Inspiration

La tête entre les mains, les jambes entrecroisées

Elle attendait patiemment sur la dernière marche de l’escalier. La tête entre les mains, les jambes entrecroisées. Elle avait décidé d’arrêter de réfléchir. Dehors il faisait beau, la fenêtre du palier, vieille et entrouverte, laissait passer une esquisse du soleil tombant de cette soirée de printemps. Un peignoir pour seul vetêment, couleur fuchsia et noir, de ces peignoirs que l’on ne met qu’à des occasions bien particulières.

Plus personne ne montait l’escalier depuis déjà plus d’une heure. Quelques larmes s’écoulèrent sur ses joues, roses et tendres, comme l’annonce de cet été qui devait encore arriver, mais qui commençait à s’annoncer. Une paire de pantoufles au joli pompon reposaient sur le tapis. Elle voulait y aller. Elle en était convaincue, elle devait le faire. Donner ce pas, franchir cette porte qui l’amènerait au-delà de ce qu’elle connaissait, loin très loin comme un voyage initiatique. Elle les enfila, ces pantoufles.

C’est légère et enfin souriante qu’elle partait à la rencontre de ce qu’elle avait imaginé pendant des longues années. Mais un retour était prévu.

Arc-en-ciel- 22

Apprendre des langues

Les comptines que l’on transmet à nos enfants (bi-tri-lingues)

Parfois, être mère à l’étranger signifie aussi devoir assumer que son enfant connaîtra, peut-être, plus de chansons, plus de comptines, plus de contes et plus de jeux dans la langue du pays où l’on vit. C’est une richesse, c’est sûr et c’est pour cela qu’on est contents d’être et vivre à l’heure de l’étranger. La plupart des enfants bilingues, et lors de l’acquisition du langage, commencent à prononcer les premiers mots dans la langue du pays où l’on habite, ensuite l’équilibre se trouve et vers l’âge de trois ans l’enfant est capable de parler aussi bien dans une langue que dans une autre (si vous n’avez pas perdu le fil de mes articles, vous devez savoir que j’ai toujours une petite crainte pour la troisième langue de ma fille, mais bon, je reste confiante, ça va bien se passer).

Comptines, contes, jeux… je me suis emparée de quelques CD et de quelques livres pour passer les premiers mois de ma petite princesse. Le matin, quand je la conduis chez l’assistante maternelle, je mets un des CD dans le poste de la voiture, c’est devenu un rituel et on je chante, je chante, je chante en catalan, ce sont mes chansons d’enfance, les chansons que les enfants de mon île adorée en Méditerranée chantent encore et toujours, ces chansonnettes que tout le monde sait fredonner et que, elle aussi, elle saura chanter quand on sera là-bas en vacances. Je veux que ma fille se sente aussi bien ici que là-bas. J’essaye qu’elle ne se sente dépaysée ni ici ni là-bas, pour moi, chez elle c’est dans les deux pays et je pense que c’est à moi de faire ce travail de transmission. Mon ChériGuiri me soutient à cent pour cent, bien évidemment !

Pour un enfant, pour un bébé, la transmission passe par tout ce que nous, parents, avons connu, chanté et vécu, en étant petits. Ici, donc, il n’y a que moi pour lui transmettre tout ce qui vient de mes origines. J’ai du travail !! Cela me fait rire, quand, certains jours, l’assistante maternelle dit aussi “deu” (Adéu) quand je pars, elle aussi elle a appris que c’est comme ça qu’on se dit au revoir, et en quelque sorte, elle participe à ce jeu. Les deux autres enfants gardés par cette “nounou” me regardent parfois “bizarre”, j’ai toujours quelques mots (en français) pour eux, et ensuite ils voient que je me retourne vers ma fille et que je parle “quelque chose d’étrange”…Je trouve cela tellement mignon !!

Et sinon je vais continuer à chantonner tous les matins…mais je pense qu’il va être temps de commencer à changer de CD 🙂 !!

comptines

Inspiration

Des petits ruisseaux pour des grandes rivières (Merci ♥)

Dans la vie il y a des moments pour tout : des moments d’envie, des moments de désespoir, d’espoir, de confiance, de méfiance, d’illusions, de réalité, de tristesse et de grandes joies aussi. Et c’est cela qui est bien dans la vie : on ne s’ennuie pas !

Quand nous avons des projets en tête il faut y croire, avancer, aller de l’avant : donner des petits pas pour ne pas perdre de vue là où l’on va, ce chemin qui se dessine devant nous, ou plutôt, ce chemin que nous-mêmes nous construisons avec notre élan et notre courage.

La vie est faite de courage, et surtout, surtout, de petits et de grands rêves. Seulement les personnes qui font tout pour réussir leurs rêves vont être heureuses. J’en suis convaincue.

J’aime les moments doux comme le coton, légers comme les pétales des fleurs, souriants comme le soleil de printemps ! Et je pense à toi qui a réalisé ce rêve tellement voulu, à vous qui me câlinez un peu tous les jours en vous promenant sur les lignes de ce blog, à lui qui est toujours là pour me soutenir, à elle qui m’a redécouvert et m’a affiché un sourire à ne jamais disparaître, à elle aussi avec qui on va accomplir un rêve, à eux qui ont toujours les mots adéquats !

Parce que c’est ça : C’est un peu grâce à vous que mes rêves peuvent devenir réalité et c’est aussi un peu de vous tous que je parle ici tous les jours !

Alors, Merci ♥ et continuons à rêver ensemble !

Merci