Bilinguisme

Toujours parler la langue maternelle à ses enfants

 

lenguamaterna

Cela fait bien longtemps que nous n’avons pas fait un petit détour pour suivre les aventures de notre petite bi(tri)lingue en construction. Mais les aventures, ce n’est pas ça qui manque !

Souvenez-vous, elle a récemment eu ses 2 ans et elle parle de mieux en mieux. On est un peu épatés (non, on est pas ses parents, “cha chuffi mamà”, dirait-elle, 2 ans je vous dis, ça promet !). Enfin, je vous ai déjà raconté que lors de sa visite médicale pour ses 1 an, le médecin avait noté “très communicante” sur son carnet de santé (si vous ne me croyez pas, je vous fait une photocopie !). Alors, 1 an après, il faudrait marquer “tres communicante exposant 2”. Bon, c’est vrai, mon breton de ChériGuiri est plutôt silencieux, elle a du prendre la relève de sa maman, qui ?moi ? ehem ehem ! Et puis, j’avais lu que les enfants bilingues commencent souvent à parler plus tard que la moyenne, comme il y a toujours une exception à la règle, celle-ci doit s’appeler Petite Princesse.

Alors ça parle à longueur de journée. Même quand on la couche, elle passe une heure et demie (montre en main) à raconter sa journée à ses poupées (hier elle disait à l’une d’entre elles qu’il fallait lui changer la couche, oui, je l’ai espionnée !). Et comme elle n’a plus de lits à barrots, elle s’est levé pour lui changer (enfin, faire semblant). On en est même à se demander s’il ne faudrait pas la coucher à 18 heures, histoire qu’elle dorme à 20 heures. Bref. C’est l’été, on est indulgents.

Bon allez, je papote (je fais comme ma fille, tiens) et je ne suis pas encore rentrée dans le vif du sujet. Mal. C’est mal. Google ne va pas bien me référencer. Mince. Faut faire vite.

Toujours parler sa langue maternelle à ses enfants

Ce que je voulais vous dire, en vrai, c’est que j’ai fait le choix (enfin, je ne pense pas trop que ce soit un choix, ça se fait de manière naturelle) de parler tout le temps (ou presque) ma langue maternelle à ma fille. C’est bien ? Ce n’est pas bien ? Chacun aura son opinion. Bien sûr. Linguistiquement parlant, c’est mieux. Scientifiquement prouvé. Mais aujourd’hui, je suis d’humeur plaisante (et épuisée d’écrire du sérieux pour mes clients), je laisse donc le technique scientifique linguistique de côté. Je sais seulement, qu’en ayant fait ce choix, certaines situations deviennent cocasses et/ou embarrassantes. Et que, parfois, j’ai une petite voix intérieure qui me dit “mais qu’est-ce que t’es en train de fabriquer ma pov’ dame” !

Quelles sont les drôles de situations qu’on peut vivre quand on ne parle QUE sa langue maternelle à sa fille (et qu’on est entourés de gens qui parlent une autre langue) :

– On s’est retrouvées une fois (bon, beaucoup plus d’une fois, même pas peur !) toutes les deux à l’aéroport. À côté de nous, une gentille famille de français qui rentrent de visiter la jolie Minorque (oui oui, elle est belle mon île, je ne vous l’ai jamais dit ?). Petite Princesse bougeait, allait voir un avion, retournait, regardait les bagages de cette famille, etc. Je m’y attendais. Ils se sont mis à parler de Petite Princesse. “Oh, tu as vu maman, la petite, oooh, regarde, on dirait qu’elle veut jouer avec nous ?” Moi, “Petite Princesse, vine aquí (viens ici)”, “hahha, elle est marrante la petite” et bla bla bla. Du coup, quelque chose en moi a fait que je sorte des mots en français “Viens, Petite Princesse, il va falloir monter dans l’avion bientôt”. Oui, parce que je sentais bien que la gentille famille était en train de prendre goût à Petite Princesse et j’ai eu peur d’entendre “et t’as vu sa mère comme elle est moche !” Ils ont grand ouvert les yeux et m’ont dit “ah mais vous êtes française ?” “mmmm, non, oui, enfin, un peu quoi, par procuration !”

– Dans les salles d’attente de chez le médecin. J’adore. Il n’y a pas un meilleur lieu pour sentir l’incompréhension des gens. Petite Princesse bouge, veut jouer avec moi, alors, on échange dans un catalan saupoudré de mots en français sortis de la bouche de ma fille. Pas un mot en français de ma part. Alors, ils sont tous à regarder du coin de l’oeil. Oui, vous savez, chez le médecin on dirait qu’il y a interdiction de parler et de se regarder. Et ce regard par le coin de l’oeil se traduit en un “mais qu’est-ce que cette dame fait ici, qu’est-ce qu’elle va expliquer au médecin, si elle ne baragouine pas un mot de français”, et puis le regard se re-pose sur le magazine qu’il font semblant de lire, parce qu’en vrai ils sont en train d’écouter. Soudain, le médecin ouvre sa porte, c’est à nous de rentrer et ici, ils se rendent tous compte que je parle aussi français, parce que tout de même je dis “bonjour docteur”.

– Au supermarché. On fait nos courses, Petite Princesse ravie d’être dans le chariot. Elle parle, elle chante (oui, un jour ChériGuiri a eu tellement honte qu’il s’est abaissé pour se cacher derrière le chariot !). On arrive à la caisse. Elle veut aider la caissière, je lui dis de rester calme, en catalan, bien sûr. La caissière sourit, elle est super gentille. Puis je paye (ben oui quoi !) et je dis à Petite Princesse “diguis adéu (dis au-revoir)” et elle hurle “Au ‘voooir”. Parfois je fais exprès d’avoir un truc à dire à la caissière, je cherche n’importe quoi à dire pour qu’elle voit que je parle français. Et je dis des trucs du genre “aah, j’aime bien chez vous, vous avez le riz pour la paella”. Au cas où elle aurait cru que je suis allemande !

– Au parc quand il y a d’autres enfants. Celui-ci, je le décrirai plutôt comme un moment de solitude, pour moi. Parce que tu parles à ta fille mais ta fille ne veut qu’une chose : jouer avec la petite qui est sur la balançoire à côté. Alors, vous savez, les mamans on fait toutes pareil, on dit haut et fort “ooooh ma chérie, t’as vu la petite comme elle est mignonne” et on attend un rapprochement des deux filles parce que les petites oreilles ont entendu (et celles des mamans respectives aussi) sauf que là, moment de solitude, il faut que je case deux-trois mots en français sinon rien. Quoique bon, Petite Princesse s’embarque un peu avec tout le monde, alors…

Voilà, ne parler que sa langue maternelle à ses enfants crée des situations bizarroïdes et parfois on se demande si on procède de la bonne manière. Et là, c'est du sérieux. Parce qu'on ne veut pas passer pour une prétentieuse (il y a des gens qui peuvent le penser) ni pour une impolie (il y a des gens qui peuvent le penser) ni pour une irrespectueuse (il y a des gens qui peuvent le penser) ni pour une extraterrestre (il y a des gens qui peuvent le penser) ni pour quelqu'un de bizarre (il y a des gens qui peuvent le penser)... Et puis finalement, on se dit que c'est comme ça et qu'en fait il ne s'agit pas vraiment d'un choix mais tout simplement de l'amour, de l'amour d'un homme et d'une femme devenus papa et maman.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilinguisme

Bilingue ici, bilingue là-bas

Depuis qu’on suit les aventures de notre petite bilingue en construction, on découvre tous les jours un aspect différent du bilinguisme chez les tout-petits.

Bébés bilingues

Avec notre récent séjour de 15 jours à Minorque, chez ma famille, j’ai pu m’apercevoir de ô combien le bilinguisme pour la Petite Princesse est différent selon l’endroit où elle se trouve. Et, au fond, cette différence est tout à fait simple, anodine, logique et normale. Mais on ne peut pas s’empêcher de la remarquer.

Différents lieux, différents bilinguismes

Quand nous sommes en France, la balance du bilinguisme tend à pencher en faveur du français, quand nous passons plus de 5 jours à Minorque, la balance commence à s’inverser, en faveur, cette fois-ci, du catalan. Pour être plus juste, je devrais préciser que la balance ne penche pas du côté du catalan mais plutôt qu’elle retrouve un peu de son équilibre. Equilibre qui est souvent atteint vers l’âge des 6 ans.

En France, et à seulement quelques jours des 2 ans de la petite, le français a une place très importante (normal !). Il est donc logique qu’elle parle plus dans cette langue. Et croyez-moi, notre Princesse est un moulin à paroles ! Lors de la visite médicale pour ses 1 an, le docteur avait marqué sur son carnet de santé : “très communicante”, c’est vrai qu’elle avait “causé” la langue des bébés tout le temps et 1 an après je ne peux que rendre hommage à ce docteur visionnaire ! Bref. En France, je sais qu’elle comprend tout ce que je lui dis (parce qu’elle s’exécute et parce qu’elle répond vrai) mais souvent (pas tout le temps) elle me répond en français. Je ne la reprends jamais, je continue la conversation en catalan.

À chaque fois que nous arrivons en Espagne, à Minorque, les mots en français prédominent les premières 48 heures, ensuite son cerveau se met au travail afin de récupérer les mots déjà acquis en catalan et d’intégrer ceux qu’elle entend pour la première fois. À cet âge là, tous les enfants sont de petits perroquets, ils sont dans l’étape de l’imitation, c’est aussi un aspect positif pour le bilinguisme.

Bilinguisme précoce simultané

Petite Princesse est en situation de bilinguisme précoce simultané, c’est-à-dire, au moment où elle apprend à parler, elle est en contact avec 2 langues (3 pour elle). Toutefois, une de ces deux langues maternelles est en situation minoritaire. Dans un article précédant, j’avais déjà évoqué l’importance du travail qu’il faut faire pour favoriser la langue qui est en situation minoritaire. Je m’en rends de plus en plus compte. Contrairement à ce que certaines personnes croient, les choses ne se font pas de manière “totalement naturelle”.

Les bienfaits des séjours linguistiques dès le plus jeune âge

J’en conclus, donc, que passer des périodes dans le pays de la langue est déjà bénéfique pour un enfant en bas âge et bilingue en construction. Parce que ce parfait équilibre dont on parle si souvent, n’existera qu’en les aidant un peu !

Les bébés bilingues

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilinguisme

Être maman d’un enfant bilingue

Être maman d'un enfant bilingueAvoir un enfant bilingue (ou multilingue) doit, avant tout, être un projet de famille. C’est très important que l’ensemble de la famille soit d’accord sur le sujet et notamment sur les méthodes adoptées.

Bien que généralement tout le monde s’accorde pour dire qu’il faut laisser faire les choses “naturellement” (principe auquel j’adhère), je me dois aussi de préciser qu’il faut, tout de même, un petit peu de travail.

Créer des situations, provoquer des rencontres

Quand, comme dans notre cas, il n’y a qu’un des parents pour transmettre la langue minoritaire (celle non parlée dans le pays où la famille habite), ce sera, surtout, ce parent qui devra créer des situations et provoquer des rencontres pour que son enfant bilingue puisse baigner dans cette/ces langues.

En dehors du cadre familial, l’enfant entendra principalement la langue du pays, que ce soit à l’école, avec les copains, une partie de la famille, chez le boulanger, etc. L’enfant “risque” donc de penser que cette langue minoritaire n’existe qu’au travers ce seul et unique parent. Pour nous, c’est moi, la maman.

Comme toutes les mamans du monde, je veux le meilleur pour ma fille. Qu’elle soit heureuse et en bonne santé, surtout. Quant à notre vie de famille bilingue, je me dois aussi de tout faire pour que Petite Princesse découvre qu’il y a d’autres gens qui parlent la langue de maman. Bien sûr, elle sait que par téléphone ou Skype il y a les grands-parents de Minorque qui parlent le catalan. Elle va aussi comprendre que le catalan c’est pour les vacances, c’est quand on prend l’avion, “boum bouuum”, fait-elle en levant le bras dessinant une trajectoire. Pour l’espagnol, elle sait surtout que son Mickey chante des berceuses dans la langue de Cervantes.

La règle du 30 %

Pour qu’un enfant devienne vraiment bilingue, il faut qu’au moins il soit 30% de son temps en contact avec cette deuxième, troisième langue. C’est là que je me dis qu’on a du travail à faire. Je ne suis pas très forte en mathématiques mais je sais très bien que Petite Princesse est plus en contact avec le français qu’avec le catalan et surtout qu’avec l’espagnol.

Alors, le cerveau de maman qui veut le bonheur et l’épanouissement de sa fille se met en route… je cogite, je cogite. Ce n’est pas toujours facile, la journée n’a que 24 heures et ce, pour tout le monde. Et parfois, je sens un sacré poids, une sacrée responsabilité. Oui. J’avoue. Les avancées en catalan et en espagnol de Petite Princesse dépendent à 90% de moi. Wow ! Cela fait peur.

Mais nous n’avons pas le temps d’avoir peur.

Les familles multilingues

Je suis maman d’un enfant bilingue, je trouve des solutions

Oui. Encore une fois, comme toutes les mamans du monde, on finit par trouver des solutions. On tâtonne, on explore, on fait des recherches.

Et donc, récemment et pour la première fois, nous avons fait connaissance, Petite Princesse et moi, d’une autre maman espagnole avec un petit bout de chou exactement du même âge que ma petite. Nous avons pris un verre ensemble dans un café adapté pour les enfants (c’est important, il faut qu’ils aient de la place pour bouger, pour s’exprimer).  C’est cette autre maman, aussi désespérée que moi de l’infime nombre de jeunes familles franco-espagnoles qu’on peut croiser à Nantes, qui a pris contact avec nous, via ce blog. Elle est tombée sur Les mots de Marguerite et n’a pas hésité une seconde à me contacter. Je lui dis ¡muchas gracias! 
Nous avons fait un pas de plus dans notre aventure de famille bilingue.
Peut-être que ce samedi après-midi où nous avons pris ce café et bavardé en espagnol, j'avais d'autres choses à faire courses, ménage, préparer une paella mais en tant que maman d'un enfant bilingue, je dois aussi travailler et provoquer des situations et des contextes. Et c'est là que je dis que tout ne se fait pas "naturellement".

Rendez-vous sur Hellocoton !