Enfants

Partir sans elle : première séparation avec son enfant

Ce sera la première fois. Comme toutes les premières fois, un mélange d’excitation et de peur, d’enthousiasme et de crainte. Très envie et pas envie du tout. Une peur sans en être une.

partir sans son enfant

Des kilomètres entre nous

Dans quelques heures, je vais monter dans un train qui m’amènera loin de chez moi. Loin d’elle. Dans quelques heures, je vais me séparer pour la première fois de ma Petite Princesse. Il parait qu’environ 426 km vont nous séparer, pour un peu plus de 53 heures, je les ai comptées. À quelques semaines des 2 ans de la petite, je vais partir seule, pour la première fois.

Et cela me fait tout bizarre. Oui, elle est déjà partie, deux petites journées, pendant les vacances scolaires mais j’étais à la maison. Je savais qu’en cas de besoin, je pourrais prendre la voiture, faire 70 km et l’embrasser très fort. Là, c’est un peu différent. Alors, si ChériGuiri a bien reçu une consigne c’est celle-ci : ne te sépare pas de tes deux téléphones et mets le volume fooooooorttt !! (oui, vous savez, mon homme n’est pas fan de l’ultra-connexion).

On devient maman, on perd un peu de liberté ?

J’appréhende et en même temps je sais que cela va me faire du bien aussi. Devenir maman change plein de choses, à commencer par une certaine perte de liberté. Je suis devenue maman à 33 ans. Jusque là, j’avais profité de beaucoup de liberté, de beaucoup de voyages, de beaucoup de déménagements et de plein d’amis un peu partout en Europe.

Quand je suis tombée amoureuse, j’ai perdu un peu de cette liberté. Quand je suis devenue maman, j’en ai perdu un peu plus. Mais tellement de bonheur en échange ! La perte de liberté était un des facteurs que je redoutais le plus à l’idée de penser à devenir maman. Maintenant, je m’en fiche de cette liberté.

L’espace de quelques jours, je vais donc, d’une certaine manière, retrouver du temps et de l’espace rien que pour moi. Et je me pose des questions : saurais-je en profiter pleinement ? me sentirais-je un peu perdue ? vais-je tout le temps, toutes les secondes, chaque minute, penser à Petite Princesse ?

Quoi qu'il en soit, toutes les mamans du monde passent par là. Il faut. C'est une étape de plus dans la vie. Et vous, comment l'avez-vous vécue cette première séparation avec votre enfant ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Enfants

“Le Petit Prince” qui sommeille en nous

Le Petit Prince

Petite Princesse a reçu ce joli cadeau de la part de sa marraine, à Noël. J’avoue avoir aimé grandiosement ce symbolique présent.

Symbolique parce que Le Petit Prince est un des premiers livres, avec Le Petit Nicolas, que j’ai lu en français. Mais aussi parce qu’elle nous a offert (oui, “nous”) la version en catalan de ce magnifique conte. Version, qui plus est, en beau-livre comme vous pouvez le constater, avec la reproduction des aquarelles de l’auteur. Symbolique aussi, parce que la traduction du français vers le catalan, a été réalisée par la traductrice Anna Casassas avec qui j’ai correspondu virtuellement, il y a quelques années de cela.

Voilà.

Le Petit Prince

Après avoir pris soin de très bien emballer le beau-livre afin de le transporter en avion sans crainte qu’il s’abîme, j’ai pris le temps de le scruter. Et de le mettre hors de portée des enfants ! Je vous ai déjà dit que je l’aime trop ce livre ? En attendant donc que Petite Princesse puisse le savourer, je l’ai fait à sa place : je l’ai caressé, je l’ai senti, je l’ai touché, je me suis amusée à ouvrir délicatement les découpes, parce qu’il s’agit, bien sûr, d’un livre découpé (ou pop-up comme on dit maintenant) et à le replier.

Au fait, je l’ai lu aussi. Enfin, relu.

Je l’avais lu jeune, adolescente, au lycée. Je me suis rendue compte que j’étais trop jeune. Ou peut-être pas. En fait, Antoine de Saint-Exupéry avait raison de dire qu’il s’agit d’un conte pour enfants et pour grands car “toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. (Mais peu d’entre elles s’en souviennent.)”.

J’aime le langage simple et chargé de symbolisme. Ce langage que tout enfant comprend facilement et que les adultes décryptent aisément jusqu’à atteindre ce sens profond que l’auteur a voulu nous transmettre.

Je n’ai pas à vous faire une dissertation sur Le Petit Prince.

Tout le monde l’a lu.

Seulement... Tout le monde devrait le relire...

Le Petit Prince

Le Petit PrinceLe Petit PrinceLe Petit PrinceLe Petit Prince
Rendez-vous sur Hellocoton !

Enfants

Mamans qui travaillent, enfants en vacances

enfants en congé et mamans qui travaillentNous y voilà de nouveau. L’heure a sonné, les sonneries retentissent, la France se met en mode vacances scolaires ! Yoouppi, laissons les cartables se reposer !

Toutes les six semaines, le pays se voit envahit par une vague de petites têtes blondes qui cherchent à savoir quoi faire de leurs petits os. Les uns profiteront des papys et des mamies; les autres auront la chance d’avoir des papas et des mamans qui prennent des vacances, aussi; les autres se partageront le temps entre chez maman et chez papa; et certains, comme c’est le cas ici… profiteront, tant bien que mal, d’une maman qui travaille à son compte à la maison.

Nous y voilà donc pour la deuxième fois. Deuxièmes vacances de février pour Petite Princesse. Le mode d’emploi n’est pas encore bien défini. On tâtonne, on s’adapte, on profite, on stresse, on rigole, on joue, on tape sur la touche du clavier qu’il ne faut pas, on demande de l’aide certains jours…bref, on fait comme on peut. Figurez-vous que “les vacances toutes les six semaines” c’est un “mode de vie” tellement ancré que c’est un des aspects que j’ai mis sur la balance quand je pesais les pour et les contre de devenir freelance.

En vérité, comment le vivons-nous ?

Je l’ai dit : comme on peut !

Je vous avoue que trois jours avant le top départ des congés scolaires (pour rappel, nous avons une “nounou” temps enseignant), je commence à stresser et dans mon for intérieur je me maudis de ne pas habiter à côté de ma maman chérie. Oui. C’est un fait. Elle qui a aussi gardé des enfants à Minorque. Elle avait qui je m’entends si bien. Bref. Il faut faire sans ma maman chérie. En même temps, si j’ai opté pour travailler à la maison, c’est aussi pour profiter plus de mes enfants et pour être plus présente. ça, je me le répète aussi. (ces lignes que vous venez de lire, c’est des pensées à voix haute ! oui oui !)

Mais la vérité est que quand il faut travailler, quand il faut réfléchir aux mots, au sujet à traiter, à la traduction la plus adéquate et bien, une Petite Princesse toute pleine de vie de 21 mois, fera tout pour ne pas vous aider ! Retour donc sur terre. Je réalise qu’il va falloirtrouver des moyens pour l’occuper. Qui dit moyens pour l’occuper, dit gens susceptibles de vouloir la garder.

Je n’habite pas en ville, je suis arrivée ici dans cette campagne nantaise il y a 2 ans, autant vous dire que je connais pleeeeiiiinnn de monde ! La famille de ChériGuiri est toujours à 70 Km et lui-même part à 6h30 du matin et rentre à 18h le soir. Il y a pire, je sais. Mais bon, toujours est-il qu’il faut que je trouve des “aides” si je veux travailler un minimum et dans de bonnes conditions.

Des solutions

1ère solution : La première des choses est appeler belle-maman. Et comme je suis un peu timide, j’ai toujours un peu de mal. Mais je le fais, oui, je suis grandemaintenant, je suis une maman-freelance-qui-travaille-à-la-maison. Elle accepte (évidemment) de venir la garder 1 jour en début de semaine et de venir la récupérer le jeudi matin pour partir avec et nous on ira la chercher le samedi. Avec ça aussi, j’ai encore un peu de mal. Je ne sais pas si je suis une maman poule, je ne sais pas si c’est parce que belle-maman n’est pas ma maman (logique !) mais j’ai un peu de mal à voir partir ma petite à 70 km. Parce que moi qui suis originaire d’une île de 700 km² et bien, ces 70 km je les vis comme partir au fin fond du monde !

2ème solution : Deux jours par semaine je vais la garder moi-même. Pour ce faire, je me lève tôt, à 6h ou avant, histoire d’avoir 2 ou 3 heures devant moi pour travailler, avant que Petite Princesse se réveille. Après je m’occuperai d’elle, on va aller se balader, faire des magasins, jouer, manger. Le soir venu, si je n’ai pas rempli mon cahier de charges je me remettrais au travail pendant que le papa donne le bain.

3ème solution : Confier Petite Princesse à desamis. De nouveaux amis, vous savez, ce dont je vous parlais l’autre jour, par ici. Ces amis qui sont à la base les amis de mon ChériGuiri mais qui avec le temps deviennent mes amis aussi. Ce sera une première pour ces vacances de février 2015.

Pas d’autres solutions en vue, pour l’instant. Je sais que quand elle grandira, les choses vont changer. Dans l’état actuel des choses, je ne peux pas (mon coeur ne peut pas) la laisser partir une semaine entière chez belle-maman et beau-papa, à 70 km, c’est trop loin pour moi !

Vacances scolaires en France, faire garder les enfants

J'ai parlé des mamans freelances qui travaillent à la maison parce que c'est ce que je connais mieux, mais je sais que c'est tout aussi difficile pour n'importe quelle maman qui travaille. Et oui ! Les mamans deviennent des pro de l'organisation pendant les vacances des enfants... toutes les six semaines !
Comment faites-vous ? Je suis preneuse d'idées, comme toujours. Je serai aussi ravie d'entendre que c'est normal que je ne puisse pas la laisser partir, pas encore, une semaine entière...

Rendez-vous sur Hellocoton !