Vie à l'étranger

La première Rentrée (dans un pays qui n’est pas celui de maman)

La Rentrée dans un pays qui n'est pas celui de maman

Les préparatifs

1 pochette pour le doudou ✔️
1 timbale ✔️
1 rechange complet ✔️
1 gant de toilette ✔️
1 serviette de toilette (usagée de préférence) ✔️
1 blouse en plastique avec manches ✔️
1 boite de mouchoirs en papier ✔️
1 protège cahier ✔️
1 sac ou pochette pour le goûter si besoin (si je “considère” que tu n’as pas bien mangé le matin avant de partir dans le cadre d’une histoire “d’éducation à la nutrition”) ✔️
des étiquettes et le nom partout ✔️

Privilégier les chaussures à scratch et les blousons à fermeture Eclair, éviter les écharpes, éviter les parapluies… bon alors, et si on disait #UniformePourTous ce serait peut-être plus simple, non ? parce que bon, quitte à ne pas pouvoir vraiment choisir les fringues de ses enfants… (oui, je ne suis pas entièrement d’accord mais laissons ça de côté). Enfin bref.

Tu es prête !

Voilà, ma fille, c’est ta première rentrée. Tu l’attends depuis 1 an presque. 1 an que tu vas à l’école par procuration et que tu nous racontes les histoires de ta copine d’amour rencontrée chez la nounou. Hier, tu t’es baladée tout l’après-midi avec le sac à dos « pasque ye veux aller à l’école maintenant ». Toi ma fille, je crois que tu es prête.

Maman un peu moins prête !

Quant à moi, ma petite princesse, je suis un peu stressée. C’est aussi ma première rentrée en maternelle dans le pays qui m’accueille. Alors voilà, pour “comprendre” ce que c’est que PS, je dois me parler à voix basse et faire des équivalences. Pour savoir ce que c’est qu’une ATSEM et bien, je ne le sais pas encore vraiment. Me dire que tu n’as pas école le mercredi après-midi ça me fait tout bizarre, moi qui ai toujours été à l’école 5 jours par semaine. Tu vois, hier matin, je suis même passé à la mairie pour quelques éclaircissements car entre accueils périscolaires, TAPs et centres de loisirs, je m’y perds un peu. Inscription par ci, inscription par là. La dame était très gentille mais j’ai compris qu’il y a des choses “que tout le monde sait”. Oui, tout le monde quand on est d’ici , madame, je lui ai dit.

Aujourd’hui, papa et moi on est venus avec toi. Et j’ai juste eu envie de te dire un truc : ne laisse jamais que l’école efface ta joie de vivre et ton sourire, ta curiosité et ton côté avenant. Garde avec toi le ciel bleu et le soleil dans ton cœur. Il est important d’avoir du soleil dans le coeur. Toujours, quoi qu’il arrive. Je serai là pour veiller. Ici ou là-bas.

Bonne rentrée granoteta meva!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

Et qu’une vie à l’étranger, parfois, c’est ça aussi…

Depuis quelques nuits, je rêve de cet article. Depuis quelques nuits, je dors seule. Ou accompagnée d’une petite coquine. Depuis quelques nuits, l’amour est aussi grand mais aussi loin…

Et puis, quand je me dis que je vais mettre des mots sur ces nuits étoilées, en petite nuisette et seule, je ne sais plus quoi dire. Ni par quoi commencer.

Depuis quelques nuits, je compte les jours minutieusement comme la petite aiguille de la montre qui tourne sans faire du bruit et qui marque inexorablement le tempo.

Parce qu’un jour nous l’avons compris. Un jour, nous avons su qu’on ne pourrait pas échapper à cette distance non-voulue/voulue, imposée/non-imposée. Lui et moi. Et désormais elle aussi. Parce qu’un jour quand l’amour nous a uni, nous avons su que des kilomètres et une mer nous sépareraient le temps de quelques jours, quelques semaines, à pâques ou en été.

Parce que, pour nous, cette vie à l’étranger que  nous menons je mène, c’est cela aussi.

Une vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la famille4

Etre présente pour la famille

Je suis fille unique mais surtout, je ne pourrais pas vivre un vrai été sans mon ciel méditerranéen, ce ciel qui reste bleu en permanence et qui fait que je ne regarde plus jamais les bulletins météo. Le bleu-bleu-bleu-grand-bleu qui me re-donne des ailes, des sourires et de l’amour.

Et que nous n’avons plus 20 ans, ni 30, même plus 35 (aïe, ça pique) mais que nous vivons ces au-revoir et ses retrouvailles comme si c’était nos premières fois.

Un jour, nous avons su que pour être vraiment heureux(se), il fallait venir puiser aux sources, comme un retour à l’essentiel. Et retrouver mes gens, mes rues, mes plages, mon train-train quotidien, ici, aussi. Et le soleil. Parce qu’on grandit et qu’en grandissant on réalise des choses, d’autres choses. Et que le soleil est très important.

Avoir deux chez soi

Parce qu’en vrai, nous vivons comme si nous avions deux chez nous. En réalité, moi j’ai un chez moi là-bas, qui me convient très bien pour l’hiver et un chez-moi ici qui est juste parfait pour l’été. Et lui, il l’aime aussi son chez soi ici et sa douceur de vivre. Lui, il adore maintenant s’installer sur une des nombreuses terrasses de la place de la ville et siroter une boisson fraîche, savourer le temps qui semble s’étirer, dire bonjour aux voisins qui passent et croiser trois-quatre-cinq-quarante mots. Lui aussi, l’aime ce ciel bleu. Et gazouille quelques mots en minorquin.

Et elle, pour qui depuis qu’elle est née, c’est tout à fait normal de passer du temps ici. Elle a un lit ici et un lit là-bas. Et on vient en vacances sans être en vacances. Et qu’on fait les courses pour Sa Rentrée, ici, dans les magasins où maman achetait aussi ses bricoles de rentrée. Et qu’elle aime la mer, toujours aussi près. Et les piscines aussi, du cousin, de la cousine, de la marraine, du restaurant. Et elle rentre comme ça, chez les voisins, à l’aise et rigole et danse dans la rue et les gens lui parlent. Et elle répond dans un catalan juste parfait. Et pendant que nous profitons des terrasses de la place de la ville, elle joue à l’aire de jeux qui surplombe cette place, comme et avec tous les autres enfants de la ville.

Une vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la familleUne vie à l'étranger, la distance et la famille

Et maintenant, les aiguilles de la montre qui marque inexorablement le tempo, nous indiquent que dans très peu de temps, après plus de trente jours, ce ciel bleu-bleu-bleu-grand-bleu on pourra le siroter à trois, ensemble. De nouveau.

Et que les nuits je ne les passerai plus seule… jusqu’à la prochaine fois.

Parce qu’une vie à l’étranger, parfois, c’est ça aussi…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

De mères en filles, traditions culinaires

Et puis je me suis réveillée et je me suis dit qu’il fallait bien ça aussi pour bien transmettre les traditions culinaires. Je me suis dit mais c’est juste pas possible, il faut que je m’y mette pour pouvoir lui transmettre, là-bas, loin de la Méditerranée.

Parce que je me suis rendue compte, en fait, que je parlais souvent de tout ce que je veux transmettre à ma fille en termes de langue, d’habitudes, de culture. Je parle relativement souvent de ce que moi je veux transmettre à ma fille.

Mais oui mais oui, je me suis dit… il va bien falloir, aussi, aller puiser à la source : ma mère.

Ma mère à moi pour bien devenir sa mère à elle

Transmission culinaire de mère en filleTransmission culinaire de mère en filleTransmission culinaire de mère en filleTransmission culinaire de mère en filleTransmission culinaire de mère en fille

De mères en filles

J’aime la cuisine. J’aime le salé. J’aime les popotes, les casseroles, les gros plats au four, les préparations bien mijotées, les tomates, les aubergines, les courgettes, les poivrons tous couleurs confondues, l’origan, le thym et les herbes de Provence, les cocas… J’aime la cuisine du sud.

Le sucré j’aime un peu moins. Voilà donc l’occasion parfaite pour m’entraîner, pour apprendre de ma mère et apprendre à ma fille, un jour, qui sait, là-bas. En fin d’après-midi, quand la chaleur tape encore, avant la balade du soir sur la place de la ville pour y rejoindre les autres enfants.

Au menu banyetes de chocolat. PrincesseThelma et moi on les appelle « beignets au chocolat » quand on veut expliquer ce que c’est en français, par rapprochement homonymique mais en vérité ce sont une sorte de petits pains viennois en forme de croissant. Banyetes signifie petits cornes.

Et les savourer et se laisser les moustaches de chocolat et entendre des iaia, je veux una banyeta. Et sourire très fort. Et me dire que oui, moi aussi, je vais lui en faire un jour. A l’étranger, peut-être.

Rendez-vous sur Hellocoton !