Web

Bloguer sans avoir de calendrier éditorial

Je blogue depuis longtemps.

Et je ne me rappelle pas d’avoir entendu parler, à l’époque où j’ai commencé (2008), de tous ces termes de “ligne éditoriale” et de “planning / calendrier éditorial”, pour ne pas citer d’autres termes comme “content marketing” ou “stratégie de contenu” qui font plus référence aux blogs professionnels ou au contenu d’entreprise.

Bref. Bien que Les mots de Marguerite soit quelque part lié à mon activité professionnelle, je ne le considère pas comme un vrai blog pro.

avoir un calendrier éditorial bloguer calendrier

Petite rétrospective

Quand j’ai ouvert mon blog, j’occupais un poste de Responsable éditorial du contenu online (2007) pour une start-up française. C’étaient les débuts du Web 2.0 et en Europe les métiers de community manager et tout ce qui relève du social média n’étaient pas encore très répandus, pour ne pas dire qu’ils étaient méconnus. Facebook est né en 2006 et il a fallu un peu de temps pour que ce fabuleux outil traverse l’Atlantique. Du temps aussi pour que les entreprises aménagent leurs postes et se rendent compte de l’importance de la communication via Internet pour leur image et leur rentabilité. Parce qu’un responsable éditorial en 2007 remplissait aussi certaines des fonctions du community manager actuel, notamment avec les forums, la gestion et surveillance des contenus, les comité de rédaction, etc.

Toujours être les meilleurs

Tout ceci pour dire que je suis et je connais la blogosphère depuis un peu de temps. Et je m’aperçois que depuis deux ans (environ), ce qu’on considérait avant des blogs personnels ou amateurs, sont en train de vouloir se professionnaliser. Je ne parle pas ici de monétisation des blogs, partenariats, etc., je parle plutôt des stratégies que les blogueurs lambda sommes en train de mettre en place pour arriver toujours plus loin et plus haut dans les rankings.

C’est bien, cela prouve que l’être humain veut avancer, veut toujours aller de l’avant, être en raccord avec les temps qui courent, il montre qu’il sait s’adapter, qu’il veut être compétitif.

Ne pas avoir de calendrier éditorial

Sauf que moi il y a certains aspects auxquels je suis incapable de me plier. Comme celui de tenir un planning éditorial. Je n’ai jamais pu. Avant, parce que je savais à peine que cela existait. Sauf pour les blogs bien spécialisés : mode, cosmétiques, enfants.. les autres on a l’habitude de les mettre dans la case Lifestyle (avant on disait “Humeur”), terme bien large pour parler de mode ou style de vie, une vraie caverne d’Alibaba…

En tant que blog lyfestyle, j’écris au gré de mes envies, de mes vécus, de mon quotidien, de mes idées, de mes rencontres. C’est pour moi énormément difficile de savoir à l’avance le sujet que j’aimerais traiter le jour N+2 ou jour N+4… Pour moi c’est vraiment impossible. J’ai fait le test pendant des périodes de vacances où j’ai voulu tout planifier et laisser mes articles prêts à être publiés. J’y arrive très difficilement. Mon écriture relève trop de l’improvisation. Une improvisation réfléchie mais improvisation tout de même.

Alors voilà, je vous l’avoue, je ne suis pas une blogueuse organisée. Les petits carnets ou organisateurs éditorials ne sont pas trop pour moi. Certes, j’ai un petit post-it collé sur mon agenda (papier) où je note quelques idées d’articles mais parfois ils ne verront jamais le jour. Je laisse les plannings pour les tâches à accomplir avec mes clients, pour les articles à rédiger pour eux, pour les posts à publier à compte de leurs entreprises… oui, là, j’ai un calendrier éditorial.

Mon petit bocal à bonbons se remplit en fonction des produits du jour, c’est un peu comme aller au marché et décider du menu en fonction de ce qu’il y a sur les étals…

Et vous, êtes-vous planning éditorial ou écriture improvisée ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lifestyle

Changement de design pour le blog

 

blog les mots de marguerite

Vous n’imaginez pas à quel point je suis heureuse de pouvoir vous offrir ce nouveau design. D’abord, je suis heureuse du long chemin parcouru depuis l’ouverture de cet humble et petit blog. Toute seule dans une chambre parisienne d’un joli appartement haussmannien, les premiers rayons printaniers de 2008 étaient venus nous saluer. C’était aussi la naissance de Hellocoton, à qui on doit tellement. Un premier blog sur overblog pour des écrits plutôt littéraires, pour des pensées, pour des sujets d’actualités. Petit à petit, ce blog a pris de l’assurance, avec moi sans doute. Quelques rencontres virtuelles. Des sourires partagés. Une envie d’aller plus loin. Mais on a aussi connu des périodes plus creuses, quand débordée par un travail très prenant et non-épanouissant, il n’y avait plus de temps pour mon blog chéri, mon « chez moi stable » comme je dis dans le Qui suis-je… Et puis un jour, il a grandi. Il est parti chez wordpress.com. Changement de plateforme, changement de statut, j’étais enfin freelance, devenue nantaise, j’ai appris à bidouiller, à faire de petits designs sympathiques, à ma manière, autodidacte, avec les moyens de bord.

Mais à elle j’y pensais souvent. De temps en temps on se faisait de petits coucous, quelques mails, quelques J’aime. Je le savais depuis des années, de longues années. Je savais qu’un jour, le jour où les moyens seraient là, ce serait à elle à qui je confierais mon petit bocal à bonbons, mon blog, mon « chez moi stable ». Il y a quelques mois, à la rentrée 2014, je lui ai proposé de créer et de travailler mon nouveau blog. Elle a accepté. On a rigolé. Elle a tout de suite compris mes envies, mes attentes, mes couleurs…Elle c’est May, de Vie de Miettes, la douce, la fée, la magicienne du design. Et s’est fait. Elle a cousu et recousu. Elle a inventé, codé, intégré… J’ai écrit et réécrit, imaginé des parties et des sous-parties. Nous nous sommes battues avec les catégories. Tout cela pour vous offrir un blog plus propre, plus performant, plus ergonomique aussi. Nouveautés il y en a pas mal, je vous laisse les découvrir mais surtout, dès à présent, Les mots de Marguerite est un blog multilingue. Tout en haut à droite, vous pouvez choisir de le lire en français ou en espagnol. Mais avant de vous laisser, je voudrais aussi ajouter un petit clin d’œil pour mon oncle, mon tonton Damià qui en photographe professionnel a réalisé ces photos de moi… (ça aussi c’est une nouveauté !). Une petite séance bien rigolote à Noel entre deux morceaux de turrón… c’est lui aussi qui avait fait nos photos de mariage que vous pouvez voir en cliquant ici !

Rien d’autre à ajouter. Juste vous faire des bises, vous dire que le blog va reprendre ses habitudes, que c’est toujours un plaisir pour moi de partager mes mots avec vous, les mots de Marguerite ! (Margarida dans la vraie vie !)

Merci mille fois May, merci « concu » Damià, merci Arnaud alias ChériGuiri,… merci à vous, lecteurs et lectrices !

les mots de margueritemargarida traductriceblog margarida
Rendez-vous sur Hellocoton !

Web

Quelques jours de pause

Rêver, toujours. Voler plus loin, aussi. Sourire et y croire. De petits pas. Des liens qui se créent. Des vies. Des projets. Savourer en douceur et s’aimer tout le temps. Chérir les mots, surtout.

Voilà ce que ce blog m’apporte depuis déjà 6 ans. Des rêves et des réalités qui évoluent au gré de ma vie et de mes envies.

Seulement, quelques jours de pause pour revenir mieux, plus beau, plus performant.

De petites mains très délicates travaillent avec beaucoup d’enthousiasme et plein d’amour pour vous dévoiler une surprise que nous préparons déjà depuis quelques mois. Parce que la patience est aussi une grande vertu.

Merci d’être là et de suivre ces mots, Les mots de Marguerite.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi suivre la page facebook du blog.

Rendez-vous très très vite.

Le texte du projet “Mots Eparpillés” paraîtra bien ce jeudi 15, pour ne pas manquer à son rendez-vous mensuel.

les mots de marguerite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Web

Lecteurs de l’ombre ~ Lectores en la sombra

Il y a quelques jours de ça, la semaine dernière il me semble, j’ai été taguée par un blog que je ne connaissais pas. Un blog à Barcelone. Cela m’a flattée et cela m’a aussi fait réfléchir. Déjà, j’ai été agréablement surprise car, je vous l’avoue, j’ai plus de lecteurs en France qu’en Espagne (oui, c’est comme ça). Et puis, cela m’a fait penser à tous ces gens qui nous lisent dans le silence.

Lecteurs de l’ombre, comme Mònica et Òscar du blog Taste & Go. Je ne sais pas comment ils sont tombés sur mon blog, je ne suis pas dans un Hellocoton espagnol car ça n’existe pas, à ma connaissance il n’y a que Bloglovin. Mais ça m’a fait plaisir. Je ne suis pas très branchée Tag, alors, plutôt que répondre à ses questions, je préfère avec ce petit texte, rendre hommage à tous ces lecteurs et lectrices qui nous suivent quotidiennement, qui sont là pour nos mots et qui, rarement, nous laissent des commentaires. Parce qu’il y en a des comme ça.

On a tous tendance à croire que nos blogs vivent grâce à nos habitués, à ceux qui laissent régulièrement des commentaires, qui deviennent un peu nos amis, à ceux qu’on ajoute sur notre Facebook, et notre Instagram et notre Twitter et aussi, sur Google +. On les “voit” quotidiennement, on échange avec eux, on connaît même dans quoi ils travaillent, s’ils ont des enfants… Et tout cela c’est très beau. Les jours où on n’a pas de nouvelles de nos habitués on “s’inquiète” un peu, on se demande si tout va bien pour eux…

Mais, détrompons-nous, les lecteurs de l’ombre sont souvent très importants aussi. Des gens plus prudents, qui ont peut-être moins de temps à passer sur Internet, qui préfèrent envoyer des emails privés plutôt que de laisser des commentaires en public. Souvent, des gens très polis, très intéressés par nos articles.

Parce que dans le Web et dans le monde de la blogosphère il y a toujours des surprises, et c’est cela qui en fait sa richesse. Les lecteurs de l’ombre en sont une preuve magnifique ! Donc aujourd’hui, ce petit billet est pour vous, lecteurs silencieux ! Bonjour, Hello, Hola, ne partez pas, nous sommes là aussi pour vous !

lectores silenciosos

lectores silenciosos blogslectores en la sombra blog

lectores en la sombra de un blog

Unos días atrás, la semana pasada, creo, un blog que desconocía por completo me “nominó” al Liebster Awards, retándome a contestar a algunas preguntas acerca de Les Mots de Marguerite. Un blog en Barcelona. Me llenó de orgullo y me hizo reflexionar. Para empezar, fue una grata sopresa que pensaran en mí desde España puesto que, lo confieso, tengo más lectores franceses que españoles. Y en segundo lugar, esa pequeña historia del blog desconocido que me “nomina” me hizo pensar en toda ese gente que nos lee desde el silencio.

Lectores en la sombra, como Mònica y Òscar del blog Taste & Go. Ignoro como descubrieron mi blog, puesto que en España, y que yo sepa, no existe ninguna red social para blogs tipo Hellocoton, excepto Bloglovin. Como no soy muy amante de eso que en la blogosfera llamamos tag (te nominan, debes responder a una serie de preguntas y debes tu también, nominar a otra serie de personas), prefiero aprovechar, con este pequeño artículo, para rendir un homenaje a todos esos lectores y lectoras que nos siguen a diario, que siempre están ahí pero que raras veces dejan comentarios. Porque los hay.

Solemos creer que nuestros blogs sobreviven gracias a los habituales, a los que nos visitan casi todos los días, que nos dejan comentarios, que se convierten un poco en nuestros amigos y que acabamos añadiendo en nuestro Facebook, nuestro Instagram, nuestro Twitter y también, en nuestro Google +. Les “vemos” cotidianamante, intercambiamos con ellos, incluso sabemos en qué trabajan, si tienen niños… Bellas historias y amistades que se entablan. Incluso si algún dia no vemos pasar a uno de nuestros lectores habituales nos “preocupamos” un poco.

Pero, no nos equivoquemos, los lectores en la sombra son también muy importantes. Gente que quizá por prudencia o por timidez, o porque no tienen tanto tiempo para estar en Internet y que prefieren, a veces, mandar un correo privado en vez de dejar comentarios públicos. Muy a menudo, gente amable y educada, gente de verdad interesada por lo que escribimos.

Porque en el mundo Web y en la blogosfera siempre hay sorpresas. Y es eso lo que nos enriquece. Los lectores en la sombra son un ejemplo de ello! Es por todo ello que hoy este billete es para vosotros, lectores silenciosos! Bonjour, Hello, Hola, no os vayáis, estamos aquí también para vosotros.

Web

Des raisons pour bloguer ~ Razones para tener un blog

Des raisons pour bloguer, on peut les inventer. Des raisons pour bloguer il y en a ou il y en a pas. Parce que toi et toi, lui et elle, et vous et encore vous, vous tous, et aussi moi, nous sommes là pour écrire, pour raconter, pour faire vivre, pour s’exprimer, pour se faire écouter. Pour faire taire le silence.

Nous alignons des mots, nous remplissons des lignes, du noir sur du blanc, comptage des mots, recherche de vocables clé ou pas, des récits planifiés et d’autres plus spontanés. Pour le travail ou pour le plaisir. Pour faire monter les statistiques, ou pas. Un jour sur deux, tous les jours, quand j’ai le temps, quand vous arrivez à fuir des obligations quotidiennes pour vous asseoir. Et respirer. Regarder ce blog, ces blogs. Et rêver d’en changer le design mais non, il est très bien comme ça. Et elle, qu’est-ce qu’elle fait elle ? Oh elle fait si bien et à côté, aussi, pas mal. Devoir qui n’en est un. Divertissement chronophage ? Obligation réjouissante ?

Mon blog et vos blogs. Leurs blogs. Beaucoup de blogs. Autant d’articles que de cahiers cachés. Journaux intimes. Récits de vie. Stratégies de marketing. Identités d’entreprise. Vies de famille. Tout. Cavernes d’Ali Baba ou boîtes de Pandore. Joyaux inchangeables. Valeurs d’un siècle qui court.

Razones para tener un blog, las podemos inventar. Razones para tener un blog, las hay o no las hay. Porque tú y tú, él y ella y vosotros y también ustedes, todos vosotros y yo también, estamos ahí para escribir, para explicar, para dar vida, para expresarnos, para que nos escuchen. Para que el silencio se calle.

Alineamos palabras, rellenamos líneas, negro sobre blanco, conteo de palabras, búsqueda de vocablos clave o no, textos planificados y otros más espontáneos.Para el trabajo o por placer. Para aumentar las estadísticas, o no. Día sí y día no, todos los días, cuando tengo tiempo, cuando conseguís huir de vuestras tareas cotidianas. Y respirar. Mirar ese blog y aquellos otros. Soñar en cambiar el diseño pero no, ya está bien así. Y ella, ¿qué hace ella? Oh, qué bien lo hace y la otra, al lado, también, no está mal. Obligación que no es. ¿Diversión cronófaga? ¿Deber placentero?

Mi blog y vuestros blogs. Sus blogs. Muchos blogs. Tantos artículos como cuadernos escondidos. Diarios íntimos. Relatos de vida. Estrategias de marketing. Identidades de empresa. Vidas de familia. Todo. Cavernas de Ali Baba o cajas de Pandora. Tesoros incambiables. Valores de un siglo que corre.

tener un blog