Inspiration

També hi ha lloc per al català

Voldria avui fer sortir el català en aquest escrit, voldria fer-me entendre per tothom en un sol batec de mans, és impossible, i millor, molt millor !! Així podem encara gaudir de la diversitat lingüística i cultural d’arreu del món, i podem encara descobrir-nos els uns als altres, sinò la vida seria massa avorrida.

Potser em coneixeu o potser no, poc importa, aquest quadern no és un mirall de la meva vida privada sinó més bé una caixa de pandora (on hi jauen tots els béns) que vaig obrint a poc a poc i desvetllant inquietuds, reflexions, moments d’oci, curiositats i moltes altres coses que trobarem al llarg del camí.

Les meves escritures seran llavors en francès, o en català o en castellà, segons d’on vingui el vent, segons les ganes o segons els impulsos. Puc dir que la meva vida és, la visc en francès, el meu dia a dia, els meus pensars, el meu quotidià. Però com que, de moment, no som capaç de saber en quina llengua em trobo més còmode … llavors he decidit emprar-les totes tres, com faig gairebé sempre. Tradueixo (i escric) del francès al català i viceversa, dóno classes d’espanyol i … quan les portes professionnals es tanquen són el francès i el català que cohabiten harmoniosament.

Que ningú dubti en contactar-me si té ganes de dir-me alguna cosa… La meva adreça la podreu trobar allà on hi ha escrit “Me dire quelque chose ?”

Bona sort i fins ben aviat 🙂

Inspiration

Le nous qui est en je

Il faut toujours être prêt à sourire, car les beaux visages, ceux qui dégagent une fraîcheur et une envie de vivre trouveront la belle sympathie. En retour, il y aura inlassablement des mains tendues et entrelacées. C’est la magie du pari sur les autres qui sont aussi nous-mêmes. C’est le nous qui est en je.
Inspiration

Le voyageur sans bagages

Revenir c’est commencer une nouvelle fois. Partir c’est s’en aller en quittant tout. Aller, venir, s’éloigner et s’approcher. Autant de verbes que de manières différentes existent de voyager. Toute sorte de chemins par lesquels l’homme ouvre les yeux, gambade, jouit, apprend, vit, meurt et rigole. Les sentiers de ce voyageur qui a envie de tout embrasser pour que ses appétissantes illusions ne défaillent jamais. Courir, grimper et voler auprès de tout et de tous pour tout profiter. Imaginons ainsi cet intrépide voyageur sans bagages ; loin d’être pauvre il est riche en savoirs. Il s’enfouit léger à la quête de cet idéal qui est personnel, intime, grand ou petit mais toujours précieux.

St BRevin&

Inspiration

Le tout premier mot

Quoi dire pour commencer ? Toujours difficile, n’est-ce pas ? Pourtant plein d’idées en tête mais on vient tout juste de démarrer et un dilème se pose : dans quelle langue veux-je me faire partager avec vous ? Bien évidemment j’aurais du réfléchir à tout cela bien en avance, mais il s’avère et je dois vous avouer que je suis incapable de trouver une réponse.

Il paraît que je devrais écrire dans la langue avec laquelle je me sens plus confortable, plus à l’aise, comme un poisson dans l’eau, mais même ce tri est difficile à faire. Tout dépend du vent, comme la girouette qui tourne en fonction de l’air. Ou bien, peut-être, ce qui est plus difficile à calibrer est le niveau de confortabilité. Moi, je dois dire, que je ne le sais plus. Et oui, c’est comme ça. Je nage parmi trois langues, comme des rivières qui s’entremêlent aux ruisseaux. Je ne sais plus dans quelle langue je pense. Est-ce grave ? Non, je ne le pense pas. Est-ce un avantage ? Je ne le sais pas non plus. Ou bien oui, je le sais…

A ce stade-là de votre lecture vous devez vous demander qu’est-ce que je viens faire ici si je ne sais rien et si je ne trouve pas de réponses à mes questions. Mais comme une fleur, comme un petite marguerite, tout va s’effleurer doucement, les feuilles vont finir par tomber pour en voir renaître des nouvelles, on va voir pousser ces réponses comme la couleur des crayons qui essayent de dessiner un quelque chose.

Je vous promets que je vais y arriver, tâche ardue mais pleine d’enthousiasme.