Lifestyle

Mes jolies é(toiles)

J’ai décidé de les appeler é(toiles). Ce sont mes belles étoiles venues de toute sorte de cieux. Rencontrées sur la toile, elles brillent chacune à sa manière, à sa guise, à sa façon, avec des paillettes pour décor.

Adresses de jolis blogs

Aujourd’hui, je ne sais pas pourquoi, je pourrais dire que c’est l’esprit de Noël, cela ferait sans doute plus joli, mais non, je ne sais pas pourquoi (le coeur qui me le dit ?), j’ai envie de vous les lister. Elles, les étoiles. J’ai une blogroll, comme tout le monde, mais qui regarde la blogroll ? Oui, moi, un peu, de temps en temps, trop de temps en temps.

Alors zu, ze parti ! (sans ordre ni désordre)

May de Vie de Miettes. Je sais, vous allez croire que je crâne parce que tout le monde l’aime cette fille. Mais si je vous dis que je la connais en é(toile) depuis l’ouverture de mon blog en 2008 ? Oui, à l’époque on était pas si nombreuses que ça. Moi, je suis restée petite, elle a grandi. (Moi, j’ai vieilli !). Un jour, je prendrais un café pour de vrai avec elle, n’est-ce pas jolie May ? Ah oui, c’est elle qui est venue meubler mon chez moi !

Véronique de Expat Forever et Writer Forever. Elle est discrète mais pétillante. Rencontrée au détour d’un livre sur l’expatriation. J’ai parlé d’elle sur le blog. On a communiqué. Un jour, elle est rentrée en France et un autre jour, on a déjeuné ensemble. Parce qu’elle était très loin sur la planète mais que maintenant elle est tout près de chez moi.

Clémence de Léon et les Citronniers*. Je ne sais plus trop comment ça s’est fait, un jour elle a du laisser un commentaire sur mon blog. On s’est rendues compte qu’on était presque voisines et camarades traductiles. Elle est traductrice mais elle n’en parle pas. Elle coud très bien et elle fait tout plein de jolies choses. De toutes ces choses-là que je ne sais pas faire.

 S. de Pom de Pin in Wonderland. Je ne l’ai jamais vue. La seule photo qu’on ait d’elle c’est un ananas avec de grosses lunettes. Elle est comme ça elle, toujours avec une touche d’humour, parfois irritée contre l’image des expatriés. Elle est cinq fois maman, je suis en admiration, à l’étranger qui plus est. Je ne sais pas comment elle s’en sort, je ne lui ai jamais demandé.

Anissa. Elle, Anissa de Nomad’s Heart. Voyageuse, double nationalité, pétillante, amoureuse de son chat et de sa machine à écrire. Avec elle on partage plein de trucs. Mais on ne se connait pas. On a déménagé mille fois les deux et surtout, on partage le même métier. Ce qui est bien avec elle c’est qu’il n’y a pas un soupçon de concurrence : parce qu’on fait exactement les mêmes choses mais dans des langues différentes ! (non, savez, la traduction-rédaction c’est comme tous les métiers, il y a un peu de jalousie toujours même si personne veut le dire !)

 Florence Gindre du blog homonyme. Elle aussi, un jour, j’ai parlé d’elle. Je crois que j’ai gagné son livre Retour d’expatriation (vous voyez, ça me fascine ces retours d’expatriation alors que je ne suis ni vraiment expatriée ni rentrer est sur mon agenda). Je lui ai proposé d’en parler sur mon blog. Elle a dit oui. Puis un jour elle a fait “toc toc” et m’a demandé d’organiser ensemble un rendez-vous interblogueur.

 Marie Kléber. Je l’ai découverte il n’y a pas si longtemps que ça. J’admire cette fille par sa force et sa ténacité. Je ne sais pas du tout, non plus, à quoi elle ressemble, je sais seulement qu’elle écrit beaucoup et que je suis incapable de suivre tous ses articles. Elle le sait. Et je pense qu’elle ne m’en veut pas.

 La Miss Tamara, en fait, je ne sais pas du tout comment elle s’appelle en vrai. Mais je crois que c’est une fille bien. Récemment, elle a décidé de lever un peu le pied et je crois qu’elle écrit un peu moins. J’aime ses écrits, toujours empreints de vérité.

Celles que je lis aussi : Annouchka, Griséldis de Yes We Blog et Strawberris, Chamallowaddict, No Tuxedo, The Checkpoint, Fedora, Fafa Expat, Addfunadnmix, Marjoliemaman, Merci pour le chocolat

Et celles qui ne savent pas que je les lis : Les mots ailés, Le plus bel âge, Les parenthèses, Et Dieu Créa, Miss Blemish, Pensées by Caro, My Chuchotis

⊂⊂⊂ S’il y a une chose que je ne vais jamais oublier c’est le premier blog que j’ai lu : Cachemire et soie ! Je travaillais à Paris, je venais d’ouvrir mon blog (en 2008) et tous les matins lors d’une petite pause au boulot (mais chut faut pas le dire, je ne sais pas si mes patrons auraient été d’accord !), je lisais l’article que Anne-Solange publiait (à l’époque, elle publiait tous les jours), seul ma collègue de bureau sait ô combien j’étais accro à ce joli blog ! 

Vous comprendrez bien que ceci n'est pas une liste exhaustive, que j'ai pu en oublier certaines, que presque tous les jours j'en découvre une nouvelle... mais surtout, je veux tout simplement dire que même si je ne peux pas vous lire toutes, que je ne peux pas vous commenter toutes et bien, sachez que je trouve toujours beau ce que vous faites, ce que vous écrivez ! Chacune à sa manière, dans vos univers, en fonction des humours, des envies et des coeurs !

PS. Allez, je clique sur publier, j’ai le coeur qui fait bim bim de peur d’en oublier, si c’est le cas, je reviens vite faire une mise à jour. Ne m’en voulez pas, vale  ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Web

Bloguer sans avoir de calendrier éditorial

Je blogue depuis longtemps.

Et je ne me rappelle pas d’avoir entendu parler, à l’époque où j’ai commencé (2008), de tous ces termes de “ligne éditoriale” et de “planning / calendrier éditorial”, pour ne pas citer d’autres termes comme “content marketing” ou “stratégie de contenu” qui font plus référence aux blogs professionnels ou au contenu d’entreprise.

Bref. Bien que Les mots de Marguerite soit quelque part lié à mon activité professionnelle, je ne le considère pas comme un vrai blog pro.

avoir un calendrier éditorial bloguer calendrier

Petite rétrospective

Quand j’ai ouvert mon blog, j’occupais un poste de Responsable éditorial du contenu online (2007) pour une start-up française. C’étaient les débuts du Web 2.0 et en Europe les métiers de community manager et tout ce qui relève du social média n’étaient pas encore très répandus, pour ne pas dire qu’ils étaient méconnus. Facebook est né en 2006 et il a fallu un peu de temps pour que ce fabuleux outil traverse l’Atlantique. Du temps aussi pour que les entreprises aménagent leurs postes et se rendent compte de l’importance de la communication via Internet pour leur image et leur rentabilité. Parce qu’un responsable éditorial en 2007 remplissait aussi certaines des fonctions du community manager actuel, notamment avec les forums, la gestion et surveillance des contenus, les comité de rédaction, etc.

Toujours être les meilleurs

Tout ceci pour dire que je suis et je connais la blogosphère depuis un peu de temps. Et je m’aperçois que depuis deux ans (environ), ce qu’on considérait avant des blogs personnels ou amateurs, sont en train de vouloir se professionnaliser. Je ne parle pas ici de monétisation des blogs, partenariats, etc., je parle plutôt des stratégies que les blogueurs lambda sommes en train de mettre en place pour arriver toujours plus loin et plus haut dans les rankings.

C’est bien, cela prouve que l’être humain veut avancer, veut toujours aller de l’avant, être en raccord avec les temps qui courent, il montre qu’il sait s’adapter, qu’il veut être compétitif.

Ne pas avoir de calendrier éditorial

Sauf que moi il y a certains aspects auxquels je suis incapable de me plier. Comme celui de tenir un planning éditorial. Je n’ai jamais pu. Avant, parce que je savais à peine que cela existait. Sauf pour les blogs bien spécialisés : mode, cosmétiques, enfants.. les autres on a l’habitude de les mettre dans la case Lifestyle (avant on disait “Humeur”), terme bien large pour parler de mode ou style de vie, une vraie caverne d’Alibaba…

En tant que blog lyfestyle, j’écris au gré de mes envies, de mes vécus, de mon quotidien, de mes idées, de mes rencontres. C’est pour moi énormément difficile de savoir à l’avance le sujet que j’aimerais traiter le jour N+2 ou jour N+4… Pour moi c’est vraiment impossible. J’ai fait le test pendant des périodes de vacances où j’ai voulu tout planifier et laisser mes articles prêts à être publiés. J’y arrive très difficilement. Mon écriture relève trop de l’improvisation. Une improvisation réfléchie mais improvisation tout de même.

Alors voilà, je vous l’avoue, je ne suis pas une blogueuse organisée. Les petits carnets ou organisateurs éditorials ne sont pas trop pour moi. Certes, j’ai un petit post-it collé sur mon agenda (papier) où je note quelques idées d’articles mais parfois ils ne verront jamais le jour. Je laisse les plannings pour les tâches à accomplir avec mes clients, pour les articles à rédiger pour eux, pour les posts à publier à compte de leurs entreprises… oui, là, j’ai un calendrier éditorial.

Mon petit bocal à bonbons se remplit en fonction des produits du jour, c’est un peu comme aller au marché et décider du menu en fonction de ce qu’il y a sur les étals…

Et vous, êtes-vous planning éditorial ou écriture improvisée ?

Rendez-vous sur Hellocoton !