Voyages

Au coeur de Bourges

Un week-end à Bourges

Vitrail (Les docteurs de l’église) à l’intérieur de la cathédrale

 

Voici quelques images d’un week-end où le coeur n’y était pas, même pas pour partager en direct sur Instagram nos jolies découvertes. Parce que notre week-end escapade, dont on rêvait depuis longtemps, a eu, finalement, une saveur à détente brisée.

Mais Bourges s’est offerte, plus que jamais, comme un joli cadeau, une belle petite ville à arpenter tranquillement, des moments à rigoler, à profiter de nous trois, d’elle et de lui. Une belle ville qui, même sous un fort brouillard et un ciel plutôt gris, nous a réchauffé le coeur, un tout petit peu, au moins. Et puis, le soir arrivé, on s’est blotti, coeur contre coeur, mains dans les mains.

Au coeur de Bourges pour s’aimer très fort, d’un amour plus robuste que toutes ces pierres centenaires et plus grand que cette superbe cathédrale, patrimoine de l’Unesco.

Un week-end à Bourges

Fresque murale montrant Jacques Coeur

 

Un week-end à Bourges

L’incroyable bâtiment de La Poste

 

Un week-end à Bourges

Pour donner un peu de couler

 

Un week-end à Bourges

La cathédrale Saint-Etienne, construite entre le XIIème et le XIIème siècles


Un week-end à Bourges

Un week-end à Bourges

Les jolies rues et maisons à colombages et petite visite aux marais de Bourges

 

Un week-end à Bourges

Encore une jolie façade

♥♥♥♥♥♥♥♥   ♥♥♥♥♥♥♥♥

Un week-end à Bourges

Et puis, au retour, nous avons fait une petite halte gourmande à Tours mais chut-chut, on laisse ça pour une autre fois, dites, sí o sí ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voyages

Les Baléares avec Echappées Belles (#etunpeudemoi)

Echappées Belles Iles Baléares

C’était au début des beaux jours, quand on a envie de vacances, de soleil, de farniente et de belles balades. C’était donc sous un ciel bien bleu quand j’ai reçu un joli courrier de Locky, journaliste pour Bo Travail, la boîte de production qui réalise l’émission Echappées Belles sur France 5. Elle voulait un petit coup de main pour que je l’aide dans la réalisation du documentaire qu’ils allaient tourner début septembre aux Îles Baléares ! Mon coeur a fait boum et bim et j’ai dit oui !

C’est rare que je parle ici de mes projets professionnels, ouvertement. Je le fais plus facilement sur la page Facebook. Allez vous savoir pourquoi. Peut-être parce que je pense qu’il est important que tout free-lance traite avec beaucoup de respect ses clients et aussi car cela fait partie d’une certaine éthique professionnelle. Mais je m’égare !

Plateaux et séquences

Je disais donc, que samedi dernier, quand la foule était sans doute habillée d’Halloween, moi (et ma famille, bien sûr !) étions complètement scotchés au poste de télé. Oui, nous avons une télé ! Bref, tout était prêt afin de regarder et scruter au moindre détail les aventures de Jérôme Pitorin dans son Intensément Baléares, titre donnée à cet épisode de Echappées Belles (magazine qui a presque 10 ans d’existence).

Echappées Belles Iles Baléares

Durant tout l’été, j’avais pas mal travaillé pour confectionner un petit plan qui puisse aider les journalistes à monter leurs scénarios. La consigne était : “on veut un point de vue des locaux, pas un point de vue touristique”. Bon, ça tombait bien, je suis “locale” et en même temps, je commence à connaître un peu la société française. J’ai donné quelques noms, j’ai passé des adresses, expliqué des endroits (les endroits s’expliquent ? bonne question, en tout cas, je l’ai essayé), j’ai passé des coups de fil, etc.

Rien, juste une toute petite pierre toute minuscule de rien du tout pour cet édifice qu’est Echappées Belles.

Après tout cela, je me suis faite petite. Et j’ai attendu. Je connaissais les jours du tournage. Juste deux jours après mon retour en France après ma période estivale aux Baléares. J’ai surtout été contente de savoir que Jérôme Pitorin et Aleix Riera (le pêcheur qu’on voit sur le volet de Minorque) s’étaient bien rencontrés, jour, heure et lieu… j’avais un peu fait l’intermédiaire. Contente aussi de voir les avarques (minorquines) traditionnellement confectionnées, un peu à côté de chez mes parents. Contente de voir qu’ils étaient bien arrivés au monastère de Lluc, à Majorque. Contente de voir qu’à Ibiza, ils avaient aussi trouvé de quoi faire.

Les instances gouvernementales en charge du tourisme avaient aussi été mises à contribution (et j’ai un peu eu cette impression qu’une partie de mes clients s’étaient donné tous rendez-vous en même temps !). Mais moi à distance je me suis faite toute petite, petitissime. Et puis ça me suffisait, j’étais contente. Avec un large sourire.

Ravie d’avoir pu montrer un autre visage de mes îles à mes compatriotes français. Minorque, Majorque, Ibiza et Formentera. Je les avais parcourues aussi cet été, comme Jérôme Pitorin et ses Echappées Belles. Apparemment, l’émission a été suivie par de nombreux spectateurs !

Echappées Belles Baléares

Ce fut une belle histoire. Une belle expérience !

La vidéo est un peu (trop) lourde pour être publiée ici mais je vous invite à regarder le replay sur le site de France 5 et sinon par ici aussi. Egalement, vous pouvez trouver des liens intéressants concernant les Baléares en suivant ce lien.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voyages

La petite île de Formentera

Elle est petite, mignonne, bleue, blanche et couleur sable. Elle est calme mais elle crépite de vie. Elle t’embrasse, elle t’étreint, elle te libère et elle te sauve. Elle te transporte, elle te fait réfléchir, elle te fait sentir heureux, seul au monde, ou pas. Elle te remet les pieds sur terre après t’avoir embarqué loin au ciel.

Elle, Formentera. La plus petite des Iles Baléares. Par une fin de septembre ensoleillée, quand les nuages de beau temps vont et viennent. Quand le ciel change de couleur et que les reflets dorés du soleil te parlent et te disent vite vite caressez-moi je vais bientôt disparaître.

À 30 minutes en bateau de sa soeur ainée, Ibiza (Eivissa). Le temps d’une traversée pour commencer à rêver des chiringuitos et des étals de hippies, des maisonnettes blanches, des vélos et des gens sans souci, ne serait-ce que le temps de quelques jours. Rien de plus, rien d’autre. Peu d’habitants à l’année, environ 10 000 qui vivent tranquillement ; et des touristes, jeunes pour la plupart, qui sont venus se libérer à la fois de leurs tracas que de leurs maillots de bain.

Nature. Sauvage. Superbe. Splendide.

L'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de FormenteraL'île de Formentera
Rendez-vous sur Hellocoton !