est à ce moment là, à cet instant précis, quand bébé est encore entre mes bras et ceux de l’hôtesse qui sourit toujours que je sens que Noon, en fait, ça ne va pas le faire, ça ne le fait pas du tout…
15h56: Tout va très vite, bébé en mains de l’hôtesse, 8 personnes encore au fond, je me vois prononcer ces mots en même temps que je me penche et quelque chose sort de ma bouche “en fait Madame, je ne me sens pas très b…”, j’ai vomi, j’ai vomi, je suis en train de vomir, sur mon collant, sur le sol (pas grave l’avion est bien crade)
15h57: un sac s’il-vous-plait, elle a bébé entre les mains, elle appelle du renfort, je vomis, je continue à vomir, Put***naise de limonade, vous avez un autre sac, c’est dégueulasse, la honte, devant les gens, moi, la maman responsable je suis en train de vomir devant ma fille et une hôtesse qui ne sourit plus, qui dit “la señora está vomitando”… je remplis trois de leurs sacs (faut dire aussi qu’ils auraient pu les faire plus grands).
15h59: Aiix, ça va mieux d’un coup. Là oui, ça va mieux. Je relève ma tête, mon visage est tout sale, bébé continue à me regarder. Plus personne au fond. Je me retrouve avec les sacs de vomis dans mes mains, je demande “je fais quoi avec”, on me dit de les jeter dans les toilettes, de voir s’il y a de l’eau encore qui coule du robinet pour me laver un peu. Je rappelle que l’avion est en arrêt. Les gens du ménage arrivent, pour passer derrière moi. La honte. La honte. L’hôtesse croit que j’ai une poussette à pied d’avion. Je dis non. Juste le porte bébé.
16h04: Ils veulent m’accompagner, les gens des fauteuils roulants, oui, ce n’est pas une blague. Je dis non merci. Cela va mieux, enfin, moi je décide qu’il faut que ça aille mieux. Je suis responsable de ma fille de sept mois. Je dis au revoir et merci et désolée.
16h06: Je sors de l’avion, mon bébé dans le porte bébé, Put**naise que ça tire encore le ventre.
16h10: Je marche et je marche dans l’aéroport. Faut que j’aille récupérer les bagages. Je porte comme je peux le bébé, les manteaux, les doudous, le sac à main/à langer. C’est loin trop loin.
16h30: J’ai récupéré ma valise, je suis sortie, je l’ai facturée de nouveau pour notre prochain vol.
16h34: Faut que j’aille changer la petite et il faut aussi que j’aille faire un pipi, ça va soulager mon ventre aussi…
16h37: Avez-vous déjà essayé de faire un pipi avec un bébé de 7 kilos et 64cm sur votre ventre ? Je m’arrête là et je vous laisse imaginer….

PS1.Nous sommes enfin arrivées a casa vers 20h30, grand soulagement, j’ai confié bébé à ma mère et j’ai fait oouffff sur le canapé !!!
PS2. Notre retour a eu aussi sa dose d’humour, un super réveillon du 31 qui mérite aussi quelques lignes… peut-être pour demain ?!
*** Le porte bébé que j’utilise, qu’on a eu en cadeau de naissance est un Manduca, comme celui-ci . Il va très très bien, nous en sommes très contents. On sent à peine le poids du bébé. Non, je n’ai pas été sponsorisée par la marque, mais parfois je sais que les mamans veulent savoir l’avis des autres, alors je le conseille.

bebeavion

Inspiration

La vie aux aéroports

Presque disparue des parages, me voilà de retour. Le mois d’avril a été pour moi une période bien chargée, sans vraiment l’avoir programmé j’ai passé presque plus de jours hors-maison que chez moi. Deux fois j’ai été en Espagne, dans mon pays donc. J’ai d’abord été à Madrid et alentours, Tolède et Ségovie, El Escorial. Le deuxième voyage m’a amené vers Barcelone et les Iles Baléars. Je ne partais pas à la découverte, j’ai habité pendant quelques années tant à Madrid qu’à Barcelone et aux Iles Baléars. Les autres villes je les avais déjà visitées il y a bien longtemps.

Je n’ai pas trop l’habitude de parler de moi sur ce blog, je ne conçois pas cet espace comme un journal intime ou je doive me dévoiler. Cependant tous ces va-et-vient du mois d’avril entre mon pays et mon autre pays (je préfère ne pas parler de pays d’origine et pays d’adoption ou d’adaptation, selon certaines voix) m’ont fait bien réfléchir et remuer aussi le plus profond de mon moi. Tout est positif, ne vous inquiétez pas 🙂

Des longues heures d’aéroport, des attentes, des files, beaucoup de décollages et d’atterrissages en très peu de jours. J’entends encore le bruit des moteurs dans mon cerveau. C’est fatigant, oui, très fatigant, surtout quand on voyage tout seul.

Mais je ne sais pas pourquoi les aéroports ont toujours été pour moi l’espace où on reconstruit et où on invente la vie des gens. Qui n’a pas, au moins une fois dans sa vie, assis sur les sièges d’un aéroport imaginé la vie d’un passant, de l’autre et encore de celui qui vient après ? On imagine des vies gentilles, des gens qui partent en touriste, de ceux qui rentrent chez soi après un voyage d’affaires, il y en a qui sont contents, d’autres moins souriants, pressés ou pas d’embarquer, il y en a qui paniquent car ils n’aiment pas l’avion. Il y a des voyageurs qui vont chargés comme des mules, des femmes surtout qui en profitent pour faire les emplettes, car, il faut avouer, il y a des aéroports aménagés tel des galeries commerciales… et tant et tant d’autres vies qui doivent échapper de mes pensées.

Il y a aussi ce moment fatidique où on doit passer l’arc détecteur de métaux et autres substances suspectes. Quand je dis fatidique ce n’est pas autant pour la peur du bip qu’on peut faire déclencher que pour les au-revoir que cela suppose. C’est juste à ce moment là qu’il faut se séparer des êtres chers, pas tout le temps mais surtout quand on quitte notre chez nous. A chacun sa stratégie, moi j’évite le regard directe dans les yeux, sinon c’est foutu, c’est clair que je ne me mets pas à pleurer devant ces gens qui sont aussi tristes de me voir partir,… on s’embrasse fort, on se fait des bisous et puis allez-hop, je prends mes petites affaires, je passe les contrôles, je me retourne encore, je fais au revoir de la main, eux, ceux qui restent à terre, ils partent reprendre leur vie quotidienne et moi je verse mes quelques larmes, toute seule…Plus je vieilli moins j’aime les au-revoir. Et vous ?

Et de ce bip qu’est-ce que j’en peux dire ? nous n’avons pas le choix, voyager en avion c’est de plus en plus compliqué, ennuyant, lassant. J’ai la chance de prendre, presque systématiquement, trois avions dans la même journée, mon record je l’ai eu en prenant cinq avions en vingt-quatre heures, pas pour aller très loin, c’est juste que parfois il y a des connexions pénibles et il faut faire des escales partout. Je vous raconte donc, quand cela m’arrive, de prendre plusieurs avions en une journée, vous pouvez bien imaginer que je n’ai pas le temps de changer d’habits, je rajoute pas non plus de bracelets ni change de chaussures. Parfois ça bipe parfois c’est le silence. Fatiguée donc de cette souplesse des machines j’ai posé la question à un de ces agents de sécurité (qui, soit dit en passant, doivent passer un concours de sympathie avant d’être embauchés) et ils m’ont répondu que cela dépend du volume de la machine, aahh, grande découverte, genre, aujourd’hui on veut beaucoup de boulot on met la machine au max, par contre si on a la flemme on la met au minimum et on reste pénards !!!!!  je vous assure que c’est vrai !!! attention les femmes, sachez que le crochet du soutien-gorge met aussi la machine en colère 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !