Vie à l'étranger

Bruxelles la belle

Je me souviendrais à vie du premier jour où j’y ai mis les pieds. Contrairement à toutes les croyances, mythes et clichés il faisait beau. Très beau, même. Un vrai soleil éblouissant, de ceux qui te frappent fort le visage et t’envoûtent le coeur. C’était donc une belle manière de démarrer, un bon présage. Tout allait bien se passer, et ainsi fut.

C’était le début de l’été de l’an 2005. 26 ans à mon compteur. Une riche expérience déjà en déménagements. C’était mon cinquième. Celui de mon avenir professionnel. Adieu la jeune étudiante, bonjour la jeune travailleuse.

Bruxelles la Belle. Bruxelles et ses mélanges. Ville de contrastes. Ville européenne par excellence où immigrés et expats ne font qu’un. Ou peut-être pas. Ville d’amitiés, les vraies et les sincères. Ville de pavés et de gratte-ciels. Lumières jusqu’à tard dans les bureaux qui reflètent sur les sacs poubelles qui ornementent les trottoirs.

A Bruxelles j’ai grandi et j’ai vécu. J’ai ri et j’ai pleuré. J’ai appris, j’ai visité, beaucoup. Et j’ai travaillé. A Bruxelles j’ai fait ma grande dans les bâtiments somptueux et puis j’ai aussi fait ma petite, de découverte en découverte, me réjouissant de la vie. En sautillant.

Bruxelles dans mon coeur.

Bruselas la bonita

{Je participe au concours photo #mavilledecoeur de mcharlottephoto du Blog D’ici et d’ailleurs photography}

Vistas de Bruselas

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vie à l'étranger

Le temps d’un week-end à Nantes ~ Un tranquilo fin de semana en Nantes

imágenes de Nantes

Le temps d’un week-end, laisser le téléphone portable dormir dans son sac et se promener les mains ballantes. Le temps d’un week-end, savourer les doux rayons de soleil de l’arrière-saison, et se laisser émouvoir par les premières gouttes de pluie de ce mois d’octobre encore naissant. Le train est arrivé et le temps s’est arrêté, comme si ces années écoulées n’étaient plus qu’un joli clin d’oeil. Elle et lui, elle et moi.

De deux à quatre…

vista de nantes el loire

Quand l’amitié évolue et que la vie s’installe et court son temps. Parce que c’est un peu ça. Un doux week-end passé à flâner, à s’émerveiller, à découvrir et ré-découvrir la jolie ville de Nantes. Avec son design et son architecture, ses bijoux historiques, ses espaces verts, ses petits délires, ses couleurs, ses fleuves, l’eau et le soleil, son ciel éblouissant.

Deux amies et une petite famille…

la fabrique artistes Nantes

Des rires, des partages, nous nous sommes écoutées, nous nous sommes racontées. Nous avons profité de ces sourires tout mignons et bien tendres. Autour d’un plat, avec une tasse de thé et un peu de chocolat chaud. Savourer, déguster les histoires et se régaler de petites attentions. Pas après pas. Marcher, parler. Papoter amour et travail, famille et enfants. Rêver, toujours, parce que les rêves deviennent un jour réalité. Et que la vie se construit tous les jours.

fachadas Nantes

A Nantes, ce week-end, une histoire d’amour, une histoire d’amitié, une histoire de famille.

Et puis, ce train, de nouveau là, fait entrée en gare pour clore une parenthèse plus qu’enchantée.

Elefante Nantes

Un fin de semana tranquilo, un momento de paz. Dejar dormir el móvil en el fondo del bolso y pasearse los brazos colgando. Durante un fin de semana saborear los dulces rayos de sol de este final de verano y dejarse conmover por las primeras gotas de lluvia de este mes de octubre aún naciente. El tren llegó y el tiempo se paró, como si estos años que han pasado no fueran nada más que un entrañable guiño de ojo. Ella y él, ella y yo.

Castillo de los Duques de Bretaña

De dos a cuatro…

Cuando la amistad evoluciona y que la vida se instala y vive sus días. Porque es un poco eso. Un dulce fin de semana callejeando, maravillándose, descubriendo y re-descubriendo la bonita ciudad de Nantes. Con su diseño y su arquitectura, sus joyas históricas, sus espacios verdes, sus pequeños delirios, sus colores, sus ríos, agua y sol, un cielo deslumbrante.

arquitectura en Nantes

Dos amigas y una familia…

Risas, momentos de compartir, nos escuchamos, nos explicamos. Gozamos de estas sonrisitas tan monas y tan tiernas. Alrededor de un plato, con una taza de té y un poco de chocolate caliente. Saborear, degustar las historias y disfrutar de los mimos y atenciones. Un paso detrás de otro. Caminar, hablar. Hablar de amor y de trabajo, de familia y de niños. Soñar, siempre, porque todos los sueños acaban haciéndose realidad. Y sobre todo, porque la vida se construye todos los días.

En Nantes, este fin de semana, una historia de amor, una historia de amistad, una historia de familia.

QUai Antilles

Y luego, ese tren, otra vez ahí, que entra en la estación y da por acabado un paréntesis más que encantado.

Tiovivo Nantes

Bilinguisme

Un seul parent peut-il faire passer 2 langues ?

Pour qu’un enfant devienne trilingue dès la naissance, plusieurs possibilités se présentent :

1. Les deux parents sont de langues différentes et, en plus, ils habitent dans un pays étranger d’une langue troisième (anglais + allemand en France) ;
2. Les deux parents sont de la même langue mais ils habitent dans un pays étranger et avec deux langues co-officielles (espagnol + espagnol au Canada) ;
3. Les parents, de deux langues différentes décident de prendre une personne de langue étrangère pour faire garder son enfant (grec + chilien avec au pair chinoise) ;
4. Les parents sont de langues différentes et l’un des deux est, lui-même, bilingue.

Le cas de figure numéro 4 est le nôtre, c’est notre train-train quotidien. Les Mots de Marguerite est bilingue espagnol-catalan (dès la naissance si ainsi on peut le dire. En vrai je suis bilingue parce que je suis née dans une région où deux langues co-officielles cohabitent sans trop de problème : les Iles Baléares, un peu à l’image du Québec) et le papa est français, on habite en France.

Niño trilingüe nacido de padres de lenguas distintas

La question s’est tout de suite posée : comment je vais/je peux faire pour transmettre mes deux langues (minoritaires dans ce cas-là puisque ce ne sont pas les langues du pays) à ma fille ? En suis-je capable ? Est-ce une chose faisable dans le quotidien d’une vie de famille tout à fait normale ? Les questions qui se posent, sont pour moi, plus de l’ordre de la logistique que de savoir si c’est bon et bien pour Petite Princesse, car cela je n’en doute pas une seconde.

Habituellement, chez les familles bilingues on utilise la méthode connue sous le nom de OPOL (One Person, One Language) afin que l’enfant distingue bien “quoi” parler et à “qui”. Maintenant que Petite Princesse a 16 mois j’essaye d’intensifier plus l’introduction de cette troisième langue, bien que je le fasse depuis sa naissance, je sens en moi maintenant le besoin de rendre plus longs et plus fréquents ces moments où je lui parle en espagnol (la troisième langue car c’est le catalan la langue de cœur).

Quelles sont les stratégies (déjà) mises en place ?

– À OPOL on y a ajouté quelques personnages : tous les doudous, peluches et poupées de la maison parlent, bougent et chantent en espagnol.
– Petite Princesse n’a pas encore vu trop de télé (elle ne tient pas en place, elle a la bougeotte :-)) mais tout un tas de DVD de dessins animés l’attendent, en espagnol, bien sûr.
– Je privilégie l’achat de livres en espagnol. Des livres en français il y en a bien chez la nounou et il y en aura des tas à l’école !
– Dès qu’on croise un espagnol, ici ou là-bas, je me dépêche à dire à cette personne : parle-lui en espagnol.
– Vu que je suis bilingue par “cohabitation de langues”, mon catalan a quelques emprunts linguistiques de l’espagnol, je ne m’efforce pas de les effacer devant ma fille (et de parler un catalan plus académique), je reste naturelle dans ma langue, je me dis que cela peut l’aider à apprendre ces 2 langues comme je l’ai fait : naturellement…
– Dans la voiture, Petite Princesse et moi n’écoutons que des CD en espagnol (et catalan aussi, j’aime trop :-))

Quelles sont les stratégies que je compte mettre en place quand elle sera plus grande ?

– Participation à des ateliers en espagnol
– Acheter des jeux de société en espagnol (comme le Trivial et autres jeux de questions et raisonnement)
– L’inscrire à des activités d’été en Espagne, à Minorque, en lui disant “il faut parler espagnol à ceux qui te parlent en espagnol” (pour qu’elle ne passe pas au catalan)

Un único progenitor transmite dos lenguas

Est-ce que nous avons déjà des résultats ?

Non, c’est trop tôt pour avoir des résultats dans les 3 langues. En revanche, on sait qu’elle comprend sans problème et le français et le catalan. Elle réagit tant à ChériGuiri qu’à moi-même ou à ses grand-parents catalans au téléphone. Nous n’avons pas de théories scientifiques pour vous expliquer que “Au revoir” elle le dit toujours en français, où qu’elle soit et qu’importe la langue et que “Dóna” (donne-moi) elle le dit tout le temps en catalan. Aussi elle prononce “agu” (de “aigua” en catalan “eau”) et le mot “mamà” elle le dit avec l’accent catalan et pas français ce qui me rend très fière (bien sûr!). En ce qui concerne les doudous, qui lui font tout un spectacle en espagnol chaque matin avant de partir chez la nounou, et bien, on dirait en tout cas que ça l’amuse parce qu’elle est morte de rire ! C’est déjà ça, non ?

Je dirais donc que tout est sur la bonne voie. Nous n'attendons rien de particulier, juste lui transmettre des langues et des cultures, nous ne sommes pas là pour qu'elle devienne polyglotte à 3 ans. Nous ne nous mettons pas de pression, ni à nous ni à elle... C'est ainsi que nous espérons réussir cette aventure du trilinguisme !

niños trilingües

adquisición de lenguas extranjeras desde el nacimiento

Rendez-vous sur Hellocoton !