Voyages

Les Baléares avec Echappées Belles (#etunpeudemoi)

Echappées Belles Iles Baléares

C’était au début des beaux jours, quand on a envie de vacances, de soleil, de farniente et de belles balades. C’était donc sous un ciel bien bleu quand j’ai reçu un joli courrier de Locky, journaliste pour Bo Travail, la boîte de production qui réalise l’émission Echappées Belles sur France 5. Elle voulait un petit coup de main pour que je l’aide dans la réalisation du documentaire qu’ils allaient tourner début septembre aux Îles Baléares ! Mon coeur a fait boum et bim et j’ai dit oui !

C’est rare que je parle ici de mes projets professionnels, ouvertement. Je le fais plus facilement sur la page Facebook. Allez vous savoir pourquoi. Peut-être parce que je pense qu’il est important que tout free-lance traite avec beaucoup de respect ses clients et aussi car cela fait partie d’une certaine éthique professionnelle. Mais je m’égare !

Plateaux et séquences

Je disais donc, que samedi dernier, quand la foule était sans doute habillée d’Halloween, moi (et ma famille, bien sûr !) étions complètement scotchés au poste de télé. Oui, nous avons une télé ! Bref, tout était prêt afin de regarder et scruter au moindre détail les aventures de Jérôme Pitorin dans son Intensément Baléares, titre donnée à cet épisode de Echappées Belles (magazine qui a presque 10 ans d’existence).

Echappées Belles Iles Baléares

Durant tout l’été, j’avais pas mal travaillé pour confectionner un petit plan qui puisse aider les journalistes à monter leurs scénarios. La consigne était : “on veut un point de vue des locaux, pas un point de vue touristique”. Bon, ça tombait bien, je suis “locale” et en même temps, je commence à connaître un peu la société française. J’ai donné quelques noms, j’ai passé des adresses, expliqué des endroits (les endroits s’expliquent ? bonne question, en tout cas, je l’ai essayé), j’ai passé des coups de fil, etc.

Rien, juste une toute petite pierre toute minuscule de rien du tout pour cet édifice qu’est Echappées Belles.

Après tout cela, je me suis faite petite. Et j’ai attendu. Je connaissais les jours du tournage. Juste deux jours après mon retour en France après ma période estivale aux Baléares. J’ai surtout été contente de savoir que Jérôme Pitorin et Aleix Riera (le pêcheur qu’on voit sur le volet de Minorque) s’étaient bien rencontrés, jour, heure et lieu… j’avais un peu fait l’intermédiaire. Contente aussi de voir les avarques (minorquines) traditionnellement confectionnées, un peu à côté de chez mes parents. Contente de voir qu’ils étaient bien arrivés au monastère de Lluc, à Majorque. Contente de voir qu’à Ibiza, ils avaient aussi trouvé de quoi faire.

Les instances gouvernementales en charge du tourisme avaient aussi été mises à contribution (et j’ai un peu eu cette impression qu’une partie de mes clients s’étaient donné tous rendez-vous en même temps !). Mais moi à distance je me suis faite toute petite, petitissime. Et puis ça me suffisait, j’étais contente. Avec un large sourire.

Ravie d’avoir pu montrer un autre visage de mes îles à mes compatriotes français. Minorque, Majorque, Ibiza et Formentera. Je les avais parcourues aussi cet été, comme Jérôme Pitorin et ses Echappées Belles. Apparemment, l’émission a été suivie par de nombreux spectateurs !

Echappées Belles Baléares

Ce fut une belle histoire. Une belle expérience !

La vidéo est un peu (trop) lourde pour être publiée ici mais je vous invite à regarder le replay sur le site de France 5 et sinon par ici aussi. Egalement, vous pouvez trouver des liens intéressants concernant les Baléares en suivant ce lien.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Minorque

Minorquines

L’avarca de Menorca est devenue, au cours de ces dernières années, une chaussure d’été incontournable, très appréciée par les Françaises et très mise en avant par des blogueuses sur Instagram.

Minorquines, avarques de Menorca

Les avarcas fleurissent partout . C’est un fait.

Il y a de plus en plus de fabricants mais aussi de plus en plus de vendeurs et de marques qui les commercialisent. Ces sandales sont, souvent, connues sous le nom de « minorquines » de par leur lieu d’origine même si leur vrai nom reste « avarca » dans la langue de l’île (le minorquin -un dialecte du catalan-). On en trouve de toutes les pointures et de toutes les couleurs : à paillettes, uni, avec des imprimés de toute sorte…

La tradition et le savoir-faire des chaussures à Minorque

J’aime beaucoup les chaussures, Minorque a toujours été une île de tradition artisanale et industrielle de chaussures, avec des marques de chaussures de femme mondialement connues : Mascaró, les Pretty Ballerinas qui chaussent les pieds de nombreuses célébrités, Pons Quintana… toutes ces marques là fabriquent et produisent à Minorque.

Minorquines, avarques de Menorca

L’histoire des “avarques”

Les « avarques » sont les chaussures de nos ancêtres, celles utilisées par les paysans mais aussi par les pêcheurs. Je lis fréquemment qu’elles ont été inventées dans les années 50 mais je me dois de dire que ce n’est pas tout à fait vrai : à la fin du XIXème siècle les « avarques » existaient déjà, d’après les écrits de l’archiduc Louis-Salvador de Hasbourg-Lorraine dans son « Die Balearen in wort um bild » (Les Baléares. Description par le texte et par l’image) – 1869. En revanche il est bien vrai que c’est dans les années 50 qu’elles ont commencé à être commercialisées.

Aujourd’hui, on peut trouver toute sorte d’imitations mais le gouvernement insulaire avec les fabricants de chaussure de l’île ont décidé de créer un label de garantie “Avarca de Menorca” afin de rassurer le client qui désire vraiment s’acheter les “avarques” de Minorque.

Ici, toute la famille en a. Du grand-père au plus petit bébé. Nous en avons des plus usées pour aller à la plage et des neuves pour « mieux s’habiller ». Tout le monde en porte. Ici, porter des “avarques”, ou des “minorquines” est quelque chose de courant, rien d’exceptionnel. Je crois que je me suis toujours connue avec des “avarques” aux pieds !

Sur les photos, Petite Princesse et moi chaussons des Ria, pour la petite, nous avons pris une paire de la gamme Avarca Pop.

Alors, avez-vous déjà testé des "avarques" pour votre été 2015 ?

P.S.- Bien que cela puisse paraitre le contraire, je certifie que je ne suis pas sponsorisée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Minorque

La jolie plage de Cala Galdana à Minorque

Plage de Cala Galdana à Minorque

C’est une plage au sud de l’île de Minorque, une plage aimée, une plage de souvenirs, de premières baignades, d’étés passés là-bas. Une plage à 7 km de la ville, de ma ville, Ferreries. Cala Galdana et sa forme de coquille, sable fin et blanc. Avec des eaux bleues qui parfois tournent au vert. Un torrent à côté, et le plus beaux des ravins de Minorque : Algendar.

Idéale pour les familles. Idéale pour les randonneurs, 2 km à pied par un joli sentier littoral et on arrive à des merveilleuses criques vierges. Station balnéaire des plus connues à Minorque. Elle est grande mais pas étouffante. Elle est petite, en fait.

On l’a aimée et puis un peu moins, on a dit des blablas sur le béton. On y allait moins, en privilégiant les plages vierges qui se trouvent autour.

Et puis on devient maman, et on cherche des plages faciles d’accès et des zones d’ombres. Et finalement, Cala Galdana se révèle être idéale. Cala Galdana, pavillon bleu.

Belle le matin, belle le soir.

Plage de Cala Galdana à MinorquePlage de Cala Galdana à Minorque

Plage de Cala Galdana à MinorquePlage de Cala Galdana à MinorquePlage de Cala Galdana à MinorquePlage de Cala Galdana à MinorquePlage de Cala Galdana à Minorque

Rendez-vous sur Hellocoton !