Inspiration

“La Chute”, d’Albert Camus

Aujourd’hui un petit billet bilingue, on commence dans une langue et on termine dans une autre, des fois, la vie même est comme cela.

J’ai toujours aimé, beaucoup, l’écrivain Albert Camus, prix Nobel de Littérature, né en Algérie mais avec des origines minorquines, sa grand-mère venait du même endroit que moi et elle a beaucoup influencé les écrits et la vie de cet auteur qui ne laisse pas indifférent.

En lisant La Chute, j’ai souligné un petit paragraphe bien intéressant qui laisse place à la réflexion :

«  N’avez-vous jamais eu subitement besoin de sympathie, de secours, d’amitié? Oui, bien sûr. Moi, j’ai appris à me contenter de la sympathie. On la trouve plus facilement, et puis elle n’engage à rien. « Croyez à ma sympathie » (…) L’amitié, c’est moins simple. Elle est longue et dure à obtenir, mais quand on l’a, plus moyen de s’en débarrasser, il faut faire face. » ( La Chute, A. Camus)

Et moi j’ai dit :

“Después de leer atentamente el fragmento sacado de la obra de Camus, el cual me parece de una actualidad sorprendente, simplemente me gustaría que esas líneas merecieran un tiempo para la reflexión. En la sociedad en la que vivimos, donde el tiempo siempre apremia y en la que el hombre se ve perseguido por un ritmo frenético que resulta ser agotador, la amistad, a veces, se confunde con el sentimiento que Camus llama simpatía. Pero acaso no vale la pena luchar un poco, trabajar día a día la amistad, la verdadera?

Parce que je trouve que finalement les mystères de l’homme et de la vie ne changent jamais et la grande réponse reste encore à trouver.

Inspiration

La danse du parapluie

Ces derniers temps j’ai eu le plaisir d’assister à plusieurs mariages, le mois de juillet à été bien rempli de moments d’amour et de tendresse, de beaux mots prononcés à voix haute, de petites larmes qui coulent sur les joues tel de petites filles qui viennent de découvrir qu’elles sont adultes maintenant… Quand on assiste à des mariages on garde tout le temps de belles images dans nos têtes et nos cœurs. Ce sont les plus belles photos, celles qu’on fait avec nos sentiments, notre tendresse qui prend des dimensions énormes.

Il y a toujours, lors de ces célébrations, des rites qui reviennent, des coutumes locales qui se font ressentir, je pense aussi que c’est, en quelque sorte, un bref retour à l’enfance, les mariés veulent partager avec tous les gens qu’ils aiment des endroits, des souvenirs, des moments vécus en temps passé. L’espace d’une journée la fille à la robe blanche et le garçon au costume tout nouveau ouvrent les portes de son soi pour laisser sortir le bonheur et le répandre dans la belle salle habillée pour l’occasion.

Un mariage c’est un point d’arrivée et un point de départ. Ligne d’arrivée d’une course à l’organisation sans faille, l’arrivée aussi à un jour d’épanouissement après des moments de stress, de tout vouloir bien boucler. Et, évidemment, point d’arrivée aussi d’un amour qui a grandi et qui a mûri au fil des jours, une première rencontre et un premier bisou devenus dorénavant ce nouveau point de départ. Car un mariage peut aussi signifier le départ de cet amour réfléchi.

danseparapluie

Inspiration

ça sent les vacances

Le compte à rebours commence, envie de faire avancer les aiguilles de la montre, envie de vacances, bientôt, seulement quelques jours à patienter… Je vous laisse quelques mots, tout joliment prononcés par une bonne amie, des mots qui font rêver :

“Ferme les yeux, écoute la mer et ses flots qui heurtent tes pieds enfoncés dans le sable chaud et humide. Derrière toi, des enfants crient et courent, un bateau passe au large… t’es trop dans tes pensées, ta glace vient de couler sur ton nouveau bikini!!! pffff …”